Paix en Ukraine ?

par Stephen F. Cohen

Source : Les Crises

https://www.les-crises.fr/paix-en-ukraine-par-stephen-f-cohen/

Source originaire : The Nation du 24 juillet 2019

 

L’Ukraine, comme je l’ai souvent souligné, est l’épicentre de la nouvelle guerre froide américano-russe, et sa situation directement à la frontière russe la rend beaucoup plus dangereuse que ne l’était Berlin au cours des 40 précédentes années de confrontation. Quelque 13 000 personnes seraient déjà mortes dans le Donbass au cours des combats entre des forces soutenues par Washington et Moscou. Pour de nombreuses personnes des deux côtés de la frontière, la guerre est aussi une tragédie personnelle à cause des dizaines de millions de familles ukraino-russes par mariage. (Les noms de certaines d’entre elles seront familiers au lecteur, tels que Khrouchtchev et Gorbatchev.) [NdT : N’oublions pas que ce fut Nikita Khrouchtchev, ukrainien d’origine qui annexa arbitrairement la Crimée à la RSS d’Ukraine, et qu’il ne pouvait pas ignorer qu’il allait réveiller la vieille querelle entre « Moskal » (citadins russes) et « Katsap » (paysans ukrainiens) héritée de l’époque tsariste.]

L’élection du nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky, qui a remporté une victoire décisive dans la majeure partie du pays, représente une possibilité de paix avec la Russie, si on lui laisse une chance. Son prédécesseur Petro Poroshenko, répudié sur le plan électoral et soutenu par des sympathisants à Washington, a fait échouer presque toutes les négociations précédentes avec les rebelles du Donbass ainsi qu’avec Moscou, notamment les dispositions issues des accords de Minsk parrainés par les Européens. Zelensky, d’autre part, a fait de la paix (de même que de la corruption) sa priorité absolue et s’est en effet entretenu directement avec le président russe Vladimir Poutine, le 11 juillet. Cette guerre qui dure depuis près de six ans étant devenue un gouffre politique, diplomatique et financier pour son gouvernement, Poutine a salué l’ouverture.

Mais la lutte pour la paix ne fait que commencer, avec des forces puissantes déployées contre elle en Ukraine, à Moscou et à Washington. En Ukraine, des détachements ultra-nationalistes – certains diraient même quasi-fascistes – bien armés terrorisent les partisans de l’initiative de Zelensky, et même une chaîne de télévision de Kiev qui proposait de diffuser un dialogue entre citoyens russes et ukrainiens. (Washington a déjà connu des épisodes honteux de collusion avec ces néo-nazis ukrainiens). Quant à Poutine, qui ne contrôle pas totalement les rebelles de Donbass ou ses dirigeants, il « ne peut pas se permettre d’être perçu chez lui », ainsi que je le disais il y a plus de deux ans, « comme laissant tomber les frères de la Russie dans le Sud-Est de l’Ukraine ». En effet, ses propres nationalistes implacables en ont fait un test décisif pour respecter son autorité.

Ce qui nous amène à Washington et en particulier au président Donald Trump et à son adversaire potentiel en 2020, l’ancien vice-président Joseph Biden. Le gouvernement de Kiev, désormais incarné par Zelensky, dépend fortement des milliards de dollars d’aide du Fonds Monétaire International, que Washington contrôle largement. L’ancien président Barack Obama et Biden, sa « cheville ouvrière » pour l’Ukraine, ont utilisé ce levier financier pour exercer une influence semi-coloniale sur Porochenko, aggravant en général la situation, y compris la guerre civile ukrainienne naissante. Leur espoir était, bien sûr, de rompre les liens séculaires de l’Ukraine avec la Russie et même de l’amener éventuellement dans la sphère d’influence de l’OTAN contrôlée par les Etats-Unis.

Notre espoir devrait être que Trump rompe avec cette politique bipartite de longue date, comme il l’a fait avec la politique envers la Corée du Nord, et place carrément l’Amérique du côté de la paix en Ukraine (Pour l’instant, Zelensky a mis de côté la prétendue irréversible « réunification » de Moscou avec la Crimée, comme Washington devrait le faire). Une nouvelle politique américaine doit inclure la reconnaissance, qui manquait auparavant, du fait que les citoyens du Donbass ravagé par la guerre ne sont pas essentiellement des « larbins de Poutine » mais des personnes ayant leurs propres intérêts et préférences légitimes, même s’ils favorisent la Russie. Ici aussi, Zelensky s’engage dans une nouvelle voie. Porochenko a mené une guerre « antiterroriste » contre le Donbass : le nouveau président tend la main à ses citoyens même si la plupart d’entre eux n’ont pas pu voter aux élections.

Biden, cependant, a un problème particulier et une obligation particulière. En tant qu’exécutant, et vraisemblablement architecte, de la politique désastreuse d’Obama en Ukraine, et actuellement principal candidat démocrate à la présidence, Biden devrait être interrogé sur sa vision passée et présente au sujet de l’Ukraine. Les « débats » en cours, dont on fait grand tapage, sont l’occasion de lui poser la question – ainsi qu’à d’autres candidats. Les débats présidentiels sont censés susciter et clarifier l’opinion des candidats sur la politique intérieure et étrangère. Et parmi ces dernières, peu, si tant est qu’il y en ait, sont plus importantes que l’Ukraine, qui reste l’épicentre de cette nouvelle et encore plus dangereuse guerre froide.

Stephen F. Cohen est professeur émérite d’études et de politique russes à l’Université de New York et à l’Université de Princeton. Rédacteur à Nation, son nouveau livre War With Russia ? From Putin & Ukraine to Trump & Russiagate[Une guerre avec la Russie ? De Poutine & l’Ukraine à Trump & le Russiagate] est disponible en livre de poche et en ebook.

 

NdT : Lorsque l’auteur parle de néo-nazis, il se livre à un euphémisme. Ces cinq bataillons (Azov, Aidar, Donbass, Dniepr-1 et Dniepr-2) sont constitués de nazis assumés, héritiers directs de la Légion S.S. Ukrainienne fondée par Stepan Bandera durant la seconde guerre mondiale, et dont ils arborent fièrement les insignes lors de tous leurs défilés. Une discrète documentation historique existe sur les massacres de juifs, russes et polonais, d’hommes, femmes et enfants commis par cette légion qui réussit le prodige de dégoûter les officiers allemands qui la contrôlaient, et qui n’étaient probablement pas précisément des enfants de chœur. Rien donc d’étonnant à ce qu’ils essaient d’exterminer par des tirs quotidiens d’artillerie lourde les « sous-humains » russophones du Donbass, et se refusent obstinément à honorer les accords de Minsk : c’est dans la droite ligne de leur idéologie historique et ils n’en ressentent aucune honte. Ce n’est certainement pas pour rien que le Pentagone leur fournit des armes, les entraîne, les encadre et les soigne au besoin.

Source : The Nation, Stephen F. Cohen, 24-07-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s