Gardons notre neutralité !

Des soldats suisses s’entraînent à la frontière russe

Source: http://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2016/nr-18-16-august-2016/neutralitaet-wahren.html

Horizons et débats

Case postale 729

CH-8044 Zurich

 

Depuis deux ans, dans le cadre de la crise ukrainienne, l’OTAN sous tutelle américaine, cherche à envenimer le conflit avec la Russie.

Des manœuvres militaires permanentes à la frontière russe ne cessent d’aggraver la crise. Au cours des derniers 6 mois, l’OTAN a lancé pas moins de 12 manœuvres en Europe de l’Est.

Le gouvernement russe a de son côté également entrepris des opérations le long de sa frontière occidentale. Les champs de bataille d’une éventuelle escalade du conflit se trouveront en Europe. Non pas aux Etats-Unis d’où cette escalade est fomentée. Cela n’est ni dans l’intérêt des pays européens ni dans celui de la Suisse neutre.

Il est donc indispensable pour notre pays de remettre en question la coopération avec l’organisation Partenariat pour la paix (PpP), organisation étroitement liée à l’OTAN, et de tirer les conséquences nécessaires de la situation politique actuelle.

Les exercices de nos Forces aériennes en Pologne – un Etat membre de l’OTAN – près de la frontière russe (Kaliningrad) paraissent, il faut le dire, plus que problématiques (cf. www.admin.ch/gov/de/start/dokumentation/medienmitteilungen.msg-id-62726.html). Et ceci peu de temps après des grandes manœuvres de l’OTAN (Anakonda).

En tant qu’Etat dépositaire de la Croix-Rouge et intermédiaire de bons offices entre deux Etats ennemis, notre pays ne peut pas se permettre d’être impliqué dans des conflits militaires – ne serait-ce par insouciance ou par manque de circonspection politique. C’est maintenant, plus que jamais, qu’il faut une Suisse neutre prête à agir et qui soit crédible afin de servir d’intermédiaire entre deux blocs.

Mettre un terme à l’adhésion au PpP, que ce soit par le Conseil fédéral ou par une initiative populaire, permettrait à la Suisse de se préparer aux temps futurs.

Dans de telles périodes de conflits, notre armée peut choisir des endroits dans le monde pour ses manœuvres militaires, ses essais de nouvelles armes et ses entraînements autres que Deblin en Pologne ou l’Etat membre de l’OTAN qu’est la Turquie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s