De facto, la Suède est membre de l’OTAN. Qu’en est-il de la Suisse ?

par Gotthard Frick,

Bottmingen

Source : Horizons et débats, Zurich,

https://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2018/nr-4-13-februar-2018/schweden-ist-de-facto-nato-mitglied-die-schweiz-auch-bald.html

19 février 2018

 

Suite à la lecture d’un assez long article paru sur le site german-foreign-policy.com, on peut déduire que la Suède est devenue de facto membre de l’OTAN. La Suède participe à de grandes manœuvres avec l’OTAN. Par exemple les manœuvres Aurora, qui ont eu lieu en septembre 2017 en Suède avec les troupes de nombreux Etats de l’OTAN, dont par exemple les Etats-Unis, la Norvège, le Danemark et la France. A cette occasion, il y eut des exercices de combats urbains dans un quartier de Stockholm.

La Suisse est également menée par notre establishment politique et militaire de la même manière, par la même voie que la Suède, dans l’OTAN. Depuis 20 ans, nous sommes membre du «Partenariat pour la paix (PPP)» et depuis 2014 également de la «Plate-forme d’interopérabilité de l’OTAN (IP)». Dans le Rapport sur la politique de sécurité 2016, il est écrit qu’en cas de guerre, la Suisse se battra avec d’autres forces armées, mais uniquement avec des forces où l’interopérabilité est garantie. En clair cela veut dire que pour une telle «coopération» il n’y a que les membres de l’OTAN qui entrent en ligne de compte. Dans le cadre de la plate-forme IP, on s’entraîne à l’interopérabilité dans des manœuvres d’état-major et on adapte à l’OTAN de nombreux aspects techniques, mais aussi les grades des sous-officiers.
L’armée suisse est en mission au Kosovo sous commandement de l’OTAN. Les Etats-Unis l’ont séparé de la Serbie par une campagne de bombardement massive, pour pouvoir y édifier et utiliser Camp Bondsteel, l’une des plus grandes bases militaires située à l’extérieur des Etats-Unis. Des soldats suisses participent souvent avec des membres de l’OTAN à des manœuvres. Le chef de l’armée suisse vient de rentrer d’une réunion des plus hauts officiers des Etats membres de l’OTAN.

Mais la population ne le remarque pas, car nos grands médias de manipulation ne tolèrent ni une discussion à ce propos ni des informations pertinentes. Ainsi, ni la «Neue Zürcher Zeitung» ni la majorité des autres médias n’ont informé sur la grande réunion de l’OTAN du 16/17 février 2016 ayant eu lieu à Zurich sur invitation du Conseil fédéral. Le DDPS a uniquement publié un bref communiqué le jour même. Y ont participé une centaine de hauts gradés du commandement de l’OTAN de tous les 28 pays membres ainsi que des membres du PPP et de l’IP, dont la Suisse. Tous les nouveaux membres de l’OTAN ont d’abord été préparés à leur appartenance à l’alliance de guerre dans ces deux organisations.

Avec la bénédiction des parlementaires fédéraux, le Conseil fédéral a démantelé notre armée à l’aide du «Développement de l’armée» (DEVA), qui devrait, selon la Constitution fédérale art. 58, «contribuer à prévenir la guerre». Avec les 6 bataillons de combats restants (et de la chair à canon dans 17 bataillons d’infanterie ne disposant, selon le Conseil fédéral, que d’une «capacité de défense réduite», sans armes antichars, sans moyens de DCA et sans armes lourdes), la Suisse est incapable de garantir – en cas de guerre – l’engagement pris suite à la reconnaissance de sa neutralité dans la Convention de La Haye de 1907, d’«empêcher par la force» l’utilisation de notre territoire à toutes les parties à la guerre.

Au cours de la prochaine guerre en Europe les Etats-Unis et l’OTAN ne se gêneront pas d’utiliser notre espace aérien et notre territoire, ce qui permettra également à la Russie d’intervenir chez nous. Alors nous serons – de manière auto-infligée et sans défense – en guerre. Un telle déflagration est imaginable, parce que les Etats-Unis et l’OTAN ont militairement pris position autour de la Russie, directement le long de sa frontière occidentale et que la Russie a depuis plusieurs années clairement déclaré qu’elle ne pouvait accepter cette menace et qu’elle pourrait le cas échéant intervenir militairement. A cette occasion, l’engagement d’armes nucléaires est également pris en compte. Maintenant la marine américaine construit – par pure provocation – en Ukraine, au bord de la mer Noire, à 300 kilomètres de la Crimée, une nouvelle base maritime. On y trouve déjà un petit aéroport avec une piste d’une longueur de 3000 mètres (!). Nous allons alors apprendre d’une manière douloureuse, ce que la guerre signifie concrètement et à quel point une réelle armée défensive aurait été moins onéreuse.

Gotthard Frick, Bottmingen

(Traduction Horizons et débats)

 

Réveillons-nous, ils sont devenus fous !

Michel Raimbaud
19 février 2018
Source : http://lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.skynetblogs.be
20 février 2018

Depuis maintenant sept ans, la Syrie est en guerre. Ce pays aimable, tolérant, hautement civilisé que même ses détracteurs ne pouvaient s’empêcher de trouver beau et attachant est d’ores et déjà confronté à un formidable défi, celui de l’après-guerre. Les assaillants barbares venus de cent pays, atlantistes comme islamistes, se sont acharnés à vouloir en détruire les richesses, les infrastructures, les capacités, les monuments, les beautés naturelles afin de le rayer de la carte. Ils ont aussi et surtout tenté de broyer le peuple syrien, d’effacer sa mémoire et son identité afin de l’anéantir.

4206301029.jpg
Le Lion de Palmyre, datant du 1er siècle avant Jésus-Christ, a été détruit par Daech à la pelle mécanique en 2015. Désormais restaurée, cette pièce maîtresse du musée de Palmyre est exposée dans les jardins du musée de Damas. (Photo IVERIS)

Avec la complicité d’une soi-disant « communauté internationale » en trompe-l’œil, ils s’emploient maintenant à le priver, autant qu’il sera possible, de toute perspective d’avenir, en lui volant ses droits imprescriptibles : disposer de lui-même, décider, sans ingérence étrangère, de son destin et de son régime politique. Sans pudeur et sans vergogne, les mêmes assaillants ne cachent pas leurs velléités de replacer l’avenir, notamment constitutionnel, de la Syrie sous « tutelle onusienne », c’est-à-dire sous mandat, autant dire sous le joug colonial.
Afin d’effacer l’empreinte géographique d’une Syrie mère de la civilisation (y compris la nôtre), peut-il y avoir un moyen plus efficace que de disperser un peuple et surtout de briser un Etat qui a commis le crime de lèse-majesté ? En effet, au final, l’entreprise est destinée à faire de ce qui fut jadis une grande Syrie un archipel de mini-entités, et de son peuple une mosaïque tribalisée ayant vocation à être vaporisée en une vaste diaspora : dans une première approche, ce crime inqualifiable mérite la double qualification de « politicide » – la dissolution d’un Etat qui dérange – et d’ethnocide – l’anéantissement d’un peuple qui résiste.
C’est ce qui est inscrit dans le « grand dessein » néoconservateur. Ce dernier, notons-le au passage, reviendrait à infliger à la Syrie le destin réservé depuis 70 ans à la Palestine, pan de terre volé sous l’égide du colonialisme triomphant. Le sort des Syriens pourrait alors ressembler à celui des Palestiniens, irrémédiablement spoliés au nom d’une « mission divine ». Le sinistre destin des peuples amérindiens, éliminés de l’histoire, est là pour rappeler de quoi sont capables les colons venus d’ailleurs.
Les dégâts sont immenses, se chiffrant en centaines de milliards de dollars, auquel il conviendrait d’ajouter – mais c’est leur problème – les millions, billions ou trillions dépensés par les « puissances » assaillantes pour conduire leurs batailles « pour la démocratisation ».
Il ne sert à rien d’invoquer les valeurs de la morale, naturelle ou religieuse, le droit international et la légalité onusienne, voire la simple décence, face à des agresseurs sans foi ni loi. On ne peut attendre d’Etats qui s’érigent en gendarmes de la planète tout en se comportant comme des régimes voyous une quelconque logique. Il est paradoxal, après tout ce temps, ces horreurs, ces massacres, ces actes de sauvagerie, cette barbarie, que l’on trouve encore dans le grand Occident « démocratique » tant de défenseurs de l’indéfendable, tant d’admirateurs des djihadistes présentés comme démocrates ou « modérés ». Les intellectuels sont piégés par leur aveuglement initial, les médias sont plombés par l’omerta, les politiques sont otages de leur doxa néoconservatrice, dans l’Hexagone comme dans tout le monde judéo-chrétien.
Pourquoi un tel acharnement, une telle obstination dans le mensonge ? C’est que la Syrie est depuis longtemps dans le collimateur de l’Amérique, de la Grande-Bretagne et d’Israël. La Syrie historique est le centre de gravité du Proche-Orient, le lieu de naissance des trois religions révélées, le cœur battant de l’arabisme, symbole de l’islam moderne et tolérant, siège des premiers califes : un héritage très lourd à assumer, mais qui a assuré à ce « phare de l’Orient » un prestige indéniable auprès des Arabes et une aura de sympathie chez les Musulmans.
Tolérante, multiconfessionnelle, moderne, républicaine, forte de son identité et de sa conscience historique, elle représente ce que les extrémistes de tout bord exècrent par-dessus tout.
Depuis son indépendance et la création d’Israël, la Syrie n’a cessé d’apporter un soutien indéfectible à la cause palestinienne et est toujours apparue comme un Etat rebelle à l’ordre israélo-atlantique. Face au délabrement du monde arabe, la Syrie s’est inscrite dans l’axe de la résistance et elle résiste. Son armée nationale a tenu le coup seule contre tous durant quatre ans, puis, aidée de ses alliés, a entamé la reconquête, s’affirmant au passage comme le principal artisan de l’éradication de Da’esh, malgré les mensonges et prétentions des usurpateurs fanfarons. L’Etat syrien contrôle désormais les quatre cinquièmes du territoire national, ayant mis en échec, par sa résilience, les plans des agresseurs.
Pour ceux-ci, la Syrie de 2018, après tant de batailles et tant d’essais non transformés, constitue une réalité impensable et intolérable. Il faut donc la faire disparaître de la carte, ne serait-ce qu’en l’ignorant. Il convient pour cela de délégitimer l’Etat, présenté systématiquement comme un « régime », ses institutions, sa constitution, son gouvernement, diaboliser son Président, ignorer les volontés de son peuple, les succès de son armée en les attribuant à ses alliés, voire à ses ennemis.
Il faut dénier au Président et à son entourage tout pouvoir, tout rôle à venir, tout droit de véto, et faire en sorte qu’il ne puisse y avoir de solution politique « syrienne » issue d’un dialogue national, sous l’égide de ses alliés et de ses amis. Il faut au contraire que son sort soit décidé par ses ennemis, par la « communauté internationale » aux aguets, par trois Etats représentant 470 millions de personnes soit 6 à 7% de l’humanité, lesquels pestent de ne plus pouvoir imposer leur loi au Conseil de Sécurité
Décidément, le monde est tombé sur la tête puisqu’il n’y a plus de légalité internationale, plus de respect du droit onusien, censé être la bible des diplomates. Les faux gendarmes du monde qui en sont les fauteurs de désordre, les cambrioleurs qui crient au vol, les violeurs de la légalité qui crient au viol, les agresseurs qui s’indignent des agressions de l’armée syrienne, les pratiquants d’ingérences illégales qui s’indignent de l’intervention légale des alliés et partenaires de l’Etat, tout ce beau monde s’agite et manœuvre au grand jour.
Exit les comparses et les forces écran, voilà que les commanditaires et les parrains véritables ont jeté le masque et s’emploient à réaliser ouvertement ce qu’ils ont échoué à faire par procuration durant sept ans. Israël au Sud, l’Amérique et ses affidés européens au nord–est en appui des forces kurdes portées aux nues, la Turquie au nord-ouest contre les projets des Kurdes et tous contre Bachar al-Assad. Le prétexte de la lutte contre Da’esh et le terrorisme apparaît maintenant pour ce qu’il était, une fumisterie que défendent les ennemis de la Syrie légale et à laquelle ne croient plus que les imbéciles.
Jean-Yves Le Drian exige (sic) « le retrait de tous ceux qui n’ont rien à faire en Syrie ». Il ose. Devinez qui sont pour lui ceux qui n’ont rien à faire en Syrie ? Oui, vous avez gagné : l’Iran, le nouveau diable à la mode, le Hezbollah terreur d’Israël, la Russie, les forces « chiites » d’Irak.
Vous savez donc quels sont les pays qui ont à y faire : les trois obsédés du bombardement humanitaire, ceux qui possèdent des armes de destruction massive, violent systématiquement le droit international, soutiennent le terrorisme quand ils ne l’ont pas créé, ceux qui souhaitent piller tranquillement les ressources pétrolières et gazières de la Syrie et de la région : en d’autres mots, l’Amérique et ses fidèles. Pour faire bon poids bonne mesure, ajoutons Israël, ami des « révolutions arabes » qui détruisent les Etats du même nom, la Saoudie, grande démocratie devant l’éternel et spécialiste en constitutions, en droits de l’homme et de la femme, et en tolérance religieuse, la Turquie membre éminent de l’OTAN, ennemie des turcs des montagnes, mais amie des séparatistes kurdes de Syrie ou d’Irak et soutien des djihadistes, le Qatar à condition qu’il continue à acheter tout et n’importe quoi dans notre pays en difficulté.
Pour le reste, la Syrie a tenu bon pendant de longues années, son armée est capable de soutenir les assauts d’Israël et d’abattre les avions qui l’attaquent. Elle est solidement ancrée dans un axe de la résistance résolu et bien coordonné, soutenue par des alliés fiables, à commencer par la Russie. La Syrie n’est pas un figurant, elle est au centre d’une guerre globale. Combien d’Etats auraient résisté comme elle l’a fait ?
Messieurs les « amis de la Syrie », ennemis de son « régime » et de son Président, vous avez maintenu la fiction d’un soulèvement populaire contre un « tyran massacreur ». En quoi cela vous regarde-t-il ? Vous avez d’ailleurs tout faux et le savez bien puisqu’en réalité le pays qui vous obsède est avant tout victime d’une guerre d’agression qui met en danger son existence.
L’Etat syrien a sûrement le droit de piloter les négociations qui décideront de son avenir et de récuser toute ingérence des agresseurs. Il a le droit de refuser vos ingérences, vos plans de partition et vos projets tordus. Les guerres de Syrie sont depuis belle lurette les composantes d’une guerre universelle en passe de devenir « mondiale ». Si cette agression regarde la « communauté internationale », c’est selon les critères du droit international, codifiés par la Charte des Nations-Unies, qu’elle doit être considérée… Là, on comprendra très bien que cette approche, la seule envisageable, vous pose un léger problème. Ce problème n’est pas celui du pays agressé. Il est celui de l’agresseur que vous êtes et qui traite la Syrie comme un « pays ouvert » à toutes les aventures et à toutes les entreprises hostiles.
Messieurs les agresseurs, n’oubliez jamais que votre présence en Syrie est illégitime et illégale, y compris s’agissant de vos barbouzes, de vos conseillers spéciaux ou de vos forces-au-sol. Et s’il y a une présence légitime par excellence, ce n’est pas la vôtre, c’est celle de l’Etat syrien, celle des alliés et partenaires du gouvernement de Bachar al-Assad, dont vous exigiez le départ. S’il y a un retrait qu’impose le respect du droit international, c’est celui des pays qui n’ont rien à faire en Syrie, vos pays.
Michel Raimbaud
Ancien ambassadeur
Professeur et conférencier

A propos de l’uranium dit “appauvri”

Pierre Péguin,

Docteur en physique

1er février 2018

Je remercie le professeur Ivo Rens qui a rendu le texte plus accessible par une relecture attentive et critique.

arton14089-59c16.jpg

 

Révolté par les dégâts infligés par les armes à uranium aux populations qui subissent la guerre depuis une trentaine d’années, dégâts qui s’étendent à l’ensemble de la planète, j’ai voulu, dans ce qui suit, en présenter une analyse à partir des documents existants cités en fin du texte, car il s’agit bien d’un crime, et même d’un crime contre l’humanité !

C’est tout l’art de la nucléocratie que d’habiller ses technologies mortifères d’appellations rassurantes. Il en est ainsi de l’uranium dit “appauvri” dont les informations ci-dessous ne peuvent engendrer qu’un sentiment d’horreur et de révolte, une fois de plus contre tout ce qui touche au nucléaire.

 

Définitions

 

Tout d’abord quelques rappels : Qu’appelle-t-on uranium “appauvri” ? L’uranium est constitué de quelque 99,3% de l’isotope U 238 (238 étant son poids atomique), de 0,7 % d’U 235 et de traces d’autres isotopes d’uranium. L’U 238 est radioactif alpha, sa période radioactive (ou demi-vie) est de l’ordre de l’âge de la Terre.

Pour les réacteurs à eau de type Westinghouse-PWR qui équipent le parc français et bien d’autres pays, il faut disposer d’un “combustible” d’uranium plus riche en 235, en effet seul le 235 assure les réactions de fission. C’est au Tricastin (usines GB1 puis GB2) que l’uranium est enrichi en 235, il en résulte un important lot “appauvri” en 235, mais enrichi en 238.

Après un usage de quelques années, ayant perdu une bonne part de son 235, donc à son tour appauvri, le combustible usé est transporté à la Hague pour y être « retraité ». On y sépare l’U 238, le plutonium généré dans les réacteurs, et les sous-produits des réactions de fission hautement radioactifs qu’on appelle déchets.

L’uranium appauvri est donc un sous-produit de l’enrichissement de l’uranium d’une part et du retraitement du combustible usé d’autre part ; la France en dispose d’un stock de plus de 200.000 tonnes, entreposés entre autres à Bessines en Haute-Vienne. Il ne possède pas les propriétés nécessaires pour être utilisé pour la fission dans un réacteur, mais cela ne le rend pas moins radioactif. Ayant une valeur commerciale négligeable, il va trouver un débouché auprès des militaires, le nucléaire civil fournissant le militaire quasi gratuitement.

 

Militarisation de l’uranium appauvri

 

L’uranium appauvri est utilisé dans l’armement pour ses propriétés physiques. Très lourd, habillant les têtes de projectiles, il est d’une efficacité redoutable pour transpercer les parois des blindages, des tanks, des parois de béton. Ces munitions sont plus “efficaces” et tellement moins chères, que celles au tungstène (l’autre option principale pour pénétrer les blindages ou le béton).

Déjà en 1992, l’OTAN publiait un “Manuel sur les principes de sécurité applicables au stockage des munitions et explosifs militaires”. Un chapitre de ce document à « diffusion restreinte » – destiné aux états-majors des armées des pays membres, dont la France – est consacré aux munitions à l’uranium appauvri.

Par ailleurs, et c’est peu connu, mais pour les mêmes raisons que pour les armes, il est aussi utilisé dans la fracturation hydraulique dans l’explosion de la charge destinée à fissurer les roches. Non seulement les eaux remontent alors une panoplie de polluants chimiques, de la radioactivité souterraine, mais aussi l’uranium utilisé réduit en poudre extrêmement fine contaminant la surface du sol et les eaux de ruissellement.

 

La contamination de la biosphère

 

L’uranium appauvri est un mélange issu non seulement de l’enrichissement mais aussi du retraitement. Ce dernier contient en plus du 238 et du 235 résiduel, des produits de fission hautement radioactifs comme les U234 et 236, les plutonium 238 et 239, le technétium 99 ou le ruthénium 106 qui accroissent sa nocivité.

L’uranium est un matériau pyrophorique, il s’oxyde si vite qu’il prend feu au contact de la cible, l’uranium enflammé relâche de grandes quantités de minuscules particules radioactives. Transportées par le vent, ces particules peuvent se retrouver dans l’eau, le sol, les nappes phréatiques… contaminant définitivement tout l’environnement des populations des territoires visés, mais aussi celui des pays voisins et finalement de toute la planète.

Il n’est pas possible de procéder à une décontamination. Les minuscules poussières, de l’ordre du millionième de millimètres flottent dans l’atmosphère ; la pluie, la neige, le brouillard et la pollution les entraînent au sol et les intègrent à la biosphère, donc au vivant.

Étant à la fois chimiotoxique et radiotoxique, émetteur alpha, l’uranium atteint les reins, les poumons, le squelette, les organes reproducteurs, la thyroïde, les muscles, les ganglions lymphatiques ainsi que le système neurologique. Les types de pathologies observées sont principalement les cancers, leucémies, malformations congénitales, fausses couches. De plus l’ADN étant atteint, c’est le capital génétique transmissible et donc la descendance qui est en péril.

Tout cela se passe dans l’indifférence générale, et il n’en serait peut-être pas question dans les médias si des vétérans US (ou leurs familles endeuillées) rentrés des pays où les Etats-Unis ont porté la guerre, ne portaient pas plainte pour dénoncer les dégâts sur leur santé.

 

 

 

Contamination durable des pays touchés.

 

Ces armes ont déjà fait beaucoup de victimes sur la planète, car elles ont été utilisées dans de nombreux conflits, en Syrie, Irak, Lybie, Yougoslavie…. Les pays voisins des régions bombardées n’ont pas été épargnés par les retombées de particules radioactives et chimiques… comme le Koweït, l’Arabie Saoudite, l’Iran, des régions d’Albanie, de Macédoine, de Grèce, du Pakistan, pour ne citer qu’eux.

En Ex-Yougoslavie (Bosnie, Serbie, Kosovo), pendant le conflit qui a entraîné une intervention des forces de l’OTAN, les bombardements intenses avec des armes à uranium appauvri, plus particulièrement sur le territoire serbe, y ont provoqué une véritable épidémie de lymphomes et de leucémies. Avec 5’500 cas de cancer enregistrés récemment pour un million d’habitants, la Serbie arrive en première position en Europe pour le nombre de décès dus au cancer.

En Irak, après la Guerre du Golfe de 1991 et l’intervention américaine de 2003 justifiée par la prétendue présence d’armes de destruction massive, l’Irak est littéralement empoisonné, l’alimentation y étant contaminée. Ainsi, dans les hôpitaux de Bassora, là où il naissait environ un bébé par semaine qui présentait des malformations congénitales, il y en a maintenant 10 à 12 par jour. De même à l’hôpital de Falloujah. Un rapport d’enquête de l’OMS et du ministère irakien de la Santé réalisée en 2012 révèle entre autres une augmentation très importante de cancers, une terrible mortalité de bébés et d’enfants. La publication de ce rapport a été bloquée par les Etats-Unis !

Les pathologies qui affectent les habitants sont aggravées par la destruction de la quasi-totalité des infrastructures et donc des hôpitaux. Le pays se situe actuellement parmi les plus pauvres du monde en terme de santé publique alors qu’avant 1999, il figurait dans les premières places du classement.

L’histoire de l’Irak constitue l’un des plus grands drames que l’on ait connu depuis la seconde guerre mondiale, c’est un véritable crime contre l’humanité.

Et on soupçonne aussi les États-Unis d’avoir utilisé des armes à l’uranium appauvri en Afghanistan.

Israël. De fortes suspicions, voire une quasi certitude d’utilisation d’uranium appauvri pendant la guerre du Liban par l’armée israélienne existent. Ainsi des niveaux élevés de radioactivité ont été trouvés dans les deux cratères de Khiam creusés par des missiles en 2006 au Liban (25 fois plus élevée que la normale dans l’un, et 10 fois plus dans l’autre, ce qui ne peut pas être du au hasard…). La présence d’uranium est par ailleurs confirmée par des relevés indépendants, ceux de Chris Busby et Dai Williams, au Liban et à Gaza.

De ce fait, l’avocat hambourgeois Armin Fiand a déposé le 12 août 2006 auprès du Procureur général de la République fédérale (Cour suprême fédérale de Karlsruhe) une plainte contre le Premier ministre israélien Ehud Olmert, le ministre de la Défense Amir Peretz et le chef d’état-major Dan Halutz pour crimes et crimes de guerre, en vertu du Code pénal international allemand (CPIA) du 26 juin 2002.

 

La France n’est pas en reste. Dès 2001 la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD) avait lancé une pétition contre les armes à uranium appauvri. Mais l’armée française ne dément pas d’utiliser au Mali de tels obus. Les chars MX30 et Leclerc sont maintenant équipés pour cela. Les obus de 105 mm destinés au char MX30 et ceux de 120 mm prévus pour les chars Leclerc contiennent respectivement 3,6 et 4,8 kg d’uranium.

En France, deux sites militaires accueillent les essais d’obus à l’uranium appauvri depuis 1987 : à Bourges (Cher), les essais se font en plein air, tandis qu’à Gramat (Lot), les tirs d’obus ont lieu dans des cavités souterraines, mais dès 1979, la France avait déjà importé des USA, afin de les tester, une trentaine de projectiles à l’uranium appauvri.

À Bourges, la population très inquiète voudrait bien connaître l’origine des cas de cancers dont le nombre serait en augmentation. Plus de 1’500 tirs y ont été réalisés à l’air libre avec ces munitions radioactives. L’un de ces missile a même été retrouvé début 2010 dans un champ, ce qui laisse supposer que les essais continuent encore aujourd’hui. À Gramat, le site de tir à l’uranium appauvri est situé en terrain karstique, au-dessus du gouffre de Bèdes où coule la rivière souterraine des Vitarelles, parcours immergé de l’Ouysse. Cette rivière et ses affluents alimentent en eau potable de nombreuses de communes….

 

Droit international public

 

Selon le droit international relatif au contrôle des armements, les armes à l’uranium “appauvri” sont illégales (Convention de La Haye de 1899 et 1907, de Genève de 1925 et 1949, Charte de Nuremberg de 1945, Convention des Nations Unies du 10 octobre 1980 dite “Convention des armes inhumaines”).

En 1996, les Nations Unies ont adopté une résolution aux termes de laquelle les armes à l’uranium appauvri sont des armes de destruction massive, des armes illégales au regard de la totalité des lois et des traités internationaux. En 2001, le Parlement européen a adopté une résolution sur l’uranium appauvri. Notons le 9 janvier dernier, la reconnaissance par la Commission européenne de la dangerosité de ce produit pour la santé humaine,

Présenter l’uranium appauvri comme un produit anodin, et non comme un déchet radioactif, permet aux pays comme la France de se défausser de la prise en charge des coûts de décontamination, et surtout de banaliser dans l’indifférence générale l’usage de telles armes dans les conflits, condamnant ainsi des populations civiles innocentes.

Arrêtons ce massacre, l’utilisation de ces armes à l’uranium « appauvri » qui contamine tout le vivant est un CRIME CONTRE L’HUMANITE !

 

Pour plus d’infos :

-http://www.criirad.org/actualites/communiques/uranium%20appauvri/ua.petition.f.01.0129doc.pdf,

Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (CRIIRAD), août 2001.

– Michel Lablanquie, Gramat, le 12 mai 2010, « Armes à uranium appauvri ».

– Décembre 2012, Eva Marion, Pierre Péguin, sur la base d’éléments réunis par Charlie Rigol. « La fracturation hydraulique implique l’utilisation d’explosifs bardés d’uranium dit appauvri ».

– Reporterre. Du 8 février 2013, http://www.reporterre.net/ Lettre de Thierry Lamireau, réalisateur du film « Uranium en Limousin ».

La France https://apag2.wordpress.com/2015/11/24/la-france-soupconnee-dutiliser-au-mali-des-armes-a-uranium-appauvri-2/est

http://www.horizons-et-debats.ch/express/HD%20express_3.pdf « Un holocauste nucléaire mondial nous menace ». Interview de Leuren Moret, spécialiste des sciences de la Terre, par W. Leon Smith et Nathan Diebenow, journalistes au «Lone Star Iconoclast», Texas. Et «Crimes et crimes de guerre, Plainte contre Ehud Olmert, Amir Peretz et Dan Halutz ».

http://www.assopyrophor.org/ Association militant contre l’emploi de tous isotopes radioactifs dans les missiles conventionnels. Depleted uranium : the invisible genocide and the seeds of terrorism

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog uranium appauvri: un vrai scandale, une vraie horreur, 15 juin 2013.

https://blogs.mediapart.fr/kakadoundiaye/blog/310714/israelusa Israël/USA, 31 juil. 2014.

http://arretsurinfo.ch/heritage-de-lotan-la-serbie-premiere-en-europe-pour-le-nombre-de-cancereux-2/ 27 octobre 2017.

C’est confirmé: avec son expansion à l’Est, l’OTAN a bafoué toutes ses promesses. Les pires craintes de la Russie se réalisent

par Eric Margolis*

Horizons et débats

Zurich, 5 février 2018

Au moment où les Etats-Unis convulsent d’hystérie antirusse et de diabolisation de Vladimir Poutine, un recueil de documents récemment déclassifié de la guerre froide révèle l’étendue stupéfiante des mensonges, de la duplicité et du double jeu pratiqués par les puissances occidentales lors de l’effondrement de l’Union soviétique en 1990.
Je couvrais Moscou ces jours-là et j’ai rencontré certains des acteurs essentiels dans ce drame sordide. Depuis, j’ai écrit que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et leur appendice, l’OTAN, ont scandaleusement menti et au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, et au ministre des Affaires étrangères Edouard Chevardnadze et les ont trompés.
Toutes les puissances occidentales ont promis à Gorbatchev et à Chevardnadze que l’OTAN ne s’étendrait pas «d’un pouce» à l’Est si Moscou retirait l’Armée rouge de l’Allemagne de l’Est et autorisait cette dernière à se réunir pacifiquement à l’Allemagne de l’Ouest. C’était une concession immense de Gorbatchev: elle a mené à un coup d’Etat manqué des communistes purs et durs contre lui en 1991.
Les documents publiés par l’Université George Washington de Washington DC, que j’ai fréquentée pendant un semestre, sont d’une lecture écœurante.1 Toutes les puissances et les hommes d’Etat occidentaux ont certifié aux Russes que l’OTAN ne profiterait pas du retrait soviétique et qu’une nouvelle ère d’amitié et de coopération se lèverait sur l’Europe d’après la guerre froide. Le secrétaire d’Etat américain James Baker a assuré des «garanties absolues» qu’il n’y aurait pas d’expansion de l’OTAN. Mensonges, que des mensonges!
Gorbatchev était un humaniste, un homme très correct et intelligent espérant pouvoir mettre fin à la guerre froide et à la course aux armes nucléaires. Il a ordonné à l’Armée rouge de se retirer d’Europe de l’Est. J’étais à Wunsdorf − en Allemagne de l’Est, quartier général du groupe des forces soviétiques en Allemagne − et au quartier de la Stasi, la police secrète, à Berlin-Est juste après que l’ordre de retrait eût été donné. Les Soviétiques retirèrent leurs 338 000 soldats et leurs 4200 chars et les expédièrent chez eux à la vitesse de l’éclair.
Les promesses occidentales faites aux dirigeants soviétiques par le président George W. H. Bush et James Baker ont rapidement révélé leur vacuité. C’étaient des hommes honorables mais leurs successeurs ne l’étaient pas. Les présidents Bill Clinton et George W. Bush ont rapidement commencé à déplacer l’OTAN en Europe de l’Est, bafouant ainsi toutes les promesses faites à Moscou.
Les Polonais, les Hongrois et les Tchèques ont été intégrés à l’OTAN, puis la Roumanie et la Bulgarie, les Etats baltes, l’Albanie et le Monténégro. Washington a essayé de faire entrer les anciennes républiques soviétiques de Géorgie et d’Ukraine dans l’OTAN. Le gouvernement ukrainien aligné sur Moscou a été renversé par un coup d’Etat fomenté par les Etats-Unis. La route vers Moscou était ouverte.
Tout ce que les Russes désorientés et en faillite ont pu faire a été de dénoncer ces mouvements vers l’Est des Etats-Unis et de l’OTAN. La meilleure réponse formulée par l’OTAN et les Etats-Unis a été la suivante: «Eh bien, il n’y a pas eu de promesse écrite». Cela est digne d’un camelot vendant des montres contrefaites dans la rue! Les dirigeants des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France, de la Belgique et de l’Italie ont tous menti. L’Allemagne était prise entre son honneur et sa réunification imminente. Donc même son chancelier Helmut Kohl a dû se rallier aux prévarications de l’Occident.
A l’époque, j’avais écrit que la meilleure solution serait la démilitarisation de l’ancienne Europe de l’Est sous contrôle soviétique. L’OTAN n’avait ni besoin ni raison de s’étendre à l’Est. Le faire serait une provocation permanente à l’égard de la Russie, qui considérait l’Europe de l’Est comme un glacis défensif essentiel contre les invasions de l’Ouest.
Maintenant, avec les forces de l’OTAN sur ses frontières occidentales, les pires craintes de la Russie se réalisent.
Aujourd’hui, des avions militaires américains basés sur les côtes de Roumanie et de Bulgarie, des anciens membres du Pacte de Varsovie, sondent l’espace aérien russe au-dessus de la mer Noire et le port de Sébastopol, stratégiquement vital. Washington parle d’armer l’Ukraine plongée dans le chaos. Les troupes américaines et de l’OTAN sont dans les Pays baltes, aux frontières nord-ouest de la Russie. Des Polonais d’extrême-droite battent les tambours de guerre contre la Russie.
En 1990, le KGB et la CIA s’étaient mis d’accord sur le principe de «pas un pouce» à l’Est pour l’OTAN. L’ancien ambassadeur américain à Moscou Jack Matlock confirme le même accord. Gorbatchev, dénoncé comme un idéaliste stupide par de nombreux Russes, a fait confiance aux puissances occidentales. Il aurait dû avoir un bataillon d’avocats véreux couvrant le district de New York pour prouver ses accords en 1990. Il a pensé qu’il avait à faire à des hommes honnêtes, honorables, comme lui.
Faut-il s’étonner, après ce leurre et ce changement de diplomatie, de la méfiance de la Russie envers les puissances occidentales? Moscou observe que l’OTAN dirigée par les Etats-Unis s’insinue toujours vers l’Est. Aujourd’hui, les dirigeants russes croient fermement que le dernier plan de Washington est de mettre en pièces la Russie et de la réduire à un pays impuissant et pauvre. Deux anciens dirigeants occidentaux, Napoléon et Hitler, ont eu des plans semblables.
Au lieu de gloser sur la duplicité d’Hitler après Munich, nous devrions examiner notre propre comportement éhonté après 1990.    •
*    Eric S. Margolis est un chroniqueur primé internationalement. Ses articles sont parus dans le «New York Times», l’«International Herald Tribune», le «Los Angeles Times», le «London Times», le «Gulf Times», le «Khaleej Times», le «Nation» du Pakistan, le «Hurriyet» de Turquie, le «Sun Times» de Malaisie, et d’autres sites d’information en Asie. Il publie régulièrement des contributions dans le Huffington Post, chez Lew Rockwell. Il s’exprime sur CNN, BBC, France 2, France 24, Fox News, CTV et CBC en tant expert de politique étrangère. Ses chroniques sur http://www.ericmargolis.com sont lues quotidiennement par des personnes dans le monde entier. En tant que correspondant de guerre, Eric Margolis a couvert les conflits en Angola, en Namibie, en Afrique du Sud, au Mozambique, au Sinaï, en Afghanistan, au Cachemire, en Inde, au Pakistan, en El Salvador et au Nicaragua. Il a été l’un des premiers journalistes ayant interviewé Mouammar Kadhafi et à avoir obtenu l’accès aux quartiers généraux du KGB à Moscou. Né à New York, il vit à Toronto et New York et se rend souvent à Paris.
Source: ericmargolis.com, 16/12/17
(Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour «Le Saker francophone»)
1    https://nsarchive.gwu.edu/briefing-book/russia-programs/2017-12-12/nato-expansion-what-gorbachev-heard-western-leaders-early

Les juifs russes en Amérique et les relations russo-américaines

par Dmitry Orlov
1er février 2018
Source Club Orlov
http://lesakerfrancophone.fr/les-juifs-russes-en-amerique-et-les-relations-russo-americaines

 

En essayant de démêler l’état tendu actuel des relations entre les États-Unis et la Russie, un groupe mérite un niveau d’attention plus élevé, ce sont les juifs américains. C’est le groupe de population le plus important que les deux pays ont en commun : sur les 5 ou 6 millions de juifs vivant actuellement aux États-Unis (les chiffres varient selon la façon dont on mesure la « judéité »), environ un million a immigré aux États-Unis depuis l’ancienne Union soviétique, soit directement, soit après un séjour en Israël. Le gouvernement des États-Unis les a acceptés volontiers, leur accordant le statut de réfugiés ; ainsi, ils sont entrés dans la société américaine avec une identité politisée, nettement anti-russe, et leurs attitudes anti-russes ont eu un effet sur l’opinion de nombreux juifs non-russes et aussi d’autres Américains.

Les juifs russes sont de loin le groupe le plus éduqué qui a immigré aux États-Unis. Ils se sont très bien intégrés dans la société américaine et beaucoup d’entre eux, ainsi que leurs enfants, ont pu commencer une carrière professionnelle. Leur expérience directe de la vie en Russie leur a permis de se positionner en tant qu’experts sur tout ce qui concerne le russe et, dans une large mesure, a permis à ce groupe relativement restreint d’influer négativement sur l’attitude de 322 millions d’Américains envers 144 millions de Russes au sein de la Fédération de Russie ainsi que sur la trentaine de millions de Russes résidant à l’extérieur. C’est un accident malheureux de l’histoire qu’un groupe d’environ un million de personnes ait, plus ou moins par inadvertance, aigri les relations entre un demi-milliard de personnes.
Il y a beaucoup de morceaux compliqués dans cette histoire. Une partie de cet héritage est l’héritage de la guerre froide, qui a généré beaucoup d’inertie institutionnelle aux États-Unis, ce qui a amené ceux-ci à continuer à traiter la Russie comme un ennemi. Une partie de cette influence, spécifiquement des juifs israéliens, et des juifs en général, sur la politique américaine est étrangement disproportionnée. Une autre partie de l’énigme a trait aux avantages que les juifs russes émigrés aux États-Unis ont retiré en disant qu’ils ont été victimes du gouvernement soviétique ou de l’antisémitisme russe. Un dernier aspect, particulièrement délicat, a trait à la nature de l’identité juive et à la façon dont elle s’est historiquement heurtée et continue de se heurter à ce que signifie être un juif russe.
Je parlerai de chacun d’eux à tour de rôle, mais je veux d’abord divulguer ce qui me permet d’écrire sur ce sujet. Je suis né et j’ai grandi en Russie dans les années 1960 et 1970, puis j’ai émigré dans le cadre d’une vague d’émigration principalement juive, je suis entré aux États-Unis en tant que réfugié et j’ai été naturalisé cinq ans plus tard. Un parent israélien fictif ou deux ont figuré dans notre demande de visa de sortie, même si nous n’avions aucune intention de nous rendre en Israël. J’ai beaucoup de parents juifs, mais pas assez pour faire de moi un juif. Nous sommes tous des chrétiens orthodoxes russes, et nous le sommes depuis longtemps, de 3 à 40 générations (selon la branche généalogique). Chez nous, nous n’avons jamais rien parlé d’autre que le russe. Nous sommes retournés en Russie le plus tôt possible – en 1989, dès que les émigrés ont commencé à obtenir des visas – et nous faisons la navette depuis. Tout cela fait de moi un expert sur ce sujet.
Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur le sujet de l’inertie de la guerre froide américaine, alors je vais résumer cela en quelques phrases. Les États-Unis sont pris en otage par une bureaucratie militaire hypertrophiée, inefficace et généralement incompétente dont la seule supériorité écrasante est d’extorquer des sommes d’argent exorbitantes pour ses projets, dont beaucoup sont des échecs. Pour que cette extorsion fonctionne, il faut pouvoir argumenter qu’il y a un ennemi pour justifier la défense du pays. Pendant la guerre froide, l’ennemi était, très commodément, l’URSS. Après l’effondrement de l’URSS, il y eut une période d’hésitation, au cours de laquelle la « mafia russe » a été fortement mise en lumière, juste pour garder à jour une image de l’ennemi. Mais une nouvelle et « heureuse » occasion s’est présentée après les attentats terroristes du 11 septembre (qui, selon beaucoup, ont été perpétrés uniquement dans ce but) pour présenter le terrorisme international comme le nouvel ennemi. Cette ruse a maintenant perdu son utilité parce que les terroristes sont maintenant plus efficaces que jamais, et il est donc temps de se taire au sujet du terrorisme et de revenir au plan A : cultiver la russophobie (avec la Chine maintenant jetée en pâture pour faire bonne mesure). Il est vrai que la Russie, après s’être rétablie de la dévastation de l’effondrement soviétique, est un ennemi un peu plus redoutable qu’elle ne l’était à l’époque de la « mafia russe », mais la russophobie est toujours essentielle et nécessite un flux constant de nouvelles histoires et de commentaires négatifs sur la Russie. C’est ici que les juifs russes, certains vivant aux États-Unis, certains allant et venant entre les États-Unis et la Russie, sont heureux de donner un coup de main, puisqu’ils sont, sans aucun doute, des experts en la matière sur tout ce qui concerne le Russe.
L’influence étrangement disproportionnée des juifs israéliens, et des juifs en général, sur la politique américaine est aussi un sujet brûlant de discussion, et donc ici, je vais encore une fois résumer brièvement. D’abord l’évidence : Israël ne fait pas partie des États-Unis ; c’est une nation souveraine séparée et un membre de l’ONU. Et pourtant, les politiciens américains peuvent prêter allégeance à Israël sans être arrêtés et jugés pour trahison. Beaucoup de doubles citoyens américains et israéliens circulent à travers les institutions américaines et israéliennes, et personne ne s’inquiète jamais de savoir lesquels d’entre eux espionnent au nom de qui. Aux États-Unis, Israël et les juifs en général reçoivent un traitement spécial : quiconque ose critiquer Israël est plus ou moins automatiquement accusé d’antisémitisme et ostracisé. En outre, il a été interdit de boycotter des produits ou des entreprises israéliens, ce que certaines personnes veulent faire pour soutenir la cause palestinienne. Certains analystes vont même jusqu’à dire qu’Israël a colonisé les États-Unis, tout comme la Grande-Bretagne avait colonisé l’Inde, avec quelques milliers de Britanniques contrôlant tout le sous-continent à leur propre avantage.
Israël est le destinataire de plusieurs milliards d’aide militaire américaine, ce qui en fait une partie intégrante du racket militaro-industriel américain. Cela signifie que les juifs et/ou les Israéliens aux États-Unis (la distinction entre juifs et Israéliens n’est pas particulièrement utile, puisqu’il est facile pour un juif d’obtenir un passeport israélien) doivent parler de la « menace russe » pour s’en mettre plein les poches aux côtés de l’armée américaine, et c’est ce qu’ils font. Mais en Israël, la situation est un peu différente. Environ un tiers de la population juive d’Israël est composée de juifs russes. Beaucoup d’entre eux sont de véritables citoyens de la Fédération de Russie ; la plupart des autres peuvent revendiquer la citoyenneté russe comme droit de naissance. Beaucoup d’entre eux vont et viennent entre la Russie et Israël, pour travailler, pour des traitements médicaux, pour rendre visite à des parents, en vacances, etc. Un flux constant d’Israéliens retourne en Russie, principalement parce que la Russie est en quelque sorte plus prospère qu’Israël, où les possibilités de promotion sociale sont de plus en plus limitées. Les relations entre la Russie et Israël sont très amicales et coopératives. Quand le ministre de la Défense israélien s’envole vers Moscou pour des entretiens, il ne prend pas de traducteur parce qu’en fait, il est russe.
À l’heure actuelle, les relations entre les États-Unis et la Russie sont dans un état lamentable. Dans le même temps, les relations entre la Russie et Israël sont plus chaudes qu’elles ne l’ont jamais été. « La Russie et Israël peuvent être fiers de notre haut niveau de partenariat, de coopération fructueuse et de contacts commerciaux de grande envergure » a déclaré Vladimir Poutine en emmenant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou au Ballet du Bolchoï. Malgré toutes les complexités du Moyen-Orient – le conflit israélo-palestinien, la guerre en Syrie, l’influence grandissante de l’Iran, la trahison traditionnelle de la Turquie, les étranges événements en Arabie saoudite – les relations russo-israéliennes ne font que s’amplifier.
Si vous vouliez faire un tout petit peu dans la conspiration, vous pourriez peut-être imaginer qu’Israël est le cheval de Troie de la Russie aux États-Unis. Quel est son but ? Que les États-Unis continuent de gaspiller de l’argent emprunté dans des aventures militaires pourries ? Bien sûr, et jusqu’à ce que tout soit parti ! Pousser les États-Unis vers la même falaise où l’URSS a basculé en 1990 ? Évidemment ! Mais ne nous laissons pas tomber dans la théorie du complot et disons simplement que l’asymétrie entre les relations américano-russes, américano-israéliennes et israélo-russes est extrêmement importante et demande une explication. C’est un tabouret à trois pattes qui balance, un casse-tête géométrique.
La partie du puzzle qui a trait aux avantages que les juifs russes ont accumulés aux États-Unis et qui ont parlé de leur victimisation par le gouvernement soviétique ou de l’antisémitisme russe est également marquée par des contradictions. Prenez en compte le fait que les juifs russophones sont de loin le groupe le plus éduqué à avoir immigré aux États-Unis. En outre, la Russie est l’un des pays les moins antisémites, avec des juifs bien représentés dans toutes les professions et à tous les niveaux de gouvernement, avec un judaïsme florissant et respecté, sans problèmes sociaux touchant spécifiquement ou de façon disproportionnée les juifs.
La raison pour laquelle les juifs russes étaient bien éduqués et prêts à commencer une carrière prospère plus ou moins au moment où ils ont atterri aux États-Unis était qu’ils étaient extrêmement bien instruits et prospères avant de quitter la Russie. Très opprimés sous le régime pré-révolutionnaire, les juifs ont joué un rôle déterminant pendant la Révolution russe de 1917, et leurs enfants et eux-mêmes ont tiré énormément avantage de leur participation à la Révolution russe de 1917. En fait, les juifs ont si bien réussi en URSS qu’ils ont évincé les Russes de nombreux emplois de haut niveau : bien qu’ils n’aient plus représenté que 1,5% de la population dans les années 1950, plus de la moitié des directeurs des nombreux instituts, centres de recherche et laboratoires de l’Académie soviétique des sciences étaient juifs. Les juifs constituaient un tiers de l’Union des écrivains soviétiques ; un quart de tous les professeurs d’université ; etc.
Des membres de ma propre famille ont suivi cette trajectoire. Mon grand-père a grandi dans un shtetl, a parlé yiddish avec sa mère, a déménagé à Saint-Pétersbourg après la Révolution, a rejoint le Parti communiste et est devenu professeur de littérature russe avec un grand appartement donnant sur une place et un manoir rempli d’œuvres d’art et d’antiquités, une gouvernante, une nounou et une limousine privée avec chauffeur. Des juifs comme mon grand-père ont délogé la vieille aristocratie et sont devenus la crème de la crème de la société soviétique.
Voici une fascinante anecdote : reconnaissant que les juifs sont une nation sans territoire et désireux de résoudre ce problème, l’URSS est devenue le seul pays au monde à offrir librement aux juifs leur propre patrie – la Région autonome juive, stratégiquement située sur la frontière chinoise. La plupart de ses résidents juifs ont maintenant émigré en Israël, laissant derrière eux des bâtiments publics avec des plaques en deux langues : le russe et le yiddish.
Avec le temps, les Russes ont commencé à réagir violemment contre la présence massive des juifs dans les universités et les professions libérales. Quelques-unes des ruses employées pour repousser les assauts incessants de leurs enfants bien entraînés étaient, disons, moins que casher ; par exemple, un de mes parents juifs n’a pas été admis à l’Université d’État de Moscou en se voyant confier un problème insoluble à résoudre à l’examen d’entrée en mathématiques et, horreur des horreurs, il a fini par devenir architecte à la place. Beaucoup de juifs ont vu dans ce contrecoup un signe d’antisémitisme naissant, et certains d’entre eux ont décidé que les pâturages seraient plus verts de l’autre côté de l’océan.
Ceci explique de manière évidente pourquoi, à leur arrivée aux États-Unis, les juifs russes ont dépeint l’URSS et la Russie avec un large pinceau chargé de couleurs sombres : oppression, antisémitisme, pogroms, plus un retard mental, l’ivresse et l’horreur en général. S’ils avaient résisté à l’envie de jouer aux victimes, leur récit aurait pu, par défaut, devenir quelque chose comme ça : « Nous avons détruit la Russie, nous l’avons réarrangée à notre avantage, fait des affaires en or, puis coulé le navire, et maintenant nous sommes ici aux États-Unis, avec nos biens précieux, des parents âgés et nos animaux de compagnie, prétendant être des réfugiés, et prêts à recommencer. » Vous ne les voyez plus comme de pauvres migrants maintenant, n’est-ce pas ? Ajoutez à cela le fait qu’il y a beaucoup d’argent à faire aux États-Unis en s’attaquant à la Russie, et l’envie forte de se laisser aller au « Russian bashing » devient irrésistible.
L’aspect final, particulièrement délicat, de cette histoire a trait à la nature de l’identité juive et à la façon dont elle s’est historiquement heurtée, et continue de se heurter, à ce que signifie être russe. L’identité juive est plutôt étrange et différente, et pour éclaircir ce point, il est plus facile de comparer les juifs non pas à un groupe enraciné comme les Irlandais ou les Italiens mais à un autre groupe itinérant : les Tsiganes. J’ai connu quelques Gitans, et je les ai aussi beaucoup étudiés pour une étude de cas sur l’effondrement culturel (et la résistance à cela) dans mon livre « Les cinq étapes de l’effondrement ».
Le mot « tsigane » est dérivé du mot « égyptien » ce que les gitans ne sont définitivement pas, étant sortis du nord de l’Inde à un moment donné il y a plus de mille ans. (Incidemment, ce sont les juifs, selon leur mythologie biblique, qui sont sortis d’Égypte par un passage magique dans la mer Rouge, alors peut-être que ce sont les juifs qui devraient être appelés les « Tsiganes »). Ce que les Tsiganes sont, et c’est ainsi qu’ils se nomment eux-mêmes, ce sont des Roms, et leur langue est le romani.
Les Roms partagent un grand nombre de similarités avec les juifs. Les deux sont des nations organisées en diaspora, sans territoire (à l’exception d’un petit morceau de la Palestine reconnu internationalement); à la place, ils colonisent divers pays, migrant de pays en pays au fil du temps. Les juifs et les Roms sont traditionnellement xénophobes : le mot juif pour « non-juif » est « goy » (pluriel « goyim »). En romani, c’est « gadjo » (pluriel « gadje »). Les juifs comme les Roms ont des tabous et des rituels de purification spécifiques et plutôt curieux comme moyens de résister à la contamination ou à la corruption répandue par des étrangers, dont la plupart sont symboliques plutôt que physiques. Et tous deux ont été victimes de l’Holocauste ; un quart de la population rom d’Europe a été anéantie dans cet événement, mais avec une différence : alors que les juifs ont été remboursés après les atrocités nazies, cela n’a pas été le cas des Roms. Ce n’est qu’en 1979 que le Bundestag de l’Allemagne de l’Ouest a reconnu que la persécution des Roms par les nazis était raciste, ce qui les a rendu admissibles à une indemnisation, mais à ce moment-là, la plupart des victimes étaient déjà décédées.
Les identités rom et juive sont dans une certaine mesure secrètes. Les Roms se déguisent généralement en adoptant des noms à consonance locale ; dans les pays anglo-saxons, ils utilisent des noms à consonance anglaise comme Bob Jones ou Cathy Smith ; en privé, ils s’appellent par leurs noms roms exotiques, comme Ruslan ou Zemfira. Et puis chaque Rom a un nom secret connu seulement de cette personne et de sa mère.
À divers moments, les juifs ont également trouvé avantageux d’obscurcir leur identité derrière des noms à consonance locale. Mon autre grand-père est un exemple typique. Il est né à Jitomir, en Ukraine. Quand, à l’époque de la Révolution russe, ses parents et ses sœurs décampèrent pour Brooklyn, le laissant derrière eux, il vit qu’il était bon de changer son nom pour le très générique nom russe Alexander Orlov, laissant tout le monde croire qu’il était un orphelin russe. Il a vécu une bonne et longue vie, d’abord à Kiev, puis à Leningrad, sous une identité assumée, mais quelque temps après sa retraite, il a soudainement choqué ses enfants en leur apprenant qu’il était juif, que son nom n’était pas Alexander mais Abraham, et qu’il déménageait en Israël où il faisait plus chaud, avec plus de soleil. Il a aussi rencontré une de ses sœurs, mais celle-ci a ensuite été boudée par toute la famille, étant devenu témoin de Jehovah. Ce n’est pas que la sœur restante ou sa famille soient moins religieuses ; à un moment donné, ils ont essayé le rituel de Pessa’h, pour notre bénéfice, je suppose. Mais ça a été un tel travestissement que ça m’a fait pleurer. (J’étais jeune et impressionnable à l’époque, maintenant j’en rirai probablement).
Les identités rom et juive sont matrilinéaires : on ne peut pas être un Rom ou un juif, à moins que la mère soit rom, ou juive, respectivement. (À propos, je ne suis pas juif pour cette raison, entre autres : du côté de ma mère, le lignage est russe).  C’est tourné à leur avantage dans les sociétés qu’ils colonisent, qui sont toutes patrilinéaires. Les Roms ne semblent pas facilement se marier avec des locaux à cause de leur attitude très négative envers les « gadjes ». L’ampleur considérable des mariages mixtes juifs est facilité par leur apparence : les Roms ont souvent l’air de venir du nord de  l’Inde, alors que les juifs européens (ashkénazes) paraissent plus européens que les Arabes et les autres tribus du Moyen-Orient. Ils ne sont pas exactement une race ou un groupe ethnique : la moitié des chromosomes X (femelles) peuvent être d’origine juive, mais les chromosomes Y (mâles) peuvent avoir été empruntés à un autre groupe (et c’est très souvent le cas). Étant donné que le chromosome Y est un foyer d’évolution, cet emprunt génétique confère un avantage considérable en ce qui concerne la valeur sélective inclusive.
Ainsi, dans les mariages mixtes, les femmes juives fonctionnent un peu comme les oiseaux appelés « coucous » qui pondent leurs œufs dans d’autres nids d’oiseaux, obligeant d’autres oiseaux à élever des poussins de coucou à côté des leurs. Le « shiketz » (un mari « goy ») peut penser que ses enfants ajoutent au nombre de sa propre tribu, mais se trompe tristement. Les femmes juives peuvent aider à coloniser les sociétés en épousant des hommes locaux et en les faisant élever des juifs (en secret si nécessaire) à leurs frais. Ce détail saillant n’a pas été perdu pour tout le monde ; en particulier les cosaques, qui patrouillaient dans les marges de l’Empire russe et qui arrachaient et épousaient des femmes persanes, turques et caucasiennes puis les baptisaient et les russifiaient, ne voulaient rien avoir à faire avec les femmes juives. D’autre part, jusqu’à très récemment, ramener à la maison une « shiksa » (une femme « goy ») était fortement désapprouvé dans les familles juives, parce que les enfants d’une telle union ne pouvaient pas être considérés comme des juifs.
Si les juifs ne sont pas une race ni un groupe ethnique, sont-ils une religion ? De fait, il n’y a pas de liberté de religion parmi les juifs : selon la plupart des juifs, on ne peut être juif musulman ou juif chrétien et être encore juif. Mais plus de la moitié des juifs des États-Unis et d’Israël sont athées, et il y a beaucoup plus d’athées parmi les juifs américains que parmi la population générale. Le rituel de circoncision est généralement requis comme condition à l’inclusion sociale, mais il n’a pas beaucoup de signification religieuse dans une société qui (quelque peu inexplicablement) essaie de circoncire tous les bébés mâles indépendamment de la religion des parents.
Si les juifs ne sont ni une race/ethnie ni une religion, alors que sont-ils ? Par processus d’élimination, ils sont comme les Roms : une caste nomade. Beaucoup d’éléments qui signalent l’appartenance à une caste sont les mêmes : la xénophobie inhérente à des termes tels que « goy » / « gadjo » ; l’insistance sur la matrilinéarité même dans les sociétés généralement patrilinéaires ; la tendance à cultiver une identité secrète ; et la tendance à bouger et à coloniser de nouveaux pays lorsque les conditions le justifient.
Les juifs peuvent fonctionner comme une caste nomade aux États-Unis, qui sont  un pays plein de passions et de divisions sociales claniques, cultuelles, basées sur la notion de classe, de ségrégation par la race, le revenu et la religion et par beaucoup d’autres distinctions sociales autour de castes. Ils pouvaient fonctionner comme une caste dans la Russie pré-révolutionnaire en étant admis et tolérés, mais aussi séparés parce qu’ils ne louaient pas la Sainte Trinité et ne vénéreraient pas la Sainte Croix dans un pays où le christianisme orthodoxe était une condition préalable à la pleine citoyenneté. Mais la Russie post-révolutionnaire n’est pas si propice à la préservation de la caste juive.
Premièrement, un Russe a le droit de choisir la nationalité de chaque parent (la Fédération de Russie est composée de 160 nationalités, chacune avec sa propre langue), celle par défaut (qui est le russe) ou de ne pas en déclarer du tout. De plus, les lois religieuses ou autres qui interfèrent avec cette liberté de choix portent atteinte à ce droit. Deuxièmement, un Russe a le droit de pratiquer n’importe quelle religion, indépendamment du choix de sa nationalité. Ainsi, les lois religieuses ou autres qui lient une religion à sa nationalité enfreignent ce droit. Troisièmement, il est généralement admis que l’identité russe imprègne toutes les autres. Il existe une distinction linguistique entre « Rossiysky » (appartenant au pays) et « Russky » (qui concerne la nationalité), mais en pratique, les deux mots sont utilisés de manière interchangeable. Ainsi, un juif russe est d’abord un Russe (linguistiquement, culturellement, socialement, éventuellement religieusement) et un juif ensuite. Être juif, c’est comme tenir une rose entre les dents : un accessoire de mode intéressant et idiosyncratique.
Si vous pensez que ce sont de petits détails, vous devriez voir les réactions hystériques et xénophobes que je peux provoquer plus ou moins à volonté dans presque n’importe quel groupe de juifs simplement en disant que je suis juif du fait d’avoir deux grands-pères juifs. Bien sûr, ma mère est russe, mais je suis un juif russe, et en Russie la nationalité peut passer de père en fils, et c’est le cas habituellement. Oh, et d’ailleurs je suis chrétien, donc les lois juives ne s’appliquent pas à moi. La dissonance cognitive d’être confronté au fait que les juifs sont une caste doit être plus que pénible pour ses membres. Donc, bien, je ne suis pas un juif ; je n’ai pas non plus de rose entre les dents. En fait, il est fallacieux de ma part de provoquer les juifs avec désinvolture en disant que je pourrais être juif, parce que je ne ressens même pas le moindre petit atome de judaïté et que je suis parfaitement en paix avec le fait d’être russe.
Le but de tout ceci est que, pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus, vous ne devriez jamais écouter de nouveau ce que les juifs américains ont à dire sur la Russie. Tout ce qu’ils ont à livrer dans ce domaine est frelaté, des produits contaminés. Il est absolument essentiel pour la sécurité de toute la planète que les États-Unis et la Russie entretiennent de bonnes relations de coopération, de professionnalisme et d’amitié fondées sur des faits actuels plutôt que sur des faussetés, des fanatismes, des insinuations ou des histoires périmées. Il est incroyablement autodestructeur d’utiliser les mensonges répandus sur la Russie comme une excuse pour continuer à nourrir le monstre militaire américano-israélien. Si les Américains ont besoin d’un parfait exemple de bonnes relations avec la Russie, en voici un : il s’appelle Israël.
Dmitry Orlov
Traduit par Hervé vérifié par Diane relu par Catherine pour le Saker Francophone

Faire de l’année 2018 l’année de la compréhension entre les peuples

par Karl Müller

Horizons et débats

https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2018/n-1-9-janvier-2018/faire-de-lannee-2018-lannee-de-la-comprehension-entre-les-peuples.html

Zurich, 9 janvier 2018

L’année 2018 est le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Mais même 100 ans après la fin de ce carnage épouvantable entre les peuples, ayant tué des millions d’êtres humains, on a l’impression que les hommes forts en politique et à la pointe des Etats, en économie et dans la société ne prennent pas suffisamment au sérieux la guerre. Il y a donc suffisamment d’occasions et de raisons de réfléchir sur la paix et la guerre. Il faut se poser la question: comment le citoyen peut-il agir pour la paix et contre la guerre?
Avant la Première Guerre mondiale, il y eut également des hommes et femmes mettant en garde contre une grande guerre. Bertha von Suttner, lauréate de prix Nobel de la Paix pour son engagement, en était une voix connue parmi beaucoup d’autres. Il n’en fut pas autrement avant la Seconde Guerre mondiale. Et aujourd’hui? Nombreux sont ceux qui se souviendront des manifestations de millions de personnes en mars 2003 contre la guerre imminente de l’Irak. Mais ces manifestations ne purent empêcher la guerre. Le citoyen ne peut-il donc rien faire?
Les guerres ont beaucoup de causes. Parfois, il faut des décennies de recherches pour les élucider. Des sources importantes restent souvent longtemps gardées secrètes. Normalement, beaucoup d’éléments ne sont connus qu’après de longues années. Mais des historiens et d’autres personnes s’engageant pour la paix font des recherches sur les raisons de la guerre en espérant qu’à l’avenir, les êtres humains pourront agir de manière préventive. Est-il mentionné des résultats de ces recherches attribuant une tâche importante aux citoyens?
Quelle contribution le citoyen peut-il apporter en faveur de la paix et contre la guerre?
Il y a une conclusion nécessitant peu de connaissances: si aucun citoyen ne participe à la guerre, elle n’aura pas lieu. Mais cette hypothèse est assez utopique. En outre, il y a aujourd’hui des systèmes d’armement permettant de renoncer à un grand nombre de soldats actifs. Le temps des armées de masse est révolu. Il suffit de quelques milliers de mercenaires pour provoquer une catastrophe et incendier toute la planète.
Cependant, les hommes et femmes chefs de guerre des gouvernements de tous les temps ont à chaque fois tenté de justifier leurs guerres. Ils recherchaient le consentement de la population. On qualifie cela de propagande de guerre. Mieux vaudrait désigner cela de mensonges de guerre puisque dans leurs propres pays, ces hommes et femmes chefs de guerre les utilisent pour tenter d’obtenir le consentement de leurs citoyens. «La première victime de la guerre est la vérité». Nous tous avons déjà entendu cette citation du sénateur américain Hiram Johnson prononcée en 1914. Dans les années précédant une guerre, cela reste vrai.
Diabolisation sans fin …
Aujourd’hui nous vivons de nouveau la diabolisation sans fin. Pour commencer dans notre propre camp: qu’on lise la nouvelle stratégie sécuritaire des Etats-Unis, les déclarations des Etats membres de l’Union européenne concernant la politique de sécurité ou les discours de politiques allemands concernant le rôle de l’Allemagne dans le monde. Il n’y a qu’à consulter les médias mainstream. Il est très rare de trouver des textes ou des paroles honnêtes. La façon dont les faits sont présentés – partiaux et distordus – et la manière dont des éléments importants sont mis sous silence, sont insupportables. Chaque guerre à un côté idéologique.
Ce n’est pas nouveau. Dans le préambule de la constitution de l’UNESCO – de l’organisation compétente pour la culture et l’éducation des Nations Unies –, il est écrit très justement: «Comme les guerres naissent dans l’esprit des hommes, il faut également ancrer la paix dans l’esprit des hommes.»
… et volonté de la paix dans le monde entier
Depuis 1918, le monde a changé (ou plutôt depuis les années avant 1914). Les Nations Unies ont proscrit la guerre. On ne peut jamais suffisamment citer le début de la Charte des Nations Unies du 26 juillet 1945: «Nous, peuples des Nations Unies, résolus à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances …» Le monde a pu se baser sur l’action et l’héritage de Bertha von Suttner et des nombreuses autres personnalités ayant lutté à leur époque (encore) sans succès pour la paix, mais en laissant des lignes directives à la postériorité. L’opposition mondiale à la guerre américaine au Viêtnam n’est pas restée sans conséquences. Les manifestations contre la guerre de l’Irak et contre l’ignorance de la politique américaine et de sa «coalition des bonnes volontés» ont montré au monde entier tout le tort créé par cette guerre. L’ancien «pouvoir dirigeant de l’Occident» a perdu sa réputation. Aujourd’hui, il est connu que les Etats-Unis et les autres Etats membres de l’OTAN mènent des guerres illégales. La figure hideuse du pouvoir est devenue évidente.
Il est vrai que dans nos écoles l’éducation à la paix a perdu en importance. La paix dans son propre pays passait pour un fait évident. Les nombreuses guerres dans le monde semblaient très éloignées. Militer pour la paix n’était qu’une action pour des idéalistes purs et durs, ou pour des missionnaires utopistes et naïfs. On avait d’autres chats à fouetter. Mais malgré tout, la plupart des citoyens ne voulaient et ne veulent toujours pas la guerre. On n’a jamais pu cacher totalement les souffrances indicibles provoquées par la guerre.
Les politiques affirment à tout moment: nous ne voulons pas de guerre!
Pour cette raison, aucun politicien ni aucun média ne déclare ouvertement «Nous voulons la guerre!» Ils préfèrent dire, nous devons dissuader l’autre, montrer notre force, nous devons nous armer, nous devons être prêts pour le cas d’urgence.
Les politiques allemands, eux, aiment à dire: «Nous devons assumer plus de responsabilité dans le monde».
Mais en tout cas ce sont toujours les autres qui représentent le danger.
Ou alors, on bafoue la logique: nous devons faire la guerre pour créer la paix. Nous devons protéger les droits de l’homme en perpétrant un carnage. Nous apportons la démocratie par un coup d’Etat. Le président américain Woodrow Wilson avait déjà justifié l’entrée en guerre de son pays en 1917 avec cet illogisme: «The war to end all wars». Nous savons ce qu’il en fut.
Le mythe de la fausse «politique d’apaisement»
Un tout gros mensonge nous est présenté à tout moment: le mythe de la fausse «politique d’apaisement» de la France et de la Grande Bretagne avant la Seconde Guerre mondiale. Pour cette raison, on nous dit maintenant: si l’autre a de «vilaines» intentions, il ne faut plus jamais faire de concessions. Et on nous oblige de croire que «Poutine est un nouvel Hitler» (selon Hillary Clinton). Le 27 décembre 2017, on a pu lire en première page de la «Neue Zürcher Zeitung»: «Trump donne un coup de pied à Poutine». Le gouvernement américain a décidé de fournir des missiles anti-char au gouvernement de l’Ukraine. Selon ce journal, il s’agit pour l’Ukraine «de rétablir sa souveraineté et son intégrité territoriale». – Et qu’en est-il de l’écrasement brutal de l’opposition en Ukraine orientale … et l’avancée de l’OTAN jusqu’à la frontière russe? Mais de cela, bien sûr, pas un mot.
De même, pas un mot de la politique britannique avant la Seconde Guerre mondiale n’ayant aucun réel intérêt à la paix. Son but était une guerre d’extermination mutuelle entre l’Allemagne national-socialiste d’Hitler et l’Union soviétique communiste, et elle a tout entrepris pour réaliser jusqu’au bout le «projet Hitler».
Des personnalités cherchant une issue aux tensions grandissantes
Des personnalités comme Matthias Platzeck ou Gabriele Krone-Schmalz font partie des hommes et femmes exemplaires cherchant une issue aux tensions grandissantes et à l’escalade des conflits s’approchant du paroxysme. Ils tentent pour cela de se mettre à la place «de l’autre» et de comprendre sa position (cf. Horizons et débats n° 32 du 27 décembre 2017). Mais en le faisant, ils arrivent à des résultats intéressants: Hitler avait effectivement des intentions «méchantes» … pouvant être instrumentalisées. Par contre, Vladimir Poutine et la Russie, par exemple, n’ont pas d’intentions «méchantes». Tout au contraire! Même si l’on a connaissance de toutes leurs faiblesses et leurs erreurs, il faut admettre que la Russie et la Chine agissent en faveur d’un ordre mondial basé sur l’égalité entre les pays et le respect du droit international. Ils sont ouverts au monde et cherchent des accords pouvant apporter des avantages à tous. Poutine par exemple, représente un peuple voulant vivre en paix … mais à sa façon: donc autodéterminé et voyant sa dignité respectée.
Mais restons également vigilants sur les intentions de guerre qui ne proviennent pas d’autres pays, mais prennent naissance dans notre pays. Cela aussi a été documenté maintes fois. Gabriele Krone-Schmalz l’a fait à nouveau: la plus grande contribution pour la paix serait un changement démocratique dans nos propres pays.
Cette découverte est une chance: je ne dois plus ruminer sur ce qu’il faut faire avec les «méchants». Le pas décisif est de rétablir l’ordre dans son propre pays.
La compréhension entre les peuples est une chose réjouissante
Comment y arriver? La voie directe est actuellement barrée. Le système parlementaire des Etats membres de l’OTAN ne permet pas d’avoir suffisamment d’influence directe. Mais il y a encore le chemin indirect: aider et renforcer tous ceux qui veulent la paix – et combattre la diabolisation de l’autre. La compréhension entre les peuples connaît beaucoup de voies: lire de bons livres concernant son propre pays et l’autre pays et son peuple et sa culture, des rencontres personnelles en voyage, des visites et des invitations, ériger des partenariats et des jumelages d’égal à égal, entre individus, entre associations, entre structures, entre communes, entre villes, etc.
Au début se trouve la volonté. Oui, je déclare l’année 2018, année de la compréhension entre les peuples. De nos jours, cela est une action grandiose, positive, sensée – et aussi réjouissante.

L’OTAN continue de préparer sa zone de déploiement en Europe de l’Est Des mesures en faveur de la paix sont de plus en plus urgentes

 

Horizons et débats
2 janvier 2108
Case postale 729
CH-8044 Zurich

Depuis quelques années se déroule en Europe de l’Est un déploiement militaire stratégique et sournois de l’OTAN. L’Union européenne et les Etats alliés à l’OTAN n’ont, jusqu’à ce jour, pas réussi à arrêter ce processus. Dès le coup d’Etat de Kiev au printemps 2014, il est apparu évident que la politique internationale des Etats-Unis visait à «encercler» la Russie et à y faire participer les Etats européens. La réunion des ministres de la Défense des Etats membres de l’OTAN, et la réunion consécutive des ministres de la Défense de l’Union européenne de début novembre à Bruxelles ne laisse planer aucun doute sur le caractère agressif de leur politique.

«Il est également évident qu’à l’ère nucléaire, un conflit guerrier ne met pas en cause uniquement l’existence de l’Europe. La Russie a déclaré sans équivoque qu’elle utilisera des armes nucléaires au cas où son propre territoire serait attaqué militairement.»
rt. Le déploiement militaire de l’OTAN le long de la frontière russe est clairement visible dès 2014, et continue à l’être. Horizons et débats a déjà donné des informations au sujet des déplacements en juin 2017 de blindés des ports allemands de la mer du Nord à travers l’Allemagne et l’Autriche vers l’Europe de l’Est. 500 véhicules blindés britanniques et américains furent transportés dans des Etats limitrophes de la Russie. Depuis 2014, les médias ont maintes fois mentionné des transports militaires transitant par les ports allemands tels Bremerhaven. Avec la présence renforcée de forces spéciales américaines en Europe de l’Est, on a atteint une nouvelle étape des préparatifs pour des opérations militaires (cf. Horizons et débats n° 29/30 du 27/11/17).
Voies de transport pour l’OTAN
Lors de la réunion des ministres de la Défense de l’OTAN du 8 et 9 novembre à Bruxelles, on a officiellement décidé de renforcer les infrastructures militaires à l’Est afin de pouvoir déployer les troupes plus rapidement. Les frontières nationales ne doivent plus présenter d’obstacles «bureaucratiques». Cette maniabilité sans frontières représente un «modèle exemplaire» de la coopération entre l’OTAN et l’UE (dixit le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, «Neue Zürcher Zeitung» du 9/11/17). En outre, on prévoit d’installer deux nouveaux quartiers généraux de l’OTAN. Quiconque se rendait récemment en voiture dans les pays d’Europe orientale a remarqué avec étonnement diverses nouvelles autoroutes bien construites et très peu utilisées.
Développement accéléré de l’armée de l’UE
Parallèlement aux décisions prises par l’OTAN, 23 des 28 ministères de la Défense des Etats membres de l’UE ont décidé, le 12 novembre, d’intensifier l’intégration de leurs armées (Pesco), y compris l’Autriche neutre. Il a notamment été convenu d’augmenter chaque année les dépenses militaires, de faire avancer les projets européens d’armement et de créer pour de bon la troupe d’intervention rapide de l’UE planifiée depuis longtemps. La Grande Bretagne, le Danemark, l’Irlande, Malta et le Portugal n’ont pas signé cet accord.
La Russie n’est pas intéressée à un conflit militaire
Les médias ne s’intéressent pas à connaître le nombre de troupes et d’armes ayant déjà été déployé en Europe orientale. En réalité, les nombreux exercices de l’OTAN ou d’Etats membres de l’OTAN dans la région ne servent pas uniquement à l’entrainement en cas d’urgence, mais également à développer des infrastructures et la mise à disposition de matériel de guerre. Selon l’avis d’experts militaires, le potentiel actuel de l’OTAN n’est pas (encore) suffisant pour une attaque. Cependant, avec toute augmentation du potentiel en place, le danger de guerre augmente.
Contrairement au secrétaire général de l’OTAN, le Norvégien Jens Stoltenberg, l’expert militaire et ancien conseiller de longue date du chancelier allemand Erich Vad conteste le fait que la Russie puisse représenter une menace militaire. La Russie est plutôt intéressée à une coopération avec l’Occident (cf. «Luzerner Zeitung» du 16/11/17).
La guerre économique est en cours
Parallèlement au déploiement de l’OTAN, les Etats-Unis exigent que soit menée une guerre économique contre la Russie. Celle-ci n’affaiblit pas seulement la Russie, mais également la conjoncture de nombreux Etats européens (alors que l’industrie américaine est toute contente de reprendre un grand nombre de ces commandes). En outre, la centrale bruxelloise a commencé, sur insistance de quelques Etats membres de l’UE, de prendre des mesures contre le projet allemand de gazoduc «Nord-Stream 2». Ce projet peut assurer un approvisionnement complémentaire en énergie pour une grande partie du continent. Sinon, il faudra acheter le gaz manquant aux Etats-Unis, à des prix plus élevés…
Construction de stéréotypes par les médias
Depuis 2014, des observateurs spécialisés constatent que les médias mainstream renforcent à nouveau systématiquement les réflexes et les stéréotypes antirusses au sein de la population (cf. Hofbauer, Hannes. Feindbild Russland. 2016, ISBN 978-3-85371-401-0). En général, les historiens considèrent un tel conditionnement comme étant des préparatifs de guerre typiques. Il est déjà très bien documenté que les grands médias européens reprennent sans broncher les objectifs transatlantiques (Krüger, Uwe. Meinungsmacht. 2014, ISBN 978-3-869621241 ou http://www.swisspropaganda.ch).
L’Europe, un champ de bataille potentiel
Depuis que le document stratégique de Barnett issu du Pentagone est discuté publiquement, on arrive à mieux saisir les réflexions stratégiques à l’origine de nombreux conflits. Il semble qu’il ne s’agit plus de «gagner» des guerres dans le sens traditionnel, mais d’engouffrer des régions entières dans le chaos (Irak, Afghanistan, Yémen, etc.) pour les mettre hors de combat ou pour les contrôler (Barnett, Thomas P. M. The Pentagon’s New Map, War and Peace in the Twenty-first Century. Putnam Publishing Group 2004).
Il est peu probable que dans les capitales européennes, on n’ait pas encore réfléchi aux risques d’une tension croissante et continue avec la Russie. Les politiciens et les militaires européens savent eux aussi parfaitement qu’un futur champ de bataille couvrirait des territoires russes et de grandes parties de l’Europe (mais certainement pas des Etats-Unis).
Pousser l’anticipation jusqu’au bout
Il faut donc se poser la question de savoir si les dirigeants russes accepteront sans nécessité une guerre sur leur propre territoire. Tout gouvernement responsable protégera sa population et n’acceptera pas de l’exposer à un conflit imminent sur son propre territoire. La Russie a vécu et souffert de telles situations à plusieurs reprises. Où donc les dirigeants russes transféreront-ils, à l’ère des «troupes d’intervention flexibles», un futur champ de bataille? A Francfort, à Paris ou à Zurich …? En Syrie, l’armée russe a démontré qu’elle est capable de contrôler militairement de vastes territoires éloignés, d’y maintenir le contrôle et de les protéger par des systèmes d’armements perfectionnés.
Il est également évident qu’à l’ère nucléaire, un conflit guerrier ne met pas en cause uniquement l’existence de l’Europe. La Russie a déclaré sans équivoque qu’elle utilisera des armes nucléaires au cas où son propre territoire serait attaqué militairement.
Tirer les conséquences
Dans la situation politique tendue de fin 2017/début 2018, il faut consciemment exiger plusieurs mesures menant à une désescalade. Mais cela demande une volonté politique sincère de toutes les personnes concernées. Il y aurait suffisamment de possibilités. Les observations militaires mutuelles dans le sens de mesures de confiance pourraient massivement être développées et élargies. Pour réduire les tensions, le nombre de réunions régulières dans le cadre de l’OSCE pourraient rapidement être multiplié. Le boycott insensé de la Russie peut rapidement être levé, afin de créer une «transformation par le commerce». L’Europe pourrait émettre des signaux clairs dans cette direction. Ceci serait un premier pas en direction d’une désescalade, pouvant débuter aujourd’hui déjà. Ces mesures seraient également les bienvenues auprès des forces raisonnables d’outre-Atlantique!    •
Repenser le rôle de la Suisse
rt. De plus en plus, il est nécessaire d’ajuster les coordonnées de la politique étrangère et de défense de la Suisse, pour ne pas se trouver dans le collimateur de réflexions géopolitiques et militaires. Certes, la situation était chaque fois différente en 1848, 1870, 1914, 1939, 1989 et en 2001. Mais la stratégie raisonnable de rester neutre est toujours la même, même en cette année commémorative des 600 ans de Saint Nicolas de Flüe. Pour cela, il faut réagir à temps et de manière très sensible aux signes extérieurs, pour rendre (à nouveau) la Suisse apte à contrecarrer toute tentative de malveillance à son égard.
«Complexe militaro-industriel»
rt. Selon la dernière publication (avril 2017) de l’institut suédois Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI), les dépenses militaires mondiales ont encore augmenté au cours de l’année passée. Depuis 2010, les chiffres ne cessent d’augmenter. En 2016, les Etats ont dépensés 1686 milliards de dollars pour leurs armées. Plus de la moitié du chiffre d’affaires mondial profite aux grands groupes d’armements américains. Les raisons primordiales pour ces ventes sont l’augmentation du nombre de régions en conflits et la modernisation des systèmes d’armement. En comparant les dépenses des pays dans ce domaine, il s’avère que les Etats-Unis déboursent davantage que l’ensemble des huit Etats suivants (Chine, Russie, Arabie saoudite, Inde, France, Royaume-Uni, Japon, Allemagne).
Il est donc facile de déterminer les profiteurs du réarmement et de l’escalade militaire dans le monde. Ce sont les grands groupes du «complexe militaro-industriel», terme utilisé, à titre d’avertissement, par le président américain sortant Dwight Eisenhower en 1961. Il voulait ainsi caractériser les étroits liens personnels entre l’industrie militaire et la politique. Les entreprises américaines principales sont Lockheed, Raytheon et Boeing. En Europe, les grands groupes s’appellent, entre autres, EADS/Airbus Group, Dassault ou Krauss-Maffai. Naturellement, ce sont aussi tous les actionnaires de ses entreprises qui «profitent» de ces «affaires». Cependant, il est peu probable que tous les actionnaires européens pourront personnellement profiter de l’augmentation fulgurante de la valeur de leurs actions après le déclenchement d’une nouvelle guerre dans nos contrées.

Remise de la présidence de l’OSCE à l’Italie

Peu de progrès en Ukraine orientale

rt. Le 8 décembre, Sebastian Kurz, chancelier désigné de la République d’Autriche et actuellement ministre des Affaires étrangères, a commenté, lors de la réunion des ministres, le bilan de la présidence de l’Autriche de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE). Il a souligné que la pensée en blocs idéologiques empêchait les progrès, notamment dans le contexte de la crise ukrainienne et des rapports tendus en Transnistrie. Malheureusement, cette manière de penser fait obstacle à des progrès substantiels dans les activités de l’OSCE.
M. Kurz a mentionné positivement l’augmentation du budget de l’OSCE acceptée par les 57 Etats membres, car l’escalade des conflits exige davantage de moyens.
Lors de cette réunion, Kurz s’est référé à sa proposition d’installer une mission de paix de l’ONU en Ukraine. Cela pourrait être une contribution à la détente désirée de cette crise.
Nouvellement élu en juillet, le secrétaire général de l’OSCE, le diplomate suisse Thomas Greminger, a mis l’accent sur l’important rôle de l’OSCE en tant que plateforme permettant aux gouvernements concernés de reprendre et faciliter le dialogue. En marge des réunions ministérielles, les rencontres informelles ont souvent une grande importance.
Tant M. Kurz que M. Greminger ont félicité les diverses équipes de l’OSCE qui ont, par leur engagement actif, contribué aux résultats de l’année écoulée.
* * *
rt. L’Autriche remet la présidence de l’OSCE pour 2018 à l’Italie. Les maigres résultats atteints par l’OSCE en 2017 sont, compte tenu de la situation difficile en Europe orientale, plutôt déprimants. Le rôle que jouent les pays atlantistes dans l’actuelle situation géopolitique est dévastateur. Des organisations telles que l’OSCE et l’ONU sont de grande importance pour «contrôler» les zones de conflits et chercher des voies à des solutions pacifiques ou, au moins, tenir à disposition les canaux nécessaires pour d’éventuels échanges diplomatiques informels.
Une des conditions préalables est la volonté sincère des Etats signataires de l’OSCE. Les raisons du peu de résultats atteints par cette organisation en Ukraine orientale ne sont certes pas à attribuer à la présidence autrichienne, mais plutôt à la stratégie générale des Etats-Unis et de leurs «alliés» européens de placer leurs pions aussi près que possible de la frontière russe et d’y attiser les conflits. Aussi longtemps que l’OSCE est utilisée par certains membres comme plateforme de propagande pour continuer à isoler la Russie, cette organisation ne sera pas un interlocuteur fiable pour Moscou. A plusieurs reprises, certains pays occidentaux ont sapé les Mesures de facilitation de la confiance et de la sécurité (CSBM: Confidence and Security Building Measures) et du Document de Vienne (inspections mutuelles des activités militaires). Suite à ces expériences, la Russie n’accepte plus de telles propositions. C’est aussi la raison pour laquelle la présidence de l’Allemagne, dont le but était de développer le Document de Vienne, n’a pas été couronnée de succès.
Dans cette situation, les médiateurs neutres – tels les représentants de la Suisse – gagnent à nouveau en importance, car ils sont capables, indépendamment du durcissement des positions, de maintenir le contact avec tous les groupes participant au conflit.