How Many Millions of People Have Been Killed in America’s Post-9/11 Wars? – Part One: Iraq

 

By Nicolas J.S. Davies

March 22, 2018

https://consortiumnews.com/2018/03/22/how-many-millions-of-people-have-been-killed-in-americas-post-9-11-wars-part-one-iraq/

 

The numbers of casualties of U.S. wars since Sept. 11, 2001 have largely gone uncounted, but coming to terms with the true scale of the crimes committed remains an urgent moral, political and legal imperative, argues Nicolas J.S. Davies.

By Nicolas J.S. Davies

How many people have been killed in America’s post-9/11 wars? I have been researching and writing about that question since soon after the U.S. launched these wars, which it has tried to justify as a response to terrorist crimes that killed 2,996 people in the U.S. on September 11th 2001.

But no crime, however horrific, can justify wars on countries and people who were not responsible for the crime committed, as former Nuremberg prosecutor Ben Ferencz patiently explained to NPR at the time.

“The Iraq Death Toll 15 Years After the U.S. Invasion” which I co-wrote with Medea Benjamin, estimates the death toll in Iraq as accurately and as honestly as we can in March 2018.  Our estimate is that about 2.4 million people have probably been killed in Iraq as a result of the historic act of aggression committed by the U.S. and U.K. in 2003.  In this report, I will explain in greater detail how we arrived at that estimate and provide some historical context.  In Part 2 of this report, I will make a similar up-to-date estimate of how many people have been killed in America’s other post-9/11 wars.

Mortality Studies vs Passive Reporting

I explored these same questions in Chapter 7 of my book, Blood On Our Hands: the American Invasion and Destruction of Iraq, and in previous articles, from “Burying the Lancet Report… and the Children” in 2005 to “Playing Games With War Deaths” in 2016.

In each of those accounts, I explained that estimates of war deaths regularly published by UN agencies, monitoring groups and the media are nearly all based on fragmentary “passive reporting,” not on comprehensive mortality studies.

Of the countries where the U.S. and its allies have been waging war since 2001, Iraq is the only country where epidemiologists have conducted mortality studies based on the best practices that they have developed and used in other war zones (like Angola, Bosnia, the Democratic Republic of Congo, Guatemala, Kosovo, Rwanda, Sudan and Uganda).  In all these countries, as in Iraq, the results of comprehensive epidemiological studies revealed between 5 and 20 times more deaths than previously published figures based on passive reporting.

Body Count: Casualty Figures After 10 Years of the ‘War on Terror’ , a report published by Physicians for Social Responsibility (PSR) in 2015 found that the 2006 Lancet study was the most comprehensive and reliable mortality study conducted in Iraq, based on its study design, the experience and independence of the research team, the short time elapsed since the deaths it documented and its consistency with other measures of violence in occupied Iraq.  That study estimated that about 601,000 Iraqis were killed in the first 39 months of war and occupation in Iraq, while the war had also caused about 54,000 non-violent deaths.

In the other countries affected by America’s post-9/11 wars, the only reports of how many people have been killed are either compiled by the UN based on investigations of incidents reported to local UN Assistance Missions (as in Iraq and Afghanistan), or by the UN or independent monitoring groups like the Syrian Observatory for Human RightsIraq Body Count (IBC) and Airwars based on passive reports from government agencies, health facilities or local or foreign media.

These passive reports are regularly cited by UN and government agencies, media and even by activists as “estimates” of how many people have been killed, but that is not what they are.  By definition, no compilation of fragmentary reports can possibly be a realistic estimate of all the people killed in a country ravaged by war.

At best, passive reports can reveal a minimum number of war deaths. But that is often such a small fraction of actual deaths that it is highly misleading to cite it as an “estimate” of the total number of people killed. This is why epidemiologists have instead developed scientific sampling methods that they can use to produce accurate estimates of war deaths through statistically valid mortality studies.

The huge disparities epidemiologists have found between the results of mortality studies and passive reporting (between 5:1 and 20:1) have been consistent across many different war zones all over the world. In countries where Western governments are not responsible for the state of war, there has been no political controversy over these results, and they are regularly cited by Western officials and media.

But Western politicians and media have dismissed and marginalized the results of mortality studies in Iraq for political reasons. The U.S. and U.K.’s responsibility for the state of war in Iraq means that the scale of the slaughter is a serious matter of political and criminal responsibility for senior officials who chose to ignore legal advice that the invading Iraq would be “a crime of aggression”.

In 2006, British officials were advised by Sir Roy Anderson, the Chief Scientific Adviser to the U.K.’s Ministry of Defense, that “The (Lancet) study design is robust and employs methods that are regarded as close to ‘best practice’ in this area…”

The BBC obtained copies of emails in which British officials admitted that the study was “likely to be right,” and “the survey methodology used here cannot be rubbished, it is a tried and tested way of measuring mortality in conflict zones.” But the same officials immediately launched a campaign to discredit the study. President George W. Bush publicly declared, “I don’t consider it a credible report,” and the subservient U.S. corporate media quickly dismissed it.

In “Playing Games With War Deaths” in 2016, I concluded, “As with climate change and other issues, UN officials and journalists must overcome political pressures, come to grips with the basic science involved, and stop sweeping the vast majority of the victims of our wars down this Orwellian “memory hole.”

Some have argued that it is not important to know whether our wars have killed tens of thousands of people or millions, since all deaths in war are a tragic loss of life and we should just mourn them, instead of quibbling over numbers. But as the authors of Body Count noted,

“The numbers relayed by the media should in themselves be terrifying enough… But apparently they are still perceived as tolerable and, moreover, easy to explain given the picture of excessive religiously motivated violence.  The figure of 655,000 deaths in the first three war years alone, however, clearly points to a crime against humanity approaching genocide.”

I agree with the authors of Body Count that it makes a difference whether our wars kill millions of people or only ten thousand, as most people in the U.K. and the U.S. seem to believe according to opinion polls.

Most Americans would say that it matters whether Germany’s role in the Second World War led to millions of violent deaths or only ten thousand. Suggesting the latter is actually a crime in Germany and several other countries.

So American politicians, journalists and members of the public who say it doesn’t matter how many Iraqis have been killed are consciously or unconsciously applying a morally untenable double standard to the consequences of our country’s wars precisely because they are our country’s wars.

A War That Keeps Killing

While the 2006 Lancet study of post-invasion mortality in Iraq is recognized by independent experts like the authors of PSR’s Body Count report as the most accurate and reliable estimate of war deaths in any of our post-9/11 wars, it was conducted nearly 12 years ago, after only 39 months of war and occupation in Iraq. Tragically, that was nowhere near the end of the deadly and catastrophic results of the U.S. and U.K.’’s historic act of aggression.

The 2006 Lancet study documented ever-increasing violence in occupied Iraq between 2003 and 2006, and many other metrics indicate that the escalation of violence in Iraq continued at least until the end of the U.S. “surge” in 2007. The tide of mutilated bodies of death squad victims overwhelming morgues in Baghdad did not peak until late 2006 with 1,800 bodies in July and 1,600 in October. Then there was a five-fold increase in the U.S. aerial bombardment of Iraq in 2007, and January 2008 was the heaviest month of U.S. bombing since the invasion in 2003.

This pattern gives credibility to a survey conducted by a respected British polling firm, Opinion Research Business (ORB), in June 2007, one year after the Lancet study, which estimated that 1,033,000 Iraqis had been killed by that time.

The Lancet study estimated that 328,000, or more than half of the violent deaths it counted, had occurred between May 2005 and May/June 2006.  So, if the ORB’s estimate was accurate, it would mean that about another 430,000 Iraqis were killed in the year after the 2006 Lancet study was conducted.

While the figure of a million people killed was shocking, the continuing increase in deaths revealed by the ORB survey was consistent with other measures of the violence of the occupation, which continued to increase in late 2006 and 2007.

Violence in Iraq decreased in 2008 and for several years after that.  But the Special Police death squads recruited, trained and unleashed in Iraq by the Iraqi Interior Ministry, U.S. occupation forces and the CIA between 2004 and 2006 (rebranded as National Police after the exposure of their Al-Jadiriyah torture center in 2005, then as Federal Police in 2009) continued their reign of terror against Sunni Arabs in the North and West of the country.  This generated a resurgence of armed resistance and led to large swathes of Iraq accepting the rule of Islamic State in 2014 as an alternative to the relentless abuses of the corrupt, sectarian Iraqi government and its murderous death squads.

U.K.-based Iraq Body Count (IBC) has compiled passive reports of civilian deaths in Iraq since the invasion, but it had only counted 43,394 deaths by June 2006 when the Lancet study found an estimated 601,000 violent deaths, a ratio of almost 14:1.  Just Foreign Policy (JFP) in the U.S. created an “Iraqi Death Estimator” that updated the Lancet study’s estimate by tracking deaths passively reported by Iraq Body Count and multiplying them by the ratio between the mortality study and IBC’s passive reporting in 2006.

Since IBC is based mainly on reports in English-language media, it may have undercounted deaths even more after 2007 as the the Western media’s interest in Iraq declined.  On the other hand, as it became safer for government officials and journalists to travel around Iraq, its reporting may have improved.  Or perhaps these and other factors balanced each other out, making JFP’s Iraqi Death Estimator quite accurate. It may have become less accurate over time, and it was discontinued in September 2011. By that point, its estimate of Iraqi deaths stood at 1.46 million.

Another mortality study was published in the PLOS medical journal in 2013, covering the period up to 2011. Its lead author told National Geographic its estimate of about 500,000 dead in Iraq was “likely a low estimate.”  The study had a wider margin of error than the 2006 Lancet study, and the survey teams decided it was too dangerous to work in two of the 100 clusters that that were randomly chosen to survey.

The most serious problem with the PLOS study seems to be that so many houses were destroyed or abandoned and so many families wiped out or just disappeared, that nobody was left to report deaths in those families to the survey teams.  At the extreme, houses or entire blocks where everyone had been killed or had fled were recorded as suffering no deaths at all.

After the extreme violence of 2006 and 2007 and several more years of lower level conflict, the effect of destruction and displacement on the PLOS study must have been much greater than in 2006. One in six households in Iraq was forced to move at least once between 2005 and 2010. The UNHCR registered 3 million refugees within or outside the country, but acknowledged that many more were unregistered. The authors added 55,000 deaths to their total to allow for 15% of 2 million refugee households losing one family member each, but they acknowledged that this was very conservative.

The authors of Body Count calculated that, if only 1% of houses surveyed were empty or destroyed and each of these households had lost two family members, this would have increased the PLOS study’s overall mortality estimate by more than 50%. Ignoring the two clusters that in effect represented the most devastated parts of Iraq must have had a similar effect. The cluster sample survey method relies on the effect of surveying a cross-section of different areas, from the worst affected to many that are relatively unscathed and report few or no deaths. Most violent deaths are often concentrated in a small number of clusters, making clusters like the two that were skipped disproportionately important to the accuracy of the final estimate.

Since 2011, a whole new phase of the war has taken place. There was an Arab Spring in Iraq in 2011, but it was ruthlessly suppressed, driving Fallujah and other cities once more into open rebellion. Several major cities fell to Islamic State in 2014, were besieged by Iraqi government forces and then largely destroyed by U.S.-led aerial bombardment and U.S., Iraqi and allied rocket and artillery fire.  Iraq Body Count and the UN Assistance Mission to Iraq have collected passive reports of tens of thousands of civilians killed in this phase of the war.

Former Iraqi foreign minister Hoshyar Zebari told Patrick Cockburn of the U.K.’s Independent newspaper that Iraqi Kurdish intelligence reports estimated that at least 40,000 civilians were killed in the bombardment of Mosul alone. Zebari said that there were probably many more bodies buried in the rubble, implying that the reports he saw were of actual bodies found and buried up to that point.

A recent project to remove rubble and recover bodies in just one neighborhood of Mosul yielded another 3,353 bodies, of whom 20% appeared to be IS fighters and 80% were civilians. Another 11,000 people are still reported as missing by their families in Mosul.

IBC has now updated its death count for the period up to June 2006 to 52,209, reducing its ratio to violent deaths in the 2006 Lancet study to 11.5:1. If we apply the method of JFP’s Iraqi Death Estimator from July 2007 to the present using that updated ratio, and add it to ORB’s estimate of 1.03 million killed by June 2007, we can arrive at a current estimate of the total number of Iraqis killed since 2003.  This cannot possibly be as accurate as a comprehensive new mortality study.But, in my judgment, this is the most accurate estimate we can make based on what we do know.

That gives us an estimate of 2.38 million Iraqis killed since 2003, as a result of the criminal American and British invasion of Iraq.

Minimum and Maximum Range  

With significant uncertainty underlying this estimate, it is also important to calculate a minimum and a maximum number based on possible variations in the numbers involved.

To arrive at a minimum and maximum number of people that may have been killed in Iraq, we can start with the minimum and maximum numbers of violent deaths that were each established with 97.5% probability by the 2006 Lancet study, which were 426,000 and 794,000. ORB in 2007 gave a narrower range for its minimum and maximum based on its larger sample size, but ORB was not considered as rigorous as the Lancet study in other ways.  If we apply the same margins as in the Lancet study to the ORB study‘s main estimate, that gives us a minimum of 730,000 and a maximum of 1.36 million people killed by June 2007.

To update those minimum and maximum figures to the present time using a variation of Just Foreign Policy’s method, we must also allow for changes in the ratio between IBC’s tally of deaths and the actual number of people killed. The ratios of the Lancet study’s minimum and maximum figures to IBC’s revised count for June 2006 are about 8:1 and 15:1 respectively.

These ratios are well within the ratios between comprehensive mortality studies and passive reporting found in other war zones around the world, which have varied from 5:1 to 20:1, as I noted earlier. But maybe IBC has counted more or less of the actual deaths since 2006 than than it did before. It must surely have tried to keep improving the scope of its data collection. On the other hand, in the most recent phase of the war, many people were killed by U.S.-led bombing and shelling in areas ruled by Islamic State, where people were punished or even executed for trying to communicate with the outside world.  So IBC’s data for this period may be more fragmentary than ever.

To arrive at a realistic minimum and maximum, we must allow for both these possibilities.  IBC’s 8:1 ratio to the Lancet study’s minimum number killed by 2006 may have fallen closer to the historic minimum ratio of 5:1, or its 15:1 ratio to the Lancet study’s maximum number in 2006 may have risen closer to the historic maximum of 20:1. Using a ratio of 6.5:1 to arrive at the minimum number of deaths and 17.5:1 for the maximum allows for a lower minimum and a higher maximum than in 2006, without equaling the most extreme ratios ever seen in other conflicts. That gives us a minimum of 760,000 Iraqis killed since July 2007, and a maximum of 2.04 million.

Adding these figures to the minimums and maximums we calculated for the period up to June 2007 gives us total minimum and maximum figures for the entire period since the U.S.-U.K. invasion of Iraq in 2003.  We can estimate that the number of Iraqis killed as a consequence of the illegal invasion of their country must be somewhere between 1.5 million and 3.4 million.  As is generally the case with such statistical ranges, the actual number of people killed is likely to be closer to our main estimate of 2.38 million than to either the minimum or maximum end of this range.

Call for a New Mortality Study in Iraq

It is very important that the public health community provide the world with accurate and up-to-date mortality surveys of Iraq and other post-9/11 war zones.

A new mortality study for Iraq must find a way to survey even the most dangerous areas, and it must finally develop realistic procedures to estimate deaths in cases where entire families have been killed, or where houses or apartments have been destroyed or abandoned.  This factor has been identified as a potential flaw in every mortality study in Iraq since 2004, and it is one that only becomes more significant as time passes.  This cannot be ignored, and neither should compensating for it be left to guesswork.

Survey teams could compile records of empty and destroyed homes within the clusters they are surveying, and they could ask neighbors about empty or destroyed houses where large numbers of people or entire families may have been killed. They could also survey refugees and internally displaced people to estimate deaths among these populations.

Epidemiologists have overcome very serious dangers and difficulties to develop techniques to accurately measure the human cost of war. Their work must continue, and it must keep developing and improving. They must overcome powerful political pressures, including from the guilty parties responsible for the carnage in the first place, to politicize and discredit their incredibly difficult but noble and vital work.

On the 15th anniversary of the illegal invasion of Iraq, the Center for Constitutional Rights in the U.S. renewed its call for the U.S. to pay war reparations to the people of Iraq. This is one way countries that are guilty of aggression and other war crimes have traditionally fulfilled their collective responsibility for the death and destruction they have caused.

In Blood On Our Hands, I concluded my account of the U.S. war in Iraq with a similar call for war reparations, and for war crimes prosecutions of the senior U.S. and U.K. civilian and military officials responsible for the “supreme international crime” of aggression and other systematic war crimes in Iraq.

Coming to terms with the true scale of the crimes committed remains an urgent moral, political and legal imperative for the people of Iraq, the United States, the United Kingdom, and for the whole world. The world will never hold major American and British war criminals accountable for their crimes as long as the public does not understand the full scale and horror of what they have done. And the world will not know peace as long as the most powerful aggressors can count on impunity for “the supreme international crime.”

 

How Many People Has the U.S. Killed in its Post-9/11 Wars? Part 2: Afghanistan and Pakistan

By Nicolas J.S. Davies

April 3, 2018

https://www.bing.com/search?q=How+Many+Millions+of+People+Have+Been+Killed+in+America%e2%80%99s+Post-9%2f11+Wars%3f+%e2%80%93+Part+Two&pc=cosp&ptag=G6C999N0588D010517A316A5D3C6E&conlogo=CT3210127&first=11&FORM=PERE

The numbers of casualties of U.S. wars since Sept. 11, 2001 have largely gone uncounted, but coming to terms with the true scale of the crimes committed remains an urgent moral, political and legal imperative, argues Nicolas J.S. Davies, in part two of his series.

In the first part of this series, I estimated that about 2.4 million Iraqis have been killed as a result of the illegal invasion of their country by the United States and the United Kingdom in 2003. I turn now to Afghan and Pakistani deaths in the ongoing 2001 U.S. intervention in Afghanistan. In part three, I will examine U.S.-caused war deaths in Libya, Somalia, Syria and Yemen.  According to Ret. U.S. General Tommy Franks, who led the war against the Taliban in Afghanistan in reaction to 9/11, the U.S. government does not keep track of civilian casualties that it causes. “You know, we don’t do body counts,” Franks once said. Whether that’s true or a count is covered up is difficult to know.

As I explained in part one, the U.S. has attempted to justify its invasions of Afghanistan and several other countries as a legitimate response to the terrorist crimes of 9/11. But the U.S. was not attacked by another country on that day, and no crime, however horrific, can justify 16 years of war – and counting – against a series of countries that did not attack the U.S.

As former Nuremberg prosecutor Benjamin Ferencz told NPR a week after the terrorist attacks, they were crimes against humanity, but not “war crimes,” because the U.S. was not at war. “It is never a legitimate response to punish people who are not responsible for the wrong done.” Ferencz explained. “We must make a distinction between punishing the guilty and punishing others. If you simply retaliate en masse by bombing Afghanistan, let us say, or the Taliban, you will kill many people who don’t believe in what has happened, who don’t approve of what has happened.”

As Ferencz predicted, we have killed “many people” who had nothing to do with the crimes of September 11. How many people? That is the subject of this report.

Afghanistan

In 2011, award-winning investigative journalist Gareth Porter was researching night raids by U.S. special operations forces in Afghanistan for his article, “How McChrystal and Petraeus Built an Indiscriminate Killing Machine.”  The expansion of night raids from 2009 to 2011 was a central element in Barack Obama’s escalation of the U.S. War in Afghanistan.  Porter documented a gradual 50-fold ramping up from 20 raids per month in May 2009 to over 1,000 raids per month by April 2011.

But strangely, the UN Assistance Mission to Afghanistan (UNAMA) reported a decrease in the numbers of civilians killed by U.S. forces in Afghanistan in 2010, including a decrease in the numbers of civilians killed in night raids from 135 in 2009 to only 80 in 2010.

UNAMA’s reports of civilian deaths are based on investigations by the Afghanistan Independent Human Rights Commission (AIHRC), so Noori Shah Noori, an Afghan journalist working with Porter on the article, interviewed Nader Nadery, a Commissioner of the AIHRC, to find out what was going on.

Nadery explained to Noori, “…that that figure represented only the number of civilian deaths from 13 incidents that had been fully investigated.  It excluded the deaths from 60 other incidents in which complaints had been received, but had not yet been thoroughly investigated.”

“Nadery has since estimated that the total civilian deaths for all 73 night raids about which it had complaints was 420,” Porter continued. “But the AIHRC admits that it does not have access to most of the districts dominated by the Taliban and that people in those districts are not aware of the possibility of complaining to the Commission about night raids.  So, neither the AIHRC nor the United Nations learns about a significant proportion – and very likely the majority – of night raids that end in civilian deaths.”

UNAMA has since updated its count of civilians killed in U.S. night raids in 2010 from 80 to 103, still nowhere close to Nadery’s estimate of 420.  But as Nadery explained, even that estimate must have been a small fraction of the number of civilian deaths in about 5,000 night raids that year, most of which were probably conducted in areas where people have no contact with UNAMA or the AIHRC.

As senior U.S. military officers admitted to Dana Priest and William Arkin of The Washington Post, more than half the raids conducted by U.S. special operations forces target the wrong person or house, so a large increase in civilian deaths was a predictable and expected result of such a massive expansion of these deadly “kill or capture” raids.

The massive escalation of U.S. night raids in 2010 probably made it an exceptional year, so it is unlikely that UNAMA’s reports regularly exclude as many uninvestigated reports of civilian deaths as in 2010.  But on the other hand, UNAMA’s annual reports never mention that their figures for civilian deaths are based only on investigations completed by the AIHRC, so it is unclear how unusual it was to omit 82 percent of reported incidents of civilian deaths in U.S. night raids from that year’s report.

We can only guess how many reported incidents have been omitted from UNAMA’s other annual reports since 2007, and, in any case, that would still tell us nothing about civilians killed in areas that have no contact with UNAMA or the AIHRC.

In fact, for the AIHRC, counting the dead is only a by-product of its main function, which is to investigate reports of human rights violations in Afghanistan.  But Porter and Noori’s research revealed that UNAMA’s reliance on investigations completed by the AIHRC as the basis for definitive statements about the number of civilians killed in Afghanistan in its reports has the effect of sweeping an unknown number of incomplete investigations and unreported civilian deaths down a kind of “memory hole,” writing them out of virtually all published accounts of the human cost of the war in Afghanistan.

UNAMA’s annual reports even include colorful pie-charts to bolster the false impression that these are realistic estimates of the number of civilians killed in a given year, and that pro-government forces and foreign occupation forces are only responsible for a small portion of them.

UNAMA’s systematic undercounts and meaningless pie-charts become the basis for headlines and news stories all over the world.  But they are all based on numbers that UNAMA and the AIHRC know very well to be a small fraction of civilian deaths in Afghanistan.  It is only a rare story like Porter’s in 2011 that gives any hint of this shocking reality.

In fact, UNAMA’s reports reflect only how many deaths the AIHRC staff have investigated in a given year, and may bear little or no relation to how many people have actually been killed. Seen in this light, the relatively small fluctuations in UNAMA’s reports of civilian deaths from year to year in Afghanistan seem just as likely to represent fluctuations in resources and staffing at the AIHRC as actual increases or decreases in the numbers of people killed.

If only one thing is clear about UNAMA’s reports of civilian deaths, it is that nobody should ever cite them as estimates of total numbers of civilians killed in Afghanistan – least of all UN and government officials and mainstream journalists who, knowingly or not, mislead millions of people when they repeat them.

Estimating Afghan Deaths Through the Fog of Official Deception

So the most widely cited figures for civilian deaths in Afghanistan are based, not just on “passive reporting,” but on misleading reports that knowingly ignore many or most of the deaths reported by bereaved families and local officials, while many or most civilian deaths are never reported to UNAMA or the AIHCR in the first place. So how can we come up with an intelligent or remotely accurate estimate of how many civilians have really been killed in Afghanistan?

Body Count: Casualty Figures After 10 Years of the “War On Terror”, published in 2015 by Physicians for Social Responsibility (PSR), a co-winner of the 1985 Nobel Peace Prize, estimated deaths of combatants and civilians in Afghanistan based on UNAMA’s reports and other sources.  Body Count’s figures for numbers of Afghan combatants killed seem more reliable than UNAMA’s undercounts of civilian deaths.

The Afghan government reported that 15,000 of its soldiers and police were killed through 2013.  The authors of Body Count took estimates of Taliban and other anti-government forces killed in 2001, 2007 and 2010 from other sources and extrapolated to years for which no estimates were available, based on other measures of the intensity of the conflict (numbers of air strikes, night raids etc,).  They estimated that 55,000 “insurgents” were killed by the end of 2013.

The years since 2013 have been increasingly violent for the people of Afghanistan.  With reductions in U.S. and NATO occupation forces, Afghan pro-government forces now bear the brunt of combat against their fiercely independent countrymen, and another 25,000 soldiers and police have been killed since 2013, according to my own calculations from news reports and this study by the Watson Institute at Brown University.

If the same number of anti-government fighters have been killed, that would mean that at least 120,000 Afghan combatants have been killed since 2001.  But, since pro-government forces are armed with heavier weapons and are still backed by U.S. air support, anti-government losses are likely to be greater than those of government troops.  So a more realistic estimate would be that between 130,000 and 150,000 Afghan combatants have been killed.

The more difficult task is to estimate how many civilians have been killed in Afghanistan through the fog of UNAMA’s misinformation.  UNAMA’s passive reporting has been deeply flawed, based on completed investigations of as few as 18 percent of reported incidents, as in the case of night raid deaths in 2010, with no reports at all from large parts of the country where the Taliban are most active and most U.S. air strikes and night raids take place. The Taliban appear to have never published any numbers of civilian deaths in areas under its control, but it has challenged UNAMA’s figures.

There has been no attempt to conduct a serious mortality study in Afghanistan like the 2006 Lancet study in Iraq.  The world owes the people of Afghanistan that kind of serious accounting for the human cost of the war it has allowed to engulf them.  But it seems unlikely that that will happen before the world fulfills the more urgent task of ending the now 16-year-old war.

Body Count took estimates by Neta Crawford and the Costs of War project at Boston University for 2001-6, plus the UN’s flawed count since 2007, and multiplied them by a minimum of 5 and a maximum of 8, to produce a range of 106,000 to 170,000 civilians killed from 2001 to 2013.  The authors seem to have been unaware of the flaws in UNAMA’s reports revealed to Porter and Noori by Nadery in 2011.

But Body Count did acknowledge the very conservative nature of its estimate, noting that, “compared to Iraq, where urbanization is more pronounced, and monitoring by local and foreign press is more pronounced than in Afghanistan, the registration of civilian deaths has been much more fragmentary.”

In my 2016 article, “Playing Games With War Deaths,” I suggested that the ratio of passive reporting to actual civilian deaths in Afghanistan was therefore more likely to fall between the ratios found in Iraq in 2006 (12:1) and Guatemala at the end of its Civil War in 1996 (20:1).

Mortality in Guatemala and Afghanistan

In fact, the geographical and military situation in Afghanistan is more analogous to Guatemala, with many years of war in remote, mountainous areas against an indigenous civilian population who have taken up arms against a corrupt, foreign-backed central government.

The Guatemalan Civil War lasted from 1960 to 1996.  The deadliest phase of the war was unleashed when the Reagan administration restored U.S. military aid to Guatemala in 1981,after a meeting between former Deputy CIA Director Vernon Walters and President Romeo Lucas García, in Guatemala.

U.S. military adviser Lieutenant Colonel George Maynes and President Lucas’s brother, General Benedicto Lucas, planned a campaign called Operation Ash, in which 15,000 Guatemalan troops swept through the Ixil region massacring indigenous communities and burning hundreds of villages.

CIA documents that Robert Parry unearthed at the Reagan library and in other U.S. archives specifically defined the targets of this campaign to include “the civilian support mechanism” of the guerrillas, in effect the entire rural indigenous population.  A CIA report from February 1982 described how this worked in practice in Ixil:

“The commanding officers of the units involved have been instructed to destroy all towns and villages which are cooperating with the Guerrilla Army of the Poor [the EGP] and eliminate all sources of resistance,” the report said. “Since the operation began, several villages have been burned to the ground, and a large number of guerrillas and collaborators have been killed.”

Guatemalan President Rios Montt, who died on Sunday, seized power in a coup in 1983 and continued the campaign in Ixil. He was prosecuted for genocide, but neither Walters, Mayne nor any other American official have been charged for helping to plan and support the mass killings in Guatemala.

At the time, many villages in Ixil were not even marked on official maps and there were no paved roads in this remote region (there are still very few today).  As in Afghanistan, the outside world had no idea of the scale and brutality of the killing and destruction.

One of the demands of the Guerrilla Army of the Poor (EGP), the Revolutionary Organization of Armed People (ORPA) and other revolutionary groups in the negotiations that led to the 1996 peace agreement in Guatemala was for a genuine accounting of the reality of the war, including how many people were killed and who killed them.

The UN-sponsored Historical Clarification Commission documented 626 massacres, and found that about 200,000 people had been killed in Guatemala’s civil war.  At least 93 percent were killed by U.S.-backed military forces and death squads and only 3 percent by the guerrillas, with 4 percent unknown.  The total number of people killed was 20 times previous estimates based on passive reporting.

Mortality studies in other countries (like Angola, Bosnia, the Democratic Republic of Congo, Iraq, Kosovo, Rwanda, Sudan and Uganda) have never found a larger discrepancy between passive reporting and mortality studies than in Guatemala.

Based on the discrepancy between passive reporting in Guatemala and what the U.N. ultimately found there, UNAMA appears to have reported less than 5 percent of actual civilian deaths in Afghanistan, which would be unprecedented.

Costs of War and UNAMA have counted 36,754 civilian deaths up to the end of 2017.  If these (extremely) passive reports represent 5 percent of total civilian deaths, as in Guatemala, the actual death toll would be about 735,000.  If UNAMA has in fact eclipsed Guatemala’s previously unsurpassed record of undercounting civilian deaths and only counted 3 or 4 percent of actual deaths, then the real total could be as high as 1.23 million.  If the ratio were only the same as originally found in Iraq in 2006 (14:1 – before Iraq Body Count revised its figures), it would be only 515,000.

Adding these figures to my estimate of Afghan combatants killed on both sides, we can make a rough estimate that about 875,000 Afghans have been killed since 2001, with a minimum of 640,000 and a maximum of 1.4 million.

Pakistan

The U.S. expanded its war in Afghanistan into Pakistan in 2004.  The CIA began launching drone strikes, and the Pakistani military, under U.S. pressure, launched a military campaign against militants in South Waziristan suspected of links to Al Qaeda and the Afghan Taliban.  Since then, the U.S. has conducted at least 430 drone strikes in Pakistan, according to the Bureau of Investigative Journalism, and the Pakistani military has conducted several operations in areas bordering Afghanistan.

The beautiful Swat valley (once called “the Switzerland of the East” by the visiting Queen Elizabeth of the U.K.) and three neighboring districts were taken over by the Pakistani Taliban between 2007 and 2009.  They were retaken by the Pakistani Army in 2009 in a devastating military campaign that left 3.4 million people as refugees.

The Bureau of Investigative Journalism reports that 2,515 to 4,026 people have been killed in U.S. drone strikes in Pakistan, but that is a small fraction of total war deaths in Pakistan.  Crawford and the Costs of War program at Boston University estimated the number of Pakistanis killed at about 61,300 through August 2016, based mainly on reports by the Pak Institute for Peace Studies (PIPS) in Islamabad and the South Asia Terrorism Portal (SATP) in New Delhi.  That included 8,200 soldiers and police, 31,000 rebel fighters and 22,100 civilians.

Costs of War’s estimate for rebel fighters killed was an average of 29,000 reported by PIPS and 33,000 reported by SATP, which SATP has since updated to 33,950.  SATP has updated its count of civilian deaths to 22,230.

If we accept the higher of these passively reported figures for the numbers of combatants killed on both sides and use historically typical 5:1 to 20:1 ratios to passive reports to generate a minimum and maximum number of civilian deaths, that would mean that between 150,000 and 500,000 Pakistanis have been killed.

A reasonable mid-point estimate would be that about 325,000 people have been killed in Pakistan as a result of the U.S. War in Afghanistan spilling across its borders.

Combining my estimates for Afghanistan and Pakistan, I estimate that about 1.2 million Afghans and Pakistanis have been killed as a result of the U.S. invasion of Afghanistan in 2001.

 

How Many Millions Have Been Killed in America’s Post-9/11 Wars? Part 3: Libya, Syria, Somalia and Yemen

By Nicolas J S Davies Special to Consortium News

April 25, 2018

April 25, 2018

https://www.bing.com/search?q=Nicolas%20J.S.%20Davies%2C%20Consortium%20News%2C%20How%20Many%20People%20Has%20the%20U.S.%20Killed%20in%20its%20Post-9%2F11%20Wars%3F%20Part%203%2C%20Libya&pc=cosp&ptag=G6C999N0588D010517A316A5D3C6E&form=CONBDF&conlogo=CT3210127

In the third and final part of his series, Nicolas JS Davies investigates the death toll of U.S. covert and proxy wars in Libya, Syria, Somalia and Yemen and underscores the importance of comprehensive war mortality studies.

 

In the first two parts of this report, I have estimated that about 2.4 million people have been killed as a result of the U.S. invasion of Iraq, while about 1.2 million have been killed in Afghanistan and Pakistan as a result of the U.S.-led war in Afghanistan.  In the third and final part of this report, I will estimate how many people have been killed as a result of U.S. military and CIA interventions in Libya, Syria, Somalia and Yemen.

Of the countries that the U.S. has attacked and destabilized since 2001, only Iraq has been the subject of comprehensive “active” mortality studies that can reveal otherwise unreported deaths. An “active” mortality study is one that “actively” surveys households to find deaths that have not previously been reported by news reports or other published sources.

These studies are often carried out by people who work in the field of public health, like Les Roberts at Columbia University, Gilbert Burnham at Johns Hopkins and Riyadh Lafta at Mustansiriya University in Baghdad, who co-authored the 2006 Lancet study of Iraq war mortality.  In defending their studies in Iraq and their results, they emphasized that their Iraqi survey teams were independent of the occupation government and that that was an important factor in the objectivity of their studies and the willingness of people in Iraq to talk honestly with them.

Comprehensive mortality studies in other war-torn countries (like Angola, Bosnia, the Democratic Republic of Congo, Guatemala, Iraq, Kosovo, Rwanda, Sudan and Uganda) have revealed total numbers of deaths that are 5 to 20 times those previously revealed by “passive” reporting based on news reports, hospital records and/or human rights investigations.

In the absence of such comprehensive studies in Afghanistan, Pakistan, Libya, Syria, Somalia and Yemen, I have evaluated passive reports of war deaths and tried to assess what proportion of actual deaths these passive reports are likely to have counted by the methods they have used, based on ratios of actual deaths to passively reported deaths found in other war-zones.

I have only estimated violent deaths.  None of my estimates include deaths from the indirect effects of these wars, such as the destruction of hospitals and health systems, the spread of otherwise preventable diseases and the effects of malnutrition and environmental pollution, which have also been substantial in all these countries.

For Iraq, my final estimate of about 2.4 million people killed was based on accepting the estimates of the 2006 Lancet studyand the 2007 Opinion Research Business (ORB) survey, which were consistent with each other, and then applying the same ratio of actual deaths to passively reported deaths (11.5:1) as between the Lancet study and Iraq Body Count (IBC) in 2006 to IBC’s count for the years since 2007.

For Afghanistan, I estimated that about 875,000 Afghans have been killed.  I explained that the annual reports on civilian casualties by the UN Assistance Mission to Afghanistan (UNAMA) are based only on investigations completed by the Afghanistan Independent Human Rights Commission (AIHRC), and that they knowingly exclude large numbers of reports of civilian deaths that the AIHRC has not yet investigated or for which it has not completed its investigations.  UNAMA’s reports also lack any reporting at all from many areas of the country where the Taliban and other Afghan resistance forces are active, and where many or most U.S. air strikes and night raids therefore take place.

I concluded that UNAMA’s reporting of civilian deaths in Afghanistan appears to be as inadequate as the extreme under-reporting found at the end of the Guatemalan Civil War, when the UN-sponsored Historical Verification Commission revealed 20 times more deaths than previously reported.

For Pakistan, I estimated that about 325,000 people had been killed.  That was based on published estimates of combatant deaths, and on applying an average of the ratios found in previous wars (12.5:1) to the number of civilian deaths reported by the South Asia Terrorism Portal (SATP) in India.

Estimating Deaths in Libya, Syria, Somalia and Yemen

In the third and final part of this report, I will estimate the death toll caused by U.S. covert and proxy wars in Libya, Syria, Somalia and Yemen.

Senior U.S. military officers have hailed the U.S. doctrine of covert and proxy war that found its full flowering under the Obama administration as a “disguised, quiet, media-free” approach to war, and have traced the development of this doctrine back to U.S. wars in Central America in the 1980s.  While the U.S. recruitment, training, command and control of death squads in Iraq was dubbed “the Salvador Option,” U.S. strategy in Libya, Syria, Somalia and Yemen has in fact followed this model even more closely.

These wars have been catastrophic for the people of all these countries, but the U.S.’s “disguised, quiet, media-free” approach to them has been so successful in propaganda terms that most Americans know very little about the U.S. role in the intractable violence and chaos that has engulfed them.

The very public nature of the illegal but largely symbolic missile strikes on Syria on April 14, 2018 stands in sharp contrast to the “disguised, quiet, media-free” U.S.-led bombing campaign that has destroyed Raqqa, Mosul and several other Syrian and Iraqi cities with more than 100,000 bombs and missiles since 2014.

The people of Mosul, Raqqa, Kobane, Sirte, Fallujah, Ramadi, Tawergha and Deir Ez-Zor have died like trees falling in a forest where there were no Western reporters or TV crews to record their massacres.  As Harold Pinter asked of earlier U.S. war crimes in his 2005 Nobel acceptance speech,

“Did they take place?  And are they in all cases attributable to U.S. foreign policy?  The answer is yes, they did take place, and they are in all cases attributable to American foreign policy. But you wouldn’t know it.  It never happened. Nothing ever happened. Even while it was happening, it wasn’t happening. It didn’t matter. It was of no interest.”

For more detailed background on the critical role the U.S. has played in each of these wars, please read my article, “Giving War Too Many Chances,” published in January 2018.

Libya

The only legal justification for NATO and its Arab monarchist allies to have dropped at least 7,700 bombs and missiles on Libya and invaded it with special operations forces beginning in February 2011 was UN Security Council resolution 1973, which authorized “all necessary measures” for the narrowly defined purpose of protecting civilians in Libya.

But the war instead killed far more civilians than any estimate of the number killed in the initial rebellion in February and March 2011, which ranged from 1,000 (a UN estimate) to 6,000 (according to the Libyan Human Rights League).  So the war clearly failed in its stated, authorized purpose, to protect civilians, even as it succeeded in a different and unauthorized one: the illegal overthrow of the Libyan government.

SC resolution 1973 expressly prohibited “a foreign occupation force of any form on any part of Libyan territory.”  But NATO and its allies launched a covert invasion of Libya by thousands of Qatari and Western special operations forces, who planned the rebels’ advance across the country, called in air strikes against government forces and led the final assault on the Bab al-Aziziya military headquarters in Tripoli.

Qatari Chief of Staff Major General Hamad bin Ali al-Atiya, proudly told AFP,

“We were among them and the numbers of Qataris on the ground were in the hundreds in every region.  Training and communications had been in Qatari hands. Qatar… supervised the rebels’ plans because they are civilians and did not have enough military experience. We acted as the link between the rebels and NATO forces.”

There are credible reports that a French security officer may even have delivered the coup de grace that killed Libyan leader Muammar Gaddafi, after he was captured, tortured and sodomized with a knife by the “NATO rebels.”

A parliamentary Foreign Affairs Committee inquiry in the U.K. in 2016 concluded that a “limited intervention to protect civilians drifted into an opportunistic policy of regime change by military means,” resulting in, “political and economic collapse, inter-militia and inter-tribal warfare, humanitarian and migrant crises, widespread human rights violations, the spread of Gaddafi regime weapons across the region and the growth of Isil [Islamic State] in north Africa.”

Passive Reports of Civilian Deaths in Libya

Once the Libyan government was overthrown, journalists tried to inquire about the sensitive subject of civilian deaths, which was so critical to the legal and political justifications for the war.  But the National Transitional Council (NTC), the unstable new government formed by Western-backed exiles and rebels, stopped issuing public casualty estimates and ordered hospital staff not to release information to reporters.

In any case, as in Iraq and Afghanistan, morgues were overflowing during the war and many people buried their loved ones in their backyards or wherever they could, without taking them to hospitals.

A rebel leader estimated in August 2011 that 50,000 Libyans had been killed.  Then, on September 8th 2011, Naji Barakat, the NTC’s new health minister, issued a statement that 30,000 people had been killed and another 4,000 were missing, based on a survey of hospitals, local officials and rebel commanders in the majority of the country that the NTC by then controlled.  He said it would take several more weeks to complete the survey, so he expected the final figure to be higher.

Barakat’s statement did not include separate counts of combatant and civilian deaths.  But he said that about half of the 30,000 reported dead were troops loyal to the government, including 9,000 members of the Khamis Brigade, led by Gaddafi’s son Khamis.  Barakat asked the public to report deaths in their families and details of missing persons when they came to mosques for prayers that Friday. The NTC’s estimate of 30,000 people killed appeared to consist mainly of combatants on both sides.

The most comprehensive survey of war deaths since the end of the 2011 war in Libya was an “epidemiological community-based study” titled “Libyan Armed Conflict 2011: Mortality, Injury and Population Displacement.”  It was authored by three medical professors from Tripoli, and published in the African Journal of Emergency Medicine in 2015.

The authors took records of war deaths, injuries and displacement collected by the Ministry of Housing and Planning, and sent teams to conduct face-to-face interviews with a member of each family to verify how many members of their household were killed, wounded or displaced.  They did not try to separate the killing of civilians from the deaths of combatants.

Nor did they try to statistically estimate previously unreported deaths through the “cluster sample survey” method of the Lancet study in Iraq.  But the Libyan Armed Conflict study is the most complete record of confirmed deaths in the war in Libya up to February 2012, and it confirmed the deaths of at least 21,490 people.

In 2014, the ongoing chaos and factional fighting in Libya flared up into what Wikipedia now calls a second Libyan Civil War. A group called Libya Body Count (LBC) began tabulating violent deaths in Libya, based on media reports, on the model of Iraq Body Count (IBC).  But LBC only did so for three years, from January 2014 until December 2016.  It counted 2,825 deaths in 2014, 1,523 in 2015 and 1,523 in 2016. (The LBC website says it was just a coincidence that the number was identical in 2015 and 2016.)

The U.K.-based Armed Conflict Location and Event Data (ACLED) project has also kept a count of violent deaths in Libya.  ACLED counted 4,062 deaths in 2014-6, compared with 5,871 counted by Libya Body Count.  For the remaining periods between March 2012 and March 2018 that LBC did not cover, ACLED has counted 1,874 deaths.

If LBC had covered the whole period since March 2012, and found the same proportionally higher number than ACLED as it did for 2014-6, it would have counted 8,580 people killed.

Estimating How Many People Have Really Been Killed in Libya

Combining the figures from the Libyan Armed Conflict 2011 study and our combined, projected figure from Libya Body Count and ACLED gives a total of 30,070 passively reported deaths since February 2011.

The Libyan Armed Conflict (LAC) study was based on official records in a country that had not had a stable, unified government for about 4 years, while Libya Body Count was a fledgling effort to emulate Iraq Body Count that tried to cast a wider net by not relying only on English-language news sources.

In Iraq, the ratio between the 2006 Lancet study and Iraq Body Count was higher because IBC was only counting civilians, while the Lancet study counted Iraqi combatants as well as civilians.  Unlike Iraq Body Count, both our main passive sources in Libya counted both civilians and combatants.  Based on the one-line descriptions of each incident in the Libya Body Countdatabase, LBC’s total appears to include roughly half combatants and half civilians.

Military casualties are generally counted more accurately than civilian ones, and military forces have an interest in accurately assessing enemy casualties as well as identifying their own. The opposite is true of civilian casualties, which are nearly always evidence of war crimes that the forces who killed them have a strong interest in suppressing.

So, in Afghanistan and Pakistan, I treated combatants and civilians separately, applying typical ratios between passive reporting and mortality studies only to civilians, while accepting reported combatant deaths as they were passively reported.

But the forces fighting in Libya are not a national army with the strict chain of command and organizational structure that results in accurate reporting of military casualties in other countries and conflicts, so both civilian and combatant deaths appear to be significantly under-reported by my two main sources, the Libya Armed Conflict study and Libya Body Count.  In fact, the National Transitional Council’s (NTC) estimates  from August and September 2011 of 30,000 deaths were already much higher than the numbers of war deaths in the LAC study.

When the 2006 Lancet study of mortality in Iraq was published, it revealed 14 times the number of deaths counted in Iraq Body Count’s list of civilian deaths.  But IBC later discovered more deaths from that period, reducing the ratio between the Lancet study’s estimate and IBC’s revised count to 11.5:1.

The combined totals from the Libya Armed Conflict 2011 study and Libya Body Count appear to be a larger proportion of total violent deaths than Iraq Body Count has counted in Iraq, mainly because LAC and LBC both counted combatants as well as civilians, and because Libya Body Count included deaths reported in Arabic news sources, while IBC relies almost entirely on English language news sources and generally requires “a minimum of two independent data sources” before recording each death.

In other conflicts, passive reporting has never succeeded in counting more than a fifth of the deaths found by comprehensive, “active” epidemiological studies.  Taking all these factors into account, the true number of people killed in Libya appears to be somewhere between five and twelve times the numbers counted by the Libya Armed Conflict 2011 study, Libya Body Count and ACLED.

So I estimate that about 250,000 Libyans have been killed in the war, violence and chaos that the U.S. and its allies unleashed in Libya in February 2011, and which continues to the present day.  Taking 5:1 and 12:1 ratios to passively counted deaths as outer limits, the minimum number of people that have been killed would be 150,000 and the maximum would be 360,000.

Syria

The “disguised, quiet, media-free” U.S. role in Syria began in late 2011 with a CIA operation to funnel foreign fighters and weapons through Turkey and Jordan into Syria, working with Qatar and Saudi Arabia to militarize unrest that began with peaceful Arab Spring protests against Syria’s Baathist government.

The mostly leftist and democratic Syrian political groupscoordinating non-violent protests in Syria in 2011 strongly opposed these foreign efforts to unleash a civil war, and issued strong statements opposing violence, sectarianism and foreign intervention.

But even as a December 2011 Qatari-sponsored opinion poll found that 55% of Syrians supported their government, the U.S. and its allies were committed to adapting their Libyan regime change model to Syria, knowing full well from the outset that this war would be much bloodier and more destructive.

The CIA and its Arab monarchist partners eventually funneled thousands of tons of weapons and thousands of foreign Al-Qaeda-linked jihadis into Syria.  The weapons came first from Libya, then from Croatia and the Balkans. They included howitzers, missile launchers and other heavy weapons, sniper rifles, rocket propelled grenades, mortars and small arms, and the U.S. eventually directly supplied powerful anti-tank missiles.

Meanwhile, instead of cooperating with Kofi Annan’s UN-backed efforts to bring peace to Syria in 2012, the U.S. and its allies held three “Friends of Syria” conferences, where they pursued their own “Plan B,” pledging ever-growing support to the increasingly Al-Qaeda-dominated rebels.  Kofi Annan quit his thankless role in disgust after Secretary of State Clinton and her British, French and Saudi allies cynically undermined his peace plan.

The rest, as they say, is history, a history of ever-spreading violence and chaos that has drawn the U.S., U.K., France, Russia, Iran and all of Syria’s neighbors into its bloody vortex.  As Phyllis Bennis of the Institute for Policy Studies has observed, these external powers have all been ready to fight over Syria “to the last Syrian.”

The bombing campaign that President Obama launched against Islamic State in 2014 is the heaviest bombing campaign since the U.S. War in Vietnam, dropping more than 100,000 bombs and missiles on Syria and Iraq.  Patrick Cockburn, the veteran Middle East correspondent of the U.K.’s Independent newspaper, recently visited Raqqa, formerly Syria’s 6th largest city, and wrote that, “The destruction is total.”

“In other Syrian cities bombed or shelled to the point of oblivion there is at least one district that has survived intact,” Cockburn wrote. “This is the case even in Mosul in Iraq, though much of it was pounded into rubble. But in Raqqa the damage and the demoralization are all pervasive.  When something does work, such as a single traffic light, the only one to do so in the city, people express surprise.”

Estimating Violent Deaths in Syria

Every public estimate of the numbers of people killed in Syria that I have found comes directly or indirectly from the Syrian Observatory for Human Rights (SOHR), run by Rami Abdulrahman in Coventry in the U.K.  He is a former political prisoner from Syria, and he works with four assistants in Syria who in turn draw on a network of about 230 anti-government activists across the country.  His work receives some funding from the European Union, and also reportedly some from the U.K. government.

Wikipedia cites the Syrian Centre for Policy Research as a separate source with a higher fatality estimate, but this is in fact a projection from SOHR’s figures.  Lower estimates by the UN appear to also be based mainly on SOHR’s reports.

SOHR has been criticized for its unabashedly opposition viewpoint, leading some to question the objectivity of its data.  It appears to have seriously undercounted civilians killed by U.S. air strikes, but this could also be due to the difficulty and danger of reporting from IS-held territory, as has also been the case in Iraq.

SOHR acknowledges that its count cannot be a total estimate of all the people killed in Syria.  In its most recent report in March 2018, it added 100,000 to its tally to compensate for under-reporting, another 45,000 to account for prisoners killed or disappeared in government custody and 12,000 for people killed, disappeared or missing in Islamic State or other rebel custody.

Leaving aside these adjustments, SOHR’s March 2018 reportdocuments the deaths of 353,935 combatants and civilians in Syria.  That total is comprised of 106,390 civilians; 63,820 Syrian troops; 58,130 members of pro-government militias (including 1,630 from Hezbollah and 7,686 other foreigners); 63,360 Islamic State, Jabhat Fateh al-Sham (formerly Jabhat al-Nusra) and other Islamist jihadis; 62,039 other anti-government combatants; and 196 unidentified bodies.

Breaking this down simply into civilians and combatants, that is 106,488 civilians and 247,447 combatants killed (with the 196 unidentified bodies divided equally), including 63,820 Syrian Army troops.

The SOHR’s count is not a comprehensive statistical survey like the 2006 Lancet study in Iraq.  But regardless of its pro-rebel viewpoint, the SOHR appears to be one of the most comprehensive efforts to “passively” count the dead in any recent war.

Like military institutions in other countries, the Syrian Army probably keeps fairly accurate casualty figures for its own troops.  Excluding actual military casualties, it would be unprecedented for SOHR to have counted more than 20% of other people killed in Syria’s Civil War. But SOHR’s reporting may well be as thorough as any previous efforts to count the dead by “passive” methods.

Taking the SOHR’s passively reported figures for non-military war deaths as 20% of the real total killed would mean that 1.45 million civilians and non-military combatants have been killed.  After adding the 64,000 Syrian troops killed to that number, I estimate that about 1.5 million people have been killed in Syria.

If SOHR has been more successful than any previous “passive” effort to count the dead in a war, and has counted 25% or 30% of the people killed, the real number killed could be as low as 1 million.  If it has not been as successful as it seems, and its count is closer to what has been typical in other conflicts, then as many as 2 million people may well have been killed.

Somalia

Most Americans remember the U.S. intervention in Somalia that led to the “Black Hawk Down” incident and the withdrawal of U.S. troops in 1993.  But most Americans do not remember, or may never have known, that the U.S. made another “disguised, quiet, media-free” intervention in Somalia in 2006, in support of an Ethiopian military invasion.

Somalia was finally “pulling itself up by its bootstraps” under the governance of the Islamic Courts Union (ICU), a union of local traditional courts who agreed to work together to govern the country.  The ICU allied with a warlord in Mogadishu and defeated the other warlords who had ruled private fiefdoms since the collapse of the central government in 1991.  People who knew the country well hailed the ICU as a hopeful development for peace and stability in Somalia.

But in the context of its “war on terror,” the U.S. government identified the Islamic Courts Union as an enemy and a target for military action.  The U.S. allied with Ethiopia, Somalia’s traditional regional rival (and a majority Christian country), and conducted air strikes and special forces operations to support an Ethiopian invasion of Somalia to remove the ICU from power. As in every other country the U.S. and its proxies have invaded since 2001, the effect was to plunge Somalia back into violence and chaos that continues to this day.

Estimating the Death Toll in Somalia

Passive sources put the violent death toll in Somalia since the U.S.-backed Ethiopian invasion in 2006 at 20,171 (Uppsala Conflict Data Program (UCDP) – through 2016) and 24,631 (Armed Conflict Location and Event Data Project  (ACLED)).  But an award-winning local NGO, the Elman Peace and Human Rights Centre in Mogadishu, which tracked deaths only for 2007 and 2008, counted 16,210 violent deaths in those two years alone, 4.7 times the number counted by UCDP and 5.8 times ACLED’s tally for those two years.

In Libya, Libya Body Count only counted 1.45 times as many deaths as ACLED.  In Somalia, Elman Peace counted 5.8 times more than ACLED – the difference between the two was 4 times as great.  This suggests that Elman Peace’s counting was about twice as thorough as Libya Body Count’s, while ACLED seems to be about half as effective at counting war deaths in Somalia as in Libya.

UCDP logged higher numbers of deaths than ACLED from 2006 until 2012, while ACLED has published higher numbers than UCDP since 2013.  The average of their two counts gives a total of 23,916 violent deaths from July 2006 to 2017. If Elman Peace had kept counting war deaths and had continued to find 5.25 ( the average of 4.7 and 5.8) times the numbers found by these international monitoring groups, it would by now have counted about 125,000 violent deaths since the U.S.-backed Ethiopian invasion in July 2006.

But while Elman Peace counted many more deaths than UCDP or ACLED, this was still just a “passive” count of war deaths in Somalia.  To estimate the total number of war deaths that have resulted from the U.S. decision to destroy Somalia’s fledgling ICU government, we must multiply these figures by a ratio that falls somewhere between those found in other conflicts, between 5:1 and 20:1.

Applying a 5:1 ratio to my projection of what the Elman Project might have counted by now yields a total of 625,000 deaths.  Applying a 20:1 ratio to the much lower counts by UCDP and ACLED would give a lower figure of 480,000.

It is very unlikely that the Elman Project was counting more than 20% of actual deaths all over Somalia.  On the other hand, UCDP and ACLED were only counting reports of deaths in Somalia from their bases in Sweden and the U.K., based on published reports, so they may well have counted less than 5% of actual deaths.

If the Elman Project was only capturing 15% of total deaths instead of 20%, that would suggest that 830,000 people have been killed since 2006.  If UCDP’s and ACLED’s counts have captured more than 5% of total deaths, the real total could be lower than 480,000. But that would imply that the Elman Project was identifying an even higher proportion of actual deaths, which would be unprecedented for such a project.

So I estimate that the true number of people killed in Somalia since 2006 must be somewhere between 500,000 and 850,000, with most likely about 650,000 violent deaths.

Yemen

The U.S. is part of a coalition that has been bombing Yemen since 2015 in an effort to restore former President Abdrabbuh Mansur Hadi to power.  Hadi was elected in 2012 after Arab Spring protests and armed uprisings forced Yemen’s previous U.S.-backed dictator, Ali Abdullah Saleh, to resign in November 2011.

Hadi’s mandate was to draw up a new constitution and organize a new election within two years.  He did neither of these things, so the powerful Zaidi Houthi movement invaded the capital in September 2014, placed Hadi under house arrest and demanded that he and his government fulfill their mandate and organize a new election.

The Zaidis are a unique Shiite sect who make up 45% of Yemen’s population.  Zaidi Imams ruled most of Yemen for over a thousand years. Sunnis and Zaidis have lived together peacefully in Yemen for centuries, intermarriage is common and they pray in the same mosques.

The last Zaidi Imam was overthrown in a civil war in the 1960s.  In that war, the Saudis supported the Zaidi royalists, while Egypt invaded Yemen to support the republican forces who eventually formed the Yemen Arab Republic in 1970.

In 2014, Hadi refused to cooperate with the Houthis, and resigned in January 2015.  He fled to Aden, his hometown, and then to Saudi Arabia, which launched a savage U.S.-backed bombing campaign and naval blockade to try to restore him to power.

While Saudi Arabia is conducting most of the air strikes, the U.S. has sold most of the planes, bombs, missiles and other weapons it is using.  The U.K. is the Saudis’ second largest arms supplier. Without U.S. satellite intelligence and in-air refueling, Saudi Arabia could not conduct airstrikes all over Yemen as it is doing.  So a cut-off of U.S. weapons, in-air refueling and diplomatic support could be decisive in ending the war.

Estimating War Deaths in Yemen

Published estimates of war deaths in Yemen are based on regular surveys of hospitals there by the World Health Organization, often relayed by the UN Office for the Coordination of Humanitarian Affairs (UNOCHA).  The most recent estimate, from December 2017, is that 9,245 people have been killed, including 5,558 civilians.

But UNOCHA’s December 2017 report included a note that, “Due to the high number of health facilities that are not functioning or partially functioning as a result of the conflict, these numbers are underreported and likely higher.”

Even when hospitals are fully functioning, many people killed in war do not ever make it to a hospital.  Several hospitals in Yemen have been struck by Saudi air strikes, there is a naval blockade that restricts imports of medicine, and supplies of electricity, water, food and fuel have all been affected by the bombing and the blockade.  So the WHO’s summaries of mortality reports from hospitals are likely to be a small fraction of the real numbers of people killed.

ACLED reports a slightly lower figure than the WHO: 7,846 through the end of 2017.  But unlike the WHO, ACLED has up to date data for 2018, and reports another 2,193 deaths since January.  If the WHO continues to report 18% more deaths than ACLED, the WHO’s total up to the present would be 11,833.

Even UNOCHA and the WHO acknowledge substantial underreporting of war deaths in Yemen, and the ratio between the WHO’s passive reports and actual deaths appears to be toward the higher end of the range found in other wars, which has varied between 5:1 and 20:1.  I estimate that about 175,000 people have been killed – 15 times the numbers reported by the WHO and ACLED – with a minimum of 120,000 and a maximum of 240,000.

The True Human Cost of U.S. Wars

Altogether, in the three parts of this report, I have estimated that America’s post-9/11 wars have killed about 6 million people.  Maybe the true number is only 5 million. Or maybe it is 7 million. But I am quite certain that it is several millions.

It is not only hundreds of thousands, as many otherwise well-informed people believe, because compilations of “passive reporting” can never amount to more than a fraction of the actual numbers of people killed in countries living through the kind of violence and chaos that our country’s aggression has unleashed on them since 2001.

The systematic reporting of the Syrian Observatory for Human Rights has surely captured a larger fraction of actual deaths than the small number of completed investigations deceptively reported as mortality estimates by the UN Assistance Mission to Afghanistan.  But both of them still only represent a fraction of total deaths.

And the true number of people killed is most definitely not in the tens of thousands, as most of the general public in the U.S.and in the U.K. have been led to believe, according to opinion polls.

We urgently need public health experts to conduct comprehensive mortality studies in all the countries the U.S. has plunged into war since 2001, so that the world can respond appropriately to the true scale of death and destruction these wars have caused.

As Barbara Lee presciently warned her colleagues before she cast her lone dissenting vote in 2001, we have “become the evil we deplore.”  But these wars have not been accompanied by fearsome military parades (not yet) or speeches about conquering the world. Instead they have been politically justified by “information warfare” to demonize enemies and fabricate crises, and then waged in a “disguised, quiet, media free” way, to hide their cost in human blood from the American public and the world.

After 16 years of war, about 6 million violent deaths, 6 countries utterly destroyed and many more destabilized, it is urgent that the American public come to terms with the true human cost of our country’s wars and how we have been manipulated and misled into turning a blind eye to them – before they go on even longer, destroy more countries, further undermine the rule of international law and kill millions more of our fellow human beings.

As Hannah Arendt wrote in The Origins of Totalitarianism, “We can no longer afford to take that which is good in the past and simply call it our heritage, to discard the bad and simply think of it as a dead load which by itself time will bury in oblivion.  The subterranean stream of Western history has finally come to the surface and usurped the dignity of our tradition. This is the reality in which we live.”

 

 

Combien de millions de personnes ont été tuées dans les guerres américaines qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 ? (3ème partie)

par Nicolas J.S. Davies

25 avril 2018

Sources : http://lesakerfrancophone.fr/combien-de-millions-de-personnes-ont-ete-tuees-dans-les-guerres-americaines-qui-ont-suivi-les-attentats-du-11-septembre-2001

https://www.les-crises.fr/combien-de-millions-de-personnes-ont-ete-tuees-dans-les-guerres-americaines-qui-ont-suivi-les-attentats-du-11-septembre-2001-partie-3-libye-syrie-somalie-et-yemen-par-nicolas-j-s-davies/

Source originaire : https://consortiumnews.com/2018/04/25/how-many-millions-have-been-killed-in-americas-post-9-11-wars-part-3-libya-syria-somalia-and-yemen/

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

iu.jpeg

Dans les deux premières parties du présent article, j’ai estimé qu’environ 2,4 millions de personnes ont été tuées à la suite de l’invasion de l’Irak par les États-Unis, tandis qu’environ 1,2 million de personnes ont été tuées en Afghanistan et au Pakistan à la suite de la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan. Dans la troisième et dernière partie de ce compte rendu, j’estimerai le nombre de personnes tuées à la suite des interventions de l’armée américaine et de la CIA en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen.

Parmi les pays que les États-Unis ont attaqués et déstabilisés depuis 2001, seul l’Irak a fait l’objet d’études exhaustives de mortalité « active » qui peuvent révéler des décès par ailleurs non déclarés. Une étude de mortalité « active » est une étude qui interroge « activement » les ménages pour trouver des décès qui n’ont pas été signalés auparavant par des bulletins d’information ou d’autres sources publiées.

 

Ces études sont souvent menées par des personnes qui travaillent dans le domaine de la santé publique, comme Les Roberts à l’Université Columbia, Gilbert Burnham à Johns Hopkins et Riyadh Lafta à l’Université Mustansiriya de Bagdad, coauteur de l’étude de 2006 du Lancet sur la mortalité due à la guerre en Irak. En présentant leurs études en Irak et leurs résultats, ils ont souligné que leurs équipes d’enquêteurs irakiens étaient indépendantes du gouvernement d’occupation et que c’était un facteur important pour l’objectivité de leurs études et la volonté des Irakiens de parler honnêtement avec eux.

Des études exhaustives sur la mortalité dans d’autres pays déchirés par la guerre (comme l’Angola, la Bosnie, la République démocratique du Congo, le Guatemala, l’Irak, le Kosovo, le Rwanda, le Soudan et l’Ouganda) ont révélé un nombre total de décès de 5 à 20 fois supérieur à celui révélé précédemment par des rapports « passifs » basés sur des bulletins d’actualités, des dossiers d’hôpitaux et/ou des enquêtes sur les droits de l’homme.

En l’absence de telles études complètes en Afghanistan, au Pakistan, en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen, j’ai évalué les rapports passifs sur les décès dus à la guerre et essayé d’évaluer la proportion de morts réelles que ces rapports passifs sont susceptibles d’avoir compté selon les méthodes qu’ils ont utilisées, sur la base des rapports entre les morts réels et les morts passivement déclarées, trouvés dans d’autres zones de guerre.

J’ai seulement estimé les morts violentes. Aucune de mes estimations n’inclut les décès dus aux effets indirects de ces guerres, tels que la destruction des hôpitaux et des systèmes de santé, la propagation de maladies par ailleurs évitables et les effets de la malnutrition et de la pollution de l’environnement, qui ont également été considérables dans tous ces pays.

Pour l’Irak, mon estimation finale d’environ 2,4 millions de personnes tuées était fondée sur l’acceptation des estimations de l’étude 2006 du Lancet et de l’enquête 2007 de l’Opinion Research Business (ORB), qui étaient conformes les unes aux autres, puis sur l’application du même rapport entre les décès réels et les décès déclarés passivement (11,5:1) entre l’étude du Lancet et de l’Iraq Body Count (IBC) [projet recensant les morts civiles dues à la guerre d’Irak. Il entretient une base de données où figurent toutes les morts rapportées par au moins deux sources journalistiques, NdT] en 2006 et le comptage de l’IBC pour les années depuis 2007.

Pour l’Afghanistan, j’ai estimé qu’environ 875 000 Afghans ont été tués. J’ai expliqué que les rapports annuels sur les victimes civiles de la Mission d’Assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) sont fondés uniquement sur les enquêtes menées par la Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan (CAIDP), et qu’ils excluent sciemment un grand nombre de rapports sur les décès de civils pour lesquels la CAIDP n’a pas encore fait d’enquête ou pour lesquels elle n’a pas terminé ses enquêtes. Les rapports de la MANUA ne font pas du tout état de la situation dans de nombreuses régions du pays où les talibans et d’autres forces de résistance afghanes sont actifs, et où se déroulent donc la plupart des frappes aériennes et des raids nocturnes des États-Unis.

J’ai conclu que les rapports de la MANUA sur les décès de civils en Afghanistan semblent aussi inadéquats que l’extrême sous-déclaration constatée à la fin de la guerre civile guatémaltèque, lorsque la Commission de vérification historique parrainée par l’ONU a révélé 20 fois plus de décès que ce qui avait été rapporté auparavant.

Pour le Pakistan, j’ai estimé qu’environ 325 000 personnes avaient été tuées. Ce chiffre est basé sur les estimations publiées des morts au combat et sur l’application d’une moyenne des ratios trouvés lors des guerres précédentes (12,5:1) au nombre de morts civiles signalées par le South Asia Terrorism Portal (SATP) en Inde.

 

Estimation du nombre de décès en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen

Dans la troisième et dernière partie de cet article, j’estimerai le nombre de morts causées par les guerres secrètes et les guerres par procuration en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen.

Les officiers supérieurs de l’armée américaine ont salué la doctrine américaine de la guerre secrète et par procuration qui a trouvé son plein épanouissement sous l’administration Obama comme une approche « déguisée, silencieuse et sans médias » de la guerre, et ont retracé l’évolution de cette doctrine jusqu’aux guerres américaines en Amérique centrale dans les années 1980. Alors que le recrutement, l’entraînement, le commandement et le contrôle des escadrons de la mort en Irak ont été surnommés « l’option Salvador », la stratégie américaine en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen a en fait suivi ce modèle de plus près encore.

Ces guerres ont été catastrophiques pour les populations de tous ces pays, mais l’approche « déguisée, silencieuse et sans médias » des États-Unis a connu un tel succès en termes de propagande que la plupart des Américains savent très peu de choses sur le rôle des États-Unis dans la violence et le chaos insolubles qui les ont engloutis.

La nature très médiatique des frappes de missiles illégales mais largement symboliques sur la Syrie le 14 avril 2018 contraste fortement avec la campagne de bombardement « déguisée, silencieuse et sans médias » menée par les États-Unis, qui a détruit Raqqa, Mossoul et plusieurs autres villes syriennes et irakiennes avec plus de 100 000 bombes et missiles depuis 2014.

Les habitants de Mossoul, Raqqa, Kobané, Syrte, Falloujah, Ramadi, Tawergha et Deir ez-Zor sont morts comme des arbres abattus dans une forêt où il n’y avait pas de reporters ou d’équipes de télévision occidentaux pour enregistrer leur massacre. Comme Harold Pinter l’a demandé dans son discours d’acceptation du prix Nobel en 2005,

« Ont-ils eu lieu ? Et sont-ils dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis ? La réponse est oui, ils ont eu lieu, et ils sont dans tous les cas attribuables à la politique étrangère américaine. Mais vous ne le sauriez pas. Ça n’est jamais arrivé. Il ne s’est jamais rien passé. Même quand ça arrivait, ça n’arrivait pas. Ça n’avait pas d’importance. Ça n’avait aucun intérêt. »

Pour plus de détails sur le rôle crucial que les États-Unis ont joué dans chacune de ces guerres, veuillez lire mon article Giving War Too Many Chances, publié en janvier 2018.

Libye

La seule justification légale pour l’OTAN et ses alliés monarchistes arabes pour avoir largué au moins 7 700 bombes et missiles sur la Libye et l’avoir envahie avec des forces d’opérations spéciales à partir de février 2011 était la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui autorisait « toutes les mesures nécessaires » dans le but strictement défini de protéger les civils en Libye.

Mais la guerre a au contraire tué beaucoup plus de civils que n’importe quelle estimation du nombre de personnes tuées lors de la rébellion initiale en février et mars 2011, qui allait de 1 000 (une estimation de l’ONU) à 6 000 (selon la Ligue libyenne des droits de l’homme). La guerre a donc clairement échoué dans son objectif déclaré et autorisé de protéger les civils, même si elle a atteint un objectif différent et non autorisé : le renversement illégal du gouvernement libyen.

La résolution 1973 du Conseil de Sécurité interdisait expressément « une force d’occupation étrangère de quelque forme que ce soit sur une partie quelconque du territoire libyen ». Mais l’OTAN et ses alliés ont lancé une invasion secrète de la Libye par des milliers de soldats qataris et des forces d’opérations spéciales occidentales, qui ont planifié l’avancée des rebelles à travers le pays, appelé à des frappes aériennes contre les forces gouvernementales et dirigé l’assaut final contre le quartier général militaire de Bab al-Aziziya à Tripoli.

Le chef d’état-major du Qatari, le général de division Hamad bin Ali al-Atiya, a fièrement déclaré,

« Nous étions avec eux et le nombre de Qataris sur le terrain se chiffrait par centaines dans chaque région. La formation et les communications étaient entre les mains du Qatar. Le Qatar… a supervisé les plans des rebelles parce qu’il s’agissait de civils et qu’ils n’avaient pas assez d’expérience militaire. Nous avons servi de lien entre les rebelles et les forces de l’OTAN. »

Selon des informations crédibles, un officier de sécurité français aurait même livré le coup de grâce qui a tué le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, après qu’il a été capturé, torturé et sodomisé avec un couteau par les « rebelles de l’OTAN ».

Une enquête de la commission parlementaire des affaires étrangères au Royaume-Uni en 2016 a conclu qu’une « intervention limitée pour protéger les civils s’est transformée en une politique opportuniste de changement de régime par des moyens militaires », entraînant « l’effondrement politique et économique, les affrontements inter milices et inter-tribaux, les crises humanitaires et migratoires, les violations généralisées des droits de l’homme, la dissémination des armes du régime Kadhafi dans la région et la croissance de l’État islamique en Afrique du Nord ».

 

Rapports passifs sur les décès de civils en Libye

Une fois le gouvernement libyen renversé, les journalistes ont tenté de s’informer sur le sujet sensible de la mort de civils, si crucial pour les justifications juridiques et politiques de la guerre. Mais le National Transitional Council (NTC), le nouveau gouvernement instable formé par des exilés et des rebelles soutenus par l’Occident, a cessé de publier des estimations publiques des victimes et a ordonné au personnel hospitalier de ne pas divulguer des informations aux journalistes.

Un chef rebelle a estimé en août 2011 que 50 000 Libyens avaient été tués. Puis, le 8 septembre 2011, Naji Barakat, le nouveau ministre de la santé du NTC, a publié une déclaration selon laquelle 30 000 personnes avaient été tuées et 4 000 autres étaient portées disparues, d’après une enquête menée auprès des hôpitaux, des responsables locaux et des commandants rebelles dans la majorité du pays que le NTC contrôlait alors. Il a dit qu’il faudrait plusieurs semaines de plus pour terminer le recensement, de sorte qu’il s’attendait à ce que le chiffre final soit plus élevé.

La déclaration de Barakat ne comportait pas de dénombrement distinct des combattants et des civils. Mais il a déclaré qu’environ la moitié des 30 000 morts signalés étaient des troupes loyales au gouvernement, dont 9 000 membres de la Brigade Khamis, dirigée par Khamis, le fils de Khadafi. Barakat a demandé au public de signaler les décès dans leur famille et les détails sur les personnes disparues lorsqu’ils sont venus à la mosquée pour prier ce vendredi. L’estimation du NTC de 30 000 personnes tuées semblait se composer principalement de combattants des deux côtés.

L’enquête la plus complète sur les morts de guerre depuis la fin de la guerre de 2011 en Libye est une « étude épidémiologique communautaire » intitulée « Conflit armé libyen 2011 : Mortalité, blessures et déplacements de population ». Elle a été rédigée par trois professeurs de médecine de Tripoli et publiée dans le Journal africain de médecine d’urgence en 2015.

Les auteurs ont pris les données sur les morts, les blessés et les déplacements de guerre recueillies par le ministère du Logement et de la planification, et ont envoyé des équipes pour mener des entretiens en face à face avec un membre de chaque famille afin de vérifier combien de membres de leur ménage avaient été tués, blessés ou déplacés. Ils n’ont pas essayé de séparer le meurtre de civils de la mort des combattants.

Ils n’ont pas non plus essayé d’estimer statistiquement les décès non déclarés précédemment par le biais de la méthode de « l’enquête par sondage en grappes » de l’étude du Lancet en Irak. Mais l’étude sur le conflit armé libyen est le bilan le plus complet des décès confirmés pendant la guerre en Libye jusqu’en février 2012, et elle a confirmé la mort d’au moins 21 490 personnes.

En 2014, le chaos et les combats entre factions en Libye se sont transformés en ce que Wikipédia appelle aujourd’hui une deuxième guerre civile libyenne. Un groupe appelé Libya Body Count (LBC) a commencé à comptabiliser les morts violentes en Libye, sur la base de rapports des médias, sur le modèle de l’Iraq Body Count (IBC). Mais le LBC ne l’a fait que pendant trois ans, de janvier 2014 à décembre 2016. Il a compté 2 825 décès en 2014, 1 523 en 2015 et 1 523 en 2016. (Le site Web du LBC indique que ce n’est qu’une coïncidence si le nombre est identique en 2015 et 2016).

Le projet ACLED (Armed Conflict Location and Event Data), basé au Royaume-Uni, a également permis de compter les morts violentes en Libye. L’ACLED a compté 4 062 décès en 2014-16, contre 5 871 par le LBC Pour les périodes restantes entre mars 2012 et mars 2018 que LBC n’a pas couvertes, l’ACLED a compté 1 874 décès.

Si le LBC avait couvert l’ensemble de la période depuis mars 2012 et avait trouvé le même nombre proportionnellement plus élevé qu’ACLED en 2014-16, il aurait compté 8 580 personnes tuées.

 

Estimation du nombre de personnes réellement tuées en Libye

En combinant les chiffres de l’étude sur le conflit armé libyen de 2011 et nos projections combinées du nombre de morts du LBC et de l’ACLED, on obtient un total de 30 070 décès signalés passivement depuis février 2011.

L’étude du Lybian Armed Conflict (LAC) était basée sur des données officielles dans un pays qui n’avait pas eu de gouvernement stable et unifié depuis environ 4 ans, tandis que Libya Body Count était un effort naissant pour imiter l’Iraq Body Count qui essayait de jeter un filet plus large en ne s’appuyant pas uniquement sur des sources d’information en anglais.

En Irak, le ratio entre l’étude de 2006 du Lancet et celle de l’Iraq Body Count était plus élevé parce que l’IBC ne comptait que des civils, alors que l’étude du Lancet comptait des combattants irakiens ainsi que des civils. Contrairement à l’Iraq Body Count, nos deux principales sources passives en Libye comptaient à la fois les civils et les combattants. D’après les descriptions d’une ligne de chaque incident dans la base de données du Libya Body Count, le total de LBC semble inclure environ une moitié de combattants et une moitié de civils.

Les pertes militaires sont généralement comptées avec plus de précision que les pertes civiles, et les forces militaires ont intérêt à évaluer avec exactitude les pertes ennemies ainsi qu’à identifier les leurs. Le contraire est vrai pour les victimes civiles, qui sont presque toujours la preuve de crimes de guerre que les forces qui les ont tuées ont tout intérêt à supprimer.

Ainsi, en Afghanistan et au Pakistan, j’ai traité séparément les combattants et les civils, en appliquant les rapports typiques entre les rapports passifs et les études de mortalité aux civils uniquement, tout en acceptant les décès des combattants tels qu’ils ont été signalés passivement.

Mais les forces qui combattent en Libye ne sont pas une armée nationale dotée d’une chaîne de commandement et d’une structure organisationnelle strictes qui permettent de rendre compte avec précision des pertes militaires dans d’autres pays et conflits, de sorte que les décès de civils et de combattants semblent être largement sous-estimés par mes deux principales sources, l’étude du Libya Armed Conflict et celle du Libya Body Count. En fait, les estimations du National Transitional Council (NTC) d’août et septembre 2011 de 30 000 morts étaient déjà beaucoup plus élevées que le nombre de morts de guerre dans l’étude du Lybian Armed Conflict.

Lorsque l’étude de 2006 du Lancet sur la mortalité en Irak a été publiée, elle a révélé 14 fois le nombre de décès figurant sur la liste de décès de civils de l’Iraq Body Count. Mais l’IBC a découvert plus tard d’autres décès de cette période, ce qui a réduit le rapport entre l’estimation de l’étude du Lancet et le compte révisé de l’IBC à 11,5:1.

Les totaux combinés de l’étude Libya Armed Conflict 2011 et Libya Body Count semblent représenter une plus grande proportion du nombre total de morts violentes que le nombre de morts en Irak, principalement parce que le LAC et le LBC ont compté les combattants ainsi que les civils, et parce que Libya Body Count a inclus les décès signalés dans les sources de nouvelles en arabe, alors que l’Iraq Body Count s’appuie presque entièrement sur les sources de nouvelles en anglais et exige généralement « un minimum de deux sources de données indépendantes » avant d’enregistrer chaque décès.

Dans d’autres conflits, les rapports passifs n’ont jamais réussi à compter plus d’un cinquième des décès découverts par des études épidémiologiques complètes et « actives ». Compte tenu de tous ces facteurs, le nombre réel de personnes tuées en Libye semble se situer entre cinq et douze fois le nombre compté par l’étude Libya Armed Conflict 2011, Libya Body Count et ACLED [Armed Conflict Location and Event Data Project, NdT].

J’estime donc qu’environ 250 000 Libyens ont été tués dans la guerre, la violence et le chaos que les États-Unis et leurs alliés ont déclenché en Libye en février 2011, et qui se poursuit encore aujourd’hui. Si l’on prend les ratios 5:1 et 12:1 par rapport aux décès comptés passivement comme limites extérieures, le nombre minimum de personnes qui ont été tuées serait de 150 000 et le maximum serait de 360 000.

 

Syrie

Le rôle « déguisé, discret et sans médias » des États-Unis en Syrie a commencé fin 2011 avec une opération de la CIA pour faire passer en Syrie des combattants étrangers et des armes à travers la Turquie et la Jordanie, travaillant avec le Qatar et l’Arabie saoudite pour militariser les troubles qui ont commencé avec les protestations pacifiques du printemps arabe contre le gouvernement baasiste syrien.

Les groupes politiques syriens, pour la plupart de gauche et démocratiques, qui coordonnaient les manifestations non-violentes en Syrie en 2011, se sont fortement opposés à ces efforts étrangers pour déclencher une guerre civile, et ont publié des déclarations fortes contre la violence, le sectarisme et l’intervention étrangère.

Mais même si un sondage d’opinion parrainé par le Qatar en décembre 2011 a révélé que 55 % des Syriens soutenaient leur gouvernement, les États-Unis et leurs alliés étaient déterminés à adapter leur modèle de changement de régime libyen à la Syrie, sachant très bien, dès le départ, que cette guerre serait beaucoup plus sanglante et plus destructrice.

La CIA et ses partenaires monarchistes arabes ont finalement acheminé des milliers de tonnes d’armes et des milliers de jihadistes étrangers liés à Al-Qaïda en Syrie. Les armes sont venues d’abord de Libye, puis de Croatie et des Balkans. Elles comprenaient des obusiers, des lanceurs de missiles et d’autres armes lourdes, des fusils de précision, des grenades propulsées par fusée, des mortiers et des armes légères, et les États-Unis ont fini par fournir directement de puissants missiles antichars.

Pendant ce temps, au lieu de coopérer avec les efforts de Kofi Annan soutenus par l’ONU pour ramener la paix en Syrie en 2012, les États-Unis et leurs alliés ont organisé trois conférences des « Amis de la Syrie », où ils ont poursuivi leur propre « Plan B », promettant un soutien toujours plus grandissant aux rebelles de plus en plus dominés par Al-Qaïda. Kofi Annan a quitté son rôle ingrat avec dégoût après que la secrétaire d’État Clinton et ses alliés britanniques, français et saoudiens ont cyniquement sapé son plan de paix.

Le reste, comme on dit, c’est de l’histoire, une histoire de violence et de chaos sans cesse grandissant qui a entraîné les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie, l’Iran et tous les voisins de la Syrie dans un tourbillon sanglant. Comme l’a fait remarquer Phyllis Bennis de l’Institute for Policy Studies, ces puissances extérieures ont toutes été prêtes à se battre pour la Syrie « jusqu’au dernier Syrien ».

La campagne de bombardements que le président Obama a lancée contre l’État islamique en 2014 est la campagne de bombardements la plus intense depuis la guerre des États-Unis au Vietnam, avec plus de 100 000 bombes et missiles largués sur la Syrie et l’Irak. Patrick Cockburn, le correspondant chevronné au Moyen-Orient du journal britannique Independent, s’est récemment rendu à Raqqa, ancienne 6e ville de Syrie, et a écrit que « La destruction est totale ».

« Dans d’autres villes syriennes bombardées au point d’être oblitérées, il y a au moins un district qui a survécu intact », a écrit Cockburn. « C’est le cas même à Mossoul en Irak, bien qu’une grande partie ait été réduite en décombres. Mais à Raqqa, les dommages et la démoralisation sont omniprésents. Quand quelque chose fonctionne, comme un seul feu de circulation, le seul à le faire dans la ville, les gens expriment leur surprise. »

 

Estimation des morts violentes en Syrie

Toutes les estimations publiques du nombre de personnes tuées en Syrie que j’ai trouvées proviennent directement ou indirectement de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), dirigé par Rami Abdulrahman, à Coventry, au Royaume-Uni. Son travail est financé en partie par l’Union européenne et en partie par le gouvernement du Royaume-Uni.

Wikipédia cite le Syrian Centre for Policy Research comme source séparée avec une estimation de mortalité plus élevée, mais il s’agit en fait d’une projection à partir des chiffres du SOHR. Les estimations plus basses de l’ONU semblent également reposer principalement sur les rapports du SOHR.

Le SOHR a été critiqué pour son point de vue ouvertement pro-opposition, ce qui a conduit certains à remettre en question l’objectivité de ses données. Il semble avoir sous-estimé le nombre de civils tués par les frappes aériennes américaines, mais cela pourrait aussi être dû à la difficulté et au danger de faire des reportages à partir d’un territoire tenu par l’EI, comme cela a également été le cas en Irak.

Le SOHR reconnaît que son dénombrement ne peut être une estimation totale de toutes les personnes tuées en Syrie. Dans son rapport le plus récent, en mars 2018, il a ajouté 100 000 à son décompte pour compenser la sous-déclaration, 45 000 autres pour tenir compte des prisonniers tués ou disparus sous la garde du gouvernement et 12 000 pour les personnes tuées ou disparues sous la garde de l’État islamique ou d’autres rebelles.

Abstraction faite de ces ajustements, le rapport du SOHR de mars 2018 fait état de la mort de 353 935 combattants et civils en Syrie. Ce total comprend 106 390 civils, 63 820 soldats syriens, 58 130 membres de milices pro-gouvernementales (dont 1 630 du Hezbollah et 7 686 autres étrangers), 63 360 membres de l’État islamique, Jabhat Fateh al-Sham (anciennement Jabhat al-Nosra) et autres djihadistes islamistes, 62 039 autres combattants antigouvernementaux et 196 corps non identifiés.

Si l’on répartit ce chiffre entre civils et combattants, cela représente 106 488 civils et 247 447 combattants tués (les 196 corps non identifiés étant divisés également), dont 63 820 soldats de l’armée syrienne.

Le dénombrement du SOHR n’est pas une enquête statistique complète comme l’étude de 2006 du Lancet en Irak. Mais indépendamment de son point de vue favorable aux rebelles, le SOHR semble être l’un des efforts les plus complets pour « compter passivement » les morts dans toutes les guerres récentes.

Comme les institutions militaires dans d’autres pays, l’armée syrienne conserve probablement des chiffres assez précis sur les pertes de ses propres troupes. En excluant les pertes militaires réelles, il serait sans précédent pour le SOHR d’avoir compté plus de 20 % des autres personnes tuées pendant la guerre civile en Syrie. Mais les rapports du SOHR pourraient bien être aussi précis que tous les efforts précédents pour compter les morts par des méthodes « passives ».

Si l’on prend les chiffres rapportés passivement par le SOHR pour les morts de guerre non militaires comme 20% du total réel des morts, cela signifierait que 1,45 million de civils et de combattants non militaires ont été tués. Après avoir ajouté à ce nombre les 64 000 soldats syriens tués, j’estime qu’environ 1,5 million de personnes ont été tuées en Syrie.

Si le SOHR a eu de meilleurs résultats que tous les efforts « passifs » précédents pour compter les morts dans une guerre, et a compté 25% ou 30% des personnes tuées, le nombre réel de personnes tuées pourrait être aussi bas que 1 million. S’il n’a pas eu d’aussi bons résultats qu’il n’y paraît, et que son compte est plus proche de ce qui a été typique dans d’autres conflits, alors jusqu’à 2 millions de personnes pourraient bien avoir été tuées.

 

Somalie

La plupart des Américains se souviennent de l’intervention américaine en Somalie qui a conduit à l’incident du « Black Hawk Down » [ou « bataille de Mogadiscio » (3-4 octobre 1993) ; cette bataille sera traumatisante pour l’opinion publique américaine, notamment à la suite de la diffusion d’images télévisées de cadavres de soldats américains traînés par des voitures dans les rues de la ville, NdT], et au retrait des troupes américaines en 1993. Mais la plupart des Américains ne se souviennent pas, ou n’ont peut-être jamais su, que les États-Unis ont fait une autre intervention « déguisée, silencieuse et sans médias » en Somalie en 2006, à l’appui d’une invasion militaire éthiopienne.

La Somalie commençait à se « tirer d’affaire » sous la gouvernance de l’Union des tribunaux islamiques (UTI), une union de tribunaux traditionnels locaux qui ont accepté de travailler ensemble pour gouverner le pays. L’UTI s’est alliée à un seigneur de guerre à Mogadiscio et a vaincu les autres seigneurs de guerre qui avaient dirigé des fiefs privés depuis l’effondrement du gouvernement central en 1991. Les gens qui connaissaient bien le pays ont salué l’UTI comme une évolution porteuse d’espoir pour la paix et la stabilité en Somalie.

Mais dans le contexte de sa « guerre contre le terrorisme », le gouvernement américain a identifié l’Union des tribunaux islamiques comme un ennemi et une cible pour une action militaire. Les États-Unis se sont alliés à l’Éthiopie, rival régional traditionnel de la Somalie (et pays majoritairement chrétien), et ont mené des frappes aériennes et des opérations spéciales pour soutenir une invasion éthiopienne de la Somalie afin de déloger l’UTI du pouvoir. Comme dans tous les autres pays où les États-Unis et leurs mandataires ont envahi le pays depuis 2001, cela a eu pour effet de plonger la Somalie dans la violence et le chaos qui persistent encore aujourd’hui.

 

Estimation du nombre de victimes en Somalie

Selon des sources passives, le nombre de morts violentes en Somalie depuis l’invasion éthiopienne soutenue par les États-Unis en 2006 s’élève à 20 171 (Uppsala Conflict Data Program (UCDP) – jusqu’en 2016) et 24 631 (Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED)). Mais une ONG locale primée, le Elman Peace and Human Rights Centre à Mogadiscio, qui n’a suivi les décès que pour 2007 et 2008, a compté 16 210 morts violentes au cours de ces deux années seulement, soit 4,7 fois le nombre compté par l’UCDP et 5,8 fois le décompte de l’ACLED pour ces deux années.

En Libye, Lybia Body Count n’a compté que 1,45 fois plus de morts que l’ACLED. En Somalie, Elman Peace a compté 5,8 fois plus que l’ACLED – la différence entre les deux était 4 fois plus grande. Cela suggère que le comptage d’Elman Peace était environ deux fois plus minutieux que celui du Lybia Body Count, alors que l’ACLED semble être environ à moitié moins efficace pour compter les morts de guerre en Somalie qu’en Libye.

L’UCDP a enregistré un nombre de décès plus élevé que l’ACLED de 2006 à 2012, tandis que l’ACLED a publié des chiffres plus élevés que l’UCDP depuis 2013. La moyenne de leurs deux dénombrements donne un total de 23 916 décès violents de juillet 2006 à 2017. Si Elman Peace avait continué à compter les morts de guerre et avait continué à trouver 5,25 fois (la moyenne de 4,7 et 5,8) fois le nombre trouvé par ces groupes de surveillance internationaux, il aurait déjà compté environ 125 000 morts violentes depuis l’invasion de l’Éthiopie soutenue par les États-Unis en juillet 2006.

Mais si Elman Peace a compté beaucoup plus de morts que l’UCDP ou l’ACLED, il ne s’agissait encore que d’un comptage « passif » des morts de guerre en Somalie. Pour estimer le nombre total de morts de guerre qui ont résulté de la décision des États-Unis de détruire le jeune gouvernement somalien de l’UTI, nous devons multiplier ces chiffres par un rapport qui se situe quelque part entre ceux trouvés dans d’autres conflits, entre 5:1 et 20:1.

L’application d’un ratio de 5:1 à ma projection de ce que le Projet Elman aurait pu compter à ce jour donne un total de 625 000 décès. L’application d’un ratio de 20:1 aux dénombrements beaucoup plus faibles de l’UCDP et de l’ACLED donnerait un chiffre inférieur de 480 000.

Il est très peu probable que le projet Elman ait compté plus de 20 % des décès réels dans toute la Somalie. D’autre part, l’UCDP et l’ACLED ne comptaient que les rapports de décès en Somalie à partir de leurs bases en Suède et au Royaume-Uni, sur la base de rapports publiés, de sorte qu’il est fort possible qu’ils aient compté moins de 5 % des décès réels.

Si le projet Elman n’a comptabilisé que 15 % du total des décès au lieu de 20 %, cela suggère que 830 000 personnes ont été tuées depuis 2006. Si les chiffres de l’UCDP et de l’ACLED ont compté plus de 5 % du total des décès, le total réel pourrait être inférieur à 480 000. Mais cela impliquerait que le Projet Elman ait recensé une proportion encore plus élevée de décès réels, ce qui serait sans précédent pour un tel projet.

J’estime donc que le nombre réel de personnes tuées en Somalie depuis 2006 doit se situer entre 500 000 et 850 000, avec très probablement environ 650 000 morts violentes.

 

Yémen

Les États-Unis font partie d’une coalition qui bombarde le Yémen depuis 2015 dans le but de restaurer le pouvoir de l’ancien président Abdrabbo Mansour Hadi. Hadi a été élu en 2012 après que les protestations du printemps arabe et les soulèvements armés ont forcé le dictateur précédent du Yémen, Ali Abdallah Saleh, soutenu par les États-Unis, à démissionner en novembre 2011.

Le mandat de Hadi était d’élaborer une nouvelle constitution et d’organiser une nouvelle élection dans un délai de deux ans. Il n’a rien fait de tout cela, de sorte que le puissant mouvement zaydite Houthi a envahi la capitale en septembre 2014, a placé Hadi en résidence surveillée et a exigé que lui et son gouvernement remplissent leur mandat et organisent une nouvelle élection.

Les Zaydites [ou Zaïdites, NdT] sont une secte chiite unique qui représente 45 % de la population du Yémen. Les imams zaydites ont gouverné la majeure partie du Yémen pendant plus de mille ans. Les Sunnites et les Zaydites vivent ensemble pacifiquement au Yémen depuis des siècles, les mariages mixtes sont courants et ils prient dans les mêmes mosquées.

Le dernier Imam Zaydite a été renversé lors d’une guerre civile dans les années 1960. Dans cette guerre, les Saoudiens ont soutenu les royalistes Zaydites, tandis que l’Égypte a envahi le Yémen pour soutenir les forces républicaines qui ont fini par former la République arabe du Yémen en 1970.

En 2014, Hadi a refusé de coopérer avec les Houthis et a démissionné en janvier 2015. Il s’est enfui à Aden, sa ville natale, puis en Arabie saoudite, qui a lancé une campagne de bombardements sauvage soutenue par les États-Unis et un blocus naval pour tenter de le restaurer au pouvoir.

Bien que l’Arabie saoudite mène la plupart des frappes aériennes, les États-Unis ont vendu la plupart des avions, bombes, missiles et autres armes qu’elle  utilise. Le Royaume-Uni est le deuxième fournisseur d’armes des Saoudiens. Sans le renseignement par satellite des États-Unis et le ravitaillement en vol, l’Arabie saoudite ne pourrait pas effectuer des frappes aériennes dans tout le Yémen comme elle le fait actuellement. Ainsi, le blocage des armes, du ravitaillement en vol et du soutien diplomatique américains pourraient être décisifs pour mettre fin à la guerre.

 

Estimation des victimes de la guerre au Yémen

Les estimations publiées des décès dus à la guerre au Yémen sont basées sur des enquêtes régulières menées dans les hôpitaux de ce pays par l’Organisation mondiale de la santé, souvent relayées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH). Selon les estimations les plus récentes, à partir de décembre 2017, 9 245 personnes ont été tuées, dont 5 558 civils.

Mais le rapport du BCAH de décembre 2017 contenait une note selon laquelle « en raison du nombre élevé d’établissements de santé qui ne fonctionnent pas ou qui fonctionnent partiellement en raison du conflit, ces chiffres sont sous-déclarés et probablement plus élevés ».

Même lorsque les hôpitaux sont pleinement opérationnels, de nombreuses personnes tuées à la guerre ne se rendent jamais à l’hôpital. Plusieurs hôpitaux du Yémen ont été frappés par des frappes aériennes saoudiennes, il y a un blocus naval qui restreint les importations de médicaments, et les approvisionnements en électricité, eau, nourriture et carburant ont tous été affectés par les bombardements et le blocus. Ainsi, les synthèses de l’OMS sur les rapports de mortalité des hôpitaux sont susceptibles de ne représenter qu’une petite fraction du nombre réel de personnes tuées.

L’ACLED rapporte un chiffre légèrement inférieur à celui de l’OMS : 7 846 jusqu’à la fin de 2017. Mais contrairement à l’OMS, l’ACLED dispose de données à jour pour 2018 et fait état de 2 193 autres décès depuis janvier. Si l’OMS continue de déclarer 18 % de décès de plus que l’ACLED, le total de l’OMS jusqu’à présent serait de 11 833.

Même le MCAH et l’OMS reconnaissent une sous-déclaration importante des décès dus à la guerre au Yémen, et le rapport entre les rapports passifs de l’OMS et les décès réels semble se situer à l’extrémité supérieure de la fourchette observée dans d’autres guerres, qui varie entre 5:1 et 20:1. J’estime qu’environ 175 000 personnes ont été tuées – 15 fois le nombre rapporté par l’OMS et l’ACLED – avec un minimum de 120 000 et un maximum de 240 000.

 

Le véritable coût humain des guerres américaines

Au total, dans les trois parties de ce rapport, j’ai estimé que les guerres qui ont suivi les attentats du 11 septembre ont tué environ 6 millions de personnes. Peut-être que le nombre réel n’est que de 5 millions. Ou peut-être que c’est 7 millions. Mais je suis tout à fait certain qu’il s’agit de plusieurs millions.

Il ne s’agit pas seulement de centaines de milliers, comme le croient de nombreuses personnes par ailleurs bien informées, car les compilations de « reportages passifs » ne peuvent jamais représenter plus qu’une fraction du nombre réel de personnes tuées dans les pays qui vivent dans le genre de violence et de chaos que l’agression de notre pays leur a infligé depuis 2001.

Les rapports systématiques de l’Observatoire syrien des droits de l’homme ont certainement permis de saisir une fraction plus importante des décès réels que le petit nombre d’enquêtes terminées qui sont présentées de manière trompeuse comme des estimations de la mortalité par la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan. Mais tous deux ne représentent encore qu’une fraction du nombre total de décès.

Et le nombre réel de personnes tuées n’est certainement pas dans les dizaines de milliers, comme la plupart des gens aux États-Unis et au Royaume-Uni ont été amenés à le croire, selon les sondages d’opinion.

Nous avons besoin de toute urgence d’experts en santé publique pour mener des études exhaustives sur la mortalité dans tous les pays où les États-Unis ont sombré dans la guerre depuis 2001, afin que le monde puisse réagir de façon appropriée à l’ampleur réelle des morts et des destructions causées par ces guerres.

Comme Barbara Lee a prévenu ses collègues avant de voter de manière dissidente en 2001, nous sommes « devenus le mal que nous déplorons ». Mais ces guerres n’ont pas été accompagnées d’effrayants défilés militaires (pas encore) ou de discours sur la conquête du monde. Au lieu de cela, elles ont été politiquement justifiées grâce à une « guerre de l’information » pour diaboliser les ennemis et fabriquer des crises, puis elles ont été menées d’une manière « déguisée, silencieuse, libre de médias », pour cacher leur coût en sang humain au public américain et au monde entier.

Après 16 ans de guerre, environ 6 millions de morts violentes, 6 pays complètement détruits et beaucoup plus déstabilisés, il est urgent que le public américain reconnaisse le véritable coût humain des guerres de notre pays et la façon dont nous avons été manipulés et induits en erreur pour fermer les yeux – avant qu’ils ne continuent encore plus longtemps, détruisent davantage de pays, sapent davantage l’état de droit international et tuent des millions d’autres de nos semblables.

Comme l’a écrit Hannah Arendt dans Les origines du totalitarisme« Nous ne pouvons plus nous permettre de prendre ce qui est bon dans le passé et de l’appeler simplement notre héritage, de rejeter le mauvais et de le considérer simplement comme un poids mort qui, par lui-même, s’enterrera dans l’oubli. Le courant souterrain de l’histoire occidentale a fini par remonter à la surface et a ravi la dignité de notre tradition. C’est la réalité dans laquelle nous vivons. »

 

 

L’armée étasunienne lâche une bombe toutes les 12 minutes et personne n’en parle

par Lee Camp

22 juin 2018

Source : http://lesakerfrancophone.fr/larmee-etasunienne-lache-une-bombe-toutes-les-12-minutes-et-personne-nen-parle

Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone.

Source originaire : Zero hedge

https://www.zerohedge.com/news/2018-06-22/trumps-military-drops-bomb-every-12-minutes-and-no-one-talking-about-it

 

 

Nous vivons dans un état de guerre perpétuelle, et pourtant nous ne la ressentons jamais. Pendant que vous léchez votre glace dans un endroit branché où ils mettent ces jolies petites feuilles de menthe sur le côté, quelqu’un est bombardé en votre nom. Pendant que vous discutez avec l’adolescent de 17 ans au cinéma qui vous a donné un petit pop-corn alors que vous avez payé pour un grand, quelqu’un est en train d’être oblitéré en votre nom. Pendant que nous dormons, mangeons, faisons l’amour et protégeons nos yeux par une journée ensoleillée, la maison, la famille, la vie et le corps de quelqu’un sont soufflés en mille morceaux, en nos noms. Et cela, toutes les 12 minutes. 

L’armée américaine laisse tomber des explosifs avec une intensité difficile à comprendre, une toutes les 12 minutes. Et c’est étrange, parce que techniquement, nous sommes en guerre – laissez-moi y réfléchir – avec aucun pays. Cela devrait donc signifier qu’aucune bombe n’est larguée, n’est-ce pas ?

Pourtant, non ! Vous faite l’erreur classique de confondre notre monde avec une sorte de monde rationnel et cohérent dans lequel notre complexe militaro-industriel est sous contrôle, l’industrie de la musique est basée sur le mérite et le talent, les Legos ont des bords doucement arrondis (donc quand vous marchez dessus pieds nus, cela ne ressemble pas à une balle perforante et blindée tirée directement dans votre sphincter), et les humains font face aux changements climatiques comme des adultes plutôt que d’enterrer leurs têtes dans le sable tout en essayant de se convaincre que le sable n’est pas vraiment plus chaud.

Vous pensez à un monde rationnel. Mais nous ne vivons pas dans un tel monde.

Nous vivons plutôt dans un monde où le Pentagone est complètement hors de contrôle. Il y a quelques semaines, j’écrivais au sujet des 21 mille milliards de dollars (ce n’est pas une coquille) qui ont disparu du Pentagone. Mais je ne suis pas entré dans le nombre de bombes que cette somme d’argent ridicule permet de nous acheter. Les militaires du président George W. Bush ont largué 70 000 bombes sur cinq pays. Mais de ce nombre scandaleux, seulement 57 de ces bombes ont vraiment bouleversé la communauté internationale.

Parce qu’il y a eu 57 frappes au Pakistan, en Somalie et au Yémen, pays avec lesquels les États-Unis n’étaient ni en guerre ni en conflit permanent. Et le monde a été horrifié. On a beaucoup parlé de cette manière : « Attendez une seconde. Nous bombardons des pays qui ne sont pas des zones de guerre ? Est-il possible que ce soit une pente glissante qui se terminerait par le fait de bombarder en permanence ? (Pause gênante.) …. Nah. Quel que soit le président qui suivra Bush, ce sera un adulte normal (avec un cerveau fonctionnel) et il arrêtera donc cette folie. »

Nous étions si mignons et si naïfs à l’époque, comme un chaton qui se réveille le matin.

Le Bureau du journalisme d’investigation a rapporté que sous le président Barack Obama, il y a eu « 563 frappes, en grande partie par des drones, qui ont touché le Pakistan, la Somalie et le Yémen. … ».

Ce n’est pas seulement le fait que bombarder à l’extérieur d’une zone de guerre est une horrible violation du droit international et des normes mondiales. C’est aussi le ciblage moralement répréhensible de personnes pour suspicion de crime, ce que nous faisons, et ce contre quoi le film Minority Report de Tom Cruise nous avait mis en garde. (Les humains sont très mauvais pour suivre les conseils des livres de science-fiction. Si nous avions écouté 1984, nous n’aurions pas permis l’existence de l’Agence de sécurité nationale. Si nous avions écouté The Terminator, nous n’aurions pas permis l’existence d’une guerre de drones. Et si nous avions écouté The Matrix, nous n’aurions pas permis à la grande majorité des humains de se perdre dans une réalité virtuelle de spectacle et de non-sens insipides alors que les océans se meurent dans un marécage de déchets plastiques. … Mais tu sais, qui s’en occupe ?)

Il y a eu un black-out médiatique pendant qu’Obama était président. On peut compter sur les doigts d’une main le nombre de reportages dans les médias grand public sur les campagnes quotidiennes de bombardement du Pentagone sous Obama. Et même lorsque les médias en ont parlé, le sentiment sous-jacent était « Oui, mais regardez comme Obama est cool quand il donne son accord pour une destruction sans fin. C’est le Steve McQueen de la mort par le ciel. »

Et prenons un moment pour en terminer avec cette idée que notre « armement technologique » ne touche que les méchants. Comme l’a dit David DeGraw, « Selon les documents de la C.I.A., les personnes figurant sur la liste des personnes à tuer, celles qui étaient ciblées pour une ‘mort par drone’, ne représentent que 2% des décès causés par les frappes de drone ».

Deux pour cent. Vraiment, le Pentagone ? Tu n’as qu’un 2 au test ? Alors qu’on obtient cinq points rien qu’en épelant son nom.

Mais ces 70 000 bombes larguées par Bush, c’était qu’un jeu d’enfant. DeGraw à nouveau : « Obama a largué 100 000 bombes, sur sept pays. Il a dépassé Bush de 30 000 bombes et 2 pays. »

Vous devez admettre que c’est une horreur impressionnante. Cela place Obama dans le groupe très élitiste des lauréats du prix Nobel de la paix qui ont tué plein de civils innocents. Ce groupe n’est formé que par lui et Henry Kissinger, portant de petits badges écrits à la main et grignotant des œufs à la diable.

Et puis, nous savons maintenant que le gouvernement de Donald Trump fait honte à tous ces précédents présidents. Les chiffres du Pentagone montrent qu’au cours des huit années de son mandat, George W. Bush a largué en moyenne 24 bombes par jour, soit 8 750 par an. Au cours du mandat de B. Obama, ses militaires ont largué 34 bombes par jour, soit 12 500 par an. Au cours de la première année de mandat de Trump, les militaires ont largué en moyenne 121 bombes par jour, soit un total annuel de 44 096 bombes.

Les militaires de Trump ont largué 44 000 bombes au cours de sa première année au pouvoir.

Il a essentiellement laissé faire le Pentagone, enlevé la laisse d’un chien déjà enragé. Le résultat final est une armée qui se comporte comme Lil Wayne croisé avec Conor McGregor. Vous regardez ailleurs pendant une minute, regardez en arrière et vous dites : « Qu’est-ce que vous venez de faire, bordel ? J’étais parti juste une seconde ! »

Sous Trump, cinq bombes sont larguées par heure – chaque heure de chaque jour. Ça fait en moyenne une bombe toutes les 12 minutes.

Et qu’est-ce qui est le plus scandaleux, la quantité folle de morts et de destruction que nous créons dans le monde entier ou le fait que nos médias grand public n’enquêtent JAMAIS sur le sujet ? Ils parlent des défauts de Trump. Ils disent que c’est un idiot raciste, une grosse tête égocentrique (ce qui est tout à fait exact) – mais ils ne critiquent pas le perpétuel massacre d’Amityville que nos militaires perpétuent en larguant une bombe toutes les 12 minutes, la plupart d’entre elles tuant 98% de personnes qui ne sont pas des cibles.

Quand on a un ministère de la guerre dont le budget n’a aucun compte à rendre – comme nous l’avons vu avec les 21 mille milliards de dollars – et qu’on a un président qui n’a aucun intérêt à superviser le nombre de morts dont le ministère de la guerre est responsable, alors on finit par larguer tellement de bombes que le Pentagone vient de signaler que nous sommes à court de bombes.

Oh, mon Dieu, mon Dieu. Si nous n’avons plus de bombes, comment pouvons-nous empêcher tous ces civils innocents de…. cultiver leurs champs ? Pensez à toutes ces chèvres qui seront autorisées à continuer à vivre.

Et, comme pour les 21 mille milliards de dollars, le sujet semble être « en dehors de tous comptes à rendre ».

Le journaliste Witney Webb écrivait en février : « Chose choquante, plus de 80 pour cent des personnes tuées n’ont jamais été identifiées et les documents de la C.I.A. ont montré qu’ils ne savent même pas qui ils tuent – évitant ainsi la question du signalement des morts civiles en considérant tous ceux qui se trouvent dans la zone de frappe comme des combattants ennemis. »

C’est exact. Nous ne tuons que des combattants ennemis. Comment savoir si ce sont des combattants ennemis ? Parce qu’ils étaient dans notre zone de frappe. Comment savions-nous que c’était une zone de frappe ? Parce qu’il y avait des combattants ennemis. Comment avons-nous découvert qu’il s’agissait de combattants ennemis ? Parce qu’ils étaient dans la zone de frappe. …. Tu veux que je continue, ou t’as déjà compris ? J’ai toute la journée.

Il ne s’agit pas de Trump, même si c’est un maniaque. Il ne s’agit pas d’Obama, même si c’est un criminel de guerre. Il ne s’agit pas de Bush, même s’il a l’intelligence d’un chou bouilli. (Je n’ai pas raconté une blague sur Bush depuis environ huit ans. Je me sens mieux. Peut-être que je devrais y revenir.)

Il s’agit d’un complexe militaro-industriel en délire que notre élite dirigeante est plus qu’heureuse de laisser faire. Presque personne au Congrès ou à la présidence n’essaie de restreindre nos 121 bombes par jour. Presque personne travaillant pour un média grand public n’essaie d’amener les gens à s’en préoccuper.

Une toutes les 12 minutes.

Tu sais où ils frappent ? Qui ils tuent ? Pourquoi ? Cent vingt-et-une bombes par jour déchirent la vie des familles à l’autre bout du monde – en votre nom, en mon nom et au nom de l’ado qui distribue du pop-corn de la mauvaise taille au cinéma.

Nous sommes une nation voyou avec des militaires voyous et une élite dirigeante qui ne rend aucun compte. Le gouvernement et les militaires que vous et moi appuyons en faisant partie de cette société assassinent des gens toutes les 12 minutes et, en réponse, il n’y a rien d’autre qu’un silence fantomatique. C’est indigne de nous, en tant que peuple et espèce, de n’accorder à ce sujet que le silence. C’est un crime contre l’humanité.

 

Des métaux attirants : l’élément manquant du puzzle coréen

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, connaît l’importance des terres rares(*), et la Corée du Nord aurait découvert l’un des plus grands gisements du monde à 150 km de Pyongyang. Serait-ce un autre facteur à l’origine du récent dégel avec les États-Unis ?

par Pepe Escobar

20 juin 2018-07-18

Source : http://lesakerfrancophone.fr/des-metaux-attirants-lelement-manquant-du-puzzle-coreen

Traduit par Wayan, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone.

Source originaire : Asia Times

http://www.atimes.com/article/sexy-metal-the-missing-element-in-the-korean-puzzle/

 

Il ne s’agit peut-être pas d’immeubles de vacances sur les plages nord-coréennes après tout. Il semblerait que la principale motivation de l’administration Trump pour courtiser Kim Jong-un est l’un des plus grands gisements de terres rares au monde, situé à seulement 150 km au nord-ouest de Pyongyang et valant potentiellement des milliards de dollars américains.

Tous les outils de la vie quotidienne axée sur la technologie du XXIesiècle reposent sur les propriétés chimiques et physiques de 17 éléments précieux du tableau périodique également connu sous le nom d’ETR (éléments de terres rares).

Actuellement, on estime que la Chine contrôle plus de 95 % de la production mondiale des métaux de terres rares, avec environ 55 millions de tonnes de gisements. La Corée du Nord, de son coté, en détient au moins 20 millions.

Les éléments de terres rares ne sont pas les seuls minéraux et métaux hautement stratégiques dans ce jeu de pouvoir. Les mêmes gisements sont des sources de tungstène, de zirconium, de titane, d’hafnium, de rhénium et de molybdène ; tous ces gisements sont absolument essentiels non seulement pour une myriade d’applications militaires, mais aussi pour l’énergie nucléaire.

La métallurgie des terres rares est également essentielle pour les systèmes d’armes américains, russes et chinois. Le système THAAD a besoin d’éléments de terres rares, tout comme les systèmes de défense antimissile russes S-400 et S-500.

Il n’est pas exagéré de considérer que « l’art de la négociation » s’applique aussi aux éléments de terres rares. Si les États-Unis n’essaient pas d’être sérieux sur les ressources en terres rares de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le vainqueur, une fois de plus, pourrait être Pékin. Et Moscou aussi – compte tenu du partenariat stratégique entre la Russie et la Chine, désormais explicitement reconnu dans le dossier.

Le puzzle peut donc tourner autour de qui offre le meilleur retour sur investissement ; non pas sur l’immobilier mais sur les métaux rares, avec le gouvernement de Pyongyang potentiellement capable de collecter une immense fortune.

Pékin est-il capable d’égaler un éventuel accord américain ? Cela pourrait bien avoir été un sujet clé des discussions lors de la troisième réunion, en quelques semaines seulement, entre Kim Jong-un et le président Xi Jinping, exactement au moment où tout l’échiquier géopolitique est en jeu.

Donc les métaux ne sont pas attirants ?

Le chercheur Marc Sills, dans un article intitulé « Strategic Materials Crises and Great PowerConflicts » (« Crises des matériaux stratégiques et grands conflits de pouvoir ») écrit : « Les conflits à propos des minéraux stratégiques sont inévitables. Les drames se dérouleront probablement au niveau ou à proximité des mines, ou le long des lignes de transport que les matériaux doivent parcourir, et en particulier aux points d’étranglement stratégiques mondiaux que l’armée américaine est maintenant généralement chargée de contrôler. Encore une fois, l’équation du pouvoir est écrite de manière à inclure à la fois le contrôle de la possession et le déni de possession par d’autres.

Cela s’applique, par exemple, au puzzle ukrainien. La Russie a grandement besoin du titane, du zirconium et de l’hafnium ukrainien pour son complexe militaro-industriel.

Plus tôt cette année, des chercheurs japonais ont découvert un gisement de 16 millions de tonnes d’éléments de terres rares (moins que les réserves nord-coréennes) sous le fond marin du Pacifique occidental. Mais il est peu probable que cela change la prédominance chinoise, ni celle de la RPDC. La clé de tout le processus des terres rares est de concevoir une chaîne de production rentable, comme l’ont fait les Chinois. Et cela prend beaucoup de temps.

Des documents détaillés tels que « China’s Rare Earth Elements Industry », (« L’industrie chinoise des éléments de terres rares ») de Cindy Hurst (2010), publié par l’Institute for the Analysis of Global Security (IAGS) ou « Rare Earth in Selected US Defense Applications », (« Terres rares dans certaines applications de défense des États-Unis ») de James Hedrick, présenté au 40e Forum du Geology of Industrial Mineralsen 2004, cartographient de manière convaincante toutes les connexions. M. Sills souligne toutefois que les minéraux et les métaux semblent n’attirer l’attention que des publications spécialisées dans le secteur minier : « Et cela semble expliquer en partie pourquoi la course à l’ETR en Corée a échappé à l’attention. Les métaux ne sont pas si attirants. Mais les armes le sont. »

Les métaux sont certainement attirants pour le secrétaire d’État américain Mike Pompeo. Il est assez révélateur de se rappeler comment Pompeo, alors directeur de la CIA, expliquait à un comité sénatorial, en mai 2017, que le contrôle étranger des éléments des terres rares était « une préoccupation très réelle ».

Un an plus tard, Pompeo, prenant le relais au département d’État, a mis l’accent sur une nouvelle « approche » de la politique étrangère américaine. Qui s’est révélée encore plus tard, il y a quelques semaines seulement, comme étant l’organisation par Pompeo de la réunion avec Kim Jong-un.

Bien au-delà d’une intrigue à la Netflix, un récit tout à fait possible est celui d’un Pompeo cherchant à impressionner Kim sur la beauté d’une bonne affaire d’éléments de terres rares, chapeautée par les États-Unis. Mais la Chine et la Russie doivent en être exclues. Ou alors… Il n’est pas difficile de voir Xi en comprendre les implications.

La RPDC – ce mélange unique de Turkménistan et de Roumanie post-URSS – pourrait être sur le point d’être intégrée à une vaste chaîne d’approvisionnement via une Route de la soie du métal, le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine investissant simultanément dans les chemins de fer, les pipelines et les ports parallèlement aux zones économiques spéciales (ZES) nord-sud-coréennes, à la chinoise, qui se développent actuellement.

Comme l’a révélé le directeur général adjoint de Gazprom, Vitaly Markelov : « La Corée du Sud a demandé à Gazprom de relancer un projet clé – un gazoduc traversant la Corée du Nord, un cordon ombilical entre la Corée du Sud et la masse continentale eurasienne. »

Depuis les discussions clés du sommet de Vladivostok en Extrême-Orient, en septembre 2017, la feuille de route prévoit que la Corée du Sud, la Chine et la Russie associent la RPDC à l’intégration eurasienne, en développant son agriculture, son hydroélectricité et, surtout, ses richesses minérales.

Même si l’administration Trump est en retard dans ce jeu, il est impensable que Washington abandonne la partie.

 

(*) Cf. Wikipedia https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre_rare. IR.

Les guerres secrètes des États-Unis mettent l’Afrique en danger

par Moon of Alabama

3 juillet 2018

Traduction : Dominique Muselet

Source : http://lesakerfrancophone.fr/les-guerres-secretes-des-etats-unis-mettent-lafrique-en-danger

Source originaire : http://www.moonofalabama.org/2018/07/secret-us-wars-endanger-africa.html#more

 

Sous prétexte de « guerre contre le terrorisme », les forces spéciales étasuniennes dépensent beaucoup d’argent et s’appuient sur des décrets obscurs pour s’introduire dans le ventre de l’Afrique. Leurs opérations secrètes ne peuvent que provoquer une plus grande instabilité et mettre en danger les peuples d’Afrique et leurs gouvernements.

 

Dans une récente interview, Seymour Hersh a parlé (@2mn50) des opérations militaires américaines en Afrique :

« Nous avons d’importantes forces spéciales qui sont particulièrement actives en Afrique, dans beaucoup d’endroits. Je pense que le public n’en sait à peu près rien. Je ne pense pas que mon président en ait été informé. Je pense qu’il ne s’y intéresse pas ou qu’il n’est pas au courant. Je sais qu’il y a des gens dans l’armée, dans les hautes sphères de l’armée, au gouvernement, à Washington qui s’interrogent : ‘Qu’est-ce qu’elles font là-bas ? , qui est aux manettes ?’. Ces forces spéciales ne sont pas très contrôlées. Beaucoup d’entre elles se croient parties en croisade. Ils se prennent pour les Chevaliers de Malte combattant les infidèles au XIVe ou XIIIe siècle. Oui, c’est  de la folie.  C’est pourquoi, quand j’entends le commandement des opérations spéciales dire à propos du Mali : ‘Quatre gars sont morts. Voici quand et comment ça s’est passé.’ Je suis désolé, mais je pense qu’il ne nous dit pas tout, pas plus que sur les raisons de notre présence là-bas, mais il est très difficile de savoir ce qu’il en est vraiment ».

 

Les États-Unis n’ont que peu de soldats réguliers stationnés en Afrique. Mais il y a beaucoup de forces spéciales étasuniennes qui y œuvrent en secret. Elles sont censées être sous le contrôle d’AFRICOM, le commandement impérial étasunien pour ce continent.

En 2007, b real,  un commentateur de Moon of Alabama a rédigé une étude en trois parties,  « AFRICOM : Une description contextuelle du nouveau commandement militaire de l’Empire » qui explique comment et pourquoi AFRICOM a vu le jour :

« Début février 2007, la Maison Blanche a donné lecture d’une directive présidentielle visant à établir, d’ici septembre 2008, un nouveau commandement militaire unifié dont la zone de responsabilité était le continent africain exclusivement. 

(…)

Le U.S. African Command (AFRICOM) prendra en charge, à leur place, la zone de responsabilité de trois autres commandements militaires (il y en a maintenant six au total) actuellement en charge de différentes zones géographiques du deuxième plus grand continent, à la seule exception du U.S. Central Command (CENTCOM) qui conservera la zone de responsabilité de l’Égypte. Les détails des opérations n’ont pas été rendus publics, à l’exception des points de presse habituels et de la formation d’une équipe de transition, bien qu’il ne soit pas difficile de comprendre  le rôle qu’Africom jouera dans l’avenir pour, à la fois, les États-Unis et l’Afrique. »

L’Afrique est immense avec une population relativement faible de 1,2 milliard d’habitants, soit moins que l’Inde ou la Chine. Ses 54 pays possèdent différents types de richesses naturelles. À côté du pétrole, du gaz et de l’uranium, il existe tous les types de minéraux et de métaux stratégiques, du cobalt nécessaire pour les batteries rechargeables aux terres rares utilisées dans l’électronique.

 

La Chine se fait des amis en Afrique en investissant dans les infrastructures pour favoriser le développement et le commerce. Elle construit des ports, des chemins de fer et des réseaux de télécommunication. Elle essaie de monter des projets gagnant-gagnant qui profitent à la fois à la Chine et au pays.

Pour contrer la Chine, les États-Unis utilisent leurs outils de « changement de régime » et leurs opérations militaires secrètes en place et lieu de coopération économique. Ils affirment que les missions militaires des soldats américains ont pour but de «  former, conseiller et assister » et absolument pas de faire la guerre, mais la réalité est bien différente. De récents efforts pour attraper le contrebandier/insurgé local Doundoun Cheffou dans la zone frontalière entre le Niger et le Mali se sont terminés par la mort de quatre soldats nigériens, quatre soldats étasuniens et un traducteur nigérien. Le groupe insurgé local prétendait faire partie d’État islamique (EI), mais rien n’indique qu’il ait jamais communiqué avec l’EI central ou qu’il ait été accepté comme membre de l’EI.

L’incident a obligé l’armée à dévoiler que l’opération était sous le contrôle direct des forces spéciales américaines qui ont (ab)usé l’armée nigériane dans le cadre d’un programme secret d’« auxiliaires loués ».

Deux documents récents se penchent sur le contexte juridique obscur et sur les conséquences de telles opérations. Joe Penny publie dans la World Politics Review un article intitulé : « Les ‘mythes et les mensonges’ derrière la présence croissante des États-Unis en Afrique » :

« L’armée américaine dissimule la nature de ses actions en Afrique sous un langage ambigu et un secret absolu. Elle limite la quantité d’information disponible sur le but de ses opérations, la façon dont ces opérations sont menées, les installations qu’elle utilise et la façon dont elle établit des partenariats avec les gouvernements de la région. Cela a parfois impliqué de subvertir les processus démocratiques dans les pays partenaires, une démarche qui va à l’encontre d’années d’engagement diplomatique dont l’objectif officiel était de renforcer les institutions de gouvernance. 

(…)

Aujourd’hui, les États-Unis ont une présence militaire dans presque tous les pays d’Afrique et mènent des missions ‘de conseil et d’assistance’ auprès d’unités locales de lutte contre le terrorisme au Niger, au Cameroun, au Tchad, en Ouganda, en République centrafricaine, en Somalie, en Libye et peut-être ailleurs. Officiellement, cependant, les États-Unis n’ont jamais mené ni conduit unilatéralement une mission ‘capturer ou tuer’ dans le Sahel, la région semi-aride au sud du désert du Sahara qui comprend le Niger ; la mission ciblant Cheffou a été prétendûment dirigée par les Nigériens. »

L’armée américaine prétend que toutes les missions en Afrique, comme celle qui a échoué au Niger, sont sous le commandement des forces locales. Mais il s’agit d’un stratagème. Les rapports indiquent clairement que les soldats nigériens, ainsi que les forces d’autres pays, étaient sous le commandement direct des États-Unis. On est devant un stratagème similaire lorsque la base de drones étasunienne d’Agadez est appelée base aérienne nigérienne 201.

 

Il y a deux décrets juridiques que l’armée américaine utilise pour opérer en Afrique en abusant la société civile : 10 USC 333 couvre les missions de conseil et d’assistance et le financement des forces étrangères :

« Le secrétaire à la Défense est autorisé à mener ou à participer à un ou plusieurs programmes de formation et d’équipement des forces de sécurité nationale d’un ou de plusieurs pays étrangers dans le but de renforcer leurs capacités… »

Il y a aussi le 10 USC 127e qui autorise les programmes classifiés à louer des forces étrangères ou des milices engagées dans des opérations contrôlées par des forces spéciales américaines :

« Le secrétaire à la Défense peut, avec l’accord du chef de mission concerné, dépenser jusqu’à 100 millions de dollars de son budget annuel pour soutenir des forces étrangères, des forces irrégulières, des groupes ou des individus engagés dans le soutien ou la facilitation d’opérations militaires des forces  spéciales des États-Unis pour combattre le terrorisme. »

Le 127e fournit de l’argent pour les pots-de-vin, pour payer des mercenaires et pour lancer des insurrections ou les combattre. Deux unités américaines ont été impliquées dans l’incident du Niger. Le groupe attaqué était en mission de « conseil et d’assistance » en vertu de 10 USC 333. Mais il avait été appelé à l’appui de la mission de « capturer ou tuer » d’une autre unité sous commandement officiel des États-Unis menée en vertu du 10 USC 127e.

Selon Penny, ces unités sont interchangeables dans la pratique. En fait, toutes ces missions sont dirigées par les forces spéciales américaines. Il souligne le danger de ces programmes secrets :

« Le pari que le public, tant en Amérique qu’en Afrique, ne découvrira pas ces opérations clandestines et n’aura pas les moyens de les contester s’il les découvre, devient de plus en plus risqué. De plus, l’engagement du Pentagone en Afrique – du Niger et du Ghana à Djibouti et à la Somalie – s’intensifie au détriment d’une stratégie diplomatique et économique cohérente pour le continent, une situation qui nuit à la fois aux intérêts américains et africains. »

Dans Politco, Wesley Morgan donne plus de détails sur (l’absence de) différences entre ces programmes : « Derrière la guerre secrète des États-Unis en Afrique » :

« Dans des déclarations publiques, les porte-parole militaires répètent que le rôle des Américains en Afrique se limite à ‘conseiller et assister’ d’autres armées. Mais depuis au moins cinq ans, les Bérets verts, les SEALs de la Marine et autres commandos opérant sous couvert d’un décret juridique peu clair ont planifié et contrôlé certaines missions, dans lesquelles ils dirigeaient les forces partenaires africaines. 

(…)

Le décret [127e] permet de financer des programmes classifiés dans le cadre desquels les gouvernements africains louent essentiellement des unités de leurs armées aux équipes de commando américaines pour leur servir de substituts dans la chasse aux combattants identifiés comme des menaces potentielles pour les citoyens ou les ambassades américaines. Au lieu de demander aux commandos américains d’aider les troupes africaines à atteindre leurs propres objectifs comme le font d’autres équipes d’opérations spéciales américaines en Afrique. »

 

Il existe 21 programmes dans le monde entier, gérés en secret au titre du décret 127e. Pour les pays hôtes, ils ont le même inconvénient que les autres missions étasuniennes d’entraînement de militaires étrangers. Le jour où ces missions se terminent, les commandos américains partent et les groupes de combattants bien entraînés, bien équipés, que les autorités locales ne peuvent plus payer, sont alors libres de faire pour leur compte ce qu’ils ont appris à faire. De telles unités peuvent facilement développer des activités criminelles ou organiser un coup d’État. Une étude de 2015 a révélé (pdf) que la formation et le commandement de troupes étrangères mettent en danger la stabilité du gouvernement étranger :

« La formation (…) modifie l’équilibre des forces entre l’armée et le régime, ce qui accroît la propension au coup d’État. En utilisant des données provenant de 189 pays de 1970 à 2009, nous montrons que le nombre d’officiers militaires formés par les programmes américains International Military Education and Training (IMET) et Countering Terrorism Fellowship (CTFP) augmente la probabilité d’un coup d’État militaire.

(…)

Dans tous les pays qui n’ont reçu aucune formation des États-Unis pour une année donnée, 2,7 % ont connu un coup d’État. Dans les années/pays où il y a eu de la formation, le pourcentage est de 5,3 %, soit près du double. »

Un gouvernement qui laisse les troupes étasuniennes entraîner et/ou commander ses militaires locaux double le risque d’un coup d’État. Les missions étasuniennes, en particulier les missions secrètes, ont également tendance à opposer une partie de la population d’un pays à d’autres. L’armée étasunienne est connue pour son manque de connaissance du tissu social et des modes de vie des populations étrangères.

Les gouvernements en Afrique (et ailleurs) seraient bien avisés de rejeter la formation de leurs forces par les États-Unis. Ils ne devraient jamais accepter de missions de « conseil et d’assistance » ni de missions secrètes encore plus dangereuses de « contre-terrorisme » qui aggravent généralement ce qu’elles prétendent combattre. L’intention des États-Unis derrière ses offres de formation « généreuses » est évidente.

Il y a onze ans, b real est arrivé à la conclusion suivante :

« Nouveau bras armé de l’empire le plus puissant que la planète ait jamais connu, Africom se verra confier la mission de parvenir à une domination totale de l’Afrique mèrepour le pétrole. Fonctionnant à la fois comme service de protection de l’énergie et comme front stratégique de la guerre froide, le commandement unifié disposera de toutes les forces militaires nécessaires pour maintenir les feux de l’Empire allumés. La question de savoir si AFRICOM réussira sa mission n’est pas importante, car si la fin peut justifier les moyens pour l’élite au pouvoir qui sert ses propres intérêts sous couvert d’intérêt national, ce sont toujours et en tout temps les gens ordinaires qui paient le prix fort. Et il n’est pas nécessaire d’avoir une boule de cristal ou une grande imagination pour deviner ce que la militarisation accrue du continent par le biais d’Africom apportera aux peuples d’Afrique. »

Les missions secrètes d’opérations spéciales ne sont que le début des efforts des États-Unis pour soumettre toute l’Afrique à leur volonté et contrôler ses ressources. Il faut que les peuples et les gouvernements d’Afrique s’y opposent de toutes leurs forces.

 

Non, Israël n’est pas une démocratie

Israël n’est pas la seule démocratie au Moyen-Orient. En fait, ce n’est pas une démocratie du tout

par Ilan Pappé

Le 14 juin 2018

Source katehon

Traduit par jj, relu par Cat, vérifié par Diane pour le Saker Francophone

Aux yeux de nombreux Israéliens et de leurs partisans dans le monde entier – même ceux qui pourraient critiquer certaines de ses politiques – Israël est, au bout du compte, un État démocratique bienveillant, cherchant la paix avec ses voisins et garantissant l’égalité à tous ses citoyens.

 

Ceux qui critiquent Israël supposent que si quelque chose tournait mal dans cette démocratie, c’était dû à la guerre de 1967. Dans cette optique, la guerre a corrompu une société honnête et travailleuse en offrant de l’argent facile dans les territoires occupés, en permettant aux groupes messianiques d’entrer dans la politique israélienne et surtout en transformant Israël en une entité occupante et oppressive dans les nouveaux territoires.

Le mythe selon lequel un Israël démocratique aurait connu des difficultés en 1967 mais serait toujours resté démocratique est même propagé par certains savants palestiniens et pro-palestiniens notables – mais il n’a aucun fondement historique.

 

Avant 1967 Israël n’était pas une démocratie

Avant 1967, Israël n’aurait certainement pas pu être dépeint comme une démocratie. Comme nous l’avons vu dans les chapitres précédents, l’État a soumis un cinquième de ses citoyens à un régime militaire fondé sur des règlements d’urgence britanniques draconiens et obligatoires qui privaient les Palestiniens de tous les droits humains ou civils fondamentaux.

Les gouverneurs militaires locaux étaient les dirigeants absolus de la vie de ces citoyens : ils pouvaient concevoir des lois spéciales pour eux, détruire leurs maisons et leurs moyens de subsistance, et les envoyer en prison quand ils le voulaient. Ce n’est qu’à la fin des années 1950 qu’une forte opposition juive à ces abus a émergé, ce qui a finalement allégé la pression sur les citoyens palestiniens.

Pour les Palestiniens qui vivaient dans l’Israël d’avant-guerre et ceux qui vivaient dans la Cisjordanie et la bande de Gaza après 1967, ce régime permettait même au plus simple soldat de diriger et de ruiner leur vie. Ils étaient sans défense si un tel soldat, ou son unité ou commandant, décidait de démolir leurs maisons, ou de les détenir pendant des heures à un point de contrôle, ou de les incarcérer sans procès. Il n’y avait rien qu’ils puissent faire contre.

À tout moment, de 1948 à aujourd’hui, il y a eu certains groupes de Palestiniens qui ont vécu une telle expérience.

Le premier groupe à souffrir sous un tel joug était la minorité palestinienne en Israël même. Cela a commencé dans les deux premières années d’existence de l’État durant lesquelles ils ont été poussés dans des ghettos, comme la communauté palestinienne de Haïfa vivant sur la montagne du Carmel, ou expulsés des villes qu’ils avaient habitées pendant des décennies, comme Safad. Dans le cas d’Isdud, toute la population a été expulsée vers la bande de Gaza.

À la campagne, la situation était encore pire. Les différents mouvements du Kibboutz convoitaient les villages palestiniens installés sur des terres fertiles. Parmi eux figurait le kibboutzim socialiste, Hashomer Ha-Zair, qui se serait soi-disant engagé dans la solidarité binationale.

Longtemps après la fin des combats de 1948, les villageois de Ghabsiyyeh, Iqrit, Birim, Qaidta, Zaytun et beaucoup d’autres ont quitté leurs maisons pour une période de deux semaines – après avoir été trompés par l’armée qui affirmait avoir besoin de leurs terres pour s’entraîner – seulement pour constater à leur retour que leurs villages avaient été anéantis ou remis à quelqu’un d’autre.

Cet état de terreur militaire est illustré par le massacre de Kafr Qasim en octobre 1956, lorsque, à la veille de l’opération du Sinaï, quarante-neuf citoyens palestiniens ont été tués par l’armée israélienne. Les autorités ont affirmé qu’ils étaient rentrés tard chez eux après avoir travaillé dans les champs alors qu’un couvre-feu avait été imposé au village. Mais ce n’était pas la vraie raison.

Des preuves ultérieures montrent qu’Israël avait sérieusement envisagé l’expulsion des Palestiniens de toute la zone appelée le Wadi Ara et le Triangle dans lequel le village se trouvait. Ces deux zones : la première une vallée reliant Afula à l’est et Hadera sur la côte méditerranéenne, la seconde étendant l’arrière-pays oriental de Jérusalem, ont été annexées par Israël en vertu de l’accord d’armistice de 1949 avec la Jordanie.

Comme nous l’avons vu, un territoire supplémentaire était toujours bien accueilli par Israël, mais une augmentation de la population palestinienne ne l’était pas. Ainsi, à tout moment, lorsque l’État d’Israël s’est développé, il a cherché des moyens pour restreindre la population palestinienne dans les zones récemment annexées.

L’opération « Hafarfert » (« taupe ») était le nom de code d’une série de propositions pour l’expulsion des Palestiniens lorsqu’une nouvelle guerre éclata avec le monde arabe. De nombreux chercheurs pensent aujourd’hui que le massacre de 1956 était un exercice pour voir si les gens dans la région pouvaient être intimidés pour partir.

Les auteurs du massacre ont été jugés grâce à la diligence et à la ténacité de deux membres de la Knesset : Tawaq Tubi du Parti communiste et Latif Dori du Parti sioniste de gauche Mapam. Cependant, les commandants responsables de la zone, et l’unité elle-même qui a commis le crime, s’en sont sortis sans beaucoup de dégâts, écopant seulement de petites amendes. C’était une preuve supplémentaire que l’impunité était garantie à l’armée pour les meurtres dans les territoires occupés.

La cruauté systématique ne s’affichait pas seulement lors d’un événement majeur comme un massacre. Les pires atrocités pouvaient également résider dans la présence quotidienne et banale du régime.

Les Palestiniens en Israël ne parlent toujours pas beaucoup de cette période d’avant 1967, et les documents de cette époque ne révèlent pas l’image complète. Étonnamment, c’est dans la poésie que nous trouvons une indication de ce que c’était que de vivre sous le régime militaire.

Natan Alterman était l’un des poètes les plus célèbres et les plus importants de sa génération. Il avait une chronique hebdomadaire, intitulée « La septième colonne », dans laquelle il commentait les événements qu’il avait lus ou entendus. Parfois, il omettait des détails sur la date ou même le lieu de l’événement, mais donnait au lecteur juste assez d’informations pour comprendre à quoi il faisait allusion. Il a souvent exprimé ses attaques sous forme poétique :

« La nouvelle est apparue brièvement pendant deux jours, et a disparu
Personne ne semble s’en soucier, et personne ne semble le savoir
Dans le village lointain d’Um al-Fahem, des enfants – devrais-je dire des citoyens de l’État – jouaient dans la boue
Et l’un d’eux a semblé suspect à l’un de nos braves soldats qui lui a crié :
Arrête !
Un ordre, est un ordre,mais le garçon stupide ne s’est pas arrêté,
Il s’est enfui.
Donc, notre brave soldat a tiré, pas étonnant
Il a touché et tué le garçon
Et personne n’en a parlé. »

Dans une autre occasion il a écrit un poème au sujet de deux citoyens palestiniens de Wadi Ara. Dans un autre cas, il a raconté l’histoire d’une Palestinienne très malade qui a été expulsée avec ses deux enfants, âgés de trois et six ans, sans explication, et envoyée de l’autre côté du Jourdain. Quand elle a essayé de revenir, elle et ses enfants ont été arrêtés et mis dans une prison de Nazareth.

Altman espérait que son poème sur la mère remuerait les cœurs et les esprits, ou du moins susciterait une réponse officielle. Mais il a écrit une semaine plus tard :

« Et cet auteur a supposé, à tort, que l’histoire serait niée ou expliquée
Mais rien, pas un mot. » 

Il y a d’autres preuves qu’Israël n’était pas une démocratie avant 1967. L’État a poursuivi une politique de tirer pour tuer à l’encontre des réfugiés qui tentaient de récupérer leurs terres, leurs récoltes et leurs élevages. Il organisait une guerre coloniale pour renverser le régime de Nasser en Égypte. Ses forces de sécurité avaient également la gâchette facile, tuant plus de cinquante citoyens palestiniens pendant la période de 1948-1967.

 

L’assujettissement des minorités en Israël n’est pas démocratique

Le test décisif de toute démocratie est le niveau de tolérance qu’elle est prête à accorder aux minorités qui y vivent. À cet égard, Israël est loin d’être une véritable démocratie.

Par exemple, après les nouveaux acquis territoriaux, plusieurs lois ont été adoptées assurant une position supérieure à la majorité : les lois régissant la citoyenneté, les lois sur la propriété foncière, et le plus important, la loi du retour.

Cette dernière accorde la citoyenneté automatique à tous les juifs dans le monde, où qu’il soient nés. Cette loi est particulièrement antidémocratique car elle s’accompagne d’un rejet total du droit au retour des Palestiniens – reconnu internationalement par la Résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations Unies de 1948. Ce refus interdit aux citoyens palestiniens d’Israël de s’unir avec leurs familles proches, ou avec ceux qui ont été expulsés en 1948.

Refuser aux gens le droit de retourner dans leur patrie et, en même temps, offrir ce droit à d’autres qui n’ont aucun lien avec la terre, est un modèle de pratique antidémocratique.

Ajouté à cela il y avait une nouvelle strate au déni des droits du peuple palestinien. Presque chaque discrimination contre les citoyens palestiniens d’Israël est justifiée par le fait qu’ils ne servent pas dans l’armée. L’association entre les droits démocratiques et les devoirs militaires est mieux comprise si nous revenons sur les années formatrices au cours desquelles les décideurs israéliens ont essayé de réfléchir à la façon de traiter un cinquième de la population.

Leur hypothèse était que les citoyens palestiniens ne voulaient pas rejoindre l’armée de toute façon, et ce refus supposé, à son tour, a justifié la politique discriminatoire contre eux. Cet a priori  a été mis à l’épreuve en 1954 lorsque le ministère israélien de la Défense a décidé d’appeler ces citoyens palestiniens éligibles à la conscription pour servir dans l’armée.

À leur grande surprise, tous les convoqués se rendirent au bureau de recrutement, avec la bénédiction du Parti communiste, la force politique la plus nombreuse et la plus importante du pays à l’époque. Les services secrets ont expliqué plus tard que la raison principale était l’ennui des adolescents dans leur vie à la campagne et leur désir d’action et d’aventure.

Malgré cet épisode, le ministère de la Défense a continué à colporter un récit décrivant la communauté palestinienne comme rétive au service militaire.

Inévitablement, avec le temps, les Palestiniens se sont effectivement retournés contre l’armée israélienne, qui était devenue leur oppresseur perpétuel, mais l’exploitation par le gouvernement de ce prétexte de discrimination jette un grand doute sur les prétentions à être une démocratie.

Si vous êtes un citoyen palestinien et que vous n’avez pas servi dans l’armée, vos droits à l’aide gouvernementale en tant que travailleur, étudiant, parent, ou en tant que couple, sont sévèrement restreints. Cela affecte en particulier le logement, ainsi que l’emploi – où 70% de l’industrie israélienne est considérée comme sensible à la sécurité et donc fermée à ces citoyens en tant que lieu d’embauche.

L’hypothèse sous-jacente du ministère de la défense était non seulement que les Palestiniens ne veulent pas servir, mais qu’ils sont potentiellement un ennemi intérieur auquel on ne peut pas faire confiance. Le problème avec cet argument est que dans toutes les grandes guerres entre Israël et le monde arabe, la minorité palestinienne ne s’est pas comportée comme cela. Elle n’a pas formé une cinquième colonne et ne s’est pas dressée contre le régime.

Cela ne les a pourtant pas aidés : à ce jour, ils sont considérés comme un problème « démographique » qui doit être résolu. La seule consolation est que, de nos jours, la plupart des hommes politiques israéliens ne croient pas que la solution du « problème » passe par le transfert ou l’expulsion des Palestiniens – du moins pas en temps de paix.

 

La politique foncière israélienne n’est pas démocratique 

La revendication du titre de démocratie est également discutable quand on examine la politique budgétaire entourant la question foncière. Depuis 1948, les conseils locaux et les municipalités palestiniennes ont reçu beaucoup moins de financement que leurs homologues juifs. La pénurie de terres et la rareté des possibilités d’emploi créent une réalité socioéconomique anormale.

Par exemple, la communauté palestinienne la plus prospère, le village de Meilya en Haute-Galilée, est encore moins bien lotie que la ville juive la plus pauvre du Néguev. En 2011, le Jerusalem Postrapportait que « le revenu juif moyen était de 40% à 60% supérieur au revenu moyen arabe entre les années 1997 et 2009. »

Aujourd’hui, plus de 90% des terres appartiennent au Fonds national juif (FNJ). Les propriétaires fonciers ne sont pas autorisés à effectuer des transactions avec des citoyens non juifs, et les terres publiques sont prioritaires pour l’utilisation de projets nationaux, ce qui signifie que de nouvelles colonies juives sont construites alors qu’il n’y a pratiquement pas de nouvelles colonies palestiniennes. Ainsi, la plus grande ville palestinienne, Nazareth, malgré le triplement de sa population depuis 1948, n’a pas augmenté d’un kilomètre carré, tandis que la ville de développement construite au-dessus, Haut-Nazareth, a triplé sur les terres expropriées des propriétaires palestiniens.

D’autres exemples de cette politique peuvent être constatés dans les villages palestiniens à travers la Galilée, révélant la même histoire : comment ils ont été réduits de 40%, parfois même 60%, depuis 1948, et comment de nouvelles colonies juives ont été construites sur des terres expropriées. Après 1967, le gouvernement israélien s’est inquiété de l’absence de Juifs vivant dans le nord et le sud de l’État et a donc prévu d’augmenter la population dans ces régions. Un tel changement démographique nécessitait la confiscation de terres palestiniennes pour la construction de colonies juives.

Le pire était l’exclusion des citoyens palestiniens de ces colonies. Cette violation brutale du droit du citoyen à vivre où il veut se poursuit aujourd’hui, et tous les efforts déployés par les ONG de défense des droits de l’homme en Israël pour contester cet apartheid se sont soldés par un échec total.

La Cour suprême israélienne n’a pu que remettre en question la légalité de cette politique dans quelques cas individuels, mais pas en principe. Imaginez si au Royaume-Uni ou aux États-Unis, les citoyens juifs, ou les catholiques d’ailleurs, étaient interdits, par la loi, de vivre dans certains villages, quartiers, ou même des villes entières ? Comment une telle situation peut-elle se concilier avec la notion de démocratie ?

 

L’occupation n’est pas démocratique 

Ainsi, compte tenu de son attitude envers deux groupes palestiniens – les réfugiés et la communauté présente en Israël – l’État juif ne peut, malgré tous les efforts d’imagination, être considéré comme une démocratie.

Mais le défi le plus évident à cette hypothèse est l’attitude israélienne impitoyable envers un troisième groupe palestinien : ceux qui ont vécu sous sa domination directe et indirecte depuis 1967, à Jérusalem-Est, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza. Depuis l’infrastructure juridique mise en place au début de la guerre, jusqu’au pouvoir absolu incontesté de l’armée en Cisjordanie et à l’extérieur de la bande de Gaza, en passant par l’humiliation de millions de Palestiniens dans la routine quotidienne, la « seule démocratie » du Moyen-Orient se comporte comme une dictature de la pire espèce.

La principale réponse israélienne, diplomatique et académique, à cette dernière accusation est que toutes ces mesures sont temporaires – elles changeront si les Palestiniens, où qu’ils soient, se comportent « mieux ». Mais si on fait des recherches dans les territoires occupés, sans même parler d’y habiter, on comprendra à quel point ces arguments sont ridicules.

Les décideurs politiques israéliens, comme nous l’avons vu, sont déterminés à maintenir l’occupation aussi longtemps que l’État juif existera. Cela fait partie de ce que le système politique israélien considère comme le statu quo, ce qui est toujours mieux que tout changement. Israël contrôlera la plus grande partie de la Palestine et, comme elle contiendra toujours une importante population palestinienne, cela ne peut se faire que par des moyens non démocratiques.

En outre, malgré toutes les preuves du contraire, l’État israélien affirme que l’occupation est éclairée. Le mythe, ici, veut qu’Israël est venu avec de bonnes intentions pour mener une occupation bienveillante mais a été forcé de prendre une attitude plus dure à cause de la violence palestinienne.

En 1967, le gouvernement a traité la Cisjordanie et la bande de Gaza comme une partie naturelle d’« Eretz Israël », la terre d’Israël, et cette attitude a continué depuis. Quand vous regardez le débat entre les partis de droite et de gauche en Israël sur cette question, leurs désaccords portent sur la façon d’atteindre cet objectif, pas sur sa validité.

Cependant, parmi le grand public, il y avait un véritable débat entre ce que l’on pourrait appeler les « rédempteurs » et les « gardiens ». Les « rédempteurs » croyaient qu’Israël avait récupéré l’ancien cœur de sa patrie et ne pourrait pas survivre à l’avenir sans lui. En revanche, les « gardiens » ont fait valoir que les territoires devraient être négociés en échange de la paix avec la Jordanie, dans le cas de la Cisjordanie, et avec l’Égypte dans le cas de la bande de Gaza. Cependant, ce débat public a eu peu d’impact sur la façon dont les principaux décideurs ont gouverné les territoires occupés.

Le pire de cette supposée « occupation éclairée » a été la méthode de gestion des territoires par le gouvernement. Au début, la zone était divisée en espaces « arabes » et potentiellement « juifs ». Les zones densément peuplées par les Palestiniens sont devenues autonomes, gérées par des collaborateurs locaux sous un régime militaire. Ce régime n’a été remplacé par une administration civile qu’en 1981.

Les autres zones, les espaces « juifs », ont été colonisées par des installations juives et des bases militaires. Cette politique visait à parquer la population, aussi bien de la Cisjordanie que de la bande de Gaza, dans des enclaves déconnectées sans espaces verts ni possibilité d’expansion urbaine.

Les choses n’ont fait qu’empirer, tout de suite après l’occupation, lorsque le mouvement politique juif Gush Emunim a commencé à s’installer en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, prétendant suivre la carte biblique de la colonisation plutôt que celle du gouvernement. Alors qu’il pénétrait dans les zones palestiniennes densément peuplées, l’espace laissé aux locaux se rétrécissait encore davantage.

Ce dont tout projet de colonisation a surtout besoin, c’est de la terre. Dans les territoires occupés, ce but a été atteint seulement par l’expropriation massive des habitants, expulsant les gens de lieux où ils vivaient depuis des générations, et les confinant dans des enclaves difficilement habitables.

Lorsque vous survolez la Cisjordanie, vous pouvez voir clairement les résultats cartographiques de cette politique : des ceintures de colonies qui divisent la terre et découpent les communautés palestiniennes en petites communautés isolées et déconnectées. Les ceintures de judaïsation séparent les villages entre-eux, les villages des villes, et parfois divisent un seul village.

C’est ce que les spécialistes appellent une géographie du désastre, notamment parce que ces politiques se sont avérées être une catastrophe écologique, asséchant les sources d’eau et ruinant certaines des plus belles régions de la campagne palestinienne.

De plus, les colonies sont devenues des foyers dans lesquels l’extrémisme juif s’est développé de façon incontrôlable – dont les principales victimes étaient les Palestiniens. Ainsi, la colonie d’Efrat a détruit le site du patrimoine mondial de la vallée de Wallajah près de Bethléem, et le village de Jafneh près de Ramallah, célèbre pour ses canaux d’eau douce, a perdu son identité en tant qu’attraction touristique. Ce ne sont que deux petits exemples sur des centaines de cas similaires.

 

Détruire les maisons des Palestiniens n’est pas démocratique

La démolition des maisons n’est pas un phénomène nouveau en Palestine. Comme beaucoup des méthodes de punition collective les plus barbares utilisées par Israël depuis 1948, elles ont d’abord été conçues et exercées par le gouvernement mandataire britannique pendant la grande révolte arabe de 1936-1939.

C’était le premier soulèvement palestinien contre la politique pro-sioniste du mandat britannique, et il a fallu trois ans à l’armée britannique pour le réprimer. Dans le processus, ils ont démoli environ deux mille maisons au cours de diverses punitions collectives infligées à la population locale.

Israël a démoli des maisons à partir du premier jour de son occupation militaire de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. L’armée a fait sauter des centaines de maisons chaque année en réponse à divers actes commis par des membres individuels de la famille.

Lors de violations mineures du régime militaire, jusqu’à la participation à des actes violents contre l’occupation, les Israéliens ont rapidement envoyé leurs bulldozers pour éliminer non seulement des bâtiments physiques mais aussi des foyers de vie. Dans la région du Grand Jérusalem (comme à l’intérieur d’Israël), la démolition était aussi une punition pour l’extension non autorisée d’une maison existante ou le non-paiement des factures.

Une autre forme de punition collective qui est récemment revenue dans le répertoire israélien est celui du blocage des maisons. Imaginez que toutes les portes et fenêtres de votre maison soient bloquées par du ciment, du mortier et des pierres, de sorte que vous ne pouvez pas rentrer ni récupérer tout ce que vous n’avez pas réussi à sortir à temps. J’ai regardé attentivement dans mes livres d’histoire pour trouver un autre exemple de ce comportement, mais je n’ai trouvé aucune preuve d’une mesure si dure pratiquée ailleurs.

 

L’écrasement de la résistance palestinienne n’est pas démocratique 

Finalement, sous « l’occupation éclairée », les colons ont été autorisés à former des bandes de vigiles pour harceler les gens et détruire leurs biens. Ces gangs ont changé leur approche au cours des années. Au cours des années 1980, ils ont utilisé la terreur réelle – blessant les dirigeants palestiniens (l’un d’eux a perdu l’usage de ses jambes dans une telle attaque), ou ​​envisageant de faire exploser les mosquées de Haram al-Sharif à Jérusalem.

Au cours de ce siècle, ils se sont livrés au harcèlement quotidien des Palestiniens : déracinant leurs arbres, détruisant leurs récoltes et tirant au hasard sur leurs maisons et leurs véhicules. Depuis 2000, au moins une centaine d’attaques de ce type ont été signalées chaque mois dans certaines régions, telles qu’Hébron, où les cinq cents colons, avec la collaboration silencieuse de l’armée israélienne, ont harcelé les habitants vivant à proximité d’une manière encore plus brutale.

Dès le début de l’occupation, les Palestiniens ont eu deux options : accepter la réalité de l’incarcération permanente dans une méga-prison pendant très longtemps, ou affronter les risques face à l’armée la plus forte du Moyen-Orient. Lorsque les Palestiniens ont résisté – comme ils l’ont fait en 1987, 2000, 2006, 2012, 2014 et 2016 – ils ont été ciblés en tant que soldats et unités d’une armée conventionnelle. Ainsi, les villages et les villes ont été bombardés comme s’ils étaient des bases militaires et la population civile désarmée était ciblée comme une armée sur le champ de bataille.

Aujourd’hui, nous en savons trop sur la vie sous occupation, avant et après Oslo, pour prendre au sérieux les arguments prétendant que la non-résistance assurera moins d’oppression. Les arrestations sans procès, telles qu’elles ont été vécues par tant de personnes au cours des années ; la démolition de milliers de maisons ; le meurtre et la mutilation des innocents ; le drainage des puits – tout cela témoigne de l’un des régimes les plus sévères de notre époque.

Amnesty International documente chaque année de manière très complète la nature de l’occupation. Voici ce qui ressort de leur rapport de 2015 :

« En Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, les forces israéliennes ont commis des homicides illégaux de civils palestiniens, y compris des enfants, et détenu des milliers de Palestiniens qui protestaient ou s’opposaient à l’occupation militaire continue d’Israël. La torture et les mauvais traitements sont fréquents et impunis.

Les autorités ont continué de promouvoir les colonies illégales en Cisjordanie et ont sévèrement restreint la liberté de mouvement des Palestiniens, renforçant encore les restrictions imposées par l’escalade de la violence à partir d’octobre, impliquant des attaques contre des civils israéliens et apparemment des exécutions extrajudiciaires pratiquées par les forces israéliennes. Les colons israéliens en Cisjordanie ont attaqué les Palestiniens et leurs biens en toute impunité. La bande de Gaza est restée sous le blocus militaire israélien qui a imposé une punition collective à ses habitants. Les autorités ont continué à démolir des maisons palestiniennes en Cisjordanie et à l’intérieur d’Israël, en particulier dans les villages bédouins de la région du Néguev/Naqab, en expulsant de force leurs résidents. » 

Prenons ceci par étape. Premièrement, les assassinats – ce que le rapport d’Amnesty appelle les « exécutions illégales » : environ quinze mille Palestiniens ont été tués « illégalement » par Israël depuis 1967. Parmi eux se trouvaient deux mille enfants.

 

L’emprisonnement des Palestiniens sans procès n’est pas démocratique

Une autre caractéristique de « l’occupation éclairée » est l’emprisonnement sans jugement. Un Palestinien sur cinq, en Cisjordanie et dans la bande de Gaza a vécu une telle expérience.

Il est intéressant de comparer cette pratique israélienne avec des politiques américaines similaires dans le passé et le présent. Le mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) prétend que les pratiques américaines sont bien pires. En fait, le pire exemple américain fut l’emprisonnement sans jugement de cent mille citoyens japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, et trente mille plus tard détenus sous la soi-disant « guerre contre la terreur ».

Aucun de ces chiffres ne se rapproche du nombre de Palestiniens qui ont connu un tel processus, y compris les très jeunes, les vieux, ainsi que les incarcérés à long terme.

L’arrestation sans jugement est une expérience traumatisante. Ne pas connaître les accusations portées contre vous, n’avoir aucun contact avec un avocat et pratiquement aucun contact avec votre famille ne sont que quelques-unes des préoccupations qui vous affecteront en tant que prisonnier. Plus brutalement, nombre de ces arrestations servent de moyen de pression sur les gens pour qu’ils collaborent. Répandre des rumeurs ou humilier les gens pour leur orientation sexuelle présumée ou réelle sont aussi fréquemment utilisées comme méthodes pour forcer la collaboration.

Quant à la torture, le site web fiable Middle East Monitor a publié un article déchirant décrivant les deux cents méthodes utilisées par les Israéliens pour torturer les Palestiniens. La liste est basée sur un rapport de l’ONU et un rapport de l’organisation israélienne des droits de l’homme B’Tselem. Entre autres méthodes, elle comprend des passages à tabac, l’enchaînement de prisonniers à des portes ou des chaises pendant des heures, en leur versant de l’eau froide et chaude, en écartelant les doigts et en tordant les testicules.

 

Israël n’est pas une démocratie 

Ce que nous devons contester ici, par conséquent, ce n’est pas seulement la prétention d’Israël à maintenir une occupation éclairée, mais aussi sa prétention à être une démocratie. Un tel comportement envers des millions de personnes sous son règne contrevient à de telles chicanes politiques.

Cependant, bien que de vastes parties de la société civile dans le monde nient à Israël sa prétention à la démocratie, leurs élites politiques, pour diverses raisons, la traitent toujours comme une membre du club exclusif des États démocratiques. À bien des égards, la popularité du mouvement BDS reflète les frustrations de ces sociétés avec les politiques de leur gouvernement à l’égard d’Israël.

Pour la plupart des Israéliens, ces contre-arguments sont au mieux inappropriés et au pire malveillants. L’État israélien s’accroche à l’idée qu’il est un occupant bienveillant. L’argument de « l’occupation éclairée » suggère que, selon le citoyen juif moyen en Israël, les Palestiniens sont bien mieux lotis sous l’occupation et qu’ils n’ont aucune raison d’y résister, encore moins de force. Si vous êtes un partisan non critique d’Israël à l’étranger, vous accepterez également ces hypothèses.

Il existe toutefois une partie de la société israélienne qui reconnait la validité de certaines des affirmations faites ici. Dans les années 1990, avec une certaine conviction, un nombre important d’universitaires, de journalistes et d’artistes juifs ont exprimé leurs doutes quant à la définition d’Israël comme démocratie.

Il faut du courage pour défier les mythes fondateurs de sa propre société et de son État. C’est pourquoi plusieurs d’entre eux abandonnèrent plus tard cette position courageuse et retournèrent à la ligne générale.

Néanmoins, pendant un certain temps durant la dernière décennie du siècle précédent, ils produisirent des œuvres qui remirent en question l’hypothèse d’un Israël démocratique. Ils ont dépeint Israël comme appartenant à une communauté différente, celle des nations non-démocratiques. L’un d’entre eux, le géographe Oren Yiftachel de l’Université Ben Gourion, a décrit Israël comme une ethnocratie, un régime qui régit un État ethnique mixte avec une préférence légale et formelle pour un groupe ethnique par rapport à tous les autres. D’autres sont allés plus loin, qualifiant Israël d’État d’apartheid ou d’État colonisateur.

Bref, quelle que soit la description de ces chercheurs critiques, la « démocratie » n’en faisait pas partie.

 

Ilan Pappé est un historien israélien et un activiste socialiste. Il est professeur au Collège des sciences sociales et des études internationales de l’Université d’Exeter, directeur du Centre européen d’études palestiniennes de l’université et co-directeur du Centre d’études ethno-politiques d’Exeter. Plus récemment, il est l’auteur de Ten Myths About Israel. Cet article a été publié pour le première fois par Jacobin

 

Accord-cadre institutionnel Suisse–UE: Stratégie ou confusion ?

par Marianne Wüthrich, docteur en droit

Horizons et débats,

Zurich,

25 juin 2018

https://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2018/nr-14-19-juni-2018/institutioneller-rahmenvertrag-schweiz-eu-strategie-oder-konfusion.html

 

Bien qu’aucun citoyen n’ait jamais vu l’accord planifié par le Conseil fédéral, le noyau dur de l’accord est établi depuis longtemps:  Ce sont la reprise automatique du droit communautaire actuel et futur et la jurisprudence de la Cour de justice européenne.

Cela signifie que le peuple ne serait plus l’organe législatif suprême de la Suisse. Beaucoup de citoyens ne peuvent probablement pas imaginer à quel point notre structure d’Etat démocratique et fédéraliste serait gravement atteinte par un accord institutionnel juridiquement supérieur au droit suisse, d’autant plus que le Conseil fédéral évite soigneusement depuis plusieurs années de rendre public le contenu des négociations.

Le système de l’UE n’est pas compatible avec la structure de l’Etat suisse. Exemple de la directive de l’UE sur les armes

Actuellement, nous constatons cela avec la directive européenne sur les armes. Avec l’Accord de Schengen (Bilatérales II), la Suisse s’est engagée à adopter le futur droit européen. La modification de la législation européenne sur les armes est une adaptation du droit de l’UE concernant Schengen, à laquelle ne s’attendait aucun Suisse ayant accepté en 2004 l’Accord de Schengen lors de la votation.
Il est bien connu que les interdictions et les restrictions sur les armes ne sont d’aucune utilité contre le terrorisme. (La fin des guerres de l’OTAN et de l’UE serait beaucoup plus utile.) Pourtant, l’UE veut imposer des restrictions sur la possession d’armes aux Etats membres de Schengen et donc aussi à la Suisse. Une intervention flagrante dans la tradition du Suisse libre, qui a depuis toujours défendu son pays l’arme à la main. Le 13 février 2011, le peuple a réaffirmé ce point de vue et a rejeté l’initiative populaire fédérale «Pour une protection face à la violence des armes» avec 56,3% des voix.
Il est intéressant de noter que sur ce point, le Conseil fédéral a réussi à faire respecter la volonté du peuple à Bruxelles en insistant sur le fait que les soldats suisses doivent pouvoir conserver leurs armes après la fin de leur service obligatoire. (Apparemment, c’est possible quand le Conseil fédéral se souvient pendant les négociations de quel côté de la table il se trouve.)
Récemment, on a appris que la République tchèque se sentait discriminée par cette exemption pour la Suisse et a donc intenté une action en justice devant la CJCE («Sankt-Galler Tagblatt» du 14/5/18). Et maintenant?
Quoi qu’il en soit, cet exemple montre que l’imposition de directives européennes est incompatible avec la démocratie directe: nous Suisses, nous avons l’habitude de pouvoir voter sur des changements législatifs, et nous voulons continuer à faire usage de ce droit fondamental.

Davantage de sécurité juridique avec un accord-cadre? Pour qui?

Il est étonnant qu’il y ait des Suisses prétendant qu’un accord-cadre apporte «davantage de sécurité juridique». Davantage de sécurité juridique pour qui? Certainement pas pour les citoyens que nous sommes – au contraire, nous n’aurions plus voix au chapitre. Et pour les entreprises suisses ce serait similaire. La sécurité juridique ne peut résulter que d’un accord d’égal à égal. On pourrait penser que nous avons entre-temps suffisamment d’expérience avec l’UE: quand quelque chose ne convient pas à ces messieurs de Bruxelles, ils prennent des mesures, arbitrairement et en violation du contrat.
Exemples:
–    l’expulsion du programme d’échange d’étudiants Erasmus+ en réponse à l’acceptation du souverain suisse de l’initiative contre l’immigration de masse: sans bases légales et sans aucun lien avec le contenu,
–    la limitation temporelle de l’accès à la bourse pour le commerce de titres de l’UE jusqu’à la fin 2018, en réponse au fait que le Conseil fédéral n’aurait pas signé l’accord-cadre assez rapidement: également sans base juridique et sans aucun lien avec le contenu.
Avec un accord-cadre, nous ne serions pas mieux protégés contre ce genre de comportement de grande puissance, bien au contraire. L’objectif de l’accord-cadre est précisément que la Commission européenne et la Cour de justice de l’UE puissent décider si et de quelle manière ils peuvent forcer la Suisse à accepter la bureaucratie de l’UE. L’accord-cadre apporterait certainement davantage de pouvoir à Bruxelles – mais certainement pas davantage de sécurité juridique pour nous Suisses et nos entreprises! Nous exigeons de nos politiciens et de nos autorités de défendre les intérêts du peuple suisse au lieu de se soumettre aux demandes de l’élite bruxelloise.

A quels accords bilatéraux l’accord-cadre s’appliquerait-il? 

Dans les médias, il y a beaucoup de spéculations à ce sujet – mais même sur ce point essentiel, il n’y a pas d’unanimité entre Berne et Bruxelles.
Selon la «Neuer Zürcher Zeitung» du 3 mai, Ignazio Cassis a donné l’impression qu’on s’était mis d’accord: l’accord-cadre concernerait les «accords d’accès au marché» des Bilatérales I, à savoir cinq accords: Libre circulation des personnes, obstacles techniques au commerce, transports aériens et terrestres, et agriculture (seule une partie limitée de l’agriculture est incluse dans les Bilatérales I). En outre, il y a encore l’Accord sur l’électricité préparé par le Conseil fédéral. L’accord agricole, avec lequel le conseiller fédéral Schneider-Ammann menace les paysans, n’est mentionné nulle part pour ne pas effrayer le peuple, mais il ferait également partie de l’accord-cadre.
Selon la «Neue Zürcher Zeitung», Bruxelles veut également inclure l’Accord sur les marchés publics (c’est-à-dire pratiquement tous les accords des Bilatérales I) et même l’Accord de libre-échange (ALE) de 1972, couvrant en réalité tous les échanges commerciaux.
Ce que nous pouvons dire aujourd’hui déjà: l’UE voudra inclure autant de domaines du droit que possible. Cela montre clairement pourquoi le Conseil fédéral ne veut pas divulguer les contenus de l’accord-cadre. Car, si nous citoyens pouvions lire ouvertement dans quels domaines Bruxelles veut s’immiscer, la Berne fédérale pourrait abandonner définitivement son accord-cadre.    •

Principaux accords Suisse–UE

Accord de libre-échange de 1972

Pilier important pour les échanges économiques Suisse–UE, accepté par le peuple avec 72,5% des voix et la majorité des cantons.
Accords bilatéraux I (7 accords)
Adoptés par le peuple comme «paquet» le 21 mai 2000 et en vigueur depuis le 1er juin 2002
•    Libre circulation des personnes
•    Obstacles techniques au commerce
•    Marchés publics
•    Agriculture
•    Transports terrestres
•    Transport aérien
•    Recherche

Accords bilatéraux II (9 accords)

Référendum uniquement contre Schengen/Dublin, adopté par le peuple avec 54,4% des voix le 5 juin 2005
•    Schengen/Dublin
•    Fiscalité de l’épargne
•    Lutte contre la fraude
•    Produits agricoles transformés
•    Environnement
•    Statistique
•    MEDIA (Europe Créative)
•    Pensions
•    Education, formation profes­sionnelle, jeunesse

Informations sur les accords individuels: https://www.eda.admin.ch/dea/fr/home/bilaterale-abkommen/abkommen-umsetzung/)