Combien de millions de personnes ont été tuées dans les guerres américaines qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 ? (3ème partie)

par Nicolas J.S. Davies

25 avril 2018

Sources : http://lesakerfrancophone.fr/combien-de-millions-de-personnes-ont-ete-tuees-dans-les-guerres-americaines-qui-ont-suivi-les-attentats-du-11-septembre-2001

https://www.les-crises.fr/combien-de-millions-de-personnes-ont-ete-tuees-dans-les-guerres-americaines-qui-ont-suivi-les-attentats-du-11-septembre-2001-partie-3-libye-syrie-somalie-et-yemen-par-nicolas-j-s-davies/

Source originaire : https://consortiumnews.com/2018/04/25/how-many-millions-have-been-killed-in-americas-post-9-11-wars-part-3-libya-syria-somalia-and-yemen/

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr.

iu.jpeg

Dans les deux premières parties du présent article, j’ai estimé qu’environ 2,4 millions de personnes ont été tuées à la suite de l’invasion de l’Irak par les États-Unis, tandis qu’environ 1,2 million de personnes ont été tuées en Afghanistan et au Pakistan à la suite de la guerre menée par les États-Unis en Afghanistan. Dans la troisième et dernière partie de ce compte rendu, j’estimerai le nombre de personnes tuées à la suite des interventions de l’armée américaine et de la CIA en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen.

Parmi les pays que les États-Unis ont attaqués et déstabilisés depuis 2001, seul l’Irak a fait l’objet d’études exhaustives de mortalité « active » qui peuvent révéler des décès par ailleurs non déclarés. Une étude de mortalité « active » est une étude qui interroge « activement » les ménages pour trouver des décès qui n’ont pas été signalés auparavant par des bulletins d’information ou d’autres sources publiées.

 

Ces études sont souvent menées par des personnes qui travaillent dans le domaine de la santé publique, comme Les Roberts à l’Université Columbia, Gilbert Burnham à Johns Hopkins et Riyadh Lafta à l’Université Mustansiriya de Bagdad, coauteur de l’étude de 2006 du Lancet sur la mortalité due à la guerre en Irak. En présentant leurs études en Irak et leurs résultats, ils ont souligné que leurs équipes d’enquêteurs irakiens étaient indépendantes du gouvernement d’occupation et que c’était un facteur important pour l’objectivité de leurs études et la volonté des Irakiens de parler honnêtement avec eux.

Des études exhaustives sur la mortalité dans d’autres pays déchirés par la guerre (comme l’Angola, la Bosnie, la République démocratique du Congo, le Guatemala, l’Irak, le Kosovo, le Rwanda, le Soudan et l’Ouganda) ont révélé un nombre total de décès de 5 à 20 fois supérieur à celui révélé précédemment par des rapports « passifs » basés sur des bulletins d’actualités, des dossiers d’hôpitaux et/ou des enquêtes sur les droits de l’homme.

En l’absence de telles études complètes en Afghanistan, au Pakistan, en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen, j’ai évalué les rapports passifs sur les décès dus à la guerre et essayé d’évaluer la proportion de morts réelles que ces rapports passifs sont susceptibles d’avoir compté selon les méthodes qu’ils ont utilisées, sur la base des rapports entre les morts réels et les morts passivement déclarées, trouvés dans d’autres zones de guerre.

J’ai seulement estimé les morts violentes. Aucune de mes estimations n’inclut les décès dus aux effets indirects de ces guerres, tels que la destruction des hôpitaux et des systèmes de santé, la propagation de maladies par ailleurs évitables et les effets de la malnutrition et de la pollution de l’environnement, qui ont également été considérables dans tous ces pays.

Pour l’Irak, mon estimation finale d’environ 2,4 millions de personnes tuées était fondée sur l’acceptation des estimations de l’étude 2006 du Lancet et de l’enquête 2007 de l’Opinion Research Business (ORB), qui étaient conformes les unes aux autres, puis sur l’application du même rapport entre les décès réels et les décès déclarés passivement (11,5:1) entre l’étude du Lancet et de l’Iraq Body Count (IBC) [projet recensant les morts civiles dues à la guerre d’Irak. Il entretient une base de données où figurent toutes les morts rapportées par au moins deux sources journalistiques, NdT] en 2006 et le comptage de l’IBC pour les années depuis 2007.

Pour l’Afghanistan, j’ai estimé qu’environ 875 000 Afghans ont été tués. J’ai expliqué que les rapports annuels sur les victimes civiles de la Mission d’Assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) sont fondés uniquement sur les enquêtes menées par la Commission indépendante des droits de l’homme en Afghanistan (CAIDP), et qu’ils excluent sciemment un grand nombre de rapports sur les décès de civils pour lesquels la CAIDP n’a pas encore fait d’enquête ou pour lesquels elle n’a pas terminé ses enquêtes. Les rapports de la MANUA ne font pas du tout état de la situation dans de nombreuses régions du pays où les talibans et d’autres forces de résistance afghanes sont actifs, et où se déroulent donc la plupart des frappes aériennes et des raids nocturnes des États-Unis.

J’ai conclu que les rapports de la MANUA sur les décès de civils en Afghanistan semblent aussi inadéquats que l’extrême sous-déclaration constatée à la fin de la guerre civile guatémaltèque, lorsque la Commission de vérification historique parrainée par l’ONU a révélé 20 fois plus de décès que ce qui avait été rapporté auparavant.

Pour le Pakistan, j’ai estimé qu’environ 325 000 personnes avaient été tuées. Ce chiffre est basé sur les estimations publiées des morts au combat et sur l’application d’une moyenne des ratios trouvés lors des guerres précédentes (12,5:1) au nombre de morts civiles signalées par le South Asia Terrorism Portal (SATP) en Inde.

 

Estimation du nombre de décès en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen

Dans la troisième et dernière partie de cet article, j’estimerai le nombre de morts causées par les guerres secrètes et les guerres par procuration en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen.

Les officiers supérieurs de l’armée américaine ont salué la doctrine américaine de la guerre secrète et par procuration qui a trouvé son plein épanouissement sous l’administration Obama comme une approche « déguisée, silencieuse et sans médias » de la guerre, et ont retracé l’évolution de cette doctrine jusqu’aux guerres américaines en Amérique centrale dans les années 1980. Alors que le recrutement, l’entraînement, le commandement et le contrôle des escadrons de la mort en Irak ont été surnommés « l’option Salvador », la stratégie américaine en Libye, en Syrie, en Somalie et au Yémen a en fait suivi ce modèle de plus près encore.

Ces guerres ont été catastrophiques pour les populations de tous ces pays, mais l’approche « déguisée, silencieuse et sans médias » des États-Unis a connu un tel succès en termes de propagande que la plupart des Américains savent très peu de choses sur le rôle des États-Unis dans la violence et le chaos insolubles qui les ont engloutis.

La nature très médiatique des frappes de missiles illégales mais largement symboliques sur la Syrie le 14 avril 2018 contraste fortement avec la campagne de bombardement « déguisée, silencieuse et sans médias » menée par les États-Unis, qui a détruit Raqqa, Mossoul et plusieurs autres villes syriennes et irakiennes avec plus de 100 000 bombes et missiles depuis 2014.

Les habitants de Mossoul, Raqqa, Kobané, Syrte, Falloujah, Ramadi, Tawergha et Deir ez-Zor sont morts comme des arbres abattus dans une forêt où il n’y avait pas de reporters ou d’équipes de télévision occidentaux pour enregistrer leur massacre. Comme Harold Pinter l’a demandé dans son discours d’acceptation du prix Nobel en 2005,

« Ont-ils eu lieu ? Et sont-ils dans tous les cas imputables à la politique étrangère des États-Unis ? La réponse est oui, ils ont eu lieu, et ils sont dans tous les cas attribuables à la politique étrangère américaine. Mais vous ne le sauriez pas. Ça n’est jamais arrivé. Il ne s’est jamais rien passé. Même quand ça arrivait, ça n’arrivait pas. Ça n’avait pas d’importance. Ça n’avait aucun intérêt. »

Pour plus de détails sur le rôle crucial que les États-Unis ont joué dans chacune de ces guerres, veuillez lire mon article Giving War Too Many Chances, publié en janvier 2018.

Libye

La seule justification légale pour l’OTAN et ses alliés monarchistes arabes pour avoir largué au moins 7 700 bombes et missiles sur la Libye et l’avoir envahie avec des forces d’opérations spéciales à partir de février 2011 était la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui autorisait « toutes les mesures nécessaires » dans le but strictement défini de protéger les civils en Libye.

Mais la guerre a au contraire tué beaucoup plus de civils que n’importe quelle estimation du nombre de personnes tuées lors de la rébellion initiale en février et mars 2011, qui allait de 1 000 (une estimation de l’ONU) à 6 000 (selon la Ligue libyenne des droits de l’homme). La guerre a donc clairement échoué dans son objectif déclaré et autorisé de protéger les civils, même si elle a atteint un objectif différent et non autorisé : le renversement illégal du gouvernement libyen.

La résolution 1973 du Conseil de Sécurité interdisait expressément « une force d’occupation étrangère de quelque forme que ce soit sur une partie quelconque du territoire libyen ». Mais l’OTAN et ses alliés ont lancé une invasion secrète de la Libye par des milliers de soldats qataris et des forces d’opérations spéciales occidentales, qui ont planifié l’avancée des rebelles à travers le pays, appelé à des frappes aériennes contre les forces gouvernementales et dirigé l’assaut final contre le quartier général militaire de Bab al-Aziziya à Tripoli.

Le chef d’état-major du Qatari, le général de division Hamad bin Ali al-Atiya, a fièrement déclaré,

« Nous étions avec eux et le nombre de Qataris sur le terrain se chiffrait par centaines dans chaque région. La formation et les communications étaient entre les mains du Qatar. Le Qatar… a supervisé les plans des rebelles parce qu’il s’agissait de civils et qu’ils n’avaient pas assez d’expérience militaire. Nous avons servi de lien entre les rebelles et les forces de l’OTAN. »

Selon des informations crédibles, un officier de sécurité français aurait même livré le coup de grâce qui a tué le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, après qu’il a été capturé, torturé et sodomisé avec un couteau par les « rebelles de l’OTAN ».

Une enquête de la commission parlementaire des affaires étrangères au Royaume-Uni en 2016 a conclu qu’une « intervention limitée pour protéger les civils s’est transformée en une politique opportuniste de changement de régime par des moyens militaires », entraînant « l’effondrement politique et économique, les affrontements inter milices et inter-tribaux, les crises humanitaires et migratoires, les violations généralisées des droits de l’homme, la dissémination des armes du régime Kadhafi dans la région et la croissance de l’État islamique en Afrique du Nord ».

 

Rapports passifs sur les décès de civils en Libye

Une fois le gouvernement libyen renversé, les journalistes ont tenté de s’informer sur le sujet sensible de la mort de civils, si crucial pour les justifications juridiques et politiques de la guerre. Mais le National Transitional Council (NTC), le nouveau gouvernement instable formé par des exilés et des rebelles soutenus par l’Occident, a cessé de publier des estimations publiques des victimes et a ordonné au personnel hospitalier de ne pas divulguer des informations aux journalistes.

Un chef rebelle a estimé en août 2011 que 50 000 Libyens avaient été tués. Puis, le 8 septembre 2011, Naji Barakat, le nouveau ministre de la santé du NTC, a publié une déclaration selon laquelle 30 000 personnes avaient été tuées et 4 000 autres étaient portées disparues, d’après une enquête menée auprès des hôpitaux, des responsables locaux et des commandants rebelles dans la majorité du pays que le NTC contrôlait alors. Il a dit qu’il faudrait plusieurs semaines de plus pour terminer le recensement, de sorte qu’il s’attendait à ce que le chiffre final soit plus élevé.

La déclaration de Barakat ne comportait pas de dénombrement distinct des combattants et des civils. Mais il a déclaré qu’environ la moitié des 30 000 morts signalés étaient des troupes loyales au gouvernement, dont 9 000 membres de la Brigade Khamis, dirigée par Khamis, le fils de Khadafi. Barakat a demandé au public de signaler les décès dans leur famille et les détails sur les personnes disparues lorsqu’ils sont venus à la mosquée pour prier ce vendredi. L’estimation du NTC de 30 000 personnes tuées semblait se composer principalement de combattants des deux côtés.

L’enquête la plus complète sur les morts de guerre depuis la fin de la guerre de 2011 en Libye est une « étude épidémiologique communautaire » intitulée « Conflit armé libyen 2011 : Mortalité, blessures et déplacements de population ». Elle a été rédigée par trois professeurs de médecine de Tripoli et publiée dans le Journal africain de médecine d’urgence en 2015.

Les auteurs ont pris les données sur les morts, les blessés et les déplacements de guerre recueillies par le ministère du Logement et de la planification, et ont envoyé des équipes pour mener des entretiens en face à face avec un membre de chaque famille afin de vérifier combien de membres de leur ménage avaient été tués, blessés ou déplacés. Ils n’ont pas essayé de séparer le meurtre de civils de la mort des combattants.

Ils n’ont pas non plus essayé d’estimer statistiquement les décès non déclarés précédemment par le biais de la méthode de « l’enquête par sondage en grappes » de l’étude du Lancet en Irak. Mais l’étude sur le conflit armé libyen est le bilan le plus complet des décès confirmés pendant la guerre en Libye jusqu’en février 2012, et elle a confirmé la mort d’au moins 21 490 personnes.

En 2014, le chaos et les combats entre factions en Libye se sont transformés en ce que Wikipédia appelle aujourd’hui une deuxième guerre civile libyenne. Un groupe appelé Libya Body Count (LBC) a commencé à comptabiliser les morts violentes en Libye, sur la base de rapports des médias, sur le modèle de l’Iraq Body Count (IBC). Mais le LBC ne l’a fait que pendant trois ans, de janvier 2014 à décembre 2016. Il a compté 2 825 décès en 2014, 1 523 en 2015 et 1 523 en 2016. (Le site Web du LBC indique que ce n’est qu’une coïncidence si le nombre est identique en 2015 et 2016).

Le projet ACLED (Armed Conflict Location and Event Data), basé au Royaume-Uni, a également permis de compter les morts violentes en Libye. L’ACLED a compté 4 062 décès en 2014-16, contre 5 871 par le LBC Pour les périodes restantes entre mars 2012 et mars 2018 que LBC n’a pas couvertes, l’ACLED a compté 1 874 décès.

Si le LBC avait couvert l’ensemble de la période depuis mars 2012 et avait trouvé le même nombre proportionnellement plus élevé qu’ACLED en 2014-16, il aurait compté 8 580 personnes tuées.

 

Estimation du nombre de personnes réellement tuées en Libye

En combinant les chiffres de l’étude sur le conflit armé libyen de 2011 et nos projections combinées du nombre de morts du LBC et de l’ACLED, on obtient un total de 30 070 décès signalés passivement depuis février 2011.

L’étude du Lybian Armed Conflict (LAC) était basée sur des données officielles dans un pays qui n’avait pas eu de gouvernement stable et unifié depuis environ 4 ans, tandis que Libya Body Count était un effort naissant pour imiter l’Iraq Body Count qui essayait de jeter un filet plus large en ne s’appuyant pas uniquement sur des sources d’information en anglais.

En Irak, le ratio entre l’étude de 2006 du Lancet et celle de l’Iraq Body Count était plus élevé parce que l’IBC ne comptait que des civils, alors que l’étude du Lancet comptait des combattants irakiens ainsi que des civils. Contrairement à l’Iraq Body Count, nos deux principales sources passives en Libye comptaient à la fois les civils et les combattants. D’après les descriptions d’une ligne de chaque incident dans la base de données du Libya Body Count, le total de LBC semble inclure environ une moitié de combattants et une moitié de civils.

Les pertes militaires sont généralement comptées avec plus de précision que les pertes civiles, et les forces militaires ont intérêt à évaluer avec exactitude les pertes ennemies ainsi qu’à identifier les leurs. Le contraire est vrai pour les victimes civiles, qui sont presque toujours la preuve de crimes de guerre que les forces qui les ont tuées ont tout intérêt à supprimer.

Ainsi, en Afghanistan et au Pakistan, j’ai traité séparément les combattants et les civils, en appliquant les rapports typiques entre les rapports passifs et les études de mortalité aux civils uniquement, tout en acceptant les décès des combattants tels qu’ils ont été signalés passivement.

Mais les forces qui combattent en Libye ne sont pas une armée nationale dotée d’une chaîne de commandement et d’une structure organisationnelle strictes qui permettent de rendre compte avec précision des pertes militaires dans d’autres pays et conflits, de sorte que les décès de civils et de combattants semblent être largement sous-estimés par mes deux principales sources, l’étude du Libya Armed Conflict et celle du Libya Body Count. En fait, les estimations du National Transitional Council (NTC) d’août et septembre 2011 de 30 000 morts étaient déjà beaucoup plus élevées que le nombre de morts de guerre dans l’étude du Lybian Armed Conflict.

Lorsque l’étude de 2006 du Lancet sur la mortalité en Irak a été publiée, elle a révélé 14 fois le nombre de décès figurant sur la liste de décès de civils de l’Iraq Body Count. Mais l’IBC a découvert plus tard d’autres décès de cette période, ce qui a réduit le rapport entre l’estimation de l’étude du Lancet et le compte révisé de l’IBC à 11,5:1.

Les totaux combinés de l’étude Libya Armed Conflict 2011 et Libya Body Count semblent représenter une plus grande proportion du nombre total de morts violentes que le nombre de morts en Irak, principalement parce que le LAC et le LBC ont compté les combattants ainsi que les civils, et parce que Libya Body Count a inclus les décès signalés dans les sources de nouvelles en arabe, alors que l’Iraq Body Count s’appuie presque entièrement sur les sources de nouvelles en anglais et exige généralement « un minimum de deux sources de données indépendantes » avant d’enregistrer chaque décès.

Dans d’autres conflits, les rapports passifs n’ont jamais réussi à compter plus d’un cinquième des décès découverts par des études épidémiologiques complètes et « actives ». Compte tenu de tous ces facteurs, le nombre réel de personnes tuées en Libye semble se situer entre cinq et douze fois le nombre compté par l’étude Libya Armed Conflict 2011, Libya Body Count et ACLED [Armed Conflict Location and Event Data Project, NdT].

J’estime donc qu’environ 250 000 Libyens ont été tués dans la guerre, la violence et le chaos que les États-Unis et leurs alliés ont déclenché en Libye en février 2011, et qui se poursuit encore aujourd’hui. Si l’on prend les ratios 5:1 et 12:1 par rapport aux décès comptés passivement comme limites extérieures, le nombre minimum de personnes qui ont été tuées serait de 150 000 et le maximum serait de 360 000.

 

Syrie

Le rôle « déguisé, discret et sans médias » des États-Unis en Syrie a commencé fin 2011 avec une opération de la CIA pour faire passer en Syrie des combattants étrangers et des armes à travers la Turquie et la Jordanie, travaillant avec le Qatar et l’Arabie saoudite pour militariser les troubles qui ont commencé avec les protestations pacifiques du printemps arabe contre le gouvernement baasiste syrien.

Les groupes politiques syriens, pour la plupart de gauche et démocratiques, qui coordonnaient les manifestations non-violentes en Syrie en 2011, se sont fortement opposés à ces efforts étrangers pour déclencher une guerre civile, et ont publié des déclarations fortes contre la violence, le sectarisme et l’intervention étrangère.

Mais même si un sondage d’opinion parrainé par le Qatar en décembre 2011 a révélé que 55 % des Syriens soutenaient leur gouvernement, les États-Unis et leurs alliés étaient déterminés à adapter leur modèle de changement de régime libyen à la Syrie, sachant très bien, dès le départ, que cette guerre serait beaucoup plus sanglante et plus destructrice.

La CIA et ses partenaires monarchistes arabes ont finalement acheminé des milliers de tonnes d’armes et des milliers de jihadistes étrangers liés à Al-Qaïda en Syrie. Les armes sont venues d’abord de Libye, puis de Croatie et des Balkans. Elles comprenaient des obusiers, des lanceurs de missiles et d’autres armes lourdes, des fusils de précision, des grenades propulsées par fusée, des mortiers et des armes légères, et les États-Unis ont fini par fournir directement de puissants missiles antichars.

Pendant ce temps, au lieu de coopérer avec les efforts de Kofi Annan soutenus par l’ONU pour ramener la paix en Syrie en 2012, les États-Unis et leurs alliés ont organisé trois conférences des « Amis de la Syrie », où ils ont poursuivi leur propre « Plan B », promettant un soutien toujours plus grandissant aux rebelles de plus en plus dominés par Al-Qaïda. Kofi Annan a quitté son rôle ingrat avec dégoût après que la secrétaire d’État Clinton et ses alliés britanniques, français et saoudiens ont cyniquement sapé son plan de paix.

Le reste, comme on dit, c’est de l’histoire, une histoire de violence et de chaos sans cesse grandissant qui a entraîné les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie, l’Iran et tous les voisins de la Syrie dans un tourbillon sanglant. Comme l’a fait remarquer Phyllis Bennis de l’Institute for Policy Studies, ces puissances extérieures ont toutes été prêtes à se battre pour la Syrie « jusqu’au dernier Syrien ».

La campagne de bombardements que le président Obama a lancée contre l’État islamique en 2014 est la campagne de bombardements la plus intense depuis la guerre des États-Unis au Vietnam, avec plus de 100 000 bombes et missiles largués sur la Syrie et l’Irak. Patrick Cockburn, le correspondant chevronné au Moyen-Orient du journal britannique Independent, s’est récemment rendu à Raqqa, ancienne 6e ville de Syrie, et a écrit que « La destruction est totale ».

« Dans d’autres villes syriennes bombardées au point d’être oblitérées, il y a au moins un district qui a survécu intact », a écrit Cockburn. « C’est le cas même à Mossoul en Irak, bien qu’une grande partie ait été réduite en décombres. Mais à Raqqa, les dommages et la démoralisation sont omniprésents. Quand quelque chose fonctionne, comme un seul feu de circulation, le seul à le faire dans la ville, les gens expriment leur surprise. »

 

Estimation des morts violentes en Syrie

Toutes les estimations publiques du nombre de personnes tuées en Syrie que j’ai trouvées proviennent directement ou indirectement de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (SOHR), dirigé par Rami Abdulrahman, à Coventry, au Royaume-Uni. Son travail est financé en partie par l’Union européenne et en partie par le gouvernement du Royaume-Uni.

Wikipédia cite le Syrian Centre for Policy Research comme source séparée avec une estimation de mortalité plus élevée, mais il s’agit en fait d’une projection à partir des chiffres du SOHR. Les estimations plus basses de l’ONU semblent également reposer principalement sur les rapports du SOHR.

Le SOHR a été critiqué pour son point de vue ouvertement pro-opposition, ce qui a conduit certains à remettre en question l’objectivité de ses données. Il semble avoir sous-estimé le nombre de civils tués par les frappes aériennes américaines, mais cela pourrait aussi être dû à la difficulté et au danger de faire des reportages à partir d’un territoire tenu par l’EI, comme cela a également été le cas en Irak.

Le SOHR reconnaît que son dénombrement ne peut être une estimation totale de toutes les personnes tuées en Syrie. Dans son rapport le plus récent, en mars 2018, il a ajouté 100 000 à son décompte pour compenser la sous-déclaration, 45 000 autres pour tenir compte des prisonniers tués ou disparus sous la garde du gouvernement et 12 000 pour les personnes tuées ou disparues sous la garde de l’État islamique ou d’autres rebelles.

Abstraction faite de ces ajustements, le rapport du SOHR de mars 2018 fait état de la mort de 353 935 combattants et civils en Syrie. Ce total comprend 106 390 civils, 63 820 soldats syriens, 58 130 membres de milices pro-gouvernementales (dont 1 630 du Hezbollah et 7 686 autres étrangers), 63 360 membres de l’État islamique, Jabhat Fateh al-Sham (anciennement Jabhat al-Nosra) et autres djihadistes islamistes, 62 039 autres combattants antigouvernementaux et 196 corps non identifiés.

Si l’on répartit ce chiffre entre civils et combattants, cela représente 106 488 civils et 247 447 combattants tués (les 196 corps non identifiés étant divisés également), dont 63 820 soldats de l’armée syrienne.

Le dénombrement du SOHR n’est pas une enquête statistique complète comme l’étude de 2006 du Lancet en Irak. Mais indépendamment de son point de vue favorable aux rebelles, le SOHR semble être l’un des efforts les plus complets pour « compter passivement » les morts dans toutes les guerres récentes.

Comme les institutions militaires dans d’autres pays, l’armée syrienne conserve probablement des chiffres assez précis sur les pertes de ses propres troupes. En excluant les pertes militaires réelles, il serait sans précédent pour le SOHR d’avoir compté plus de 20 % des autres personnes tuées pendant la guerre civile en Syrie. Mais les rapports du SOHR pourraient bien être aussi précis que tous les efforts précédents pour compter les morts par des méthodes « passives ».

Si l’on prend les chiffres rapportés passivement par le SOHR pour les morts de guerre non militaires comme 20% du total réel des morts, cela signifierait que 1,45 million de civils et de combattants non militaires ont été tués. Après avoir ajouté à ce nombre les 64 000 soldats syriens tués, j’estime qu’environ 1,5 million de personnes ont été tuées en Syrie.

Si le SOHR a eu de meilleurs résultats que tous les efforts « passifs » précédents pour compter les morts dans une guerre, et a compté 25% ou 30% des personnes tuées, le nombre réel de personnes tuées pourrait être aussi bas que 1 million. S’il n’a pas eu d’aussi bons résultats qu’il n’y paraît, et que son compte est plus proche de ce qui a été typique dans d’autres conflits, alors jusqu’à 2 millions de personnes pourraient bien avoir été tuées.

 

Somalie

La plupart des Américains se souviennent de l’intervention américaine en Somalie qui a conduit à l’incident du « Black Hawk Down » [ou « bataille de Mogadiscio » (3-4 octobre 1993) ; cette bataille sera traumatisante pour l’opinion publique américaine, notamment à la suite de la diffusion d’images télévisées de cadavres de soldats américains traînés par des voitures dans les rues de la ville, NdT], et au retrait des troupes américaines en 1993. Mais la plupart des Américains ne se souviennent pas, ou n’ont peut-être jamais su, que les États-Unis ont fait une autre intervention « déguisée, silencieuse et sans médias » en Somalie en 2006, à l’appui d’une invasion militaire éthiopienne.

La Somalie commençait à se « tirer d’affaire » sous la gouvernance de l’Union des tribunaux islamiques (UTI), une union de tribunaux traditionnels locaux qui ont accepté de travailler ensemble pour gouverner le pays. L’UTI s’est alliée à un seigneur de guerre à Mogadiscio et a vaincu les autres seigneurs de guerre qui avaient dirigé des fiefs privés depuis l’effondrement du gouvernement central en 1991. Les gens qui connaissaient bien le pays ont salué l’UTI comme une évolution porteuse d’espoir pour la paix et la stabilité en Somalie.

Mais dans le contexte de sa « guerre contre le terrorisme », le gouvernement américain a identifié l’Union des tribunaux islamiques comme un ennemi et une cible pour une action militaire. Les États-Unis se sont alliés à l’Éthiopie, rival régional traditionnel de la Somalie (et pays majoritairement chrétien), et ont mené des frappes aériennes et des opérations spéciales pour soutenir une invasion éthiopienne de la Somalie afin de déloger l’UTI du pouvoir. Comme dans tous les autres pays où les États-Unis et leurs mandataires ont envahi le pays depuis 2001, cela a eu pour effet de plonger la Somalie dans la violence et le chaos qui persistent encore aujourd’hui.

 

Estimation du nombre de victimes en Somalie

Selon des sources passives, le nombre de morts violentes en Somalie depuis l’invasion éthiopienne soutenue par les États-Unis en 2006 s’élève à 20 171 (Uppsala Conflict Data Program (UCDP) – jusqu’en 2016) et 24 631 (Armed Conflict Location and Event Data Project (ACLED)). Mais une ONG locale primée, le Elman Peace and Human Rights Centre à Mogadiscio, qui n’a suivi les décès que pour 2007 et 2008, a compté 16 210 morts violentes au cours de ces deux années seulement, soit 4,7 fois le nombre compté par l’UCDP et 5,8 fois le décompte de l’ACLED pour ces deux années.

En Libye, Lybia Body Count n’a compté que 1,45 fois plus de morts que l’ACLED. En Somalie, Elman Peace a compté 5,8 fois plus que l’ACLED – la différence entre les deux était 4 fois plus grande. Cela suggère que le comptage d’Elman Peace était environ deux fois plus minutieux que celui du Lybia Body Count, alors que l’ACLED semble être environ à moitié moins efficace pour compter les morts de guerre en Somalie qu’en Libye.

L’UCDP a enregistré un nombre de décès plus élevé que l’ACLED de 2006 à 2012, tandis que l’ACLED a publié des chiffres plus élevés que l’UCDP depuis 2013. La moyenne de leurs deux dénombrements donne un total de 23 916 décès violents de juillet 2006 à 2017. Si Elman Peace avait continué à compter les morts de guerre et avait continué à trouver 5,25 fois (la moyenne de 4,7 et 5,8) fois le nombre trouvé par ces groupes de surveillance internationaux, il aurait déjà compté environ 125 000 morts violentes depuis l’invasion de l’Éthiopie soutenue par les États-Unis en juillet 2006.

Mais si Elman Peace a compté beaucoup plus de morts que l’UCDP ou l’ACLED, il ne s’agissait encore que d’un comptage « passif » des morts de guerre en Somalie. Pour estimer le nombre total de morts de guerre qui ont résulté de la décision des États-Unis de détruire le jeune gouvernement somalien de l’UTI, nous devons multiplier ces chiffres par un rapport qui se situe quelque part entre ceux trouvés dans d’autres conflits, entre 5:1 et 20:1.

L’application d’un ratio de 5:1 à ma projection de ce que le Projet Elman aurait pu compter à ce jour donne un total de 625 000 décès. L’application d’un ratio de 20:1 aux dénombrements beaucoup plus faibles de l’UCDP et de l’ACLED donnerait un chiffre inférieur de 480 000.

Il est très peu probable que le projet Elman ait compté plus de 20 % des décès réels dans toute la Somalie. D’autre part, l’UCDP et l’ACLED ne comptaient que les rapports de décès en Somalie à partir de leurs bases en Suède et au Royaume-Uni, sur la base de rapports publiés, de sorte qu’il est fort possible qu’ils aient compté moins de 5 % des décès réels.

Si le projet Elman n’a comptabilisé que 15 % du total des décès au lieu de 20 %, cela suggère que 830 000 personnes ont été tuées depuis 2006. Si les chiffres de l’UCDP et de l’ACLED ont compté plus de 5 % du total des décès, le total réel pourrait être inférieur à 480 000. Mais cela impliquerait que le Projet Elman ait recensé une proportion encore plus élevée de décès réels, ce qui serait sans précédent pour un tel projet.

J’estime donc que le nombre réel de personnes tuées en Somalie depuis 2006 doit se situer entre 500 000 et 850 000, avec très probablement environ 650 000 morts violentes.

 

Yémen

Les États-Unis font partie d’une coalition qui bombarde le Yémen depuis 2015 dans le but de restaurer le pouvoir de l’ancien président Abdrabbo Mansour Hadi. Hadi a été élu en 2012 après que les protestations du printemps arabe et les soulèvements armés ont forcé le dictateur précédent du Yémen, Ali Abdallah Saleh, soutenu par les États-Unis, à démissionner en novembre 2011.

Le mandat de Hadi était d’élaborer une nouvelle constitution et d’organiser une nouvelle élection dans un délai de deux ans. Il n’a rien fait de tout cela, de sorte que le puissant mouvement zaydite Houthi a envahi la capitale en septembre 2014, a placé Hadi en résidence surveillée et a exigé que lui et son gouvernement remplissent leur mandat et organisent une nouvelle élection.

Les Zaydites [ou Zaïdites, NdT] sont une secte chiite unique qui représente 45 % de la population du Yémen. Les imams zaydites ont gouverné la majeure partie du Yémen pendant plus de mille ans. Les Sunnites et les Zaydites vivent ensemble pacifiquement au Yémen depuis des siècles, les mariages mixtes sont courants et ils prient dans les mêmes mosquées.

Le dernier Imam Zaydite a été renversé lors d’une guerre civile dans les années 1960. Dans cette guerre, les Saoudiens ont soutenu les royalistes Zaydites, tandis que l’Égypte a envahi le Yémen pour soutenir les forces républicaines qui ont fini par former la République arabe du Yémen en 1970.

En 2014, Hadi a refusé de coopérer avec les Houthis et a démissionné en janvier 2015. Il s’est enfui à Aden, sa ville natale, puis en Arabie saoudite, qui a lancé une campagne de bombardements sauvage soutenue par les États-Unis et un blocus naval pour tenter de le restaurer au pouvoir.

Bien que l’Arabie saoudite mène la plupart des frappes aériennes, les États-Unis ont vendu la plupart des avions, bombes, missiles et autres armes qu’elle  utilise. Le Royaume-Uni est le deuxième fournisseur d’armes des Saoudiens. Sans le renseignement par satellite des États-Unis et le ravitaillement en vol, l’Arabie saoudite ne pourrait pas effectuer des frappes aériennes dans tout le Yémen comme elle le fait actuellement. Ainsi, le blocage des armes, du ravitaillement en vol et du soutien diplomatique américains pourraient être décisifs pour mettre fin à la guerre.

 

Estimation des victimes de la guerre au Yémen

Les estimations publiées des décès dus à la guerre au Yémen sont basées sur des enquêtes régulières menées dans les hôpitaux de ce pays par l’Organisation mondiale de la santé, souvent relayées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH). Selon les estimations les plus récentes, à partir de décembre 2017, 9 245 personnes ont été tuées, dont 5 558 civils.

Mais le rapport du BCAH de décembre 2017 contenait une note selon laquelle « en raison du nombre élevé d’établissements de santé qui ne fonctionnent pas ou qui fonctionnent partiellement en raison du conflit, ces chiffres sont sous-déclarés et probablement plus élevés ».

Même lorsque les hôpitaux sont pleinement opérationnels, de nombreuses personnes tuées à la guerre ne se rendent jamais à l’hôpital. Plusieurs hôpitaux du Yémen ont été frappés par des frappes aériennes saoudiennes, il y a un blocus naval qui restreint les importations de médicaments, et les approvisionnements en électricité, eau, nourriture et carburant ont tous été affectés par les bombardements et le blocus. Ainsi, les synthèses de l’OMS sur les rapports de mortalité des hôpitaux sont susceptibles de ne représenter qu’une petite fraction du nombre réel de personnes tuées.

L’ACLED rapporte un chiffre légèrement inférieur à celui de l’OMS : 7 846 jusqu’à la fin de 2017. Mais contrairement à l’OMS, l’ACLED dispose de données à jour pour 2018 et fait état de 2 193 autres décès depuis janvier. Si l’OMS continue de déclarer 18 % de décès de plus que l’ACLED, le total de l’OMS jusqu’à présent serait de 11 833.

Même le MCAH et l’OMS reconnaissent une sous-déclaration importante des décès dus à la guerre au Yémen, et le rapport entre les rapports passifs de l’OMS et les décès réels semble se situer à l’extrémité supérieure de la fourchette observée dans d’autres guerres, qui varie entre 5:1 et 20:1. J’estime qu’environ 175 000 personnes ont été tuées – 15 fois le nombre rapporté par l’OMS et l’ACLED – avec un minimum de 120 000 et un maximum de 240 000.

 

Le véritable coût humain des guerres américaines

Au total, dans les trois parties de ce rapport, j’ai estimé que les guerres qui ont suivi les attentats du 11 septembre ont tué environ 6 millions de personnes. Peut-être que le nombre réel n’est que de 5 millions. Ou peut-être que c’est 7 millions. Mais je suis tout à fait certain qu’il s’agit de plusieurs millions.

Il ne s’agit pas seulement de centaines de milliers, comme le croient de nombreuses personnes par ailleurs bien informées, car les compilations de « reportages passifs » ne peuvent jamais représenter plus qu’une fraction du nombre réel de personnes tuées dans les pays qui vivent dans le genre de violence et de chaos que l’agression de notre pays leur a infligé depuis 2001.

Les rapports systématiques de l’Observatoire syrien des droits de l’homme ont certainement permis de saisir une fraction plus importante des décès réels que le petit nombre d’enquêtes terminées qui sont présentées de manière trompeuse comme des estimations de la mortalité par la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan. Mais tous deux ne représentent encore qu’une fraction du nombre total de décès.

Et le nombre réel de personnes tuées n’est certainement pas dans les dizaines de milliers, comme la plupart des gens aux États-Unis et au Royaume-Uni ont été amenés à le croire, selon les sondages d’opinion.

Nous avons besoin de toute urgence d’experts en santé publique pour mener des études exhaustives sur la mortalité dans tous les pays où les États-Unis ont sombré dans la guerre depuis 2001, afin que le monde puisse réagir de façon appropriée à l’ampleur réelle des morts et des destructions causées par ces guerres.

Comme Barbara Lee a prévenu ses collègues avant de voter de manière dissidente en 2001, nous sommes « devenus le mal que nous déplorons ». Mais ces guerres n’ont pas été accompagnées d’effrayants défilés militaires (pas encore) ou de discours sur la conquête du monde. Au lieu de cela, elles ont été politiquement justifiées grâce à une « guerre de l’information » pour diaboliser les ennemis et fabriquer des crises, puis elles ont été menées d’une manière « déguisée, silencieuse, libre de médias », pour cacher leur coût en sang humain au public américain et au monde entier.

Après 16 ans de guerre, environ 6 millions de morts violentes, 6 pays complètement détruits et beaucoup plus déstabilisés, il est urgent que le public américain reconnaisse le véritable coût humain des guerres de notre pays et la façon dont nous avons été manipulés et induits en erreur pour fermer les yeux – avant qu’ils ne continuent encore plus longtemps, détruisent davantage de pays, sapent davantage l’état de droit international et tuent des millions d’autres de nos semblables.

Comme l’a écrit Hannah Arendt dans Les origines du totalitarisme« Nous ne pouvons plus nous permettre de prendre ce qui est bon dans le passé et de l’appeler simplement notre héritage, de rejeter le mauvais et de le considérer simplement comme un poids mort qui, par lui-même, s’enterrera dans l’oubli. Le courant souterrain de l’histoire occidentale a fini par remonter à la surface et a ravi la dignité de notre tradition. C’est la réalité dans laquelle nous vivons. »

 

 

Les guerres secrètes des États-Unis mettent l’Afrique en danger

par Moon of Alabama

3 juillet 2018

Traduction : Dominique Muselet

Source : http://lesakerfrancophone.fr/les-guerres-secretes-des-etats-unis-mettent-lafrique-en-danger

Source originaire : http://www.moonofalabama.org/2018/07/secret-us-wars-endanger-africa.html#more

 

Sous prétexte de « guerre contre le terrorisme », les forces spéciales étasuniennes dépensent beaucoup d’argent et s’appuient sur des décrets obscurs pour s’introduire dans le ventre de l’Afrique. Leurs opérations secrètes ne peuvent que provoquer une plus grande instabilité et mettre en danger les peuples d’Afrique et leurs gouvernements.

 

Dans une récente interview, Seymour Hersh a parlé (@2mn50) des opérations militaires américaines en Afrique :

« Nous avons d’importantes forces spéciales qui sont particulièrement actives en Afrique, dans beaucoup d’endroits. Je pense que le public n’en sait à peu près rien. Je ne pense pas que mon président en ait été informé. Je pense qu’il ne s’y intéresse pas ou qu’il n’est pas au courant. Je sais qu’il y a des gens dans l’armée, dans les hautes sphères de l’armée, au gouvernement, à Washington qui s’interrogent : ‘Qu’est-ce qu’elles font là-bas ? , qui est aux manettes ?’. Ces forces spéciales ne sont pas très contrôlées. Beaucoup d’entre elles se croient parties en croisade. Ils se prennent pour les Chevaliers de Malte combattant les infidèles au XIVe ou XIIIe siècle. Oui, c’est  de la folie.  C’est pourquoi, quand j’entends le commandement des opérations spéciales dire à propos du Mali : ‘Quatre gars sont morts. Voici quand et comment ça s’est passé.’ Je suis désolé, mais je pense qu’il ne nous dit pas tout, pas plus que sur les raisons de notre présence là-bas, mais il est très difficile de savoir ce qu’il en est vraiment ».

 

Les États-Unis n’ont que peu de soldats réguliers stationnés en Afrique. Mais il y a beaucoup de forces spéciales étasuniennes qui y œuvrent en secret. Elles sont censées être sous le contrôle d’AFRICOM, le commandement impérial étasunien pour ce continent.

En 2007, b real,  un commentateur de Moon of Alabama a rédigé une étude en trois parties,  « AFRICOM : Une description contextuelle du nouveau commandement militaire de l’Empire » qui explique comment et pourquoi AFRICOM a vu le jour :

« Début février 2007, la Maison Blanche a donné lecture d’une directive présidentielle visant à établir, d’ici septembre 2008, un nouveau commandement militaire unifié dont la zone de responsabilité était le continent africain exclusivement. 

(…)

Le U.S. African Command (AFRICOM) prendra en charge, à leur place, la zone de responsabilité de trois autres commandements militaires (il y en a maintenant six au total) actuellement en charge de différentes zones géographiques du deuxième plus grand continent, à la seule exception du U.S. Central Command (CENTCOM) qui conservera la zone de responsabilité de l’Égypte. Les détails des opérations n’ont pas été rendus publics, à l’exception des points de presse habituels et de la formation d’une équipe de transition, bien qu’il ne soit pas difficile de comprendre  le rôle qu’Africom jouera dans l’avenir pour, à la fois, les États-Unis et l’Afrique. »

L’Afrique est immense avec une population relativement faible de 1,2 milliard d’habitants, soit moins que l’Inde ou la Chine. Ses 54 pays possèdent différents types de richesses naturelles. À côté du pétrole, du gaz et de l’uranium, il existe tous les types de minéraux et de métaux stratégiques, du cobalt nécessaire pour les batteries rechargeables aux terres rares utilisées dans l’électronique.

 

La Chine se fait des amis en Afrique en investissant dans les infrastructures pour favoriser le développement et le commerce. Elle construit des ports, des chemins de fer et des réseaux de télécommunication. Elle essaie de monter des projets gagnant-gagnant qui profitent à la fois à la Chine et au pays.

Pour contrer la Chine, les États-Unis utilisent leurs outils de « changement de régime » et leurs opérations militaires secrètes en place et lieu de coopération économique. Ils affirment que les missions militaires des soldats américains ont pour but de «  former, conseiller et assister » et absolument pas de faire la guerre, mais la réalité est bien différente. De récents efforts pour attraper le contrebandier/insurgé local Doundoun Cheffou dans la zone frontalière entre le Niger et le Mali se sont terminés par la mort de quatre soldats nigériens, quatre soldats étasuniens et un traducteur nigérien. Le groupe insurgé local prétendait faire partie d’État islamique (EI), mais rien n’indique qu’il ait jamais communiqué avec l’EI central ou qu’il ait été accepté comme membre de l’EI.

L’incident a obligé l’armée à dévoiler que l’opération était sous le contrôle direct des forces spéciales américaines qui ont (ab)usé l’armée nigériane dans le cadre d’un programme secret d’« auxiliaires loués ».

Deux documents récents se penchent sur le contexte juridique obscur et sur les conséquences de telles opérations. Joe Penny publie dans la World Politics Review un article intitulé : « Les ‘mythes et les mensonges’ derrière la présence croissante des États-Unis en Afrique » :

« L’armée américaine dissimule la nature de ses actions en Afrique sous un langage ambigu et un secret absolu. Elle limite la quantité d’information disponible sur le but de ses opérations, la façon dont ces opérations sont menées, les installations qu’elle utilise et la façon dont elle établit des partenariats avec les gouvernements de la région. Cela a parfois impliqué de subvertir les processus démocratiques dans les pays partenaires, une démarche qui va à l’encontre d’années d’engagement diplomatique dont l’objectif officiel était de renforcer les institutions de gouvernance. 

(…)

Aujourd’hui, les États-Unis ont une présence militaire dans presque tous les pays d’Afrique et mènent des missions ‘de conseil et d’assistance’ auprès d’unités locales de lutte contre le terrorisme au Niger, au Cameroun, au Tchad, en Ouganda, en République centrafricaine, en Somalie, en Libye et peut-être ailleurs. Officiellement, cependant, les États-Unis n’ont jamais mené ni conduit unilatéralement une mission ‘capturer ou tuer’ dans le Sahel, la région semi-aride au sud du désert du Sahara qui comprend le Niger ; la mission ciblant Cheffou a été prétendûment dirigée par les Nigériens. »

L’armée américaine prétend que toutes les missions en Afrique, comme celle qui a échoué au Niger, sont sous le commandement des forces locales. Mais il s’agit d’un stratagème. Les rapports indiquent clairement que les soldats nigériens, ainsi que les forces d’autres pays, étaient sous le commandement direct des États-Unis. On est devant un stratagème similaire lorsque la base de drones étasunienne d’Agadez est appelée base aérienne nigérienne 201.

 

Il y a deux décrets juridiques que l’armée américaine utilise pour opérer en Afrique en abusant la société civile : 10 USC 333 couvre les missions de conseil et d’assistance et le financement des forces étrangères :

« Le secrétaire à la Défense est autorisé à mener ou à participer à un ou plusieurs programmes de formation et d’équipement des forces de sécurité nationale d’un ou de plusieurs pays étrangers dans le but de renforcer leurs capacités… »

Il y a aussi le 10 USC 127e qui autorise les programmes classifiés à louer des forces étrangères ou des milices engagées dans des opérations contrôlées par des forces spéciales américaines :

« Le secrétaire à la Défense peut, avec l’accord du chef de mission concerné, dépenser jusqu’à 100 millions de dollars de son budget annuel pour soutenir des forces étrangères, des forces irrégulières, des groupes ou des individus engagés dans le soutien ou la facilitation d’opérations militaires des forces  spéciales des États-Unis pour combattre le terrorisme. »

Le 127e fournit de l’argent pour les pots-de-vin, pour payer des mercenaires et pour lancer des insurrections ou les combattre. Deux unités américaines ont été impliquées dans l’incident du Niger. Le groupe attaqué était en mission de « conseil et d’assistance » en vertu de 10 USC 333. Mais il avait été appelé à l’appui de la mission de « capturer ou tuer » d’une autre unité sous commandement officiel des États-Unis menée en vertu du 10 USC 127e.

Selon Penny, ces unités sont interchangeables dans la pratique. En fait, toutes ces missions sont dirigées par les forces spéciales américaines. Il souligne le danger de ces programmes secrets :

« Le pari que le public, tant en Amérique qu’en Afrique, ne découvrira pas ces opérations clandestines et n’aura pas les moyens de les contester s’il les découvre, devient de plus en plus risqué. De plus, l’engagement du Pentagone en Afrique – du Niger et du Ghana à Djibouti et à la Somalie – s’intensifie au détriment d’une stratégie diplomatique et économique cohérente pour le continent, une situation qui nuit à la fois aux intérêts américains et africains. »

Dans Politco, Wesley Morgan donne plus de détails sur (l’absence de) différences entre ces programmes : « Derrière la guerre secrète des États-Unis en Afrique » :

« Dans des déclarations publiques, les porte-parole militaires répètent que le rôle des Américains en Afrique se limite à ‘conseiller et assister’ d’autres armées. Mais depuis au moins cinq ans, les Bérets verts, les SEALs de la Marine et autres commandos opérant sous couvert d’un décret juridique peu clair ont planifié et contrôlé certaines missions, dans lesquelles ils dirigeaient les forces partenaires africaines. 

(…)

Le décret [127e] permet de financer des programmes classifiés dans le cadre desquels les gouvernements africains louent essentiellement des unités de leurs armées aux équipes de commando américaines pour leur servir de substituts dans la chasse aux combattants identifiés comme des menaces potentielles pour les citoyens ou les ambassades américaines. Au lieu de demander aux commandos américains d’aider les troupes africaines à atteindre leurs propres objectifs comme le font d’autres équipes d’opérations spéciales américaines en Afrique. »

 

Il existe 21 programmes dans le monde entier, gérés en secret au titre du décret 127e. Pour les pays hôtes, ils ont le même inconvénient que les autres missions étasuniennes d’entraînement de militaires étrangers. Le jour où ces missions se terminent, les commandos américains partent et les groupes de combattants bien entraînés, bien équipés, que les autorités locales ne peuvent plus payer, sont alors libres de faire pour leur compte ce qu’ils ont appris à faire. De telles unités peuvent facilement développer des activités criminelles ou organiser un coup d’État. Une étude de 2015 a révélé (pdf) que la formation et le commandement de troupes étrangères mettent en danger la stabilité du gouvernement étranger :

« La formation (…) modifie l’équilibre des forces entre l’armée et le régime, ce qui accroît la propension au coup d’État. En utilisant des données provenant de 189 pays de 1970 à 2009, nous montrons que le nombre d’officiers militaires formés par les programmes américains International Military Education and Training (IMET) et Countering Terrorism Fellowship (CTFP) augmente la probabilité d’un coup d’État militaire.

(…)

Dans tous les pays qui n’ont reçu aucune formation des États-Unis pour une année donnée, 2,7 % ont connu un coup d’État. Dans les années/pays où il y a eu de la formation, le pourcentage est de 5,3 %, soit près du double. »

Un gouvernement qui laisse les troupes étasuniennes entraîner et/ou commander ses militaires locaux double le risque d’un coup d’État. Les missions étasuniennes, en particulier les missions secrètes, ont également tendance à opposer une partie de la population d’un pays à d’autres. L’armée étasunienne est connue pour son manque de connaissance du tissu social et des modes de vie des populations étrangères.

Les gouvernements en Afrique (et ailleurs) seraient bien avisés de rejeter la formation de leurs forces par les États-Unis. Ils ne devraient jamais accepter de missions de « conseil et d’assistance » ni de missions secrètes encore plus dangereuses de « contre-terrorisme » qui aggravent généralement ce qu’elles prétendent combattre. L’intention des États-Unis derrière ses offres de formation « généreuses » est évidente.

Il y a onze ans, b real est arrivé à la conclusion suivante :

« Nouveau bras armé de l’empire le plus puissant que la planète ait jamais connu, Africom se verra confier la mission de parvenir à une domination totale de l’Afrique mèrepour le pétrole. Fonctionnant à la fois comme service de protection de l’énergie et comme front stratégique de la guerre froide, le commandement unifié disposera de toutes les forces militaires nécessaires pour maintenir les feux de l’Empire allumés. La question de savoir si AFRICOM réussira sa mission n’est pas importante, car si la fin peut justifier les moyens pour l’élite au pouvoir qui sert ses propres intérêts sous couvert d’intérêt national, ce sont toujours et en tout temps les gens ordinaires qui paient le prix fort. Et il n’est pas nécessaire d’avoir une boule de cristal ou une grande imagination pour deviner ce que la militarisation accrue du continent par le biais d’Africom apportera aux peuples d’Afrique. »

Les missions secrètes d’opérations spéciales ne sont que le début des efforts des États-Unis pour soumettre toute l’Afrique à leur volonté et contrôler ses ressources. Il faut que les peuples et les gouvernements d’Afrique s’y opposent de toutes leurs forces.

 

Le gel réciproque est le véritable résultat du Sommet Trump-Kim

par Moon of Alabama
Source : Arrêt sur info 

15 juin 2018

Traduit de l’anglais par Dominique Muselet

Source originaire :

The Real Results Of The Trump-Kim Summit – Freeze For Freeze (And Some Amusement)

14 juin 2018

http://www.moonofalabama.org/2018/06/the-real-results-of-the-trump-kim-summit-freeze-for-freeze-and-some-amusement.html#more

 

Les suites du sommet Trump-Kim à Singapour  confirment ma première impression sur les pourparlers. Ce à quoi les deux parties se sont engagées, c’est au « gel réciproque » que la Corée du Nord proposait depuis au moins 2015. Les États-Unis mettent fin à leurs manœuvres menaçantes tandis que la Corée du Nord met fin aux essais de missiles et d’armes nucléaires. Les deux parties se sont en outre engagées à poursuivre les pourparlers sur un traité de paix en échange d’un certain degré de désarmement nucléaire.

Sous la pression des faucons, l’administration Trump essaie de faire croire qu’elle a obtenu d’autres concessions coréennes. Elle affirme que la Corée du Nord s’est engagée à prendre des mesures « vérifiables et irréversibles ». Elle a tort car c’est faux et seuls les écrits comptent. « La RPDC s’engage à œuvrer à la dénucléarisation complète de la péninsule coréenne », tels sont les mots exacts de l’accord [*].

En 1970, les États-Unis se sont engagés à procéder à leur propre désarmement nucléaire complet dans le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) :

Article VI – Chacune des signataires du Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures concrètes concernant la cessation de la course aux armements nucléaires, à une date rapprochée, et le désarmement nucléaire, ainsi que sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace.

Les deux déclarations expriment des objectifs. « Œuvrer pour » et « s’engager à poursuivre les négociations » sont à la fois des expressions intentionnellement vagues et empreintes du même degré de détermination.

La véritable avancée du sommet de Singapour est le « gel réciproque », les États-Unis et la Corée du Nord s’y sont tous deux engagés.

Depuis que la Corée du Nord a testé avec succès un dispositif thermonucléaire et un missile intercontinental, les États-Unis ne peuvent plus lui faire la guerre sans risquer la destruction d’une grande ville américaine. Ils étaient obligés de négocier une nouvelle trêve avec la Corée du Nord qui réduirait le risque d’un conflit nucléaire. Le gel réciproque est la première étape de cette démarche.

La Corée du Nord avait des raisons économiques de se doter d’armes nucléaires. La nécessité d’être toujours prêt à  parer à une éventuelle attaque américaine lui coûtait trop cher et était en train de tuer son économie :

Chaque fois que les Etats-Unis et la Corée du Sud lancent leurs très grandes manœuvres, l’armée de conscription nord-coréenne (1,2 million de soldats) doit se mettre en état d’alerte. De grandes manœuvres sont souvent les prémices d’une attaque militaire. Les manœuvres américano-coréennes sont (intentionnellement) organisées pendant la saison de plantation (avril/mai) ou de récolte (août) du riz lorsque la Corée du Nord a besoin de tous ses bras dans ses quelques terres cultivables.  […]

Sa dissuasion nucléaire permet à la Corée du Nord de réduire son état de préparation militaire conventionnelle, en particulier pendant toutes les saisons agricoles importantes. Les travailleurs qui étaient soustraits au travail agricole et autre pour des besoins militaires peuvent retourner au travail. C’est maintenant la politique officielle de la Corée du Nord connue sous le nom de ‘byungjin’.

La garantie de la fin des manœuvres annuelles des États-Unis permettrait à la Corée du Nord d’abaisser son niveau de défenses conventionnelles sans dépendre des armes nucléaires. Le lien entre les manœuvres américaines et la dissuasion nucléaire que la Corée du Nord fait dans son offre réitérée est direct et logique.

En vertu de cette logique économique, la Corée du Nord a proposé de geler son développement nucléaire si les Etats-Unis et la Corée du Sud gelaient leurs manœuvres à grande échelle. L’administration Obama a rejeté la première offre en février 2015 et une seconde en avril 2016. Le gouvernement chinois s’est alors mis à soutenir activement la notion de « gel réciproque ». Au début de 2017, le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi a expliqué :

Pour désamorcer la crise imminente dans la péninsule, la Chine propose que, dans un premier temps, la RPDC suspende ses activités dans le domaine des missiles et du nucléaire en échange de l’arrêt des exercices à grande échelle entre les États-Unis et la République populaire démocratique de Corée (du sud). Cette suspension réciproque peut nous aider à sortir du dilemme sécuritaire et à ramener les parties à la table de négociation. Nous pourrons alors avancer parallèlement dans la dénucléarisation de la péninsule, d’une part, et la mise en place d’un mécanisme de paix, d’autre part. Ce n’est qu’en répondant aux préoccupations des parties de manière synchronisée et réciproque que nous pourrons trouver une solution viable pour une paix et une stabilité durables dans la péninsule.

Lorsque le président chinois a rendu visite à Trump en avril 2017, il lui a expliqué le concept. Trump a compris et a parlé « d’énorme progrès ». Il avait trouvé un moyen de désamorcer le problème stratégique des bombes et des missiles nord-coréens.

Des négociations secrètes ont eu lieu avec la Chine et la Corée du Nord. En avril, Kim Jong-un a gelé tous les tests en préparation. Après quelques atermoiements, le sommet a eu lieu et la déclaration commune a été signée. Dans sa longue conférence de presse, Trump a expliqué les paramètres du «  gel réciproque »:

Les manœuvres coûtent très chers, c’est nous qui payons la plupart d’entre elles, nous faisons venir des bombardiers de Guam, … 

Je sais beaucoup de choses sur les avions, ils coûtent très cher. Et ça ne me plaisait pas. Et ce que j’ai – ce que j’ai dit – et je pense que ces manœuvres sont vraiment une provocation, oui je dois vous dire, Jennifer, que c’est une attitude très provocatrice. Quand je vois la situation, et avec un pays juste à côté, alors si nous pouvons négocier un accord vraiment complet, je pense que c’est mieux que de jouer à la  guerre. […]

Nous avons réussi à arrêter les essais de missiles et d’armes nucléaires. Cela fait combien de temps ? Sept mois ? qu’il n’y a pas eu de missile. Pendant sept mois, il n’y a pas eu d’essai nucléaire, il n’y a pas eu d’explosion nucléaire. […]

… il n’y aura plus de tests de missiles et d’armes nucléaires, ils ont fermé leur unique site d’essai… 

C’est cela l’accord de « gel réciproque »  que la Corée du Nord avait proposé et que la Chine a soutenu. Les Etats-Unis arrêtent les grandes manœuvres « stratégiques » impliquant des bombardiers nucléaires en provenance de Guam, des porte-avions et autres, tandis que la Corée du Nord arrête les essais nucléaires et les missiles. La Corée du Nord a atteint son premier objectif. Elle peut maintenant baisser sa défense miliaire et développer son économie.

La situation est encore quelque peu instable, car les étapes du gel sont réversibles pour les deux parties.

Le « gel réciproque » est, dans l’idée du ministre chinois des affaires étrangères, le point de départ d’une longue série de pourparlers qui pourraient finalement aboutir à un accord de paix et à un certain degré de désarmement nucléaire. Vient ensuite la « la double approche » d’un accord de paix en échange d’un désarmement « de manière synchronisée et réciproque ». Il s’agira d’un processus « pas à pas » qui prendra des années, voire des décennies.

La Corée du Nord restera sous sanctions américaines pour l’instant, mais les dents de la « pression maximale » sont cassées. D’autres pays seront libres de traiter avec la Corée du Nord. Dans sa conférence de presse, Trump en a également parlé :

Dans l’intervalle, les sanctions resteront en vigueur.  […]

Les sanctions seront levées lorsque nous serons certains que les armes nucléaires ne sont plus un problème. […]

Le président Xi de la Chine, qui a vraiment fermé cette frontière, peut-être un peu moins au cours des derniers mois, mais c’est OK. […]

… Et je pense que depuis deux mois, la frontière est plus ouverte qu’elle ne l’était lorsque nous avons commencé, mais c’est comme ça, ….

Trump maintiendra les sanctions américaines, mais il est d’accord pour que la Chine ignore au moins certaines d’entre elles. Trump n’insiste plus sur une « pression maximale ». La Russie assouplira également les sanctions, tout comme la Corée du Sud.

Le sommet a été un succès en ce sens qu’il a jeté les bases de la poursuite des discussions. Trump a été plus intelligent qu’Obama. Le rejet par Obama de l’offre de gel a permis à la Corée du Nord d’achever son programme nucléaire. Obama aurait pu empêcher cela. Trump a accepté le concept nord-coréen de « gel réciproque ». Il n’y avait pas d’autre solution viable de sortir du dilemme sécuritaire. De nombreux autres pourparlers suivront et, si tout se passe bien, la paix finira par arriver en Corée et les armes nucléaires « ne seront plus un problème ».

Le sommet est un bon début. Mais L’administration Trump a tort de le présenter comme un accord global.

Le président sud-coréen Moon est également très satisfait des résultats. Cela lui a permis d’écraser l’opposition extrémiste aux élections locales et partielles d’hier.

———-

Maintenant, rions un peu

Ne manquez pas cet incroyable morceau de propagande qui a été diffusé à la télévision nord-coréenne. Le voyage triomphal du Guide suprême Kim à Singapour où il se promène avant que l’homme d’État ovationné ne discute avec Donald Trump sur un pied d’égalité. La vidéo est présentée par l’incomparable présentateur de télévision Ri Chun Hee. Un chœur de triomphe et de louanges d’une quarantaine de minutes.

Cette vidéo triomphante va mettre en rage ceux qui s’opposaient à ce sommet. A 23h35, on voit Trump saluer un général de la RPDC. Un geste excellent qui a créé une excellente ambiance. Kim Jong-un fait un grand sourire après ça. Mais pour les anti-Trump, ce sera une raison supplémentaire de critiquer le sommet.

La vidéo montre Kim dans un Boeing 747-400 de China Air avec un grand drapeau chinois sur le côté. La Corée du Nord a ses propres avions long courrier et aurait pu faire le voyage dans l’un d’entre eux. Il est hautement symbolique que Kim ait utilisé un avion chinois. Cela montre que c’est la Chine qui l’a amené et ramené. La vidéo insiste bien là-dessus. (L’avion est également plus grand que le Boeing 747-200 de Trump, ce qui permet peut-être de marquer un point supplémentaire).

Autres prises de vues amusantes en rapport avec le sommet : La scène du sommet coupée à la télévision et le sommet style Gangnam.

La photo ci-dessous est aussi amusante. En 2003, la Corée du Nord traitait John Bolton de « racaille » et de « vampire ». Avant de devenir le conseiller à la sécurité nationale de Trump, Bolton soutenait la tenue d’un sommet uniquement parce que cela « réduirait le temps que nous allons perdre dans les négociations ».

coree-usa.jpg

John Bolton et Kim Jong, Singapour

Bolton avait tort. Les négociations ont été couronnées de succès. Kim Jong-un l’a battu à plat de couture. Il suffit de voir son sourire.

 

 

Les frappes militaires contre la Syrie doivent être jugées par la Cour pénale internationale

par Eva Maria Barki*

Horizons et débats (Zeit Fragen)

Zurich, 23 mai 2108

 

«Seul le ministre des Affaires étrangères de la Suisse Ignazio Cassis a critiqué les Etats-Unis dans une interview accordée à la ‹Neue Zürcher Zeitung›. Il a souligné que l’on a déjà déclenché des guerres sous faux prétexte, comme par exemple contre l’Irak.»

 

Les frappes militaires des Etats-Unis, perpétrées de commun accord avec la France et la Grande-Bretagne, illustrent avec une clarté effarante l’obstination des Etats-Unis – depuis la chute de l’Union soviétique la seule superpuissance restante – à imposer leurs intérêts par la politique de force de manière conséquente et sans entraves aucunes. Cela est en complète contradiction avec l’article 2 de la Charte des Nations Unies exigeant l’obligation de respecter la souveraineté d’un Etat et l’interdiction de la menace et de l’application de la force.
Basée sur la nouvelle doctrine de l’OTAN de 1999 – l’usurpation du droit de conduire des opérations militaires en guise de «prévention» aux conflits et aux dangers même en dehors du territoire de l’OTAN et sans mandat des Nations Unies –, on déclare des interventions militaires contre des Etats souverains comme politiquement légitimes (R2P – Responsibility to Protect). La Yougoslavie en fut le précédent, puis suivirent l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, et actuellement la Syrie.
L’ancien commandant en chef de l’OTAN Wesley Clark informa en 2003 que la Syrie était déjà prévue comme cible d’une action militaire américaine, depuis la guerre contre l’Irak. Le président George W. Bush déclara en 2003: «En Irak, il ne s’agit pas que de l’Irak. Ce n’est qu’une partie du modèle». James Steinberg, expert des Affaires extérieures à Washington, le précisa: La Syrie cause des soucis aux USA, parce qu’elle est capable de déranger l’ordre d’après-guerre.
Alors voilà la vraie raison des frappes militaires: faire revivre l’accord de Sykes-Picot (répartition du Proche-Orient pendant la Première Guerre mondiale, par analogie de l’Allemagne et de la monarchie austro-hongroise, ndlr.), cette fois-ci sous la houlette des Etats-Unis. L’influence dans la région, mise en cause par la Russie, doit être rétablie. Les Américains semblent avoir oublié que l’objectif de guerre formulé par leur président de l’époque Wilson d’accorder aux peuples leur droit à l’autodétermination fut manqué, et demeure bafoué par la plupart des gouvernements – bien qu’entretemps, a eu lieu son inscription dans les deux pactes de l’ONU sur les droits de l’homme.
Ce bombardement par des missiles était visiblement un test – Gorbatchev appelait cela un «entrainement préparatoire». Les Etats-Unis se sont explicitement réservé le droit d’effectuer d’autres opérations militaires. Ils ont déjà menacé le président Assad de nouvelles frappes, car selon les dires du gouvernement français, l’arsenal d’armes chimiques «n’a pas entièrement été détruit». Il semble qu’on voulait tester la réaction de la communauté internationale des Etats. Seul le ministre des Affaires étrangères de la Suisse Ignazio Cassis a critiqué les Etats-Unis dans une interview accordée à la «Neue Zürcher Zeitung». Il a souligné que l’on a déjà déclenché des guerres sous faux prétexte, comme par exemple contre l’Irak. Auparavant, Cassis s’était déjà prononcé à l’ONU contre le droit du plus fort dans les relations internationales. L’Autriche, également neutre, rechigna devant la critique. Le droit international est l’arme des petits pays. En Autriche, Felix Ermacora avait encore utilisé cette arme avec succès et avait ainsi procuré à son pays un grand prestige. Maintenant, l’Autriche a déposé cette arme de manière inconsidérée.
Cependant, le vrai scandale est que l’Union européenne s’est déclarée «solidaire avec ses alliés» et a salué l’action militaire comme «plein succès». La chancelière allemande a caractérisé les frappes comme «nécessaires et équilibrées». Et ceci alors qu’on reproche à la Hongrie un manque démocratique sur la base de faits erronés et de fausses informations, qu’on réprimande le pays parce qu’il respecte les normes européennes, que l’UE ignore le droit à l’autodétermination du peuple des Catalans et que les agissements brutaux de l’Espagne en Catalogne sont tolérés, que le droit à l’autodétermination du peuple de la Crimée n’est pas respecté et que la Fédération de Russie est soumise à des sanctions illégales sur la base de la fausse accusation d’annexion. En même temps donc, le fait que les Etats-Unis soient coupables – à plusieurs reprises – d’agressions contraires au droit international n’est pas condamné, mais plus encore avalisé et loué!
Tant l’aide fournie aux milices terroristes en Syrie avec le but de renverser le gouvernement légitime ainsi que les frappes militaires répétées contre la Syrie représentent un crime d’agression qui devrait être soumis à la compétence de la Cour pénale internationale. Dans le droit international, il n’y a que deux normes correspondant au droit coercitif (ius cogens): l’interdiction de la violence et le droit des peuples à l’autodétermination. L’Union européenne a ignoré et donc violé les deux normes. Cela correspond à l’abrogation complète du droit international, à la fin de la sécurité juridique internationale et donc à un sérieux danger pour la paix mondiale!

 

*    Eva Maria Barki, docteur en droit et avocate, est née à Nikitsch (Autriche) en 1943. Elle a des origines hongroises, italiennes et croates. Après ses études de droit à Vienne, Mme Barki a acquis son diplôme d’avocat et dirige depuis son propre cabinet juridique à Vienne. Elle est spécialiste internationale pour les droits des nationalités et des communautés ethniques.

 

Source: Wegwarte. Folge 2, Mai 2018, Mitteilungen der Initiative Heimat & Umwelt, ihu(at)a1.net

 

Article 2 al. 4 de la Charte de l’ONU

[…]
4. Les Membres de l’Organisation s’abstiennent, dans leurs relations internationales, de recourir à la menace ou à l’emploi de la force, soit contre l’intégrité territoriale ou l’indépendance politique de tout État, soit de toute autre manière incompatible avec les buts des Nations Unies.

Why the UK, EU and US Gang-Up on Russia

James Petras
March 25, 2018
Source : Russia Insider
https://russia-insider.com/en/why-uk-eu-and-us-gang-russia/ri22869?ct=t(Russia_Insider_Daily_Headlines11_21_2014)&mc_cid=3792ec704c&mc_eid=db7da584e6
Original Source : The Unz Review

« As the entire US unipolar fantasy dissolved it provoked deep resentment, animosity and a systematic counter-attack. The US’s costly and failed war on terror became a dress rehearsal for the economic and ideological war against the Kremlin. »

 

Introduction
For the greater part of a decade the US, the UK and the EU have been carrying out a campaign to undermine and overthrow the Russia government and in particular to oust President Putin. Fundamental issues are at stake including the real possibility of a nuclear war.
The most recent western propaganda campaign and one of the most virulent is the charge launched by the UK regime of Prime Minister Theresa May. The Brits have claimed that Russian secret agents conspired to poison a former Russian double-agent and his daughter in England , threatening the sovereignty and safety of the British people. No evidence has ever been presented. Instead the UK expelled Russian diplomats and demands harsher sanctions, to increase tensions. The UK and its US and EU patrons are moving toward a break in relations and a military build-up.

A number of fundamental questions arise regarding the origins and growing intensity of this anti-Russian animus.

Why do the Western regimes now feel Russia is a greater threat then in the past? Do they believe Russia is more vulnerable to Western threats or attacks? Why do the Western military leaders seek to undermine Russia’s defenses? Do the US economic elites believe it is possible to provoke an economic crisis and the demise of President Putin’s government? What is the strategic goal of Western policymakers? Why has the UK regime taken the lead in the anti-Russian crusade via the fake toxin accusations at this time?
This paper is directed at providing key elements to address these questions.

The Historical Context for Western Aggression
Several fundamental historical factors dating back to the 1990’s account for the current surge in Western hostility to Russia.
First and foremost, during the 1990’s the US degraded Russia, reducing it to a vassal state, and imposing itself as a unipolar state.

Secondly, Western elites pillaged the Russian economy, seizing and laundering hundreds of billions of dollars. Wall Street and City of London banks and overseas tax havens were the main beneficiaries
Thirdly, the US seized and took control of the Russian electoral process, and secured the fraudulent “election” of Yeltsin.
Fourthly, the West degraded Russia’s military and scientific institutions and advanced their armed forces to Russia’s borders.
Fifthly, the West insured that Russia was unable to support its allies and independent governments throughout Europe, Asia, Africa and Latin America. Russia was unable to aid its allies in the Ukraine, Cuba, North Korea, Libya etc.

With the collapse of the Yeltsin regime and the election of President Putin, Russia regained its sovereignty, its economy recovered, its armed forces and scientific institutes were rebuilt and strengthened. Poverty was sharply reduced and Western backed gangster capitalists were constrained, jailed or fled mostly to the UK and the US.

Russia’s historic recovery under President Putin and its gradual international influence shattered US pretense to rule over unipolar world. Russia’s recovery and control of its economic resources lessened US dominance, especially of its oil and gas fields.
As Russia consolidated its sovereignty and advanced economically, socially, politically and militarily, the West increased its hostility in an effort to roll-back Russia to the Dark Ages of the 1990’s.
The US launched numerous coups and military interventions and fraudulent elections to surround and isolate Russia . The Ukraine, Iraq, Syria, Libya, Yemen and Russian allies in Central Asia were targeted. NATO military bases proliferated.
Russia’s economy was targeted: sanctions were directed at its imports and exports. President Putin was subject to a virulent Western media propaganda campaign. US NGO’s funded opposition parties and politicians.

The US-EU rollback campaign failed.

The encirclement campaign failed.
The Ukraine fragmented – Russia allies took control of the East; Crimea voted for unification with Russia. Syria joined with Russia to defeat armed US vassals. Russia turned to China’s multi-lateral trade, transport and financial networks.
As the entire US unipolar fantasy dissolved it provoked deep resentment, animosity and a systematic counter-attack. The US’s costly and failed war on terror became a dress rehearsal for the economic and ideological war against the Kremlin. Russia’s historical recovery and defeat of Western rollback intensified the ideological and economic war.
The UK poison plot was concocted to heighten economic tensions and prepare the western public for heightened military confrontations.

Russia is not a threat to the West: it is recovering its sovereignty in order to further a multi-polar world. President Putin is not an “aggressor” but he refuses to allow Russia to return to vassalage.

President Putin is immensely popular in Russia and is hated by the US precisely because he is the opposite of Yeltsin – he has created a flourishing economy; he resists sanctions and defends Russia’s borders and allies.

Conclusion
In a summary response to the opening questions.

1) The Western regimes recognize that Russia is a threat to their global dominance; they know that Russia is no threat to invade the EU, North America or their vassals.

2) Western regimes believe they can topple Russia via economic warfare including sanctions. In fact Russia has become more self-reliant and has diversified its trading partners, especially China, and even including Saudi Arabia and other Western allies.

The Western propaganda campaign has failed to turn Russian voters against Putin. In the March 19, 2018 Presidential election voter participation increased to 67%. Vladimir Putin secured a record 77% majority. President Putin is politically stronger than ever.
Russia’s display of advanced nuclear and other advanced weaponry has had a major deterrent effect especially among US military leaders, making it clear that Russia is not vulnerable to attack.
The UK has attempted to unify and gain importance with the EU and the US via the launch of its anti-Russia toxic conspiracy. Prime Minister May has failed. Brexit will force the UK to break with the EU.
President Trump will not replace the EU as a substitute trading partner. While the EU and Washington may back the UK crusade against Russia they will pursue their own trade agenda; which do not include the UK.
In a word, the UK, the EU and the US are ganging-up on Russia, for diverse historic and contemporary reasons. The UK exploitation of the anti-Russian conspiracy is a temporary ploy to join the gang but will not change its inevitable global decline and the break-up of the UK.
Russia will remain a global power. It will continue under the leadership of President Putin . The Western powers will divide and bugger their neighbors – and decide it is their better judgment to accept and work within a multi-polar world.

Les juifs russes en Amérique et les relations russo-américaines

par Dmitry Orlov
1er février 2018
Source Club Orlov
http://lesakerfrancophone.fr/les-juifs-russes-en-amerique-et-les-relations-russo-americaines

 

En essayant de démêler l’état tendu actuel des relations entre les États-Unis et la Russie, un groupe mérite un niveau d’attention plus élevé, ce sont les juifs américains. C’est le groupe de population le plus important que les deux pays ont en commun : sur les 5 ou 6 millions de juifs vivant actuellement aux États-Unis (les chiffres varient selon la façon dont on mesure la « judéité »), environ un million a immigré aux États-Unis depuis l’ancienne Union soviétique, soit directement, soit après un séjour en Israël. Le gouvernement des États-Unis les a acceptés volontiers, leur accordant le statut de réfugiés ; ainsi, ils sont entrés dans la société américaine avec une identité politisée, nettement anti-russe, et leurs attitudes anti-russes ont eu un effet sur l’opinion de nombreux juifs non-russes et aussi d’autres Américains.

Les juifs russes sont de loin le groupe le plus éduqué qui a immigré aux États-Unis. Ils se sont très bien intégrés dans la société américaine et beaucoup d’entre eux, ainsi que leurs enfants, ont pu commencer une carrière professionnelle. Leur expérience directe de la vie en Russie leur a permis de se positionner en tant qu’experts sur tout ce qui concerne le russe et, dans une large mesure, a permis à ce groupe relativement restreint d’influer négativement sur l’attitude de 322 millions d’Américains envers 144 millions de Russes au sein de la Fédération de Russie ainsi que sur la trentaine de millions de Russes résidant à l’extérieur. C’est un accident malheureux de l’histoire qu’un groupe d’environ un million de personnes ait, plus ou moins par inadvertance, aigri les relations entre un demi-milliard de personnes.
Il y a beaucoup de morceaux compliqués dans cette histoire. Une partie de cet héritage est l’héritage de la guerre froide, qui a généré beaucoup d’inertie institutionnelle aux États-Unis, ce qui a amené ceux-ci à continuer à traiter la Russie comme un ennemi. Une partie de cette influence, spécifiquement des juifs israéliens, et des juifs en général, sur la politique américaine est étrangement disproportionnée. Une autre partie de l’énigme a trait aux avantages que les juifs russes émigrés aux États-Unis ont retiré en disant qu’ils ont été victimes du gouvernement soviétique ou de l’antisémitisme russe. Un dernier aspect, particulièrement délicat, a trait à la nature de l’identité juive et à la façon dont elle s’est historiquement heurtée et continue de se heurter à ce que signifie être un juif russe.
Je parlerai de chacun d’eux à tour de rôle, mais je veux d’abord divulguer ce qui me permet d’écrire sur ce sujet. Je suis né et j’ai grandi en Russie dans les années 1960 et 1970, puis j’ai émigré dans le cadre d’une vague d’émigration principalement juive, je suis entré aux États-Unis en tant que réfugié et j’ai été naturalisé cinq ans plus tard. Un parent israélien fictif ou deux ont figuré dans notre demande de visa de sortie, même si nous n’avions aucune intention de nous rendre en Israël. J’ai beaucoup de parents juifs, mais pas assez pour faire de moi un juif. Nous sommes tous des chrétiens orthodoxes russes, et nous le sommes depuis longtemps, de 3 à 40 générations (selon la branche généalogique). Chez nous, nous n’avons jamais rien parlé d’autre que le russe. Nous sommes retournés en Russie le plus tôt possible – en 1989, dès que les émigrés ont commencé à obtenir des visas – et nous faisons la navette depuis. Tout cela fait de moi un expert sur ce sujet.
Beaucoup de choses ont déjà été écrites sur le sujet de l’inertie de la guerre froide américaine, alors je vais résumer cela en quelques phrases. Les États-Unis sont pris en otage par une bureaucratie militaire hypertrophiée, inefficace et généralement incompétente dont la seule supériorité écrasante est d’extorquer des sommes d’argent exorbitantes pour ses projets, dont beaucoup sont des échecs. Pour que cette extorsion fonctionne, il faut pouvoir argumenter qu’il y a un ennemi pour justifier la défense du pays. Pendant la guerre froide, l’ennemi était, très commodément, l’URSS. Après l’effondrement de l’URSS, il y eut une période d’hésitation, au cours de laquelle la « mafia russe » a été fortement mise en lumière, juste pour garder à jour une image de l’ennemi. Mais une nouvelle et « heureuse » occasion s’est présentée après les attentats terroristes du 11 septembre (qui, selon beaucoup, ont été perpétrés uniquement dans ce but) pour présenter le terrorisme international comme le nouvel ennemi. Cette ruse a maintenant perdu son utilité parce que les terroristes sont maintenant plus efficaces que jamais, et il est donc temps de se taire au sujet du terrorisme et de revenir au plan A : cultiver la russophobie (avec la Chine maintenant jetée en pâture pour faire bonne mesure). Il est vrai que la Russie, après s’être rétablie de la dévastation de l’effondrement soviétique, est un ennemi un peu plus redoutable qu’elle ne l’était à l’époque de la « mafia russe », mais la russophobie est toujours essentielle et nécessite un flux constant de nouvelles histoires et de commentaires négatifs sur la Russie. C’est ici que les juifs russes, certains vivant aux États-Unis, certains allant et venant entre les États-Unis et la Russie, sont heureux de donner un coup de main, puisqu’ils sont, sans aucun doute, des experts en la matière sur tout ce qui concerne le Russe.
L’influence étrangement disproportionnée des juifs israéliens, et des juifs en général, sur la politique américaine est aussi un sujet brûlant de discussion, et donc ici, je vais encore une fois résumer brièvement. D’abord l’évidence : Israël ne fait pas partie des États-Unis ; c’est une nation souveraine séparée et un membre de l’ONU. Et pourtant, les politiciens américains peuvent prêter allégeance à Israël sans être arrêtés et jugés pour trahison. Beaucoup de doubles citoyens américains et israéliens circulent à travers les institutions américaines et israéliennes, et personne ne s’inquiète jamais de savoir lesquels d’entre eux espionnent au nom de qui. Aux États-Unis, Israël et les juifs en général reçoivent un traitement spécial : quiconque ose critiquer Israël est plus ou moins automatiquement accusé d’antisémitisme et ostracisé. En outre, il a été interdit de boycotter des produits ou des entreprises israéliens, ce que certaines personnes veulent faire pour soutenir la cause palestinienne. Certains analystes vont même jusqu’à dire qu’Israël a colonisé les États-Unis, tout comme la Grande-Bretagne avait colonisé l’Inde, avec quelques milliers de Britanniques contrôlant tout le sous-continent à leur propre avantage.
Israël est le destinataire de plusieurs milliards d’aide militaire américaine, ce qui en fait une partie intégrante du racket militaro-industriel américain. Cela signifie que les juifs et/ou les Israéliens aux États-Unis (la distinction entre juifs et Israéliens n’est pas particulièrement utile, puisqu’il est facile pour un juif d’obtenir un passeport israélien) doivent parler de la « menace russe » pour s’en mettre plein les poches aux côtés de l’armée américaine, et c’est ce qu’ils font. Mais en Israël, la situation est un peu différente. Environ un tiers de la population juive d’Israël est composée de juifs russes. Beaucoup d’entre eux sont de véritables citoyens de la Fédération de Russie ; la plupart des autres peuvent revendiquer la citoyenneté russe comme droit de naissance. Beaucoup d’entre eux vont et viennent entre la Russie et Israël, pour travailler, pour des traitements médicaux, pour rendre visite à des parents, en vacances, etc. Un flux constant d’Israéliens retourne en Russie, principalement parce que la Russie est en quelque sorte plus prospère qu’Israël, où les possibilités de promotion sociale sont de plus en plus limitées. Les relations entre la Russie et Israël sont très amicales et coopératives. Quand le ministre de la Défense israélien s’envole vers Moscou pour des entretiens, il ne prend pas de traducteur parce qu’en fait, il est russe.
À l’heure actuelle, les relations entre les États-Unis et la Russie sont dans un état lamentable. Dans le même temps, les relations entre la Russie et Israël sont plus chaudes qu’elles ne l’ont jamais été. « La Russie et Israël peuvent être fiers de notre haut niveau de partenariat, de coopération fructueuse et de contacts commerciaux de grande envergure » a déclaré Vladimir Poutine en emmenant le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou au Ballet du Bolchoï. Malgré toutes les complexités du Moyen-Orient – le conflit israélo-palestinien, la guerre en Syrie, l’influence grandissante de l’Iran, la trahison traditionnelle de la Turquie, les étranges événements en Arabie saoudite – les relations russo-israéliennes ne font que s’amplifier.
Si vous vouliez faire un tout petit peu dans la conspiration, vous pourriez peut-être imaginer qu’Israël est le cheval de Troie de la Russie aux États-Unis. Quel est son but ? Que les États-Unis continuent de gaspiller de l’argent emprunté dans des aventures militaires pourries ? Bien sûr, et jusqu’à ce que tout soit parti ! Pousser les États-Unis vers la même falaise où l’URSS a basculé en 1990 ? Évidemment ! Mais ne nous laissons pas tomber dans la théorie du complot et disons simplement que l’asymétrie entre les relations américano-russes, américano-israéliennes et israélo-russes est extrêmement importante et demande une explication. C’est un tabouret à trois pattes qui balance, un casse-tête géométrique.
La partie du puzzle qui a trait aux avantages que les juifs russes ont accumulés aux États-Unis et qui ont parlé de leur victimisation par le gouvernement soviétique ou de l’antisémitisme russe est également marquée par des contradictions. Prenez en compte le fait que les juifs russophones sont de loin le groupe le plus éduqué à avoir immigré aux États-Unis. En outre, la Russie est l’un des pays les moins antisémites, avec des juifs bien représentés dans toutes les professions et à tous les niveaux de gouvernement, avec un judaïsme florissant et respecté, sans problèmes sociaux touchant spécifiquement ou de façon disproportionnée les juifs.
La raison pour laquelle les juifs russes étaient bien éduqués et prêts à commencer une carrière prospère plus ou moins au moment où ils ont atterri aux États-Unis était qu’ils étaient extrêmement bien instruits et prospères avant de quitter la Russie. Très opprimés sous le régime pré-révolutionnaire, les juifs ont joué un rôle déterminant pendant la Révolution russe de 1917, et leurs enfants et eux-mêmes ont tiré énormément avantage de leur participation à la Révolution russe de 1917. En fait, les juifs ont si bien réussi en URSS qu’ils ont évincé les Russes de nombreux emplois de haut niveau : bien qu’ils n’aient plus représenté que 1,5% de la population dans les années 1950, plus de la moitié des directeurs des nombreux instituts, centres de recherche et laboratoires de l’Académie soviétique des sciences étaient juifs. Les juifs constituaient un tiers de l’Union des écrivains soviétiques ; un quart de tous les professeurs d’université ; etc.
Des membres de ma propre famille ont suivi cette trajectoire. Mon grand-père a grandi dans un shtetl, a parlé yiddish avec sa mère, a déménagé à Saint-Pétersbourg après la Révolution, a rejoint le Parti communiste et est devenu professeur de littérature russe avec un grand appartement donnant sur une place et un manoir rempli d’œuvres d’art et d’antiquités, une gouvernante, une nounou et une limousine privée avec chauffeur. Des juifs comme mon grand-père ont délogé la vieille aristocratie et sont devenus la crème de la crème de la société soviétique.
Voici une fascinante anecdote : reconnaissant que les juifs sont une nation sans territoire et désireux de résoudre ce problème, l’URSS est devenue le seul pays au monde à offrir librement aux juifs leur propre patrie – la Région autonome juive, stratégiquement située sur la frontière chinoise. La plupart de ses résidents juifs ont maintenant émigré en Israël, laissant derrière eux des bâtiments publics avec des plaques en deux langues : le russe et le yiddish.
Avec le temps, les Russes ont commencé à réagir violemment contre la présence massive des juifs dans les universités et les professions libérales. Quelques-unes des ruses employées pour repousser les assauts incessants de leurs enfants bien entraînés étaient, disons, moins que casher ; par exemple, un de mes parents juifs n’a pas été admis à l’Université d’État de Moscou en se voyant confier un problème insoluble à résoudre à l’examen d’entrée en mathématiques et, horreur des horreurs, il a fini par devenir architecte à la place. Beaucoup de juifs ont vu dans ce contrecoup un signe d’antisémitisme naissant, et certains d’entre eux ont décidé que les pâturages seraient plus verts de l’autre côté de l’océan.
Ceci explique de manière évidente pourquoi, à leur arrivée aux États-Unis, les juifs russes ont dépeint l’URSS et la Russie avec un large pinceau chargé de couleurs sombres : oppression, antisémitisme, pogroms, plus un retard mental, l’ivresse et l’horreur en général. S’ils avaient résisté à l’envie de jouer aux victimes, leur récit aurait pu, par défaut, devenir quelque chose comme ça : « Nous avons détruit la Russie, nous l’avons réarrangée à notre avantage, fait des affaires en or, puis coulé le navire, et maintenant nous sommes ici aux États-Unis, avec nos biens précieux, des parents âgés et nos animaux de compagnie, prétendant être des réfugiés, et prêts à recommencer. » Vous ne les voyez plus comme de pauvres migrants maintenant, n’est-ce pas ? Ajoutez à cela le fait qu’il y a beaucoup d’argent à faire aux États-Unis en s’attaquant à la Russie, et l’envie forte de se laisser aller au « Russian bashing » devient irrésistible.
L’aspect final, particulièrement délicat, de cette histoire a trait à la nature de l’identité juive et à la façon dont elle s’est historiquement heurtée, et continue de se heurter, à ce que signifie être russe. L’identité juive est plutôt étrange et différente, et pour éclaircir ce point, il est plus facile de comparer les juifs non pas à un groupe enraciné comme les Irlandais ou les Italiens mais à un autre groupe itinérant : les Tsiganes. J’ai connu quelques Gitans, et je les ai aussi beaucoup étudiés pour une étude de cas sur l’effondrement culturel (et la résistance à cela) dans mon livre « Les cinq étapes de l’effondrement ».
Le mot « tsigane » est dérivé du mot « égyptien » ce que les gitans ne sont définitivement pas, étant sortis du nord de l’Inde à un moment donné il y a plus de mille ans. (Incidemment, ce sont les juifs, selon leur mythologie biblique, qui sont sortis d’Égypte par un passage magique dans la mer Rouge, alors peut-être que ce sont les juifs qui devraient être appelés les « Tsiganes »). Ce que les Tsiganes sont, et c’est ainsi qu’ils se nomment eux-mêmes, ce sont des Roms, et leur langue est le romani.
Les Roms partagent un grand nombre de similarités avec les juifs. Les deux sont des nations organisées en diaspora, sans territoire (à l’exception d’un petit morceau de la Palestine reconnu internationalement); à la place, ils colonisent divers pays, migrant de pays en pays au fil du temps. Les juifs et les Roms sont traditionnellement xénophobes : le mot juif pour « non-juif » est « goy » (pluriel « goyim »). En romani, c’est « gadjo » (pluriel « gadje »). Les juifs comme les Roms ont des tabous et des rituels de purification spécifiques et plutôt curieux comme moyens de résister à la contamination ou à la corruption répandue par des étrangers, dont la plupart sont symboliques plutôt que physiques. Et tous deux ont été victimes de l’Holocauste ; un quart de la population rom d’Europe a été anéantie dans cet événement, mais avec une différence : alors que les juifs ont été remboursés après les atrocités nazies, cela n’a pas été le cas des Roms. Ce n’est qu’en 1979 que le Bundestag de l’Allemagne de l’Ouest a reconnu que la persécution des Roms par les nazis était raciste, ce qui les a rendu admissibles à une indemnisation, mais à ce moment-là, la plupart des victimes étaient déjà décédées.
Les identités rom et juive sont dans une certaine mesure secrètes. Les Roms se déguisent généralement en adoptant des noms à consonance locale ; dans les pays anglo-saxons, ils utilisent des noms à consonance anglaise comme Bob Jones ou Cathy Smith ; en privé, ils s’appellent par leurs noms roms exotiques, comme Ruslan ou Zemfira. Et puis chaque Rom a un nom secret connu seulement de cette personne et de sa mère.
À divers moments, les juifs ont également trouvé avantageux d’obscurcir leur identité derrière des noms à consonance locale. Mon autre grand-père est un exemple typique. Il est né à Jitomir, en Ukraine. Quand, à l’époque de la Révolution russe, ses parents et ses sœurs décampèrent pour Brooklyn, le laissant derrière eux, il vit qu’il était bon de changer son nom pour le très générique nom russe Alexander Orlov, laissant tout le monde croire qu’il était un orphelin russe. Il a vécu une bonne et longue vie, d’abord à Kiev, puis à Leningrad, sous une identité assumée, mais quelque temps après sa retraite, il a soudainement choqué ses enfants en leur apprenant qu’il était juif, que son nom n’était pas Alexander mais Abraham, et qu’il déménageait en Israël où il faisait plus chaud, avec plus de soleil. Il a aussi rencontré une de ses sœurs, mais celle-ci a ensuite été boudée par toute la famille, étant devenu témoin de Jehovah. Ce n’est pas que la sœur restante ou sa famille soient moins religieuses ; à un moment donné, ils ont essayé le rituel de Pessa’h, pour notre bénéfice, je suppose. Mais ça a été un tel travestissement que ça m’a fait pleurer. (J’étais jeune et impressionnable à l’époque, maintenant j’en rirai probablement).
Les identités rom et juive sont matrilinéaires : on ne peut pas être un Rom ou un juif, à moins que la mère soit rom, ou juive, respectivement. (À propos, je ne suis pas juif pour cette raison, entre autres : du côté de ma mère, le lignage est russe).  C’est tourné à leur avantage dans les sociétés qu’ils colonisent, qui sont toutes patrilinéaires. Les Roms ne semblent pas facilement se marier avec des locaux à cause de leur attitude très négative envers les « gadjes ». L’ampleur considérable des mariages mixtes juifs est facilité par leur apparence : les Roms ont souvent l’air de venir du nord de  l’Inde, alors que les juifs européens (ashkénazes) paraissent plus européens que les Arabes et les autres tribus du Moyen-Orient. Ils ne sont pas exactement une race ou un groupe ethnique : la moitié des chromosomes X (femelles) peuvent être d’origine juive, mais les chromosomes Y (mâles) peuvent avoir été empruntés à un autre groupe (et c’est très souvent le cas). Étant donné que le chromosome Y est un foyer d’évolution, cet emprunt génétique confère un avantage considérable en ce qui concerne la valeur sélective inclusive.
Ainsi, dans les mariages mixtes, les femmes juives fonctionnent un peu comme les oiseaux appelés « coucous » qui pondent leurs œufs dans d’autres nids d’oiseaux, obligeant d’autres oiseaux à élever des poussins de coucou à côté des leurs. Le « shiketz » (un mari « goy ») peut penser que ses enfants ajoutent au nombre de sa propre tribu, mais se trompe tristement. Les femmes juives peuvent aider à coloniser les sociétés en épousant des hommes locaux et en les faisant élever des juifs (en secret si nécessaire) à leurs frais. Ce détail saillant n’a pas été perdu pour tout le monde ; en particulier les cosaques, qui patrouillaient dans les marges de l’Empire russe et qui arrachaient et épousaient des femmes persanes, turques et caucasiennes puis les baptisaient et les russifiaient, ne voulaient rien avoir à faire avec les femmes juives. D’autre part, jusqu’à très récemment, ramener à la maison une « shiksa » (une femme « goy ») était fortement désapprouvé dans les familles juives, parce que les enfants d’une telle union ne pouvaient pas être considérés comme des juifs.
Si les juifs ne sont pas une race ni un groupe ethnique, sont-ils une religion ? De fait, il n’y a pas de liberté de religion parmi les juifs : selon la plupart des juifs, on ne peut être juif musulman ou juif chrétien et être encore juif. Mais plus de la moitié des juifs des États-Unis et d’Israël sont athées, et il y a beaucoup plus d’athées parmi les juifs américains que parmi la population générale. Le rituel de circoncision est généralement requis comme condition à l’inclusion sociale, mais il n’a pas beaucoup de signification religieuse dans une société qui (quelque peu inexplicablement) essaie de circoncire tous les bébés mâles indépendamment de la religion des parents.
Si les juifs ne sont ni une race/ethnie ni une religion, alors que sont-ils ? Par processus d’élimination, ils sont comme les Roms : une caste nomade. Beaucoup d’éléments qui signalent l’appartenance à une caste sont les mêmes : la xénophobie inhérente à des termes tels que « goy » / « gadjo » ; l’insistance sur la matrilinéarité même dans les sociétés généralement patrilinéaires ; la tendance à cultiver une identité secrète ; et la tendance à bouger et à coloniser de nouveaux pays lorsque les conditions le justifient.
Les juifs peuvent fonctionner comme une caste nomade aux États-Unis, qui sont  un pays plein de passions et de divisions sociales claniques, cultuelles, basées sur la notion de classe, de ségrégation par la race, le revenu et la religion et par beaucoup d’autres distinctions sociales autour de castes. Ils pouvaient fonctionner comme une caste dans la Russie pré-révolutionnaire en étant admis et tolérés, mais aussi séparés parce qu’ils ne louaient pas la Sainte Trinité et ne vénéreraient pas la Sainte Croix dans un pays où le christianisme orthodoxe était une condition préalable à la pleine citoyenneté. Mais la Russie post-révolutionnaire n’est pas si propice à la préservation de la caste juive.
Premièrement, un Russe a le droit de choisir la nationalité de chaque parent (la Fédération de Russie est composée de 160 nationalités, chacune avec sa propre langue), celle par défaut (qui est le russe) ou de ne pas en déclarer du tout. De plus, les lois religieuses ou autres qui interfèrent avec cette liberté de choix portent atteinte à ce droit. Deuxièmement, un Russe a le droit de pratiquer n’importe quelle religion, indépendamment du choix de sa nationalité. Ainsi, les lois religieuses ou autres qui lient une religion à sa nationalité enfreignent ce droit. Troisièmement, il est généralement admis que l’identité russe imprègne toutes les autres. Il existe une distinction linguistique entre « Rossiysky » (appartenant au pays) et « Russky » (qui concerne la nationalité), mais en pratique, les deux mots sont utilisés de manière interchangeable. Ainsi, un juif russe est d’abord un Russe (linguistiquement, culturellement, socialement, éventuellement religieusement) et un juif ensuite. Être juif, c’est comme tenir une rose entre les dents : un accessoire de mode intéressant et idiosyncratique.
Si vous pensez que ce sont de petits détails, vous devriez voir les réactions hystériques et xénophobes que je peux provoquer plus ou moins à volonté dans presque n’importe quel groupe de juifs simplement en disant que je suis juif du fait d’avoir deux grands-pères juifs. Bien sûr, ma mère est russe, mais je suis un juif russe, et en Russie la nationalité peut passer de père en fils, et c’est le cas habituellement. Oh, et d’ailleurs je suis chrétien, donc les lois juives ne s’appliquent pas à moi. La dissonance cognitive d’être confronté au fait que les juifs sont une caste doit être plus que pénible pour ses membres. Donc, bien, je ne suis pas un juif ; je n’ai pas non plus de rose entre les dents. En fait, il est fallacieux de ma part de provoquer les juifs avec désinvolture en disant que je pourrais être juif, parce que je ne ressens même pas le moindre petit atome de judaïté et que je suis parfaitement en paix avec le fait d’être russe.
Le but de tout ceci est que, pour toutes les raisons mentionnées ci-dessus, vous ne devriez jamais écouter de nouveau ce que les juifs américains ont à dire sur la Russie. Tout ce qu’ils ont à livrer dans ce domaine est frelaté, des produits contaminés. Il est absolument essentiel pour la sécurité de toute la planète que les États-Unis et la Russie entretiennent de bonnes relations de coopération, de professionnalisme et d’amitié fondées sur des faits actuels plutôt que sur des faussetés, des fanatismes, des insinuations ou des histoires périmées. Il est incroyablement autodestructeur d’utiliser les mensonges répandus sur la Russie comme une excuse pour continuer à nourrir le monstre militaire américano-israélien. Si les Américains ont besoin d’un parfait exemple de bonnes relations avec la Russie, en voici un : il s’appelle Israël.
Dmitry Orlov
Traduit par Hervé vérifié par Diane relu par Catherine pour le Saker Francophone

Another Step Toward Armageddon

Paul Craig Roberts
January 11, 2018
https://www.paulcraigroberts.org/2018/01/11/another-step-toward-armageddon/

The US military/security complex has taken another step toward Armageddon. The Pentagon has prepared a nuclear posture review (NPR) that gives the OK to development of smaller “useable” nuclear weapons and permits their use in response to a non-nuclear attack.
As Reagan and Gorbachev understood, but the warmongers who have taken over America do not, there are far too many nuclear weapons already. Some scientists have concluded that even the use of 10 percent of either the US or Russian arsenal would suffice to destroy life on earth.
It is reckless and irresponsible for Washington to make such a decision in the wake of years of aggressive actions taken against Russia. The Clinton criminal regime broke Washington’s promise that NATO would not move one inch to the East. The George W. Bush criminal regime pulled out of the ABM Treaty and changed US war doctrine to elevate the use of nuclear weapons from retaliation to first strike. The Obama criminal regime launched a frontal propaganda attack on Russia with crazed Hillary’s denunciation of President Putin as “the new Hitler.” In an effort to evict Russia from its naval base in Crimea, the criminal Obama regime overthrew the Ukrainian government during the Sochi Olympics and installed a Washington puppet. US missile bases have been established on Russia’s border, and NATO conducts war games against Russia on Russian borders.
This is insanity. These and other gratuitous provocations have convinced the Russian military’s Operation Command that Washington is planning a surprise nuclear attack on Russia. The Russian government has replied to these provocations with the statement that Russia will never again fight a war on its own territory.
Those such as myself and Stephen Cohen, who point out that Washington’s reckless and irresponsible behavior has created an enemy out of a country that very much wanted to be friends, do not get much attention from the presstitute media. The US military/security complex needs an enemy sufficient to justify its vast budget and power, and the Western media has accommodated that selfish and dangerous need.
Russia today is far stronger and better armed than the Soviet Union ever was. Russia also has an alliance with China, an economic and military power. This alliance was created by Washington’s threats against both countries.
Europe and Japan need to understand that they have responsibility for the resurrection of the Cold War in a far more dangerous form than existed in the 20th century. Europe and Japan, whose political leaders are owned by Washington, have taken money from Washington and sold out their peoples along with the rest of humanity.
The entirety of the Western World is devoid of intelligent political leadership. This leaves countries such as Russia, China and Iran with the challenge of preserving life on earth as the Western World pushes humanity toward Armageddon.