La Turquie pourrait couper les filières de ravitaillement de l’État islamique. Pourquoi ne le fait-elle pas ?

par David Graeber

traduit par  Nicolas Casaux

Source : Le Partage

http://partage-le.com/2015/11/la-turquie-pourrait-couper-les-filieres-de-ravitaillement-de-letat-islamique-pourquoi-ne-le-fait-elle-pas-par-david-graeber/

Posted by : Le Partage 21 novembre 2015

 

David Graeber (1961) est un anthropologue et militant anarchiste US, théoricien de la pensée libertaire nord-américaine et figure de proue du mouvement Occupy Wall Street.  » La paternité du slogan « Nous sommes les 99% » lui est parfois attribuée. Évincé de l’université de Yale en 2005, David Graeber, « l’un des intellectuels les plus influents du monde anglo-saxon» selon le New York Times, est aujourd’hui professeur à la London School of Economics. Il est l’auteur notamment de Debt: The First 5,000 Years (Dette : les 5 000 premières années). (2011).

Source: http://www.theguardian.com/commentisfree/2015/nov/18/turkey-cut-islamic-state-supply-lines-erdogan-isis

Date de parution de l’article original: 18/11/2015

 

Les leaders occidentaux pourraient détruire l’État islamique en exigeant d’Erdoğan qu’il cesse ses attaques contre les forces kurdes en Syrie et en Turquie, et leur permettre de combattre l’ISIS sur le terrain.

 

Au lendemain des attentats meurtriers de Paris, nous pouvons attendre des chefs d’État occidentaux qu’ils fassent ce qu’ils font toujours en de telles circonstances : déclarer une guerre totale et permanente à ceux qui les ont commandités. Ils ne le souhaitent pas vraiment. Ils ont les moyens d’éradiquer et de détruire l’État Islamique depuis plus d’un an déjà. Ils ont tout simplement refusé de se servir de ces moyens. De fait, alors que le monde entendait les dirigeants proclamer leur implacable résolution lors du sommet du G20 à Antalya, ces mêmes dirigeants fricotent avec le président Turc, Recep Tayyip Erdoğan, un homme dont la politique, les décisions économiques, et même le soutien militaire contribuent ouvertement à permettre à l’ISIS de perpétrer les atrocités de Paris, sans mentionner le flux incessant de leurs atrocités au Moyen-Orient même.

Comment l’ISIS pourrait-il être éliminé? Dans la région, tout le monde le sait. Il suffirait de libérer les forces principalement kurdes de l’YPG (parti de l’Union Démocratique) en Syrie, et la guérilla du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) en Irak et en Turquie. Celles-ci sont, actuellement, les principales forces combattant l’ISIS sur le terrain. Elles se sont avérées extraordinairement efficaces sur le plan militaire, et s’opposent en tout à l’idéologie réactionnaire de l’ISIS.

Mais au lieu de cela, les territoires contrôlés par l’YPG en Syrie se retrouvent placés sous un embargo total par la Turquie, et les forces du PKK subissent le bombardement incessant de l’aviation turque. Non seulement Erdoğan a fait tout ce qui était en son pouvoir pour affaiblir les seules forces s’attaquant effectivement à l’ISIS ; mais en plus il y a de nombreuses preuves qui permettent d’affirmer que son gouvernement aide, au moins tacitement, l’État islamique lui-même.

Cela peut sembler outrancier de suggérer qu’un membre de l’OTAN comme la Turquie soutiendrait de quelque façon que ce soit une organisation qui assassine de sang-froid des citoyens occidentaux. Un peu comme si un membre de l’OTAN soutenait Al Qaïda. Mais il y a des raisons de croire que le gouvernement d’Erdoğan soutient également la branche syrienne d’Al-Qaida (Jahbat Al Nusra), ainsi qu’un certain nombre de groupes rebelles partageant son idéologie islamiste conservatrice. L’institut pour l’étude des droits humains de l’université de Columbia a compilé une longue liste de preuves du soutien que la Turquie fournit à l’ISIS en Syrie.

Et puis, il y a les positions officielles d’Erdoğan. En août dernier, l’YPG, revigoré par ses victoires de Kobane et de Gire Spi, était sur le point de s’emparer de Jarablus, la dernière ville que contrôlait l’ISIS sur la frontière turque, que l’organisation terroriste utilisait comme point de ravitaillement, pour sa capitale Raqqa, en armes, matériel, et recrues — les filières de ravitaillement de l’ISIS passent directement par la Turquie.

Des observateurs avaient prédit qu’aune fois Jarablus reprise, Raqqa tomberait rapidement. Erdoğan a réagi en déclarant que Jarablus constituait une « ligne rouge » ; si les Kurdes attaquaient, ses forces interviendraient militairement — contre l’YPG. Jarablus reste à ce jour aux mains des terroristes, de facto sous protection militaire turque.

Comment Erdoğan a-t-il réussi à justifier cela? Principalement en déclarant que ceux qui combattaient l’ISIS étaient des « terroristes » eux-mêmes. Il est vrai que le PKK a par le passé mené une guérilla parfois sale contre la Turquie, dans les années 1990, ce qui l’a placé sur la liste internationale des organisations terroristes. Cependant, ces 10 dernières années, il a complètement changé de stratégie, renoncé au séparatisme et adopté une politique stricte de ne jamais s’en prendre aux civils. Le PKK est à l’origine du sauvetage de milliers de civils yézidis, menacés de génocide par l’ISIS en 2014, et son organisation jumelle, l’YPG, de la protection de communautés chrétiennes en Syrie aussi. Leur stratégie vise à poursuivre le dialogue de paix avec le gouvernement, tout en encourageant l’autonomie démocratique locale dans les zones kurdes sous l’égide du HDP, au départ un parti politique nationaliste, qui s’est réinventé comme voix de la gauche démocratique panturque.

 

Ils se sont avérés extraordinairement efficaces sur le plan militaire, et en adoptant les principes d’une démocratie de base et des droits des femmes, s’opposent en tout point à l’idéologie réactionnaire de l’ISIS. En juin dernier, le succès du HDP dans les urnes a empêché Erdoğan d’obtenir la majorité parlementaire. La réponse d’Erdoğan fut ingénieuse. Il a appelé à de nouvelles élections, déclarant qu’il allait « entrer en guerre » contre ISIS, a effectué une seule attaque symbolique contre eux, puis a déployé la totalité de ses forces armées contre les forces du PKK en Turquie et en Irak, tout en accusant le HDP de « soutenir des terroristes » pour leur association avec eux.

S’ensuivit une sanglante série d’attentats à la bombe, en Turquie — dans les villes de Diyarbakir, Suruc, et enfin, Ankara — des attentats attribués à ISIS mais qui, pour quelque mystérieuse raison, ne semblaient cibler que des activistes associés au HDP. Les victimes ont signalé à de nombreuses reprises que la police empêchait les ambulances d’évacuer les blessés, ou s’attaquait même aux rescapés à coups de gaz lacrymogènes.

En conséquence, le HDP a abandonné jusqu’à la tenue de rassemblements politiques lors des semaines qui précédaient les nouvelles élections de novembre par peur de meurtres en masse, et suffisamment d’électeurs du HDP ne ne sont pas allés voter pour assurer une majorité parlementaire au parti d’Erdoğan.

La nature exacte de la relation entre le gouvernement d’Erdoğan et l’ISIS peut faire l’objet de débats ; mais nous pouvons être certains de plusieurs choses. Si la Turquie avait établi contre les territoires de l’ISIS le même genre de blocus qu’elle a mis en place sur les parties de la Syrie tenues par les Kurdes, ou fait preuve envers le PKK et l’YPG de la même « indifférence bienveillante » dont elle a fait preuve envers l’ISIS, ce « califat » maculé de sang se serait depuis longtemps effondré — et les attentats de Paris auraient peut-être pu être évités. Et si la Turquie faisait cela aujourd’hui, ISIS s’effondrerait probablement en quelques mois. Et pourtant, a-t-on vu un seul dirigeant occidental exiger cela d’Erdoğan ?

La prochaine fois que vous entendrez un de ces politiciens déclarer qu’il est nécessaire de restreindre les libertés civiles ou les droits des migrants en raison de la nécessité absolue d’une « guerre » contre le terrorisme, pensez à tout cela. Leur résolution est tout aussi « absolue » qu’elle est politiquement confortable. La Turquie, après tout, est un « allié stratégique ». Donc, après leurs déclarations, ils sont sans doute allés partager une tasse de thé amicale avec l’homme qui permet à l’ISIS de continuer à exister.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s