Les États-Unis demandent à ce que plus de pays occupent le nord-est syrien

par Moon of Alabama

6 février 2019

Source : http://lesakerfrancophone.fr/les-etats-unis-demandent-a-ce-que-plus-de-pays-occupent-le-nord-est-syrien

Source originaire : https://www.moonofalabama.org/2019/02/us-asks-more-countries-to-occupy-northeast-syria.html#more

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone.

 

L’article de lundi (*)sur la situation en Syrie émettait un jugement qui semble maintenant erroné. L’administration Trump prévoit de remplacer les troupes américaines dans le nord-est de la Syrie par celles de divers alliés.

 

James Jeffrey, l’envoyé spécial des États-Unis auprès de la coalition anti-EI et néoconservateur, a imaginé un plan élaboré pour “protéger les Kurdes” et sécuriser les frontières proches de la Turquie, avec l’aide de troupes fournies par des alliées.

Aaron Stein @aaronstein1 – 17:33 utc – 24 jan 2019

Le plan Jeffrey amené à Ankara/Rojava est très complexe, nécessite des                      engagements illimités de la part de la France et de la Grande Bretagne, des patrouilles turques dans les zones rurales, l’accord de la SDF, des forces tierces et une couverture aérienne américaine, incluant peut-être une zone d’interdiction aérienne imposée par les États-Unis (on ne sait pas si POTUS est d’accord avec tout cela)

Une semaine plus tard, le Wall Street Journal rapportait que ce plan dingue n’avait pas réussi à obtenir le soutien de l’une ou l’autre des parties concernées. Les Kurdes l’ont rejetée et la Grande-Bretagne et la France ont refusé d’envoyer des troupes pour une mission sans fin entre des turcs et des kurdes en guerre.

Ces affirmations selon lesquelles le plan avait échoué étaient peut-être prématurées. Il y a des signes montrant qu’il est toujours en cours d’élaboration.

Aujourd’hui, le secrétaire d’État Mike Pompeo s’est entretenu avec des ministres des affaires étrangères et des responsables de la coalition américaine contre EI. Il a fait une remarque semblant annoncer qu’il allait demander à ces alliés d’envoyer leurs troupes pour remplacer les forces américaines dans le nord-est de la Syrie :

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a rassuré mercredi ses alliés en leur disant que le retrait des troupes américaines de Syrie ne marquait pas “la fin de la lutte américaine” et leur a demandé de s’engager à nouveau à vaincre définitivement État islamique en Syrie et en Irak. …

“Notre mission est inébranlable, mais nous avons besoin de votre aide pour l’accomplir, comme nous l’avons fait au cours des derniers mois et des dernières années”, a déclaré Pompeo, “À cette fin, nous demandons à nos partenaires de la coalition de considérer sérieusement et rapidement les demandes qui permettront à nos efforts de continuer.»

“Ces demandes devraient arriver très bientôt “, a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Pompeo veut aussi (vidéo) que la coalition “renvoie toutes les forces iraniennes de Syrie». Il a également demandé des centaines de millions de dollars pour l’Irak.

L’un des participants à la réunion était le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, un membre plutôt bête de l’ancien parti social-démocrate. Alors qu’il se rendait à Washington DC, il se plaignait (en allemand) du “vide” provoqué par le retrait des forces états-uniennes (ma traduction de l’allemand) :

Avant son départ pour Washington, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas (SPD) a déclaré : “En Syrie, nous ne savons toujours pas comment éviter un vide après le retrait annoncé des troupes américaines, afin d’éviter une nouvelle escalade des anciens conflits et une résurgence de État islamique. Il espère recevoir davantage d’informations sur la question au cours des pourparlers qui se tiendront à Washington. Le danger posé par État islamique en Syrie et en Irak “n’est pas terminé“.

Pourquoi ces politiciens n’ont-ils jamais appris la physique ? Le nord-est de la Syrie n’est pas isolé de l’atmosphère ou des terres environnantes. Cela rend un vide là-bas impossible.

L’ancien ambassadeur britannique en Syrie, Peter Ford, propose un guide utile pour décoder le double langage au sujet de la Syrie, dont cette introduction :

Terme : vide. Les États-Unis laisseront un vide lorsqu’ils retireront leurs troupes.

Ce qui veut dire : Rétablissement de l’ordre public. Une fois que les États-Unis auront cessé de l’en empêcher, le gouvernement syrien retournera dans ce territoire actuellement contrôlé par les États-Unis et en virera EI, comme il l’a fait dans le reste de la Syrie. Il virera aussi la Turquie.

Les remarques de Maas semblent destinées à préparer le public allemand à une mission d’ordre militaire dans le nord-est de la Syrie.

La Turquie avait déjà rejeté l’idée de troupes étrangères à sa frontière sud. Hier, Erdogan a ressenti le besoin de le souligner à nouveau :

Pendant que la Turquie se préparait à un sommet sur la Syrie avec la Russie et l’Iran, le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que son pays voulait le contrôle exclusif d’une zone tampon dans le nord de la Syrie, rejetant le plan des États-Unis proposant une force multinationale chargée de contrôler la région. …

Le Wall Street Journal indiquait, en janvier dernier, que Washington essayait d’obtenir de ses partenaires occidentaux, dont l’Australie, la France et le Royaume-Uni, qu’ils patrouillent la partie du territoire syrien le long de la frontière turque après le départ des troupes américaines. Washington craint que la Turquie n’attaque le YPG une fois que les soldats américains se sont retirés.

Dans son discours, Erdogan déclarait que le plan américain n’était pas une option. “Je répète : toute proposition, à l’exception d’un modèle de zone de sécurité sous contrôle turc avec d’autres pays fournissant simplement une aide logistique, est inacceptable.”

Il a dit qu’il n’existait pas d’exemple de zone de sécurité administrée avec succès par des “puissances internationales”. Le président turc a déclaré que les troupes turques seraient bien accueillies par la population syrienne locale : “Ils nous font confiance.”

Presque tous les centres de population près des frontières turques dans le nord-est de la Syrie ont une majorité kurde. Les Kurdes ne font certainement pas confiance à la Turquie. Erdogan veut éloigner les Kurdes de la frontière turque. Ensuite, il “réinstallerait” dans ces régions les syriens réfugiés en Turquie. La plupart des réfugiés sont les parents des “rebelles” soutenus par la Turquie et alignés sur l’idéologie islamiste d’Erdogan.

northsyriaethnicmap-s

Carte des majorités ethniques d’avant-guerre, par ville
Vert : Kurde, Violet : Arabe, Rouge : Turkmène, etc.

sourceAgrandir

L’idée américaine de faire venir d’autres troupes étrangères pour remplacer le contingent américain n’est malheureusement pas éteinte. Pompeo fait de nouvelles “demandes”, Maas joue avec le “vide” et Erdogan ressent le besoin d’insister sur l’opposition turque à ce plan.

Tout État étranger serait fou de s’engager dans un tel projet. Un déploiement de troupes là-bas serait :

  • Illégal au regard du droit international,
  • contre la volonté du pays hôte, la Syrie,
  • contre la volonté d’un voisin, membre de l’OTAN,
  • En plein milieu de conflits ethnico-religieux,
  • sans voies de communication sécurisées et
  • sans aboutissement clair.

Les personnes bénéficiant d’un tel déploiement seraient les Kurdes du PKK/YPK qui ont aidé à vaincre EI. Mais ils sont eux-mêmes une organisation terroriste reconnue à l’échelle internationale qui ne devrait pas être soutenue. L’autre partie bénéficiaire est Israël qui, historiquement, utilise les Kurdes pour miner la souveraineté des pays arabes. Un déploiement de troupes étrangères dans le nord-est de la Syrie aiderait Israël à maintenir Damas faible.

Le plan de J. Jeffrey est un gâchis et n’aurait pas dû faire l’objet d’une quelconque réflexion. Il est inquiétant que des discussions à ce sujet se poursuivent encore.

 Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone.

 

(*) http://lesakerfrancophone.fr/trump-dit-quil-va-quitter-la-syrie-alors-que-le-pentagone-continue-dy-envoyer-des-hommes-et-du-materiel

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s