L’armée russe prévient qu’une guerre majeure en Syrie est imminente

par Arkady Savitsky *

Source : Arrêt sur info du 11 avril 2018

Source originaire :

Strategic Culture du 21 mars 2018

https://www.strategic-culture.org/news/2018/03/21/russian-military-warns-major-war-in-syria-imminent.html

Traduit d’anglais en français par

La gazette du citoyen

 

 

On comprend, à la lecture du récit d’Arkady Savitsky, qu’une attaque contre la Syrie était en préparation plusieurs semaines avant l’attaque chimique attribuée à Damas; donc avant la demande par la France d’une réunion urgente du Conseil de sécurité des Nations unies. Ceci explique cela… SC

 

 

Le 17 mars, l’état-major russe a mis en garde contre une attaque imminente contre la Syrie. La déclaration n’a pas élaboré. Bien sûr, certaines informations sont classées, mais une analyse indépendante et impartiale des informations accessibles au public mène à la même conclusion. Regardons les faits.

 

Il y a des navires de guerre déployés par la marine américaine dans la mer Rouge, la Méditerranée et le golfe Persique. Ils sont prêts à lancer, n’importe quel jour, environ 400 Tomahawks à longue portée contre une cible au Moyen-Orient. Des missiles de croisière lancés en mer ont été utilisés pour frapper la Syrie en avril. Tout ce qui est en rapport avec les opérations militaires sur l’île de Diego Garcia dans l’océan Indien est une information secrète, mais on sait que les bombardiers stratégiques basés à cet endroit peuvent lancer au moins une centaine de missiles de croisière et utiliser d’autres munitions de précision dans une attaque de suivi. En moyenne, un bombardier transporte 20 AGM-86 ALCM. Cinq bombardiers seraient normalement stationnés sur cette île inaccessible aux étrangers curieux. Cela signifie qu’au moins 500 missiles de croisière peuvent être tirés dans un court délai.

Face à face en Méditerranée orientale entre la flotte russe et les navires de l’OTAN

Le 17 mars, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que, outre les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et quelques autres pays avaient des forces spéciales en Syrie opérant directement contre l’armée syrienne. Mais ce ne sont pas seulement des commandos.

 

Le 16 mars, le Royaume-Uni aurait déployé un nombre important de troupes sur la base militaire d’Al-Tanf, contrôlée par les États-Unis, à proximité de la frontière irakienne. Cette installation est largement utilisée dans la planification de la guerre de l’OTAN en Syrie. Elle bloque le corridor reliant l’Iran au Liban via la Syrie et l’Irak. L’ampleur du déploiement – environ 2 300 soldats accompagnés de chars et d’hélicoptères – est trop importante pour être destinée à combattre les militants de l’État islamique qui sont déjà en fuite.

 

Avant cela, les États-Unis avaient déjà envoyé 600 soldats avec des véhicules blindés à la base. Des renforts américains ont également été envoyés sur le champ pétrolifère d’Omar.

 

Le 12 mars, l’ambassadeur des États-Unis auprès de l’ONU, Nikki Haley, a menacé de mener une action militaire contre la Syrie. L’expérience a montré que les États-Unis frapperaient en premier et réfléchiraient aux explications plus tard. Ils vont sans doute « inventer » un prétexte pour justifier leurs actions.

 

Les tensions ont augmenté depuis la semaine dernière. Par exemple, certains médias traditionnels ont raconté une histoire sur une soi-disant grande base militaire nord-coréenne cachée en Syrie! Cette légende sur Pyongyang aidant la Syrie à reconstruire ses stocks de produits chimiques et d’autres histoires imaginaires sont largement diffusées.

 

L’escalade a coïncidé avec la réunion du 16 mars entre les ministres des Affaires étrangères russe, iranien et turc à Astana pour discuter de nouveaux projets visant à ramener la paix en Syrie, notamment en élargissant le concept des zones de désescalade. Cette réunion a préparé le terrain pour un sommet à Istanbul le 4 avril. Il reste environ deux semaines à attendre. Cet événement de haut niveau risquerait de prendre des décisions historiques qui pourraient contrecarrer les plans de l’Occident en Syrie. Il ne reste pas beaucoup de temps. Du point de vue américain, cela nécessite une action urgente pour saboter ce processus.

 

Le plan de Washington inclut l’objectif de partitionner la Syrie de telle sorte qu’une grande partie de celle-ci reste sous le contrôle de la coalition dirigée par les Etats-Unis. Les Américains mettent déjà en place des conseils municipaux sur les terres à l’est de l’Euphrate. Cette zone doit être conservée à tout prix afin de garantir que Washington ait son mot à dire dans le futur règlement de ce pays déchiré par la guerre, sinon tout le dur labeur mis en place jusqu’ici s’épuiserait, compromettant la position mondiale de l’Amérique et diminuant son influence au Moyen-Orient. Perdre la Syrie équivaudrait à subir une défaite majeure dans sa confrontation avec l’Iran, qu’elle considère comme son ennemi juré. Les plans comprennent un recul des forces russes. La Syrie est le bon endroit pour le faire. Si les militaires russes alertent ouvertement le monde sur les risques d’une frappe imminente, c’est une menace sérieuse. Et ça ne ressemble pas à une opération ne comprenant qu’une seule frappe. Cette fois-ci, nous aurons quelque chose de beaucoup plus sérieux – une opération à grande échelle pour « contenir » la Russie, repousser l’Iran, gagner le soutien des riches pays arabes exportateurs de pétrole et leur faire payer des sommes énormes pour des achats d’armes américaines et montrer au monde que l’Amérique est omniprésente et inflexible dans son désir de dicter sa volonté.

*   Arkady Savitsky est un analyste militaire basé à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Article original en anglais: https://www.strategic-culture.org/news/2018/03/21/russian-military-warns-major-war-in-syria-imminent.html

Traduit par La gazette du citoyen

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s