Moyen-Orient :

Les bombardements de Biden

ne profitent qu’à l’industrie de l’armement

par Glenn Greenwald

Source : Les crises, 23.07.2021

https://www.les-crises.fr/les-bombardements-de-biden-au-moyen-orient-profitent-uniquement-a-l-industrie-de-l-armement-par-glenn-greenwald/

(Traduit par les lecteurs du site Les crises)

Source originaire : 28.06.2021

https://greenwald.substack.com/p/bidens-lawless-bombing-of-iraq-and

Pour la deuxième fois en cinq mois depuis son investiture, le président Joe Biden a ordonné dimanche un bombardement américain sur la Syrie, et pour la première fois, il a également bombardé l’Irak. La justification offerte était la même que celle de la première attaque aérienne de Biden en février : les États-Unis, selon les termes du porte-parole du Pentagone John Kirby, « ont mené des frappes aériennes défensives de précision contre des installations utilisées par des milices soutenues par l’Iran dans la région frontalière entre l’Irak et la Syrie. » Il a ajouté que « les États-Unis ont agi conformément à leur droit de légitime défense. »

Cette déclaration formelle du Pentagone contient tant de propagande et d’euphémismes qu’elle révèle à elle seule la nature frauduleuse de ce qui a été fait. Pour commencer, comment les frappes aériennes américaines menées en Irak et en Syrie peuvent-elles être de nature « défensive » ? Comment peuvent-elles être un « acte d’autodéfense ?» Personne ne suggère que les cibles de la campagne de bombardement ont l’intention ou la capacité de frapper la « patrie » américaine elle-même. Ni la Syrie ni l’Irak ne sont des colonies américaines ou des propriétés américaines, et les États-Unis n’ont aucun droit légal de faire la guerre dans ces pays, ce qui rend l’affirmation selon laquelle les frappes aériennes sont « défensives » et constituent un « acte d’autodéfense » intrinsèquement trompeuse.

La description que fait le Pentagone des personnes bombardées par les États-Unis – « des milices soutenues par l’Iran » – vise à masquer la réalité. Biden n’a pas bombardé l’Iran ni ordonné que des Iraniens soient bombardés ou tués. Les cibles de l’agression américaine étaient les Irakiens dans leur propre pays, et les Syriens dans leur propre pays. Seule la machine de guerre américaine et ses médias serviles peuvent prendre au sérieux l’affirmation de l’administration Biden selon laquelle les bombes larguées sur des personnes dans leur propre pays étaient de nature « défensive ». L’invocation de l’Iran n’a d’autre but que de stimuler l’opposition émotionnelle au gouvernement de ce pays chez de nombreux Américains, dans l’espoir que l’aversion viscérale pour les dirigeants iraniens l’emporte sur les facultés rationnelles qui reconnaîtraient immédiatement la tromperie et l’illégalité inhérentes aux arguments du Pentagone.

Au-delà de la justification propagandiste se pose la question de la légalité, bien que le fait même de l’appeler une question la rende plus digne qu’elle ne le mérite. Il n’y a aucune autorisation concevable du Congrès – aucune, zéro – pour le largage de bombes en Syrie par Biden. Le déploiement par Obama d’agents de la CIA en Syrie et les années de recours à la force pour renverser le dirigeant syrien Bachar el-Assad n’ont jamais reçu la moindre approbation du Congrès, pas plus que le bombardement par Trump des forces d’Assad (encouragé par Hillary Clinton, qui en voulait plus), pas plus que la campagne de bombardement de Biden en Syrie aujourd’hui. C’était et c’est purement anarchique, illégal. Et il en va de même pour le bombardement de l’Irak. L’autorisation de 2002 de recourir à la force militaire (AUMF) en Irak, dont l’abrogation a été votée par la Chambre des représentants la semaine dernière, ne fournit plus depuis longtemps de justification légale à la présence des troupes américaines et aux campagnes de bombardement dans ce pays.

Dans sa déclaration justifiant les raids de bombardement, le Pentagone de Biden s’est à peine donné la peine de prétendre que tout cela est légal. Il n’a cité ni l’AUMF de 2002 pour l’Irak ni l’AUMF de 2001 autorisant le recours à la force contre les responsables du 11 Septembre (une catégorie qui, manifestement, n’incluait pas l’Iran, l’Irak ou la Syrie). Au lieu de cela, comme à l’époque de John Yoo et de Dick Cheney, le ministère de la Défense de Biden a prétendu « qu’en vertu du droit international, les États-Unis ont agi conformément à leur droit de légitime défense » et a affirmé avec désinvolture « qu’en vertu du droit national, le président a pris cette mesure conformément à l’article II de son autorité pour protéger le personnel américain en Irak. »

Ces affirmations ne sont rien de moins qu’une blague. Personne ne croit sérieusement que Joe Biden a l’autorité du Congrès pour bombarder la Syrie et l’Irak, ni pour bombarder les forces « soutenues par l’Iran » de quelque nature que ce soit. Comme l’a dit Spencer Ackerman, journaliste de longue date du Daily Beast sur la guerre contre la terreur, dimanche soir, les discussions sur la légalité à ce stade sont « parodiques » parce qu’en ce qui concerne les guerres sans fin des États-Unis au nom de la guerre contre la terreur, « nous avons dépassé la légalité il y a de nombreuses années. Les citations d’autorisation ne sont que des prétextes écrits par des avocats qui ont besoin de pantomimer la légalité. La présence américaine en Syrie est manifestement illégale. De telles choses n’arrêtent jamais les États-Unis. »

C’est exactement cela. Le gouvernement américain est une entité sans loi. Il viole la loi, y compris sa propre Constitution, quand il le veut. L’exigence selon laquelle aucune guerre ne peut être menée sans l’autorisation du Congrès n’est pas un ennui bureaucratique accessoire, mais était complètement centrale dans la conception du pays. L’article I, section 8 ne pourrait être plus clair : « Le Congrès aura le pouvoir […] de déclarer la guerre. » Deux mois après avoir commencé à écrire sur la politique – en décembre 2005 – j’ai écrit un long article compilant les arguments des Federalist Papers qui insistaient sur le fait que permettre au président de disposer de pouvoirs incontrôlés pour faire la guerre sans l’approbation du public – par l’intermédiaire de ses représentants au Congrès – était un danger unique pour l’avènement du type de tyrannie dont ils venaient de se libérer, et un autre article en 2007 qui faisait de même :

La Constitution – tout en faisant du président le général le plus haut placé pour diriger la manière dont les guerres approuvées par les citoyens sont menées – lie l’utilisation de la force militaire à l’approbation des citoyens américains de multiples façons, non seulement en interdisant les guerres en l’absence d’une déclaration du Congrès (bien qu’elle impose cette exigence très ignorée), mais aussi en exigeant l’approbation du Congrès tous les deux ans simplement pour avoir une armée. Dans le Fédéraliste 26, voici ce que dit Alexander Hamilton pour expliquer le raisonnement qui sous-tend cette dernière exigence (l’accent est mis dans l’original) :

La législature des États-Unis sera obligée par cette disposition, une fois au moins tous les deux ans, de délibérer sur l’opportunité de maintenir une force militaire sur pied ; d’arriver à une nouvelle résolution sur le point ; et de déclarer leur sens de la question par un vote formel devant leurs électeurs. Ils n’ont pas la liberté de confier au département exécutif des fonds permanents pour le soutien d’une armée, s’ils étaient même assez imprudents pour être disposés à lui accorder une confiance aussi inappropriée.

L’opposition publique est le principal frein à l’utilisation malavisée de la force militaire. Dans le Fédéraliste 24, Hamilton explique que l’exigence d’une délibération démocratique constante sur l’armée américaine est « une grande et réelle sécurité contre les établissements militaires sans nécessité évidente » […]

Trouver un moyen d’imposer des contrôles sur les capacités du président à faire la guerre était un objectif clé des fondateurs. Dans le Fédéraliste 4, John Jay a identifié comme une menace principale pour la République le fait que des dirigeants insuffisamment contrôlés « feront souvent la guerre alors que leurs nations n’ont rien à y gagner, mais pour des buts et des objets purement personnels, tels que la soif de gloire militaire, la vengeance pour des affronts personnels, l’ambition, ou des accords privés pour agrandir ou soutenir leurs familles ou partisans particuliers. Ces motifs et une variété d’autres, qui n’affectent que l’esprit du souverain, le conduisent souvent à s’engager dans des guerres non sanctifiées par la justice ou la voix et les intérêts de son peuple. »

Mais comme le dit Ackerman, discuter de la légalité à ce stade n’a aucun sens, c’est un geste vide, une blague. Cela donne beaucoup trop de crédit à la classe dirigeante américaine, car cela implique qu’elle se soucie de savoir si sa posture de guerre sans fin est légale. Ils savent qu’elle est illégale et ne s’en soucient pas du tout. Beaucoup ont oublié que le président Obama a non seulement impliqué les États-Unis dans une guerre dévastatrice de changement de régime en Libye sans l’approbation du Congrès, mais, pire encore, qu’il a continué à le faire même après que la Chambre des représentants ait voté contre l’autorisation de recourir à la force en Libye. Obama a ignoré le vote de la Chambre et a tout de même maintenu des troupes en Libye dans le cadre d’une mission de l’OTAN, prétendant que l’autorisation de l’OTAN et de l’ONU l’autorisait d’une certaine manière à agir de la sorte malgré le vote négatif du Congrès de son propre pays, reflétant une opposition écrasante de la part des citoyens. (L’autorisation de l’ONU – même si elle pouvait d’une manière ou d’une autre supplanter la Constitution américaine – ne permettait l’usage de la force que pour protéger les civils, et non pour renverser le gouvernement libyen, ce qui est devenu rapidement et de manière prévisible la mission de l’OTAN, la rendant clairement illégale).

C’est l’une des raisons pour lesquelles j’ai trouvé le discours de l’ère Trump si suffocant de malhonnêteté et de fraude. J’ai commencé à écrire sur la politique en 2005 afin de documenter l’anarchie systémique qui était devenue la guerre Bush/Cheney contre le terrorisme, entièrement bipartisane. Les théories du pouvoir exécutif qui ont été adoptées – selon lesquelles le président a le droit de faire tout ce qu’il veut en vertu de l’article II, indépendamment des lois du Congrès ou de toute autre action des tribunaux ou des citoyens, y compris l’espionnage des citoyens américains sans mandat – étaient l’expression pure de l’autoritarisme et de l’anarchie. Cette anarchie a non seulement continué, mais s’est gravement aggravée sous l’administration Obama, avec la guerre en Libye, le droit revendiqué d’assassiner n’importe qui dans le monde sans procédure régulière, y compris des citoyens américains, et la guerre secrète de la CIA pour le changement de régime en Syrie.

Avoir à regarder les agents de Bush/Cheney et d’Obama/Biden qui ont inauguré cet état permanent d’illégalité et de guerres sans loi se pavaner pendant les années Trump comme de nobles défenseurs de l’État de droit sacré – tout en étant célébrés et en profitant largement – était nauséabond dans le meilleur des cas. Les élites américaines ne se soucient pas de l’état de droit ou de la Constitution. C’est en l’ignorant qu’elles se donnent du pouvoir aux dépens des citoyens. C’est pourquoi très peu de gens se soucieront du fait que Biden (en admettant pour un instant que ce soit lui) a ordonné le bombardement de deux pays sans le moindre soupçon d’autorité légale pour le faire.

S’il semble frivole de soulever des questions de légalité – puisque si peu de gens à Washington se soucient de ces questions – la vraie question primordiale est la plus simple. Pourquoi les États-Unis maintiennent-ils une présence militaire en Irak et en Syrie ? Quels avantages concevables les citoyens américains retirent-ils des dépenses massives nécessaires pour maintenir les troupes américaines stationnées dans ces deux pays, des risques encourus par ces troupes, de l’acquisition sans fin de bombes et d’autres armes pour combattre là-bas, et des dangers évidents mais graves que représente le déclenchement d’une escalade avec des armées puissantes qui – contrairement aux États-Unis – ont en fait un intérêt vital dans ce qui se passe dans leurs pays limitrophes ?

Si l’Américain ordinaire ne fait que souffrir de tout cela, certains secteurs de la société américaine en profitent incontestablement. La société que le secrétaire à la Défense de Biden, Lloyd Austin, a quitté pour diriger le Pentagone – Raytheon – a besoin d’un déploiement continu de troupes et d’une guerre permanente pour être rentable. Selon le New York Times, c’est « le secrétaire à la défense Lloyd J. Austin III et le général Mark A. Milley, le président des chefs d’état-major interarmées, qui ont informé Biden des options d’attaque au début de la semaine dernière «, après quoi « Biden a approuvé l’attaque des trois cibles ». Les collègues du général Austin au conseil d’administration de Raytheon, ainsi que ses camarades aux conseils d’administration de General Dynamics et de Boeing, sont donc certainement ravis de cette attaque.

En effet, quiconque investit dans une guerre sans fin au Moyen-Orient – y compris l’ensemble de la communauté du renseignement américaine et l’industrie de l’armement qui s’en nourrissent – doit être ravi par tout cela. Chaque fois que les États-Unis « ripostent » contre l’Iran, les milices irakiennes ou les combattants syriens, ils les poussent à « riposter » à leur tour, ce qui est cité comme la raison pour laquelle les États-Unis ne peuvent jamais partir mais doivent au contraire continuer à riposter, assurant ainsi que ce cycle ne se termine jamais. Cela crée également une réserve sans fin de personnes en colère dans cette région qui détestent les États-Unis pour avoir apporté la mort et la destruction dans leurs pays avec des bombes qui ne cessent de tomber et qui veulent donc riposter : ce que nous sommes tous censés appeler le « terrorisme ». Voilà ce que signifie une guerre sans fin : une guerre conçue pour ne jamais se terminer, une guerre aussi éloignée que possible des questions réelles d’autodéfense et qui fabrique sa propre justification interne pour la poursuivre.

Mais ce qui ne fait aucun doute, c’est que cette guerre illégale et sans fin au Moyen-Orient ne fait que nuire aux citoyens américains. Alors qu’on leur dit qu’ils ne peuvent pas jouir d’un niveau de vie durable, sans parler de qualité, sans cumuler deux ou trois salaires misérables et sans avantages sociaux dans des entreprises géantes, et alors que plus d’Américains que jamais continuent à vivre chez leurs parents et restent financièrement incapables de fonder une famille, les États-Unis continuent à dépenser plus pour leur armée que les treize pays suivants réunis. Cela se poursuit depuis près de deux décennies maintenant parce que les ailes de l’establishment des deux partis le soutiennent. Ni l’un ni l’autre ne croit en la Constitution ou en l’État de droit, et ils ne se soucient pas le moins du monde des intérêts de qui que ce soit d’autre que les grandes entreprises qui financent les ailes de l’establishment des deux partis. Les bombes qui sont tombées sur la Syrie et l’Irak la nuit dernière étaient pour eux et eux seuls.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s