Le Président américain veut le retrait des troupes … … mais l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne insistent sur la continuation de la guerre

par Karl Müller

Source : Horizons et débats, Zurich,

https://www.zeit-fragen.ch/fr/ausgaben/2019/nr-1-3-januar-2019/us-praesident-will-truppen-abziehen.html

7 janvier 2019

Le gouvernement américain a décidé le retrait de ses troupes de Syrie et la réduction de moitié des troupes présentes en Afghanistan. Des politiciens responsables en Allemagne, en France et en Grande-Bretagne profèrent de violentes critiques, ce dont il ne faut pas s’étonner. Car, visiblement, leur but n’est toujours pas la paix. – Croient-ils vraiment à la victoire finale?

Le site allemand Nachdenkseiten (www.nachdenkseiten.de/?p=47919) du 18 décembre 2018 nous a de nouveau rendus attentifs aux sources de tels phantasmes de la victoire finale. Ils ont publié des extraits de deux discours américains en traduction allemande. Le premier, du 3 octobre 2007, tenu à San Francisco, provient de l’ancien général américain Wesley Clark, commandant en chef des forces de l’OTAN dans la guerre du Kosovo en 1999. Le deuxième est de George Friedman, ancien chef du service privé de renseignement Stratfor, du 4 février 2015, tenu à Chicago. Les deux discours sont connus de longue date – mais on oublie vite. 
Nous ne parlerons ici que du discours de l’ancien général américain. Il y a plus de 10 ans, Wesley Clark a parlé de ses expériences faites lors de visites au Pentagone, alors qu’il était encore général en service. Il a expliqué qu’après le 11-Septembre, il y eut un «coup d’Etat politique» aux Etats Unis: «Un petit groupe de personnes extrêmement dur et sans scrupules ont usurpé la politique étrangère américaine». Il illustra ses propos avec les plans de guerre ayant été concoctés au Pentagone en 2001 et cita un officier qui y travaillait et lui ayant dit: «Je viens de recevoir cette fiche-ci du bureau du ministère de la défense. Il y est écrit: nous attaquerons sept pays et renverserons leurs gouvernements au cours de cinq années. Nous commencerons par l’Irak, puis nous nous en prendrons à la Syrie, au Liban, à la Libye, à la Somalie, au Soudan et à l’Iran, sept pays au cours de cinq ans.»

Paul Wolfowitz: «Les Soviétiques ne nous arrêteront plus.»

Clark comprit que ces plans nécessitaient une longue durée de préparation. Il se souvint d’un entretien avec Paul Wolfowitz en 1991 après la deuxième guerre du Golfe. Wolfowitz aurait bien voulu, déjà à cette époque, l’élimination de Saddam Hussein. Néanmoins, il était content du résultat de la guerre: «Nous avons appris que nous pouvons engager nos troupes au Proche-Orient et les Soviétiques ne nous arrêteront plus.»
Puis, Clark se répéta en précisant: «Notre pays a été usurpé par un groupe de personnes lors d’un coup d’Etat politique. C’étaient Wolfowitz, Cheney et Rumsfeld. On pourrait nommer encore une demi-douzaine de collaborateurs autour du ‹Projet pour un nouveau siècle américain›. Ils voulaient déstabiliser le Proche-Orient, le bouleverser et le soumettre à leur contrôle.»

La guerre en Syrie

Nombreux sont ceux connaissant la promulgation de la guerre par les Etats-Unis contre le gouvernement et l’Etat syrien depuis le début, donc depuis 2012, par des moyens très variés. En effet, depuis belle lurette, il y a des troupes américaines officiellement déployées en Syrie. Cependant, le narratif officiel parlant de la lutte d’une coalition internationale contre l’Etat islamique (EI), ne correspond que très peu, voire pas du tout, à la vérité. Wesley Clark a déjà parlé des véritables plans il y a plus de 10 ans. Aujourd’hui, il faut ajouter: malheureusement, le parti belliciste américain ne se limite pas aux néoconservateurs. Le narratif de la «lutte contre le terrorisme» devait tromper les gens. Il devait empêcher une interprétation de la présence de toutes les forces militaires et non militaires actives en Syrie sans y être invitées par le gouvernement syrien comme une violation du droit international et l’obligation du retrait de toutes ces forces comme une évidence juridique – sans parler de la poursuite pénale de ces activités et des demandes justifiées de dédommagement. La guerre en Syrie a couté la vie à des centaines de milliers de personnes et elle a détruit le pays: ce fait est également la conséquence de cette intervention étrangère, jamais approuvée par le gouvernement syrien. 

Le plan américain n’a pas fonctionné

Mais le plan américain n’a pas fonctionné. L’appui russe et iranien au gouvernement syrien et à la Syrie a fait échouer les plans des Etats-Unis. On peut longuement discuter des tentatives du président américain de justifier l’actuel retrait des troupes. Mais c’est un fait que la décision du gouvernement américain de retirer les troupes de la Syrie n’est pas seulement la conséquence d’une défaite militaire, mais également un premier pas vers la reconstitution d’une situation de droit. La réaction plutôt modérée du ministre russe des Affaires étrangères Lavrov est compréhensible: «Tout retrait de troupes se trouvant illégalement dans un pays, est un pas dans la bonne direction». Il faut faire preuve de patience pour savoir si la remise de la responsabilité par les Etats-Unis au gouvernement turc est une voie correspondante au droit international. La condition minimale pour cela est un accord entre le gouvernement turc et le gouvernement syrien. Les responsables américains démissionnaires, tout en protestant bruyamment, devront accepter qu’on leur demande d’assumer leurs responsabilités. 
James Mattis, ministre américain de la Défense sur le départ, l’a, d’une certaine façon, déjà fait. Pour lui le retrait américain est une défaite subie envers «les pays dont les intérêts stratégiques sont en discordance croissante avec ceux des Etats-Unis». Basler Zeitung du 21/12/18 Dans ce contexte, il pensait explicitement à la Russie et à la Chine. Intéressant qu’on ait entendu exactement la même musique de la part de Allemagne. S’agit-il de se soucier du bien-être de la Syrie et des Syriens? Cela n’est guère probable!

L’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne font preuve de bellicisme

Oui, les réactions officielles de l’Allemagne, de la France et de la Grande-Bretagne renversent complètement les relations transatlantiques. Vu la violation du droit international toujours en cours en Syrie, l’«argument» avancé par le président français Macron contre le retrait des troupes américaines est grave: «Un allié se doit d’être fiable.» M. Macron n’exige-t-il pas ainsi l’«honneur des voyous»? Dans la Neue Zürcher Zeitung du 21 décembre, on lit: «Paris et Londres veulent continuer la guerre en Syrie». Est-ce autre chose que le «Retour des hasardeurs»? Les partis allemands au Bundestag – à l’exception de «Die Linke» et de l’Alternative für Deutschland – ont formé une grande coalition en faveur de l’engagement de la Bundeswehr en Syrie et prennent à nouveau Donald Trump en ligne de mire. Mais de toute évidence, il ne s’agit pas seulement de s’opposer à une personne, mais également à un programme politique refusant de continuer sur la voie de l’impérialisme globalisé.
Et de se demander atterré: où est la contribution allemande au droit et à la paix? Où est le respect de la loi fondamentale? – A nouveau, les médias traditionnels de langue allemande sont tous alignés …     

Le retrait américain de la Syrie est tardif

«Le retrait des troupes américaines de Syrie est juste et nécessaire. La mission anti-EI menée par les Etats-Unis avec la participation de la Bundeswehr en Syrie est contraire au droit international, que ce soit dans l’espace aérien syrien ou au sol. C’est également l’avis du service scientifique du Bundestag allemand dans un rapport que j’ai commandé avec d’autres. Le retrait ne doit pas être salué uniquement d’un point de vue juridique, mais aussi d’un point de vue politique», a déclaré Alexander Neu, président de la Commission de défense, pour le groupe parlementaire Die Linke
Et de continuer: «Quiconque regrette le retrait des Etats-Unis de la Syrie ou considère qu’il s’agit d’une erreur néglige le fait que le chaos dans la région du Proche-Orient a été essentiellement créé par les Etats-Unis et leurs alliés. Les Etats-Unis poursuivent ouvertement leurs intérêts géopolitiques et géoéconomiques – parfois plus, parfois moins. Le EI est le résultat de la guerre d’agression illégale menée par les Etats-Unis contre l’Irak en 2003 dans le but de renverser le gouvernement. Le fait que l’Etat islamique ait pu également s’étendre à la Syrie est également lié aux fantasmes occidentaux de changement de régime. Aujourd’hui encore, les capitales occidentales souhaitent ardemment installer un régime pro-occidental en Syrie. L’‹engagement› occidental en Syrie n’a à aucun moment résolu les problèmes, mais a aggravé les conflits et s’est fait au détriment des populations syriennes. […]»

Source: Extrait d’un communiqué de presse d’Alexander S. Neu, 21/12/18; https://www.linksfraktion.de/presse/pressemitteilungen/detail/us-abzug-aus-syrien-ist-ueberfaellig

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s