Va-t-on vers un changement de régime en Iran?

par Matin Baraki*

Source : Horizons et débats, Zurich,

https://www.zeit-fragen.ch/fr/editions/2018/n-23-15-octobre-2018/va-t-on-vers-un-changement-de-regime-en-iran.html

15 octobre 2018

 

 

Si les Etats-Unis entraient en guerre contre l’Iran, cela entraînerait le chaos et la destruction dans ce pays du Golfe stratégiquement important, mais également en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie. En outre, une guerre contre l’Iran non seulement déstabiliserait, mais très probablement aussi mettrait le feu à toute la région.

 

Stratégie impérialiste des USA pour l’Eurasie

La région de l’Iran est sans aucun doute l’un des plus importants foyers de tensions du XXIe siècle. La guerre froide menée par les Etats-Unis contre l’Iran trouve son explication première dans la signification géostratégique de ce pays. En ce lieu, ce qui est en jeu, avant tout, ce sont les matières premières, le pétrole et le gaz naturel. En outre, l’Iran donne accès à l’ensemble des pays de la région: l’Asie centrale, le Caucase, le Proche- et le Moyen-Orient et même la Russie.
Depuis la fin de l’Union soviétique, les Etats-Unis suivent avec beaucoup d’attention les développements dans le secteur des matières premières dans et autour de l’Iran, au Caucase et en Asie centrale. En 1997, Stuart Eizenstat, Secrétaire d’Etat à l’US State Department, a souligné devant le Congrès «le potentiel de la mer Caspienne est l’un des plus importants parmi les nouvelles régions productrices d’énergie du monde».1 Zbigniew Brzezinski, stratège mondial, a clairement formulé l’intérêt économique porté par les Etats Unis à cette zone: nous voulons avoir «librement accès à cette région jusqu’alors fermée à l’Occident»!2 Il a décrit cette région du monde comme «l’échiquier sur lequel à l’avenir se jouera aussi la lutte pour la prédominance mondiale».3 Sans scrupule, Brzezinski se réfère à Hitler et à son estimation selon laquelle «l’Eurasie est le centre du monde et par conséquent celui qui domine l’Eurasie, domine le monde».4 Selon son point de vue, «la domination de l’ensemble du continent eurasiatique est la condition de la prédominance mondiale»5 des Etats-Unis. Brzezinski en vient à la conclusion que le but premier de la politique extérieure américaine est «qu’aucun Etat ou aucun groupe d’Etats ne puisse réussir à chasser les Etats-Unis de l’Eurasie ni même à perturber de façon décisive leur rôle d’arbitre».6 Dès 1997, à l’appui de ce droit, toute la région de l’Asie centrale et du Sud-Caucase a été désignée par Madeleine Albright comme «zone d’intérêts géostratégiques des Etats-Unis».7 L’Iran a toujours fait partie de cette stratégie, développée sous la présidence du démocrate américain Bill Clinton et concrétisée par les néoconservateurs Cheney et Bush.
Ainsi, les attentats du 11 septembre 2001 sont devenus la raison d’abord de la guerre contre l’Afghanistan, bien que celle-ci ait déjà été planifiée 18 mois plus tôt sous la présidence de Bill Clinton. Fin septembre 2006, il a reconnu avoir d’abord planifié une guerre contre l’Afghanistan.8 Ce n’est qu’en juin 2001 que l’administration Bush avait informé de ses plans son allié régional, le Pakistan, comme l’a reconnu le ministre des Affaires étrangères pakistanais de l’époque, Naïz Naïk.9
La guerre contre l’Afghanistan a été l’entrée du cycle de conquêtes militaires des Etats-Unis dans une nouvelle dimension. Cette guerre, tout comme celle contre l’Irak, faisaient partie de la «Greater Middle East Initiative» [GME], la stratégie revendiquée des néoconservateurs aux USA. Si les Etats-Unis avaient remporté en Irak un succès – même deux fois moindre qu’au début en Afghanistan, ils auraient depuis longtemps attaqué l’Iran, la Syrie, le Yémen et d’autres pays de la région.

 

Différend nucléaire entre les USA et l’Iran

On a presque totalement oublié que les bases du programme nucléaire iranien ont été posées avec l’aide des Américains. En 1959, dans le cadre de l’Atoms for Peace-Program du président américain Dwight D. Eisenhower, un réacteur expérimental avait été offert à l’Université de Téhéran. En 1967, un autre réacteur expérimental (Réacteur à eau légère) de 5 mégawatts fut livré depuis les Etats-Unis et mis en service dans le Teheran Nuclear Research Center (TNRC). Henry Kissinger, ancien Secrétaire d’Etat américain, déclara en 1973, qu’il serait bon que l’Iran utilise l’énergie nucléaire, afin que les Etats-Unis puissent obtenir du pétrole bon marché de là-bas.
Le 1 juillet 1968, le gouvernement iranien signa le Traité de non-prolifération nucléaire qui entra en vigueur pour l’Iran le 5 mars 1970, après le dépôt de sa ratification par les Etats signataires.10 D’après le Traité, les Etats signataires ont le droit d’utiliser l’énergie nucléaire exclusivement à des fins civiles. L’Iran s’en est strictement tenu à ces règlementations. En 1975 Henry Kissinger, Secrétaire d’Etat américain a signé le National Security Decision Memorandum 292 sur la coopération irano-américaine dans le domaine de la technologie nucléaire. Ce texte prévoyait la vente de technique nucléaire des Etats-Unis à l’Iran pour un montant de plus de 6 milliards de dollars. Jusque dans les années 1970, plusieurs conventions ont été conclues à ce sujet entre les Etats-Unis et l’Iran. En 1976, on proposa à l’Iran d’acheter une usine d’extraction de plutonium des Etats-Unis et de la faire fonctionner. L’accord portait sur un cycle nucléaire complet. En octobre 1976, cette offre fut annulée par le président Gerald Ford. Les pourparlers avec les Etats-Unis ne pouvant aboutir, ce fut alors au tour d’entreprises d’Allemagne de l’Ouest, notamment Kraftwerk-Union AG, de conclure en 1974 un contrat pour la construction de la première centrale nucléaire iranienne près de la ville de Buschehr.11
Déjà du temps du président Bill Clinton, la Corée du Nord, l’Iran et l’Irak étaient considérées comme des «Etats-voyous». En janvier 2002, son successeur George W. Bush, les désigna sous le nom de «l’axe du mal» menaçant la «paix universelle».12 C’est après cette «classification», l’Iran débuta avec la recherche pour l’utilisation militaire de l’énergie nucléaire. Quand on demanda, lors d’une interview accordée au Spiegel, au Premier ministre indien de l’époque Atal Bihari Vajpayee pourquoi l’Inde avait construit la bombe atomique, il demanda au journaliste: «L’OTAN aurait-elle attaqué la Yougoslavie, si le pays avait eu la bombe atomique?»
De la guerre contre la Yougoslavie, l’Iran tira la conclusion que l’armement nucléaire de ses forces armées était nécessaire à sa propre protection.
Des experts partent du principe que, si les recherches pouvaient être poursuivies dans le calme, l’Iran aurait besoin d’au moins 13 ans pour mettre au point une bombe nucléaire.

 

Négociations internationales sur le nucléaire avec l’Iran

En juillet 2016, a été conclu à Vienne un important accord global mettant fin au contentieux nucléaire larvé qui traînait depuis 13 ans avec l’Iran. Federica Mogherini, chargée des relations extérieures de l’Union européenne, et Jawad Zarif, ministre iranien des Affaires étrangères, l’ont annoncé lors d’une conférence de presse au Centre des Nations Unies de Vienne. Il s’agissait là d’un signe d’espoir pour le monde entier, déclara Mogherini juste avant l’adoption de l’accord par les Etats participants. «Nous initions un nouveau chapitre de l’espoir», a souligné Zarif en parlant d’un moment historique. Pendant 13 ans les négociations avec l’Iran ont été dirigées par un groupe international de 6 participants, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. L’accord devait poser des restrictions au programme atomique iranien de façon à ce que le pays ne puisse se procurer le matériel nécessaire à la construction des armes nucléaires, ni de façon dissimulée, ni rapidement. En retour les sanctions économiques dirigées contre l’Iran devaient être levées.13 Comme on le sait, c’est le contraire qui s’est produit. De la part des Etats-Unis, les sanctions ont même été renforcées, bien que l’Iran s’en soit tenu au strict respect de l’accord. Ceci fut confirmé par l’Agence internationale de l’énergie atomique (IAEA) «onze fois en tout, depuis la mi-2015, à la signature de l’accord nucléaire».14 L’IAEA a pu visiter les installations en tout temps et sans prévenir au préalable les autorités iraniennes. Les services secrets américains eux-mêmes ont plusieurs fois certifié que l’Iran se conformait à toutes les obligations.
Les sanctions touchent non seulement l’Iran et l’Europe, mais le monde entier. «Les Etats-Unis ont assuré par la violence la domination de l’injustice sur l’Europe [et le monde]. Car les sanctions sont évidemment illégales»15 parce que les entreprises internationales et européennes ne sont pas soumises à la jurisprudence américaine. Le ministre fédéral de l’Economie Peter Altmaier est donc «notoirement docile».16 Il aurait dû protéger les sociétés allemandes. A Bruxelles, les politiciens, bien que «d’habitude notoirement bavards» se taisent. «Ils se sont inclinés»,17 a commenté Hans-Ulrich Jörges, rédacteur en chef du Stern.

 

Changement de régime en Iran?

L’accord nucléaire international est une épine dans le pied des gouvernements israélien et saoudien. Si l’ancien président américain Barack Obama avait donné le feu vert, l’armée de l’air israélienne aurait depuis longtemps détruit les unités de recherche nucléaire de l’Iran. Mohammed ben Salman, prince héritier saoudien, jeune, inexpérimenté et agissant de manière très émotionnelle, a ouvertement appelé les Etats-Unis à trancher «la tête du serpent» c’est-à-dire l’Iran. Le président américain Donald Trump a donc trouvé, avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou et le prince héritier saoudien Salman, d’autres partisans d’un changement de régime. Avec John Bolton comme conseiller à la sécurité et Mike Pompeo comme ministre des Affaires étrangères, les partisans de la radicalité occupent des positions-clés à la Maison Blanche en faveur d’un changement de régime en Iran. L’hypothèse soutenue par l’administration Trump selon laquelle des sanctions économiques augmenteraient la pression sur la population iranienne dont il en résulterait un changement de régime venu de l’intérieur, est non seulement naïve, mais également dangereuse. Dans les années 1980, la guerre entreprise par Saddam Hussein avec le soutien des Etats-Unis contre l’Iran, avait stabilisé le régime des mollahs qui traversait alors une crise profonde. En cas d’intervention extérieure, les populations iraniennes s’uniraient. En outre, les Iraniens savent parfaitement que les guerres menées par les Etats-Unis amènent le chaos et la destruction dans le pays, comme cela a été le cas pour l’Afghanistan, l’Irak, la Libye et la Syrie. En outre, une guerre contre l’Iran déstabiliserait non seulement toute la région, mais pourrait également l’enflammer.
En Syrie, la destruction prochaine et définitive des islamistes alliés des Etats-Unis, de l’Arabie saoudite et d’autres émirats arabes est la plus grande défaite de l’impérialisme américain depuis la guerre du Viêt-Nam. Cela, l’administration Trump ne l’a pas pardonné à l’Iran, qui, aux côtés la Russie comme acteur principal du conflit, l’Iran a également joué un rôle déterminant lors de la destruction des adversaires d’inspiration islamiste du gouvernement syrien.
Puisqu’à la Maison Blanche l’irrationalité prédomine, il se pourrait que le président américain Donald Trump fasse bombarder l’Iran pour gagner les prochaines élections du Congrès, comme le pense Josef Braml, spécialiste des Etats-Unis de la Deutschen Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGPA).18

 

Une solution est possible, mais est-elle souhaitée?

Le gouvernement iranien et le guide spirituel de l’Iran, l’ayatollah Chatami, ont de nouveau soumis aux Etats-Unis et à Israël des propositions de paix, que ces deux parties refusent jusqu’à maintenant catégoriquement.
La communauté internationale doit contraindre les fauteurs-de-guerre à accepter les propositions de paix de l’Iran et à s’assoir à la table des négociations afin de résoudre les conflits.    •

 

* Matin Baraki est né en 1947 en Afghanistan, où il a travaillé comme professeur avant de venir en Allemagne. Il est aujourd’hui spécialiste de l’Afghanistan, expert en politique du développement et chargé de cours en politique internationale à l’Université Philipps de Marburg.

(Traduction Horizons et débats)

 

1    Eizenstat, Stuart. Discours devant le sous-comité pour la politique économique internationale, export et promotion économique du Foreign Relations Committee du Sénat, le 23/10/97, cité selon: Garnett, Sherman W. et al. Der Kaspische Raum vor den Herausforderungen der Globalisierung. [La zone de la Caspienne confrontée aux défis de la globalisation] Opladen 2001, p. 54
2    Brzezinski, Zbigniew. Die einzige Weltmacht. Weinheim 1997, p. 203 [Le grand échiquier. L’Amérique et le reste du monde. Bayard 1997]
3    idem, p. 16
4    idem, p. 16
5    idem, p. 64
6    idem, p. 283
7    Barth, Peter. Der Kaspische Raum zwischen Machtpolitik und Ölinteressen. [La zone de la Caspienne entre politique de force et intérêts pétroliers] Munich 1998, p. 5
8    cf. Leyendecker, Hans. «Ich habe es versucht»,
in: Süddeutsche Zeitung du 25/9/06, p. 2; Schmitt, Uwe. Bush veröffentlicht Teile des Geheimberichtes über Terror. In: Die Welt du 28/9/06, p. 7
9    cf. Hahn, Dorothea. Vergebliche Suche nach der «goldenen Brücke», in: TAZ, le 3-4/11/01. Après le 11-Septembre, l’adjoint de Colin Powell, Secrétaire d’Etat américain de l’époque, Richard Armitage a menacé le chef des services secrets pakistanais, de «renvoyer son pays à l’âge de pierre sous les bombardements», si le gouvernement d’Islamabad ne collaborait pas avec les Etats-Unis. Matthias Rüb, Karzai et Musharraf streiten weiter. In: Frankfurter Allgemeine Zeitung du 28/9/06, p. 9
10    cf. PT (Iran (Islamic Republic of)) un.org: Iran (Memento du 8 juillet 2012 – Archives du web – archive.is).
11    cf. Gholam Reza Afkhami. The life and times of the Shah. University of California Press, 2009, p. 354
12    Von «Schurkenstaaten» zur «Achse des Bösen»,
in: Stern, 30/1/02. www.stern.de/politik/ausland/george-w–bush-von–schurkenstaaten–zur–achse-des-boesen–3376168.html.
13    cf. Löwenstein, Stephan. «Ein Zeichen der Hoffnung für die ganze Welt», in: Frankfurter Allgemeine Zeitung du 14/7/16. www.faz.net/aktuell/politik/ausland/atomverhandlungen-im-iran-historisches-abkommen-13701607.html.
14    Lüders, Michael. «USA wollen den Iran wirtschaftlich in die Kapitulation zwingen», Deutschlandfunk, 1/8/18, (Interview)
15    Jörges, Hans-Ulrich. Die Unterwerfung, in: Stern, 23/8/18, p. 16
16    idem
17    idem
18     cf. Braml, Josef. Politikum, WDR5, 17/9/18 (Interview)

 

Mesures conservatoires de la CIJ concernant les sanctions américaines contre l’Iran

  1. hd. De nouvelles sanctions américaines sont en vigueur contre l’Iran depuis le mois d’août 2018. La Cour internationale de Justice (CIJ), la Cour suprême des Nations Unies, a statué le 3 octobre dans une décision provisoire que les sanctions étaient partiellement irrecevables et a demandé leur levée immédiate. Sous le titre:

«III. Le risque de préjudices irréparables et l’urgence»,

la Cour déclare que «[…] de son point de vue, les mesures adoptées par les Etats-Unis sont susceptibles de mettre en danger la sécurité de l’aviation civile iranienne et la vie des passagers […]. La Cour estime en outre que les restrictions aux importations et aux achats nécessaires à des fins humanitaires, tels que les denrées alimentaires et médicaments, y compris les médicaments vitaux, les traitements à long terme ou préventifs et les équipements médicaux, risquent de nuire gravement à la santé et à la vie de personnes se trouvant sur le territoire iranien.»

«IV. Dispositif»

«Au terme de son ordonnance,
1)    la Cour indique, à l’unanimité, que les Etats-Unis d’Amérique, conformément à leurs obligations au titre du Traité d’amitié, de commerce et de droits consulaires conclu en 1955, doivent, par les moyens de leur choix, supprimer toute entrave aux mesures annoncées le 8 mai 2018 mises à la libre exportation vers le territoire de la République islamique d’Iran
i)    de médicaments et de matériel médical;
ii)    de denrées alimentaires et de produits agricoles; et
iii)    des pièces détachées, des équipements et des services connexes (notamment le service après-vente, l’entretien, les réparations et les inspections) nécessaires à la sécurité de l’aviation civile;
2)    la Cour indique, à l’unanimité, que les Etats-Unis d’Amérique doivent veiller à ce que les permis et autorisations nécessaires soient accordés et à ce que les paiements et autres transferts de fonds ne soient soumis à aucune restriction dès lors qu’il s’agit de l’un des biens et services visés au point 1);
3)    la Cour indique, à l’unanimité, que les deux Parties doivent s’abstenir de tout acte risquant d’aggraver ou d’étendre le différend dont la Cour est saisie ou d’en rendre la solution plus difficile.»

Source: Communiqué de presse de la Cour internationale de justice du 3/10/18

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s